Voici le nouveau système anti-drone développé par la DARPA

drone

Par Antoine Gautherie le

La DARPA a développé un système d'interception des drones ennemis à base de serpentins.

Le véhicule au sol éjecte l'intercepteur. © DARPA

Après avoir connu une période de prolifération débridée, faute de cadre légal, l’utilisation des drones est aujourd’hui de plus en plus réglementée. Mais il n’y a pas que dans le civil que les drones se démocratisent : ils occupent une place de plus en plus importante dans le secteur militaire. Au point de préoccuper sérieusement l’armée américaine, qui a récemment présenté sa dernière contremesure en date.

L’un des aspects des drones qui inquiète grandement l’état-major américain, c’est la menace qu’ils font planer sur des convois en zone sensible. Une crainte compréhensible : on imagine aisément que la perspective d’une petite bombe volante capable de frapper en une fraction de seconde soit préoccupante. La DARPA, l’agence de recherche et développement militaire américaine, a donc décidé de prendre les choses en main. L’objectif : pouvoir neutraliser un tel drone kamikaze sans risquer une détonation intempestive.

La DARPA a donc imaginé un système en deux parties. Tout commence avec un véhicule au sol intégré au convoi. Celui-ci embarque un puissant radar à bande X  dont le rôle est de détecter les drones en approche. Une fois une cible potentielle repérée, un système basé sur l’intelligence artificielle va tenter d’en identifier les intentions. S’il fonce en piqué sur le convoi, il y a de bonnes chances pour qu’il s’agisse d’une menace imminente.

La solution : ligoter le drone adverse

C’est à ce moment qu’intervient la seconde partie du système : un curieux drone d’interception en forme de tube. C’est lui qui aura la charge de neutraliser l’agresseur, mais pas question de lui tirer dessus avec une arme classique. S’il embarque un engin explosif, le risque est trop important pour le personnel et le matériel du convoi. La solution de la DARPA à cette contrainte ? Des petits serpentins ! L’intercepteur va d’abord se rapprocher de sa cible, puis lui expédier sa cargaison droit dans les hélices pour les coincer et faire tomber le drone.

Une méthode qui peut sembler rudimentaire à première vue, mais qui pourrait bien s’avérer rudement efficace. Tout du moins, à condition de détecter l’agresseur à temps ! Au cas où le tir de serpentins manquerait sa cible, il existerait un système de secours; la DARPA n’a pas expliqué de quoi il s’agissait. Et si, au bout du compte, ce système n’était finalement pas retenu, l’armée américaine pourra toujours recycler ces intercepteurs en drones festifs !