Dossier

Mon Petit Gazon : nos conseils pour bien réussir la nouvelle saison

Sur le web

Par Henri le

Le jeu Mon Petit Gazon connait un grand succès depuis des années, et anime les conversations des fans de football dans bien des bureaux. Voici donc quelques conseils à retenir avant la reprise de la saison.

Le phénomène de fantasy league ne date pas d’hier et a d’abord connu un grand succès aux États-Unis. Ces jeux où les participants endossent le rôle de propriétaires d’équipes sportives et se défient entre eux trouvent en effet un écho tout particulier avec les sports pratiqués outre-Atlantique. Football américain, basket-ball ou encore hockey, autant de disciplines où les scores-fleuves affluent, rendant parfois difficile la détection de champions. Autrefois effectués à la main par les joueurs, les calculs sont désormais automatiquement réalisés sur des sites internet bien conçus. C’est aussi le cas dans l’hexagone avec le sport le plus populaire du monde : le football. Il y a quelques années, les développeurs du site Mon Petit Gazon, abrégé en MPG, ont saisi leur chance en créant une plateforme lisible et ludique pour les amateurs de ballon rond.

Ils ont ainsi réussi à séduire des centaines de milliers de joueurs, en élargissant leur présence notamment lors des grands tournois populaires (coupe du monde, d’Europe…) Alors que la ligue 1 s’apprête à reprendre le 9 août, voici quelques rappels importants pour ceux qui ont besoin d’un décrassage. On vous renvoie vers les règles du jeu (agréable à lire) si vous ne les connaissez pas exactement, mais sachez cela :

MPG vous propose de défier un ou plusieurs amis dans un championnat de votre choix, qui réagit aux résultats des véritables matchs joués le weekend par les clubs. En début de partie, il vous est demandé de composer une équipe grâce à un budget de 500 millions d’euros (ça part vite) qui vous permet de piocher parmi l’ensemble des joueurs de la ligue en question. Si un de vos adversaires veut le même joueur que vous, une enchère débute alors (Killian, on t’a vu). Vous formerez ainsi l’équipe que vous estimez la plus à même d’être compétitive… Avec les moyens du bord.

Lorsqu’un joueur dont vous disposez marque réellement dans le championnat, son but est aussi comptabilisé dans le match contre vos amis. On comprend donc l’intérêt de se procurer de gros buteurs et pourquoi certaines enchères s’envolent.

Mais ce n’est pas tout. Le jeu prend en compte la note de chaque joueur (indexée en interne ou sur le journal L’Équipe) afin de donner l’opportunité à un collectif bien construit de rajouter des buts qui n’ont pas eu lieu dans le vrai championnat. Si elle dépasse 5, alors le joueur peut aller forcer les « lignes » adverses pour tenter sa chance devant le but. Selon sa position, il devra affronter les milieux et les défenseurs puis le gardien. Chaque « passage » dégrade sa note (d’un ou un demi-point pour le gardien) ce qui rend la chose plus compliquée. Selon votre formation, des bonus sont attribués à certains secteurs de jeu (jouer à cinq défenseurs fait monter la note globale de la défense d’un point). Chaque joueur ne peut marquer qu’un seul but MPG. Le site met à disposition un exemple précis :

Un défenseur obtient une note MPG de 8/10, il passe l’attaque adverse dont la moyenne est de 6,8 et arrive face au milieu adverse avec -1 soit 7/10. Le milieu a 6,1 de moyenne donc le défenseur gagne encore ce duel et arrive face à la défense adverse avec -0,5 soit 6,5/10. La défense a une moyenne de 5,9 donc le défenseur passe à nouveau à travers et arrive face au goal avec – 0,5 soit 6/10. Le goal a eu 5 donc le défenseur plante un but MPG. Goaaaaaaaaaaaaaal. (PS : si le goal avait eu 6 et qu’il était à domicile, il aurait arrêté le but MPG).

Je t’aime à l’italienne

À chaque année ses nouveautés ! Et 2019 marque notamment l’arrivée de la série A et de la Ligue 2. L’occasion d’utiliser quelques pointures comme Chiellini, Insigne, Perisic ou encore le nouveau roi du Piémont : Cristiano Ronaldo. La Ligue 2 vous permettra de prouver à vos collègues que vous avez vraiment l’œil pour dénicher des pépites.

Si vous jouez avec de nombreux participants, vous pourrez également initier une multi-ligue, qui prend cette fois-ci en compte la relégation. Les éternelles lanternes rouges vont trembler !

Sachez également que les amateurs qui optent ensemble pour le mode Expert (payant) auront accès à un outil capable de briser des amitiés : le prêt de joueur. Un concurrent met trop de distance aux autres et s’envole pour le titre ? Pourquoi ne pas prêter votre superstar à son adversaire du weekend pour un ou deux matchs ? Terrible on vous dit.

Le Mercato, moment crucial

Comme en vrai, le mercato est une étape cruciale pour espérer renforcer une équipe. Ici il faudra la composer complètement. L’enveloppe allouée peut paraître généreuse, mais vous allez rapidement comprendre que les sommes peuvent augmenter facilement.

Vous devez recruter au moins 18 joueurs et un maximum de 30 durant un mercato qui dure trois tours. Chaque poste requiert un minimum de contrat à signer :

  • Au moins deux gardiens
  • Au moins six défenseurs
  • Au moins six milieux
  • Au moins quatre attaquants

Si un de vos joueurs n’est pas titulaire ou n’a pas de remplaçant, il sera remplacé par un Rotaldo. Cet ersatz du meilleur numéro 9 de l’histoire est une vraie calamité puisqu’il est automatiquement noté 2,5/10. Si par megarde vous n’avez pas fait votre composition et que vous vous retrouvez avec plusieurs Rotaldo, le jeu vous inflige des buts CSC. Neuf Rotaldo = 3 buts CSC. Autant dire qu’il ne faut pas oublier de jeter un œil en fin de semaine.

Le choix du gardien est très important. À moins de choisir un portier qui vit un enfer tous les weekends avec son équipe, il faut surtout se focaliser sur quelqu’un qui joue. Même s’il provient d’une équipe moyenne, ses performances peuvent être excellentes, mais cela se verra moins. Un joueur dont l’équipe perd, mais qui fait quatorze arrêts de rang se verra doté d’une belle note.

Vous pouvez avoir Oliver Kahn aux cages, s’il ne joue pas, ça risque de piquer. On vous conseille donc de prendre le gardien remplaçant de la même équipe. Si le premier ne joue pas ou se blesse, vous êtes sûr qu’il y aura quelqu’un d’à peu près efficace pour assurer.

Pour gagner, il faut marquer. Pensez-y constamment lors du recrutement des autres membres de votre équipe, même pour les défenseurs. Le football moderne les met de plus en plus à contribution et ils leur arrivent souvent de mettre de mettre la balle au fond. À moins de choisir de véritables « murs » reconnus, mais chers, vous pouvez aussi opter pour des défenseurs offensifs. Noté 8 ou 9, il a une vraie chance de marquer si l’équipe du jour qui lui fait face n’est pas en grande forme… Ou qu’un Rotaldo traine par là. (Bon Ok, là, Attal avait vraiment mis un triplé)

Même constat pour les latéraux qui peuvent rapidement accumuler les passes décisives (très importants pour leur note finale) grâce à des centres millimétrés.

Idem pour les milieux. Essayer de choisir des atouts offensifs évidents, qui engrangent les passes réussies ou les frappes cadrées. Certains d’entre eux finissent la saison avec près de dix buts, ce qui peut largement faire la différence à la fin du championnat.

Bien évidemment, le ou les milieux défensifs ne sont pas là pour cela, mais pourront faire le bonheur des fins limiers. Leurs notes se basent notamment sur la récupération de balle, et ils sont aussi importants pour la défense que la relance. Ils peuvent donc remonter largement la note de leur « ligne » s’ils ont été de tous les bons coups. Malheureusement, N’golo Kanté ne joue pas en ligue 1.

En ce qui concerne les attaquants, c’est assez clair. Il faut des joueurs qui jouent et qui marquent ! Cependant, ne boudez pas les « seconds attaquants » et les pivots, qui peuvent délivrer énormément de passes décisives durant une saison, et conserver une note équivalente, voire meilleure que les « purs » buteurs.

Analysez les data

Vous étiez un féru de Football Manager et estimez que MPG est un peu trop excentrique pour vous ? Vous vous trompez peut-être, car l’analyse des données est un point très important pour recruter, mais également aligner les joueurs avant les matchs. Le site met à disposition un tableau vous permettant de vérifier rapidement les dernières notes ou le nombre de buts de chaque footballeur. Si vous cliquez sur l’un d’entre eux, vous pourrez cette fois-ci bénéficier de statistiques bien plus détaillées comme le nombre de dribbles réussis par match, les tirs cadrés, les passes décisives, les grosses occasions manquées ou les erreurs qui ont amené à se prendre un but.

Un outil précis qui saura récompenser les plus fouineurs. Ces derniers pourront ainsi récupérer des pépites passées sous le radar en cours de saison avec le black Market (uniquement pour le mode payant). Ce dernier permet en effet d’utiliser le principe du mercato (achat et vente) tout au long de la saison. Un ou deux bons recrutements judicieux… Et ça repart !

L’art d’utiliser les bonus

Dans le sport, on ne se souvient que des vainqueurs. Alors rangez un peu votre fair-play et n’hésitez pas à utiliser des bonus pour prendre l’avantage durant un match important. MPG propose en effet différents « coups de pouce » à consommer une fois dans la saison, qui peuvent renverser l’issue d’une rencontre. Avec son humour si caractéristique, le site en a rajouté de nouveau, à utiliser à domicile (sauf pour la valise à Nanard).

– Le Suarez permet de baisser la note du gardien adverse d’un point. À croquer à pleine dent.
– Le Redbull donne un coup de boost (+1 sur sa note) à un joueur
– Le (Tony) Chapron rouge agit comme une roulette russe : un joueur des deux équipes prend un carton rouge au hasard !
– Demander de l’aide à Patrice Evra permet d’annuler les changements tactiques de l’adversaire.  À coups de pied !
– La (célèbre) valise à Nanard permet à l’arbitre « d’oublier » un but adverse. Oups !
–  Enfin, le miroir retourne le bonus utilisé contre vous sur votre adversaire. Diabolique