Réouverture des cinémas : masques et pas de pop-corn pour le 19 mai

Cinéma

Par Julie Hay le

Roselyne Bachelot a précisé les conditions de la réouverture des salles obscures. Les stands de confiseries garderont portes closes.

© Corina Rainer on Unsplash

Après près de sept mois de fermeture, les salles obscures vont enfin pouvoir rouvrir leurs portes. Dès le 19 mai, les cinéphiles français retrouveront les fauteuils rouges pour profiter d’une séance bien méritée. Mais ce retour à la normale se prépare et le ministère vient de définir les modalités de cette salutaire réouverture. Le média spécialisé Le Film Français détaille les discussions qui se sont tenues hier à l’Assemblée nationale.

Pas de pop-corn pour le 19 mai

Situation sanitaire oblige, le masque devra être porté à chaque instant. Contrairement aux mesures prises en juin 2020, il n’y aura pas de tolérance pour les spectateurs qui souhaiteraient se sustenter. Les stands de confiseries devront rester fermés un peu plus longtemps que prévu puisque le pop-corn et autres friandises seront interdits dans les salles. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a tout de même tenu à préciser. «Bien entendu, s’il y a, comme dans certaines salles de cinéma, de la restauration extérieure, elle pourra continuer. Il n’y a pas de raison qu’il y ait deux poids deux mesures entre les normes imposées aux restaurants ‘habituels’ et les normes qui se poseraient aux restaurants adjacents à une manifestation culturelle ». Pour rappel, les restaurants et brasseries ont l’interdiction d’ouvrir leurs salles avant le 9 juin prochain. On peut donc imaginer que c’est à cette date que la consommation de confiseries sera à nouveau autorisée.

Des jauges jusqu’au 30 juin

Comme en juin dernier, le retour dans les salles obscures s’accompagne de la mise en plage de jauges. Dès le 19 mai, les salles ne pourront accueillir que 35 % de leur capacité, puis 65 % le 9 juin. La levée totale des restrictions interviendra dès le 30 juin prochain. Il faut dire que l’été sera chargé et que la mise en place de telles restrictions pourrait mettre à mal l’exploitation des blockbusters de la saison estivale. Roselyne Bachelot a précisé «J’ai conscience qu’il s’agit d’une reprise progressive et sous contraintes, qui va poser des problèmes économiques.» Pour autant, elle a tenu à rappeler que ces jauges sont temporaires et que lorsque la situation le permettra, il sera possible de retrouver des salles combles partout sur le territoire.

Un embouteillage dans la programmation

Comme il fallait sans douter, cette réouverture tardive s’accompagne aussi d’un véritable casse-tête pour les exploitants. Il faut dire qu’après une année blanche pour le 7e art, les sorties sont nombreuses. Pour donner à chacun des films une chance de rencontrer son public, le CNC planche sur un calendrier temporaire dédié aux sorties de films et qui permettra d’accompagner au mieux les salles obscures. La ministre de la Culture précise que la tâche est ardue, alors que 150 films français et plus de 250 films étrangers sont encore à programmer.

Quoiqu’il en soit, ils seront sans doute nombreux à retrouver les salles obscures dès le 19 mai prochain. En revanche, Roselyne Bachelot ne s’est pas exprimée sur les mesures relatives au couvre-feu. Pour rappel, dès le 19 mai, il sera repoussé à 21h avant d’être abandonné le 30 juin prochain. Elle n’a en revanche pas précisé si un ticket de cinéma pouvait faire office de justificatif pour les spectateurs des séances tardives.

Pour retrouver les films qui seront proposées dès la réouverture, c’est ici que ça se passe.