L’armée américaine teste un drone militaire multifonction

drone

Par Antoine Gautherie le

Une fois équipé d'une grenade, le Drone-40 peut servir de kamikaze, mais il a également d'autres talents.

Le caporal des U.S. Marines Michael Scotto avec le Drone-40 lors d'un exercice. © Pfc. Sarah Pysher

Récemment, nous apprenions que l’armée américaine travaillait sur un drone d’interception, capable de régler son compte à un drone kamikaze avant l’impact. Récemment, elle a effectué des tests sur un autre type de drone militaire, bien plus polyvalent : le Drone40. L’objectif de ce protocole d’essai : évaluer les performances de cet appareil conçu par l’entreprise australienne Defendtex. Ils pourront ainsi décider s’il conviendrait à leur usage sur le terrain.

La première chose qui saute aux yeux, c’est que le Drone-40 présente toutes les caractéristiques du parfait drone kamikaze. Ce petit objet de 190 grammes est capable d’embarquer une charge de 110 grammes, comme un engin explosif, avant de foncer sur sa cible. Et autant le dire tout de suite, rien ne sert de courir ni même de partir à point ; il serait apparemment capable de pourchasser sa cible à plus de 70km/h pendant “30 à 60 minutes“, et ce en toute autonomie. Une fois l’objectif atteint, le drone va soit remplir la fonction prévue, soit rentrer sagement à la base.

Le Drone-40 peut être lancé à la main… © Pfc. Sarah Pysher

Un couteau-suisse à quatre hélices

Ce qui rend le Drone-40 intéressant pour l’armée américaine, c’est sa versatilité. Au-delà du simple kamikaze, il s’agit d’un vrai petit couteau suisse militaire à quatre hélices. Équipez-le d’un pointeur laser, et il peut servir d’intermédiaire pour d’autres équipements militaires. Fournissez-lui des grenades fumigènes, et il ira les déployer au centimètre près. Armez-le de grenades aveuglantes, et vous obtenez un appareil incapacitant redoutable.

De plus, il semble très facile à déployer, puisqu’il peut être lancé directement à la main. Si besoin, sa forme cylindrique permet aussi de le tirer avec un lance-grenade de 40mm, comme son nom le suggère.

… ou grâce à un lanceur standard de 40mm. © Pfc. Sarah Pysher

Un intérêt évident pour l’armée… et ses ennemis

À lire ces caractéristiques, on comprend vite pourquoi il serait un compagnon de terrain intéressant pour l’armée américaine. Il suffit d’imaginer un appareil de ce type intégré à un essaim de drones militaires (comme celui récemment testé par Israël) pour se rendre compte du potentiel destructeur de ces armes. Mais il serait bien naïf de croire que les militaires professionnels ont l’usage exclusif de ces technologies; il existe sans aucun doute bon nombre de truands qui suivent aussi cette thématique de très près… À commencer par le cartel mexicain qui a utilisé des drones kamikazes contre la police en avril 2021.