Dossier

[Duel JDG] Ultrabook : Asus Zenbook UX-31 VS Acer Aspire S3

Galerie photo

Sommaire de ce Duel spécial Ultrabooks :

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Difficile de passer à côté du phénomène ultrabook, inventée par Intel, cette appellation est synonyme de finesse (le châssis ne devant pas dépasser les 2cm d’épaisseur), mobilité (une autonomie d’au moins 5 heures), réactivité (temps démarrage et arrêt réduit), mais aussi performances avec la gamme Sandy Bridge basse consommation du fondeur américain.

Difficile également d’ignorer l’activité autour de cette nouvelle gamme d’ordinateurs puisque tous les grands constructeurs s’y sont mis, avec ou sans disque dur à plateaux, écran matte ou brillant, il existe aujourd’hui un large choix de configurations et c’est dans cette pléthore d’offres, qui ne devrait d’ailleurs pas stagner, qu’il faut faire un choix.

C’est donc tout naturellement que nous avons testé pour vous deux ultrabooks. Partageant une même philosophie (celle de l’ultra-portable selon Intel), mais un destin différent comme nous allons le voir tout au long de ce test.

Voici donc l’Acer Aspire S3 dans sa version Core i7 qui devra faire face au Zenbook UX31 d’Asus ici dans sa version Core i5. Je tiens cependant à préciser que compte tenu du processeur différent, les remarques concernant l’autonomie ont été réalisées en prenant en compte ce paramètre.

Caractéristiques techniques

Acer Aspire S3 :

Core i7-2637M (2 x 1.7Ghz, Hyper-Threading, TDP 17W)
4Go DDR3-1333Mhz
Ecran 13,3 pouces 1366 x 768 pixels
Disque dur 240Go
Poids : 1.35 Kg

Asus Zenbook UX-31 :

Core i5 2557M (2 x 1,7Ghz, Hyper-Threading, TDP 17W)
4Go DDR3-1333Mhz
Ecran 13,3 pouces 1600 x 900 pixels
SSD 128Go
Poids 1,41 Kg

[nextpage title= »Design & finition »]

Design & finition

Aspire S3 :

Le châssis de l’utrabook d’Acer est de très bonne facture. Sans jeu dans l’assemblage, on sent que la finition a été travaillée et même le plastique, en général négligé pour des raisons de coûts, est ici travaillé. Se dégage donc de l’ensemble un sentiment de solidité. En revanche, et c’est bien là un reproche subjective, l’orientation clairement « business » du S3 implique un design sobre, sans être excessivement ennuyeux, il n’est clairement pas fait pour se faire remarquer lorsque vous le sortirez en public.

Zenbook UX-31 :

Asus a décidé de mettre les petits plats dans les grands pour ses premiers ultrabooks : châssis de type unibody tout en aluminium, usinage du capôt en radiales, clavier aux touches en plastique à la finition métalisée mais aussi un système audio Bang & Olufsen judicieusement placé dans la charnière qui relie l’écran au reste de la machine. Les différentes attentions au détail que l’on décèle chez le constructeur confirment l’orientation plutôt haut de gamme de l’UX-31, ce qui aura, nous le verrons un impact sur la tarification de cet ultrabook.

[nextpage title= »Pavé tactile »]

Pavé tactile

Aspire S3 :

Apple a décidément fait fort avec le pavé tactile en verre qui équipe l’ensemble de sa flotte d’ordinateurs portables. Encore en 2012, les constructeurs ne semblent toujours pas avoir trouvé le bon compromis entre faible temps de réponse et multi-touch. Bien que l’utilisation traditionnelle du pavé tactile de cet Aspire S3 soit très bonne, lorsque l’on passe au multi-touch, les choses se gâtent. Entre les déplacements non pris en compte, et la latence qui succède à une action de type zoom, on ne peut que regretter si on en a déjà fait l’expérience, l’utilisation de la version Apple du pavé tactile. Quoiqu’il en soit, les clics traditionnels et le déplacement de la souris à l’aide du touch pad de l’Aspire S3 restent très bons. Regretta-t-on cependant la taille relativement faible du dispositif compte tenu de l’espace à disposition sur le repose-poignet.

Zenbook UX-31 :

On prend le même et on recommence ? Non, le pavé tactile du Zenbook UX-31 a bénéficié d’un travail certain de la part des ingénieurs chez Asus. Malheureusement les mêmes écueils peuvent être faits concernant le multi-touch, on n’arrive tout simplement pas au niveau de fluidité auquel nous pourrions être subtilement habitués avec les smartphones d’aujourd’hui. Le dispositif est grand, sensiblement de la même taille que son homologue sur MacBook Air, son revêtement est en verre, mais c’est vers la partie logicielle qu’il faut se tourner. Asus nous a affirmé que le pilote qui équipe certains UX31 était issu d’une société concurrente de Synaptics, certains modèles seraient ainsi équipés soit de la solution Synaptics soit de la version concurrente, cette dernière étant jugée moins efficace. Prudence donc lors de l’achat à vérifier quelles versions équipera votre future acquisition.

[nextpage title= »Clavier et ergonomie »]

Clavier et ergonomie

Aspire S3 :

Que vous soyez un habitué des touches métalliques d’un MacBook ou de celles souvent en plastiques des ordinateurs portables d’autres constructeurs, votre avis sera au mieux satisfait et au pire franchement déçu. Satisfait si vous êtes un habitué des PC portables, les touches de l’Aspire S3 sont en plastique à la finition plus que correcte, mais à l’aspect un peu « cheap » si caractéristique des claviers entrée de gamme. C’est d’autant plus dommage que la frappe en elle même est confortable, le clavier s’avère silencieux même si les touches sont victimes d’un jeu latéral perceptible, mais pas rédhibitoire. On est tout de même loin que ce que propose la concurrence sur ce point.

Concernant l’ergonomie et la batterie, on regrette le choix discutable en matière de forme des touches rendant l’utilisation des fonctions fréquemment utilisées telles que « Entrée » ou « retour arrière » plus compliqué que de raison. Les raccourcis vers les paramètres WiFi, Bluetooth ou encore le contrôle du volume sont classiques et efficaces. La batterie 3 cellules à 38Wh du Aspire le desserve surtout compte tenu du Core i7 qui l’embarque, il ne fait donc pas le poids, malgré ses 6 heures d’utilisation régulière et variée face à un zenbook pouvant allègrement dépasser les 7 heures.

Zenbook UX-31 :

Difficile de prendre en défaut le clavier du Zenbook d’Asus. Celui-ci est d’excellente facture, le plastique est doté d’une finition remarquable et il faut vraiment s’y reprendre à plusieurs fois pour remarquer que non, il n’est pas en aluminium comme le châssis. Après la mini-déception passée, on retrouve un certain confort de frappe que l’on croyait encore réservé aux ordinateurs portables de la pomme, la pression des touches est saine, la largeur du clavier agréable et la forme des touches notamment Entrée et Retour arrière bien dessinée, contrairement à l’Aspire S3 qui souffre de défauts à ce niveau hérités de sa version QWERTY certainement. On pardonnera, du moins dans sa version la moins onéreuse, à l’UX-31 sont absence de rétro-éclairage du clavier. En revanche sur le modèle qui se négocie aux alentours de 1200 euros, il est regrettable de ne pas avoir accès à ce petit plus confortable.

L’ergonomie générale du Zenbook est bonne, si ce n’est dire excellente. Les LED discrètes d’indication des différents statuts de la machine ou liés aux frappes de touches offrent un certain cachet à l’ultrabook d’Asus. La finition nous y reviendront, contribue à un certain confort d’utilisation non seulement au niveau des périphériques d’entrée touchpad/clavier, mais également au niveau de la prise en main générale du produit, on sent que l’on tient un produit fini et usiné avec soin.
La batterie 4 cellules à 48Wh de ce Zenbook fait des merveilles, en utilisation régulière de la machine, j’ai pu atteindre une journée complète de travail sans avoir à recharger une fois, une journée typique de 9 heures donc avec 2 heures de répit pour la machine.

[nextpage title= »Ecran »]

Ecran

Aspire S3 :

Pas de révolutions de ce côté, le 13,3 pouces du Aspire S3 possède une définition de 1366 x 768 pixels. Dalle TN oblige, les angles de visions ne sont pas le fort de cet ultrabooks, point de salut non plus du côté de la luminosité, à réglages similaires, j’ai eu le sentiment que le S3 était deux fois moins lumineux que le Zenbook d’Asus. Les couleurs également ont une fâcheuse tendance à tirer sur le bleu.
Enfin, on ne peut que regretter que le S3 cède aux sirènes de la dalle brillante, les constructeurs ne semblent visiblement pas comprendre qu’un produit pensé pour la mobilité doit être capable de lutter contre les reflets du soleil.

Zenbook UX-31 :

Egalement de 13,3 pouces, la dalle de l’ultrabook d’Asus impressionne avant tout par sa résolution, 1600 x 900 là ou la majorité des produits de cette taille semblent stagner à 768 pixels de hauteur. Cet apport en pixels supplémentaires s’accompagne d’une luminosité plus que convaincante à même de lutter contre les effets de reflets de la dalle brillante. Dalle brillante donc qui sera également l’un des rares endroits vulnérables aux traces de doigts que je n’ai pas manqué de laissé à mon grand désarroi.
Ce qui ne fait que regretter encore plus l’idée d’un UX-31 à dalle matte, la prochaine génération devra au moins comporter une variante matte faute de quoi, certains clients potentiels passeront certainement leur chemin.

Enfin, les angles de vision sont corrects sans plus, indiscutablement aidés par la forte luminosité de l’écran, luminosité qui aura un impact non négligeable sur la batterie.

[nextpage title= »Galerie »]

Galerie photo

[nextpage title= »Connectique »]

Connectique

Aspire S3 :

Le strict minimum chez Acer, cet Aspire S3 embarque deux ports USB 2.0, une paire d’entrée/sortie audio, un lecteur de carte multi-formats,un port HDMI et.. c’est tout. Ultrabook oblige, la connectique est sacrifiée sur l’autel de la finesse. Exit donc le port réseau bien pratique lorsqu’un WiFi universitaire est surchargé par exemple. Il faudra ainsi se rabattre sur un module WiFi Atheros b/g/n MIMO, je n’ai pas eu de problèmes particuliers quant à l’utilisation de ce dernier, la recherche et la connexion réseau est dans la moyenne et de l’ordre de l’instantané en sortie de veille.

Zenbook UX-31 :

L’ultrabook d’Asus compense son faible nombre de connectiques (seulement deux ports USB) par de bonnes idées qui se concrétisent notamment par le remplacement d’un des deux ports USB 2.0 par une version 3.0 dans l’air du temps. Si les traditionnels lecteurs de cartes et entrées/sorties audio sont toujours là, on remarquera que dans un souci de place, le port HDMI a été remplacé par une version mini HDMI, un Mini-VGA fait également son apparition et Asus compense l’absence de port RJ45 sur le châssis par un module USB/Ethernet de série.

[nextpage title= »Son »]

Son

Aspire S3 :

Les enceintes de l’Aspire S3 ne vous laisseront pas un souvenir impérissable, non content d’offrir un son assez faiblard, monter la puissance ne fera qu’empirer les choses puisque le châssis tout en plastique qui équipe l’ultrabook dispersera mal les vibrations. Grésillements et saturations ou faible niveau sonore, à vous de choisir.

Zenbook UX-31 :

Signé Bang & Olufsen, les enceintes de ce Zenbook promettent sur le papier une expérience sonore de qualité. Effectivement, le son est clair ; lors d’un film ou d’un titre musical, les enceintes frappées de la technologie du danois restituent un signal clair. Malheureusement, l’ensemble fait preuve d’un manque évidemment de basses, défaut à mettre certainement du côté de la nature même du châssis.

[nextpage title= »Performances »]

Performances

Aspire S3 :

Epaulé de 4Go de mémoire vive, Le Core i7-2637M qui équipe l’Aspire S3 d’Acer est placé dans la catégorie basse consommation du constructeur Intel. À mettre plutôt en face du Core i5 standard pour ordinateurs portables, ce Core i7 délivre cependant des performances très satisfaisantes dans la totalité des tâches, qui vous lui confierez. Il n’y a vraiment que la partie graphique qui soit à reprocher à cet ultrabook, à la décharge d’Acer, nous voyons mal comment une carte dédiée de la génération actuelle aurait pu obtenir un refroidissement convenable dans un espace si restreint. Le SSD Micron C400 de 256Go fait quant à lui des merveilles puisque l’installation et l’ouverture d’applications bénéficient d’une réduction d’exécution confortable, et ce, sans la moindre vibration.

Zenbook UX-31 :

Equipé d’un Core i5-2557M dans la version que nous avons testée, l’UX-31 a su se montrer véloce quant il était sollicité, mais aussi peu consommateur puisqu’il aura tenu en veille près de deux jours sans broncher. Pas de miracles donc au niveau des performances en bureautique, multimédia ou décodage vidéo ponctuel, c’est ici un sans faute. Il faudra manifestement attendre la prochaine génération de processeurs graphiques pour que l’on puisse s’intéresser outre mesure aux performances en jeu des ultrabooks, la Intel HD 3000 qui équipe ces deux ultrabooks vous permettra certes de jouer à certains titres (Starcraft II ou les jeux utilisant le source engine), mais s’avèrera vite limité lorsque l’on souhaitera acquérir des titres toujours plus gourmands en ressources.

[nextpage title= »Poids et bruit »]

Poids et bruit

Aspire S3 :

Avec ses 1,35 Kg, le Aspire S3 est plus compact été léger que son concurrent du jour. Il faut donc saluer la prouesse d’Acer d’avoir pu placer autant de composants de qualité (Core i7, SSD, 4Go de RAM) dans un espace si restreint . Si le système sait se faire oublier en utilisation normale, il suffit de le solliciter quelque peu pour que le ventilateur chargé de l’extraction se mette en marche, s’ensuit un désagréable bruit sourd de ventilation qui aura tôt fait de vous ennuyer plus qu’autre chose. Cependant, bien qu’en plastique le châssis saura conserver une température convenable et l’organisation vers l’arrière de la grille d’aération en est responsable.

Zenbook UX-31 :

Plus lourd de 60 grammes par rapport à son concurrent, le Zenbook d’Asus est probablement tributaire de son châssis tout en aluminium. Cependant, ce qu’il gagne en embonpoint, il le perd en nuisance sonore.Le châssis s’avère être un excellent conducteur de chaleur ce qui se traduit par un silence quasi permanent, et ce, même lorsque le processeur est sollicité. La discrétion est définitivement le maître mot de cet ultrabook.

[nextpage title= »Rapport qualité/prix »]

Rapport qualité/prix

Le rapport qualité/prix sera véritablement en conflit avec vos envies. Soit vous optez pour le raisonnement financier à savoir : Un ultrabook à moins de 900 euros chez Acer équipé d’un Core i7 ultra-basse consommation, soit vous vous laissez séduire par le port USB 3.0, le design (on aime ou on aime pas) et le son supérieur à la moyenne chez Asus et son UX-31 pour environ 950 euros.
À configuration égale, sachez que le UX-31 équipé d’un Core i7 similaire à l’Aspire S3 vous reviendra à 1200 euros environ.

[nextpage title= »Conclusion »]

Conclusion

Asus a clairement fait les bons choix pour ses premiers ultrabooks, la finition est au rendez-vous, les performances aussi (même si tout est relatif). C’est surtout sur les petits détails que le Zenbook aura su faire la différence. À plusieurs reprises j’ai eu envie de retirer des points au Zenbook, mais ce sont les petites attentions, presque faites pour compenser ses défauts qui lui permettent de remporter ce duel sans l’ombre d’un doute. Équilibré, l’UX-31 sait faire oublier ses quelques grammes en trop par son chargeur, peu encombrant de type smartphones c’est pour dire, son autonomie confortable et son clavier bien fini. À l’inverse, ce sont sur quasiment tous les points que la mise en concurrence aura été défavorable à l’Aspire S3, design sobre, mais sans plus, clavier en retrait et connectique tout juste correcte auront eu raison du premier ultrabook du marché même si dans l’absolu il reste un choix justifiable et justifié pour qui voudra grappiller le moindre euro et gramme par l’occasion.

Enfin, impossible de terminer ce test sans faire allusion au futur de la génération ultrabook, même si les performances sont amenées à augmenter au fil des générations de manière mécanique, les futurs processeurs Intel de la gamme Ivy Bridge et leur HD 4000 devraient véritablement donner le coup d’envoi de l’ère ultrabook et les travaux de NVIDIA du côté de la puce graphique Kepler semblent également être tournés vers cette catégorie d’ordinateurs.

Zenbook UX-31

Aspire S3 :