GoSense a développé un boîtier de détection d’obstacles pour les non-voyants

Ville de Geeks

Par Olivier le

Pour les centaines de milliers de non-voyants en France, se déplacer en milieu urbain peut être synonyme de chutes, c'est aussi source d'un grand stress. Pour les aider à gagner en autonomie, la start-up lyonnaise GoSense a développé un boîtier qui permet de « percevoir » les obstacles avec du « son 3D ».

© GoSense

Le Rango est un boîtier développé par GoSense, qui se branche sur les cannes des non-voyants. Combiné aux écouteurs externes également mis au point par la start-up, Rango alerte uniquement l’utilisateur quand un obstacle se présente devant lui, par un retour sonore en trois dimensions.

Un boîtier à installer sur une canne

Dans le détail, l’appareil est connecté en Bluetooth au smartphone de l’utilisateur, avec lequel il communique via une application mobile dédiée. Il embarque des capteurs de détection qui lui permet de détecter les obstacles présents sur le chemin de l’utilisateur, jusqu’à 2 mètres 50. L’alerte n’est produite que si il constitue un danger sur le parcours, c’est à dire s’il y a un risque de collision.

Le son est généré à gauche, au centre ou à droite en fonction de la position de l’obstacle par rapport au Rango. Quant aux écouteurs Noor, ils ont été conçus pour ne pas obstruer les canaux auditifs. Ils sont positionnés devant les oreilles et permettent d’écouter les sons émis par Rango tout en restant pleinement conscient de son environnement.

Une deuxième génération des écouteurs est en cours de développement, ils seront proposés en Bluetooth dans le courant du second semestre de cette année. Ces nouveaux modèles intégreront des capteurs inertiels pour une expérience sonore en trois dimensions inédite. GoSense veut approcher de nouveaux marchés comme le divertissement et la pratique sportive en extérieur.

L’autonomie du boîtier est de 3 heures et 30 minutes en usage continu. Un mode d’économie d’énergie intelligent est intégré. Le prix du pack Rango et Noor est facturé 2.000 euros, une somme qui peut être remboursée à hauteur de 75 % par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Source: GoSense