Dossier

Le Zune au final

Tests et Impressions

Par Anh Phan le

Après le grand déballage du Zune que je vous proposais ICI le jour de son lancement aux Etats-Unis, j’ai un temps mis de côté mes iPod pour utiliser à fond le Zune de Microsoft pour vous livrer les impressions. Bon il faut vous préciser que je ne suis pas non plus un iPod only Addicted, malgré ma préférence pour les iPod d’Apple, je suis aussi passé par du Creative Zen, du Samsung ou encore du Archos.

Comme je vous l’avais dit lors du déballage, malgré une taille théorique un peu plus élevé qu’un iPod, il faut avouer que le Zune fait massif, très massif. Certes, il tiendra dans la poche d’un jean mais oubliez la chemise, comparé à un iPod 5G, avec son aspect massif, il tient moins bien dans la main. Du côté du packaging, pour une fois, Microsoft a fait dans la sobriété tant au niveau de la boîte que du contenu puisque je vous rappelle que le Zune était livré avec des écouteurs, un câble USB, une pochette en velour, un mini-livret et un CD d’installation.

Pour le design, on aime ou on n’aime pas mais personnellement, j’avoue avoir un peu de mal, et malgré l’écran de 3″, on a toujours cette impression d’avoir un poids dans la main. Pour la finition, le Zune fait plastique, et comparé à son concurrent direct, il fait moins classe. Par contre, la plastique mat ne se raiera pas aussi facilement qu’un iPod et le tout me semble plus solide. De même, j’aime bien ce design avec la molette avec les deux boutons autour. Malheureusement, ce qui aurait dû être une molette n’est au final qu’un pad dissimulé avec un bouton central pour valider ou accéder aux infos de la piste en lecture, si bien qu’on clique tout le temps et comme le tout est en plastique, le clic en lui-même n’est pas mis en valeur et fait assez toc, dommage.

L’écran qui est sans doute le plus gros avantage du Zune sur l’iPod. Malgré la même résolution, il est plus fin dans son affichage et je le trouve plus lumineux, le rétro-éclairage est bien dosé et vous pourrez choisir jusqu’à trois niveaux de luminosité. L’écran pourra être utilisé en mode portrait ou en paysage Au final, le visionnage de vidéos est très agréable, surtout comparé à un iPod mais reste un cran en dessous des Archos. A noter par contre que sans rétro-éclairage, l’écran devient complètement illisible, contrairement à celui de l’iPod.

Quand vous allumez pour la première fois le Zune, ce dernier embarque déjà des musiques et des vidéos, ce n’est pas grand chose mais ce n’est pas si mal puisque cela vous permettra de jouer avec votre Zune dès son ouverture. D’ailleurs, attardons-nous sur l’interface, la navigation de fait de droite à gauche et de haut en bas, bon, ce n’est pas aussi intuitif que l’iPod mais ce n’est pas mal non plus. De plus, pour chaque média, le Zune mémorisera si on a commencé la lecture ou pas, ce qui veut dire qu’on peut mettre en pause une vidéo, passer à de la musique et revenir à la vidéo là où on s’était arrêté. Ce n’est pas grand chose mais à la longue, c’est appréciable.

Durant l’écoute d’une musique, le Zune affichera par défaut une couleur au dessus des infos de la musique et si vous avez l’image de l’album, cela occupera tout l’écran, encore une fois, je n’en ai jamais vu l’utilité mais bon, il y a demande alors … En parlant d’images, pour ces dernières et les vidéos, l’affichage par défaut est le mode paysage. Je ne vais pas m’attarder sur les fonctions de diaporama, zoom ou autres, c’est du classique de chez classique, il faudra juste noter que vous pourrez utiliser n’importe quelle image comme fond d’écran.

Le Zune propose un tuner FM qui fonctionne assez bien, rien à signaler de ce côté là, vous pourrez choisir le continent et quand vous avez une fréquence qui vous plaît, vous appuyez quelques secondes sur le bouton central et hop, c’est en mémoire. Au niveau du son, les écouteurs livrés sont aussi bons que ceux d’Apple, c’est à dire qu’il va falloir penser à les changer 😛 Pour le son du Zune, il me semble un peu plus puissant que les iPod, vous pourrez par ailleurs user des “équalizeurs” si vous voulez affiner le son à votre type d’écoute. A noter que le Zune ne propose pas à ce jour de transition directe entre les musiques, c’est à dire qu’il y aura une pause entre chaque morceau.

Pour fonctionner correctement, le Zune aura besoin de son alter-égo sur Windows, sachez que sans bidouilles, il faudra un Windows US à jour, sinon, le logiciel Zune refusera de s’installer. L’installation ne s’est quand même pas faite sans accrocs, entre les versions de Windows Installer, la version FR de mon Windows, le Zune non reconnu et autres bétises dans le genre, j’ai bien perdu une demi-journée ! Bref, j’y suis arrivé au final et c’est bien l’essentiel non ? Cependant, un petit truc me gène un peu quand même, alors que le Zune est un pur produit Microsoft, pourquoi ne pas utiliser Windows Media Player pour la gestion de sa bibliothèque au lieu d’un nouveau logiciel ?

Le logiciel Zune tout comme le Zune gère tous les formats connus comme le MP3, le WMA ou encore le AAC et ce n’est pas un mal puisque lors du premier lancement, il va vous proposer d’importer toute votre bibliothèque iTunes et comme la mienne était tout en AAC, j’avais un peu peur de devoir tout me retaper ! L’avantage donc, c’est que j’ai tout retrouvé comme sur mon iPod (sans les morceaux achetés électroniques achetés sur iTunes). Dans une tentative de se démarquer de ses concurrents, Microsoft a essayé de faire dans le minimum avec une interface assez épurée mais au final, on a l’impression de manquer d’informations sur tout. Par exemple, quand on veut copier de la musique sur le Zune, on ne sait jamais le place que ça prendra, il faudra aller sur l’écran de synchronisation du Zune pour voir une petite barre sans chiffre nous informant la place que le tout prendra. Pour les vidéos, le Zune passera par une conversion vers du WMV, ce qui est un peu dommage vu que j’avais converti bon nombre de vidéos en MPEG-4 pour l’iPod et que là, va falloir tout se retaper.

On continue dans le logiciel, et on découvre le Zune Marketplace et première chose qui choque, c’est que pour un appareil censé concurrencer le coupe iPod/iTunes, j’ai été surpris de ne pas trouver une seule catégorie de podcast surtout que sur iTunes, on trouve des centaines de podcasts sur Microsoft et le Zune. A noter qu’il vous faudra un compte MSN américain pour accéder à ce Marketplace. Une fois le processus finalisé pour avoir votre ZuneTag, on remarquera que les morceaux s’achète non pas à partir de dollars mais à partir de Zune Points. Un Zune Point vous en coûtera 1,25$ et chaque morceau vous sera facturé 0,79 ZP soit l’équivalent de 0,99$. C’est donc le même tarif que la concurrence mais avec ce système de ZP, à la longue, les plus novices auront sans doute cette impression d’acheter moins cher, de plus, contrairement à un achat sur iTunes, vous allez devoir toujours bloquer une certaine somme sur votre compte Zune. Perso, je n’adhère pas du tout. Pour finir sur le Zune Marketplace, certains albums sont inaccessibles à l’achat, sans doute pour un futur abonnement mais pourquoi nous permettre d’écouter un extrait si on ne peut même pas l’acheter ? Malgré la jeunesse du logiciel, je trouve que le tout manque un peu de cohérence.

Au niveau de l’autonomie, sans mesure particulière, le Zune a tenu environ une douzaine d’heure en mode audio et environ 3,5 heures en mode vidéo et photo. Comme vous le savez déjà, vous ne pourrez même pas utiliser votre Zune comme un disque externe, il ne vous proposera pas non plus de synchronisation de contacts, de calendriers, de tâches, de jeux, de VOD, etc … C’est vraiment dommage et la dessus, je ne comprends pas trop les choix de Microsoft.

En conclusion, le Zune a encore beaucoup de problèmes de jeunesse, on sent que Microsoft a fait le tout à la va-vite histoire de se positionner quelque part pour essayer d’ébranler l’hégémonie iPod/iTunes mais beaucoup reste à faire. Le Zune est en soi un bon lecteur mais il ne révolutionne pas du tout le genre, ce n’est qu’un lecteur de plus. Et quand au Zune Marketplace, il est encore loin d’être à la hauteur de son concurrent chez Apple puisqu’il ne propose que de la musique mais sans toute la richesse du catalogue iTunes.

Après le grand déballage du Zune que je vous proposais ICI le jour de son lancement aux Etats-Unis, j’ai un temps mis de côté mes iPod pour utiliser à fond le Zune de Microsoft pour vous livrer les impressions. Bon il faut vous préciser que je ne suis pas non plus un iPod only Addicted, malgré ma préférence pour les iPod d’Apple, je suis aussi passé par du Creative Zen, du Samsung ou encore du Archos.

Comme je vous l’avais dit lors du déballage, malgré une taille théorique un peu plus élevé qu’un iPod, il faut avouer que le Zune fait massif, très massif. Certes, il tiendra dans la poche d’un jean mais oubliez la chemise, comparé à un iPod 5G, avec son aspect massif, il tient moins bien dans la main. Du côté du packaging, pour une fois, Microsoft a fait dans la sobriété tant au niveau de la boîte que du contenu puisque je vous rappelle que le Zune était livré avec des écouteurs, un câble USB, une pochette en velour, un mini-livret et un CD d’installation.

Pour le design, on aime ou on n’aime pas mais personnellement, j’avoue avoir un peu de mal, et malgré l’écran de 3″, on a toujours cette impression d’avoir un poids dans la main. Pour la finition, le Zune fait plastique, et comparé à son concurrent direct, il fait moins classe. Par contre, la plastique mat ne se raiera pas aussi facilement qu’un iPod et le tout me semble plus solide. De même, j’aime bien ce design avec la molette avec les deux boutons autour. Malheureusement, ce qui aurait dû être une molette n’est au final qu’un pad dissimulé avec un bouton central pour valider ou accéder aux infos de la piste en lecture, si bien qu’on clique tout le temps et comme le tout est en plastique, le clic en lui-même n’est pas mis en valeur et fait assez toc, dommage.

L’écran qui est sans doute le plus gros avantage du Zune sur l’iPod. Malgré la même résolution, il est plus fin dans son affichage et je le trouve plus lumineux, le rétro-éclairage est bien dosé et vous pourrez choisir jusqu’à trois niveaux de luminosité. L’écran pourra être utilisé en mode portrait ou en paysage Au final, le visionnage de vidéos est très agréable, surtout comparé à un iPod mais reste un cran en dessous des Archos. A noter par contre que sans rétro-éclairage, l’écran devient complètement illisible, contrairement à celui de l’iPod.

Quand vous allumez pour la première fois le Zune, ce dernier embarque déjà des musiques et des vidéos, ce n’est pas grand chose mais ce n’est pas si mal puisque cela vous permettra de jouer avec votre Zune dès son ouverture. D’ailleurs, attardons-nous sur l’interface, la navigation de fait de droite à gauche et de haut en bas, bon, ce n’est pas aussi intuitif que l’iPod mais ce n’est pas mal non plus. De plus, pour chaque média, le Zune mémorisera si on a commencé la lecture ou pas, ce qui veut dire qu’on peut mettre en pause une vidéo, passer à de la musique et revenir à la vidéo là où on s’était arrêté. Ce n’est pas grand chose mais à la longue, c’est appréciable.

Durant l’écoute d’une musique, le Zune affichera par défaut une couleur au dessus des infos de la musique et si vous avez l’image de l’album, cela occupera tout l’écran, encore une fois, je n’en ai jamais vu l’utilité mais bon, il y a demande alors … En parlant d’images, pour ces dernières et les vidéos, l’affichage par défaut est le mode paysage. Je ne vais pas m’attarder sur les fonctions de diaporama, zoom ou autres, c’est du classique de chez classique, il faudra juste noter que vous pourrez utiliser n’importe quelle image comme fond d’écran.

Le Zune propose un tuner FM qui fonctionne assez bien, rien à signaler de ce côté là, vous pourrez choisir le continent et quand vous avez une fréquence qui vous plaît, vous appuyez quelques secondes sur le bouton central et hop, c’est en mémoire. Au niveau du son, les écouteurs livrés sont aussi bons que ceux d’Apple, c’est à dire qu’il va falloir penser à les changer 😛 Pour le son du Zune, il me semble un peu plus puissant que les iPod, vous pourrez par ailleurs user des “équalizeurs” si vous voulez affiner le son à votre type d’écoute. A noter que le Zune ne propose pas à ce jour de transition directe entre les musiques, c’est à dire qu’il y aura une pause entre chaque morceau.

Pour fonctionner correctement, le Zune aura besoin de son alter-égo sur Windows, sachez que sans bidouilles, il faudra un Windows US à jour, sinon, le logiciel Zune refusera de s’installer. L’installation ne s’est quand même pas faite sans accrocs, entre les versions de Windows Installer, la version FR de mon Windows, le Zune non reconnu et autres bétises dans le genre, j’ai bien perdu une demi-journée ! Bref, j’y suis arrivé au final et c’est bien l’essentiel non ? Cependant, un petit truc me gène un peu quand même, alors que le Zune est un pur produit Microsoft, pourquoi ne pas utiliser Windows Media Player pour la gestion de sa bibliothèque au lieu d’un nouveau logiciel ?

Le logiciel Zune tout comme le Zune gère tous les formats connus comme le MP3, le WMA ou encore le AAC et ce n’est pas un mal puisque lors du premier lancement, il va vous proposer d’importer toute votre bibliothèque iTunes et comme la mienne était tout en AAC, j’avais un peu peur de devoir tout me retaper ! L’avantage donc, c’est que j’ai tout retrouvé comme sur mon iPod (sans les morceaux achetés électroniques achetés sur iTunes). Dans une tentative de se démarquer de ses concurrents, Microsoft a essayé de faire dans le minimum avec une interface assez épurée mais au final, on a l’impression de manquer d’informations sur tout. Par exemple, quand on veut copier de la musique sur le Zune, on ne sait jamais le place que ça prendra, il faudra aller sur l’écran de synchronisation du Zune pour voir une petite barre sans chiffre nous informant la place que le tout prendra. Pour les vidéos, le Zune passera par une conversion vers du WMV, ce qui est un peu dommage vu que j’avais converti bon nombre de vidéos en MPEG-4 pour l’iPod et que là, va falloir tout se retaper.

On continue dans le logiciel, et on découvre le Zune Marketplace et première chose qui choque, c’est que pour un appareil censé concurrencer le coupe iPod/iTunes, j’ai été surpris de ne pas trouver une seule catégorie de podcast surtout que sur iTunes, on trouve des centaines de podcasts sur Microsoft et le Zune. A noter qu’il vous faudra un compte MSN américain pour accéder à ce Marketplace. Une fois le processus finalisé pour avoir votre ZuneTag, on remarquera que les morceaux s’achète non pas à partir de dollars mais à partir de Zune Points. Un Zune Point vous en coûtera 1,25$ et chaque morceau vous sera facturé 0,79 ZP soit l’équivalent de 0,99$. C’est donc le même tarif que la concurrence mais avec ce système de ZP, à la longue, les plus novices auront sans doute cette impression d’acheter moins cher, de plus, contrairement à un achat sur iTunes, vous allez devoir toujours bloquer une certaine somme sur votre compte Zune. Perso, je n’adhère pas du tout. Pour finir sur le Zune Marketplace, certains albums sont inaccessibles à l’achat, sans doute pour un futur abonnement mais pourquoi nous permettre d’écouter un extrait si on ne peut même pas l’acheter ? Malgré la jeunesse du logiciel, je trouve que le tout manque un peu de cohérence.

Au niveau de l’autonomie, sans mesure particulière, le Zune a tenu environ une douzaine d’heure en mode audio et environ 3,5 heures en mode vidéo et photo. Comme vous le savez déjà, vous ne pourrez même pas utiliser votre Zune comme un disque externe, il ne vous proposera pas non plus de synchronisation de contacts, de calendriers, de tâches, de jeux, de VOD, etc … C’est vraiment dommage et la dessus, je ne comprends pas trop les choix de Microsoft.

En conclusion, le Zune a encore beaucoup de problèmes de jeunesse, on sent que Microsoft a fait le tout à la va-vite histoire de se positionner quelque part pour essayer d’ébranler l’hégémonie iPod/iTunes mais beaucoup reste à faire. Le Zune est en soi un bon lecteur mais il ne révolutionne pas du tout le genre, ce n’est qu’un lecteur de plus. Et quand au Zune Marketplace, il est encore loin d’être à la hauteur de son concurrent chez Apple puisqu’il ne propose que de la musique mais sans toute la richesse du catalogue iTunes.