Critique

Critique Fast & Furious 9 : les freins ne répondent plus

Cinéma

Par Allan Blanvillain le

La saga Fast & Furious a connu de multiples transformations, s'affranchissant opus après opus de la physique ou du bon sens pour désormais s'assumer comme du n'importe quoi spectaculaire. Une définition qui correspond parfaitement à Fast & Furious 9.

© 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Qui se souvient lorsque Fast and Furious ne ressemblait qu’à un remake de Point Break avec des grosses cylindrés aux couleurs criardes bourrées de nitro ? Une époque où Vin Diesel pouvait encore nous fournir plus de trois expressions et où la présence au premier plan du regretté Paul Walker freinait un peu l’ego du bonhomme. Puis Vinou est parti voir ailleurs, Justin Lin a débarqué pour tenter d’emmener la saga dans une autre direction avec Tokyo Drift pour ensuite la ramener sur les rails en même temps que Diesel et Walker et, enfin, la faire décoller dans le meilleur opus de la franchise : Fast and Furious 5, grandement aidé par l’arrivée massive de Dwayne Johnson. Un décès, une guerre d’ego et un spin-off plus tard, Vin Diesel est désormais seul en scène pour le premier épisode de la trilogie conclusive : Fast & Furious 9.

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Dom et Letty (Michelle Rodriguez) vivent désormais une vie bien rangée pour le bien du jeune Brian, fils de Dom découvert dans l’épisode précédent. Jusqu’à ce que Roman (Tyrese Gibson), Tej (Ludacris) et Ramsey (Nathalie Emmanuel) débarquent pour une ultime mission dans laquelle le frère de Dom, Jakob (John Cena) serait impliqué. Il n’en faut pas plus pour rassembler le gang et affronter des méchants vraiment méchants tout en réalisant des cascades toujours plus folles.

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Pour la suite, rien de ce que vous verrez dans le film n’a pas déjà été révélé par les différentes bandes-annonces (et arrêtez-vous là si vous n’avez rien vu), que ce soit la résolution de certaines scènes d’action, la séquence dans l’espace et le retour du personnage préféré des fans, Han (Sung Kang). On ne va pas se mentir, c’était une immense frustration de ne pas découvrir ces éléments de fan service sur grand écran tant notre réaction n’aurait pas été la même. On peut reprocher beaucoup de choses à Avengers : Endgame, mais la promotion avait su nous garder le meilleur pour la fin comme on dit.

Fast & Furious 9 et après ?

Pour son retour derrière la caméra après deux épisodes de pause, Justin Lin a décidé d’épouser ce que la saga est devenue – et dont il est l’un des principaux responsables – et assumer pleinement le n’importe quoi. Pire (ou mieux selon vos goûts), il intègre au scénario qu’il a co-écrit ce massacre en règle du bon sens. Subtilité et Fast & Furious n’ont jamais fait bon ménage, ici la première est explicitement massacrée dans l’indifférence générale.

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Il suffit de voir les propos récurrents de Roman sur l’invincibilité de leur équipe, réalisant qu’ils accomplissent toujours l’impossible sans la moindre égratignure. Un running gag à la limite de casser le quatrième mur, comme si le réalisateur et scénariste anticipait nos réactions devant une voiture allant dans l’espace ou Dom éclatant des fondations en béton rien qu’à la force de ses bras. Si vous trouviez que Dwayne Johnson repoussant une torpille d’un bras manquait de crédibilité, vous n’êtes pas prêts pour Fast & Furious 9.

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Lin considère ainsi qu’au neuvième long-métrage, le spectateur a définitivement mis sa crédulité au placard et qu’il n’a plus à se soucier de la cohérence. L’histoire à base de menace technologique ? On ne comprend rien et on s’en fiche. Le retour d’un personnage mort ? L’explication ne pouvait pas être plus bancale, mais on l’accepte. La présence de Mia (Jordana Brewster) sans Brian ? Ça n’a aucune importance. L’arrivée d’un frère dont on n’avait jamais entendu parlé ? Au point où on en est…

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Le long-métrage dépasse toutes les limites que la saga n’avait pas encore franchi, que ce soit en terme d’action spectaculaire ou de Deus Ex Machina. Plus rien n’a d’importance, sinon de nous en donner pour notre argent, pour peu que ce soit ce que vous étiez venus chercher. À ce stade, impossible de savoir ce que Dom nous réserve pour les deux derniers films de la franchise, mais on peut littéralement s’attendre à tout.

Fast & Serious

Une ombre plane pourtant sur ce délire monstrueux (dans le bon, comme dans le mauvais sens du terme) : celle de Vin Diesel. La star, également producteur de la franchise, continue de vouloir être le seul maître à bord avec un sérieux en contradiction avec ce qui l’entoure.

Conséquence, Fast and Furious 9 est sans doute l’opus le plus pathos de la saga. Si les flashbacks sur la jeunesse de Dom et Jakob sont plutôt intéressants, ils mettent surtout en évidence la faiblesse de jeu de Diesel et Cena face à leurs jeunes incarnations, Vinnie Bennett et Finn Cole. De retour dans le présent, tout est trop solennel, trop lourd, autour du mono-expressif Dom et cette pauvre Letty qui peine avec trois lignes de dialogue mal écrites. Quelle tristesse de voir l’acteur principal incapable de s’amuser alors qu’il joue littéralement à Tarzan avec une voiture ; là où tous ses copains, Helen Mirren et Charlize Theron en tête, s’en donnent à cœur joie.

(c) 2021 Universal Studios. All Rights Reserved.

Alors Fast & Furious 9 appuie à fond sur l’accélérateur de sa propre absurdité, dommage de voir que sa star est la seule à garder un pied sur le frein, comme s’il croyait encore au sérieux de l’entreprise. Détends-toi Dom et fais comme nous, prends une Corona à chaque fois que tu parles de la famille.

Notre avis

Avec une nonchalance insolente, Fast & Furious 9 s'affranchit de tout ce qui reliait la franchise au réel. Sans limite, si ce n'est le sérieux pachydermique de Vin Diesel, ce nouvel épisode ose tout, surtout le n'importe quoi. Aussi spectaculaire que profondément crétin, le film n'est pas le mieux dosé de la saga. Tout simplement parce qu'il n'y a plus de dosage. Pour le meilleur et pour le pire.

L'avis du Journal du Geek :