Facebook met 1 milliard de dollars sur la table pour les créateurs

Sur le web

Par Remi Lou le

Menacé par de nouveaux venus dans la course des réseaux sociaux, Facebook entend bien garder ses créateurs sur sa plateforme et débloquera 1 milliard de dollars en 2022.

Facebook applications
© Jeremy Zero / Unsplash

Face à la croissance prodigieuse de TikTok et l’hégémonie de YouTube sur le secteur de la vidéo, Facebook sort le chéquier pour inciter les créateurs à rester sur ses plateformes et à y produire du contenu. Pour cela, la firme fondée par Mark Zuckerberg annonce qu’il met en place une cagnotte de près d’un milliard de dollars pour rémunérer les créateurs de contenu.

« Nous voulons créer les meilleures plateformes pour que des millions de créateurs puissent gagner leur vie » a expliqué Mark Zuckerberg dans un post Facebook, en précisant que cette somme sera débloquée en 2022.

« Cet investissement comprendra de nouveaux programmes de bonus qui rémunèrent les créateurs éligibles pour avoir atteint certaines étapes lorsqu’ils utilisent nos outils de création et de monétisation. Nous fournirons également un financement de démarrage aux créateurs pour produire leur contenu. Notre objectif est d’aider autant de créateurs que possible à trouver un succès durable et à long terme sur nos applications » explique Facebook à l’occasion de cette annonce.

La firme ne précise pas plus en détail les modalités de ce nouveau programme de monétisation. À l’heure actuelle, sur Facebook, il est possible de monétiser ses contenus en diffusant des publicités dans ses vidéos ou via des pourboires sur les lives. Sur le réseau social dédié au partage de photos — mais maintenant orienté vidéo, d’après son PDG — c’est le même principe : publicités avant les vidéos IGTV et des pourboires lors des vidéos en direct. On ne sait pas encore si cette enveloppe sera destinée à gonfler les montants attribués aux créateurs de la sorte ou si la firme développera de nouveaux moyens de monétisation.

Facebook précise néanmoins qu’il deviendra plus aisé d’être monétisé sur ses réseaux sociaux, promettant simplement que de nouveaux créateurs y auront droit un peu plus tard dans l’année.