Dossier

Dossier : Les plus célèbres plagiats au cinéma

Disney : le maître du plagiat ?

Par Elodie le

Disney a une longue tradition de plagiats qui lui colle à la peau. Les studios sont régulièrement poursuivis par des d’artistes dénonçant ces pratiques un peu trop régulières et intégrées. Petit tour d’horizons des plus célèbres polémiques.

Zootopie Vs Looney de D. Goldman

C’est la dernière affaire en date, aucun jugement n’a encore été rendu.

disney-plagiat-zootopie
Zootopie version Disney

Gary Goldman, scénariste de Totall Recall et producteur exécutif de Minority Report, a déposé plainte contre les studios Disney qu’il accuse de l’avoir spolié sans vergogne pour réaliser son film d’animation à succès Zootopie.

D’après lui, les studios sont allés jusqu’à copier le titre du film, le design des personnages, mais aussi l’intrigue, les thèmes évoqués (la réalisation de ses rêves et la lutte contre les stéréotypes) ainsi que les lignes de dialogues de son projet, développé en 2000 et présenté par deux fois à Disney en 2000 et 2009, sans succès. Son projet de live action Looney, devait être le premier volet d’une franchise Zootopie incluant également un film d’animation du même nom.

D’après Goldman, les studios ont intégré le plagiat dans les pratiques de la firme depuis longtemps maintenant. Zootopia n’étant que le dernier exemple en date.

« Bien que la Walt Disney Company fasse respecter vigoureusement ses copyrights, elle a développé une culture qui non seulement accepte la copie sans autorisation d’oeuvres tierces, mais qui l’encourage, » prétend Goldman. « Au lieu d’acquérir légalement les droits du travail de Goldman, la Défense affirme n’avoir pas été intéressée par produire son travail et l’a renvoyé chez lui. Ensuite, en accord avec leur culture de la copie illégale, la Défense a copié son travail. »

Roi Leo Vs Le Roi Lion

Roi Leo, la série japonaise

C’est sans doute le cas le plus célèbre qu’a eu à affronter Disney. Ici, les studios s’inspirent outrageusement d’une série japonaise tirée d’une BD du même nom d’Osamu Tezuka, Roi Leo, jusqu’au nom du héros : Kimba et Simba (dérivé du terme swahili signifiant « lion »).


En 1994, à la sortie du Roi Lion, c’est la polémique. Ce n’est qu’en 1999 que Disney admettra avoir copié ce manga.


Le Roi Léo générique (original) par Timaelportland

L’Atlantide, l’Empire perdu Vs Nadia, le secret de l’eau bleue

Une fois encore Disney s’inspire d’une série nippone, Nadia et le secret de l’eau bleue. Même intrigue, même héros, même rebondissement, même méchant et même voyage sous marin vers l’Atlandide (résumé ici).

Les deux héros de Nadia et le secret de l’eau bleue

Ceux, plus adultes, de L’Atlantide, L’Empire perdu de Disney

Toutefois, plusieurs auteurs ont assuré que ces similitudes entre les deux œuvres étaient du à leur source d’inspiration commune : le roman Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, l’univers de l’auteur, ainsi que la légende de l’Atlantide.

En outre, les réalisateurs de Disney ont indiqué apprécier l’œuvre de Hayao Miyazaki à l’origine du tout premier projet autour de Nadia, le secret de l’eau bleue, adaptation très libre du chef-d’œuvre de Jules Verne.

Aladdin

Aladdin et Jasmine

Ici le plagiat est difficile à prouver. En effet le film Le voleur et le cordonnier, réalisé par Richard Williams (Mais qui veut la peau de Roger Rabbit ?), et sur lequel semble reposer Aladdin, est longtemps resté dans les tiroirs à cause de nombreux souci de production. Sa réalisation a commencé dans les années 60, mais ce n’est qu’en 1995, soit un 2 ans après la sortie d’Aladdin, que le film d’animation parait. Entre temps, Disney a récupéré les droits de l’œuvre et certains animateurs ayant travaillé sur le premier opus ont rejoint les rangs des studios. Expliquant sans doute la similitude entre certains personnages (le Vizir, le génie, le perroquet Yago, etc.).

Voici son synopsis : Au temps des Mille et une nuits, dans une cité d’or, les trois boules d’or protégeant la ville disparaissent mystérieusement tandis qu’un guerrier borgne s’apprête à attaquer la cité. Tack, un cordonnier, et la princesse Yum-Yum décident de retrouver les boules. Ils feront face à Zigzag, le vizir perfide, et à un voleur malchanceux.

Nemo Vs Pierrot le Poisson-clown (livre de Franck Le Calvez)

Nemo et Pierrot, le poisson clown

Avant d’en faire un livre, Pierrot le poisson-clown était un scénario destiné à devenir un film animé, mais après les refus de plusieurs maisons de productions, Franck Le Calvez se décide à coucher l’histoire sur papier pour en faire un livre pour enfants.

En 2003, Le Monde de Nemo sort sur grand écran, l’auteur voit rouge, notamment parce que son propre livre est relégué au second plan pour ne pas créer la confusion avec Nemo, certains libraires estiment même que son livre est une copie de l’oeuvre de Disney. Il assigne Disney en justice pour contrefaçon de personnage et de marque. Il est finalement débouté en 2005. La troisième chambre du tribunal n’a vu aucun plagiat en l’espèce.

Pierrot, qui n’a pas encore perdu sa mère, vit dans une anémone

Nemo et Dory

Pour le juge de l’époque, si la forme stylisée des personnages « est comparable, elle n’est pas pour autant similaire ». Pierrot « apparaît plus long et cylindrique […] Les couleurs sont variables […] Nemo se situe dans une gamme de rouge et Pierrot dans des gammes orangées […] L’un a des écailles, l’autre pas […] Si les deux personnages sont souriants, Nemo montre des dents et le sourire est proche de celui de l’humain, tandis que la bouche de Pierrot, édentée, reprend le sourire prêté à certaines représentations de dauphins ».

« À supposer qu’une similitude ait pu être constatée, le droit d’auteur de Disney est antérieur », conclu le juge. Pierrot a surgi en septembre 2002 quand l’image de Nemo a été déposée au mois de février de la même année.

Pire, le tribunal a condamné l’auteur et son éditeur Flaven Scene à verser 38 000 euros de dommages et intérêts et à rembourser 25 000 euros de frais de justice à Disney et Pixar.

La Reine des Neiges Vs La Princesse des neiges

Olaf, le bonhomme de neige de La Reine des Neiges

Le récent carton de Disney semble s’être inspiré du court-métrage 2D The Snowman, réalisé par Kelly Wilson, pour son premier teaser. Jugez par vous-même, le court-métrage est visible ici, et le teaser de La Reine des Neiges là :

Par ailleurs, le court-métrage a été présenté lors du Festival du film international de San Francisco en 2011, où 16 employés de Pixar étaient présents. La réalisatrice Kelly Wilson a également postulé chez Disney en présentant des extraits du court-métrage.

Disney a préféré régler l’affaire à l’amiable après qu’un juge l’a débouté, les studios tentaient de faire annuler les poursuites.

Elsa, Reine des Neiges

L’auteur koweitienne Muneefa Abdullah a quant à elle poursuivi Disney pour avoir plagié l’une des histoires de son livre : Les nouveaux contes de fées, intitulée La princesse des neiges.

D’après la romancière : « des éléments clés de l’intrigue, des personnages, des thèmes […] de La Reine des neiges présentent d’importantes similitudes avec La Princesse des neiges, et que de telles similitudes font davantage songer à une copie qu’à une création indépendante ou une coïncidence. »

Le procès verbal mentionne que Muneefa Abdullah n’a « jamais autorisé [Disney] à copier, distribuer ou diffuser publiquement Les Nouveaux contes de fées ou La Princesse des neiges, ni à faire des travaux dérivés de ceux-ci. »

Toutefois, la justice a finalement donné raison à Disney.

Les Mondes de Ralph

Les Mondes de Ralph

Raph est un méchant de jeu vidéo qui tente de se reconvertir en gentil. Une intrigue similaire à celle de Mauvais rôle, un court métrage français sorti en 2007 et réalisé par les élèves de l’école de cinéma ESRA en Bretagne.


Mauvais role par nicop

Un autre film de l’école semble avoir inspiré Disney. Above then beyond, sorti en 2006, n’est pas sans rappeler l’un des succès de Disney, Là-Haut sorti en 2012. Les similitudes sont frappantes dès les premières minutes : avion, souvenirs, ville qui change et se transforme sous ses yeux, la maison, vestige des temps anciens, coincée au milieu d’immeubles dans une ville ultra moderne et industrialisée, avis d’expulsion, etc. Bref, tout le début de Là-Haut.

Above Then Beyond – ESRA 2006 from Jeffrey Alford on Vimeo.

À ce jour Disney n’a jamais été condamné pour copie, contrefaçon ou plagiat, mais a déjà fait condamner nombre de studios pour ce délit…