Virgin Hyperloop prévoit le lancement de ses capsules grande vitesse en 2027

Urban Mobility

Par Olivier le

Virgin Hyperloop est une des entreprises les plus en pointe dans le domaine, mais malgré des premiers tests encourageants, le transport de passagers à proprement parler n'aura lieu que dans quelques années.

© Virgin Hyperloop

En 2012, Elon Musk a lancé l’idée de l’Hyperloop, un système de propulsion de capsules voyageant à très grande vitesse (1.200 km/h) au sein de tunnels longs de plusieurs dizaines kilomètres. De quoi relier très rapidement deux villes entre elles, en exploitant la technologie de lévitation magnétique. Depuis, de nombreuses entreprises se sont intéressées au principe, en multipliant les annonces plus ou moins sérieuses.

Un projet loin d’être achevé

Mais il faut non seulement construire en pratique les tunnels, les stations et les capsules, mais encore s’assurer de la sécurité du transport. Tout cela demande du temps et des investissements. Les grands discours annonçant un lancement rapide des premières lignes ont été abandonnés pour laisser place aux initiatives des entreprises plus sérieuses. C’est le cas pour Virgin Hyperloop, qui a réalisé ses premiers tests de passagers à l’automne dernier.

Ces expérimentations ont permis d’éprouver les technologies développées pour les futures capsules du transporteur (elles seront capables de faire voyager 28 personnes). Mais l’ouverture des premières lignes à destination du grand public est encore loin à l’horizon. Josh Giegel, le patron de Virgin Hyperloop, explique qu’il faudra attendre au moins jusqu’à 2027 pour que l’entreprise fasse voyager des passagers à grande vitesse.

Le constructeur doit peaufiner ses équipements, et surtout construire le complexe (stations et tunnels) indispensable à l’Hyperloop. Un investissement majeur qui ne va pas de soi : le système n’a pas encore démontré son intérêt commercial et pour cause, il n’existe pas. Cette date est en tout cas plus optimiste que la précédente : Virgin Hyperloop avait d’abord annoncé un lancement en 2030.

L’Inde pourrait être un des premiers pays à bénéficier de cette technologie, là où la demande en transports publics est extrêmement forte. L’Arabie saoudite est également un gros client potentiel pour l’entreprise.

Source: Reuters