Facebook officialise Bulletin, sa plateforme de newsletter

apps

Par Amandine Jonniaux le

Après le gaming et les salons vocaux, Facebook se lance désormais dans une nouvelle activité de plus en plus populaire dans les pays anglophones.

© Alex Haney via Unsplash

L’annonce n’est pas vraiment une surprise, puisque Facebook avait déjà évoqué l’idée de mettre en place son propre service de newsletter en début d’année. Un projet qui se concrétise aujourd’hui via la plateforme Bulletin.

Facebook bulletin
© Bulletin

Si les newsletters sont apparues en même temps que les premiers médias sur Internet, elles sont rapidement tombées en désuétude… jusqu’à il y a peu. Conçue comme un rendez-vous avec le lecteur, mais surtout comme un moyen de condenser la quantité astronomique d’information qui gravite sur le web, le concept a connu un regain de popularité ces dernières années, au point de (re)devenir particulièrement populaire dans les pays anglophones.

Depuis 2017, la plateforme Substack propose ainsi à des journalistes ou experts de publier leurs propres newsletters payantes, moyennant une commission de 10% du prix des abonnements. Un concept lucratif, puisque Substack compte aujourd’hui plus de 500 000 utilisateurs payants. En début d’année, Twitter a lui aussi voulu tenter l’aventure de la newsletter, en rachetant Revue. Sans surprise, lorsqu’un concept devient populaire, c’est désormais au tour de Facebook d’entrer sur le marché.

Indépendant, mais pas trop

Avec un lancement prévu plus tard cette année, Bulletin sera indépendant de Facebook, assure le GAFAM, qui s’est offert pour l’occasion le nom de domaine bulletin.com. En revanche, si la plateforme devrait permettre (comme Substack) à des internautes chevronnés de partager leur newsletter avec des abonnés, Facebook aurait surtout pour projet de maîtriser les contenus qui transitent par Bulletin.

Exit les sujets politiques, polémiques ou controversés, le service devrait se concentrer sur des thématiques plus légères, et ainsi éviter les faux-pas. Ainsi, les rédacteurs officiant sur Bulletin devraient être sous contrat avec la firme de Mark Zuckerberg, qui assure qu’elle ne prendra pas de commission sur les abonnements payants des utilisateurs.