Dossier

[Alors, on regarde ?] Happy! – Saison 2 : Pâques au cimetière !

Série

Par Jules le

Là où beaucoup de séries adaptées de livres font le choix d’étendre leur histoire originale sur plusieurs saisons, SyFy a pris le contre-pied. Pour Happy!, la chaîne a dépeint toute l’intrigue du comics éponyme en une seule fois. La seconde saison du show TV piloté par Brian Taylor et Grant Morrison se veut donc emplie d’originalité. Vraiment ?

Bon, si vous n’avez pas vu la première saison de Happy!, direction Netflix pour rattraper ce retard, car le papier qui suit ne se prive pas de citer quelques éléments-clés de l’intrigue.

Depuis qu’il a une petite fille, Nick Sax s’est assagi. Attention, cet ex-flic, ex-alcoolique et ex-tueur à gages est encore loin d’être le père parfait. Mais il fait des efforts, promis. Surtout qu’il a juré à Happy, l’ami imaginaire de sa fille devenu son partenaire de crime malgré lui, d’en finir avec les meurtres et la vie de débauche.

Pas si original

Ce changement de comportement se ressent à travers un épisode plus calme que ce à quoi nous avait habitués la série. Une sérénité qui s’annonce de courte durée, car Sonny Shine, l’animateur TV loufoque qui avait tenté de ruiner Noël de la manière la plus glauque possible, a décidé cette fois de s’attaquer à Pâques.

Comme on vous le disait plus tôt, et les lecteurs du comics de Grant Morrisson et Darick Robertson l’auront rapidement compris, cette deuxième saison de Happy! se base sur un scénario original.

Mais si le contexte change, la série semble prendre une fois de plus la même direction narrative. Il est difficile de juger sur un épisode, mais l’intrigue qui se met en place partage beaucoup de similitudes avec la saison précédente. Comme si les scénaristes avaient peur qu’en déviant trop de  l’atmosphère originale d’Happy!, les spectateurs n’y retrouvent pas leurs comptes.

Pâques éclatant

Pour bien montrer qu’au fond cette nouvelle saison n’a pas abandonné son esprit barré au profit d’un pitch différent, ce premier épisode en fait des caisses dans ses rares moments de folie. Cela peut donner des choses particulièrement drôles, comme un massacre involontaire perpétré par ce néo-pacifiste de Nick Sax. À contrario, cela peut se traduire par des moments mal maîtrisés qui ne semblent être là que pour remplir un cahier des charges de l’irrévérence.

Enfin, si Christopher Meloni et Patton Oswalt régalent toujours dans leurs rôles respectifs de Nick Sax et Happy, le jeu des acteurs secondaires laisse un peu plus à désirer. Mention spéciale aux deux policières qui cabotinent avec excès.

Notre avis

Parfois irrévérencieuse, parfois idiote, mais bien souvent drôle (on en attendait pas moins du réalisateur de Hypertension qui coproduit le show), cette nouvelle itération de Happy! ne semble pas changer la recette de la série. On y retrouve donc les points forts (des scènes délicieusement débiles) et les points faibles (une narration d'un classique absolu) de la précédente saison, sous couvert d'un scénario qui se rêve original. À réserver aux fans de l'ambiance loufoque du comics.