Sonos s’attaque à Google, Amazon et Apple devant un comité antitrust

Apple

Par Amandine Jonniaux le

Lors d’une audience antitrust sur la domotique, le chef juridique de Sonos a critiqué la position hégémonique actuellement occupée par Apple, Google et Amazon.

sonos
© Sonos

Mardi, le sous-comité américain sur la politique de la concurrence, l’antitrust et les droits des consommateurs organisait une audition dirigée par la sénatrice Amy Klobuchar. Objectif : “Protéger la concurrence et l’innovation dans les technologies domestiques”, notamment sur le marché en pleine expansion de la maison connectée. Interrogé dans le cadre de cette audience en qualité de témoin, le chef juridique de Sonos Eddie Lazarus a ainsi largement critiqué l’hégémonie des GAFAM – Google et Amazon en tête, sur le secteur des enceintes connectées.

Google Assistant veut-il tuer la concurrence ?

Dans son plaidoyer, Eddie Lazarus a notamment critiqué les modalités imposées par Google pour l’intégration native de son assistant sur des produits tiers, comme les enceintes de la marque Sonos par exemple. Ainsi, le géant du web aurait imposé aux entreprises de ne “jamais autoriser de simultanéité avec un autre assistant vocal”. Selon les arguments de Sonos, Google et Amazon, qui représentent à eux seuls 85% du marché des enceintes connectées aux États-Unis seraient donc en mesure de faire la pluie et le beau temps, en imposant leurs conditions aux constructeurs tiers.

Une situation hégémonique aux airs de cercle vicieux, estime Eddie Lazarus : “Ceux qui contrôlent la norme et son évolution contrôlent effectivement la nature et le rythme de l’innovation, y compris les innovations imaginées par leurs concurrents (…) C’est terrible pour la dynamique de l’innovation car cela paralyse les entreprises qui ont de meilleurs produits”.

Les HomePods d’Apple pointés du doigt

Si la plupart des critiques adressées par Sonos au cours de l’audience visaient Google et Amazon, Apple aussi a eu droit à quelques remontrances. Lazarus a ainsi pointé du doigt la politique de la Pomme concernant l’exploitation de ses HomePods. En effet, si la firme autorise l’exploitation de son assistant vocal Siri à des fabricants tiers, ces derniers ont l’obligation de passer par une enceinte connectée de la marque pour fonctionner : “Apple n’accorde de licence à Siri qu’aux entreprises qui utilisent le HomePod comme hub central pour se connecter à Siri”.