Dossier

Voyage dans le temps : les trois théories les plus populaires au cinéma

Cinéma

Par Henri le

Alors que le récent Avengers Endgame ne cesse de jouer avec le temps et l’espace, voici un petit récapitulatif des trois théories sur le sujet qui ont eu le plus de succès au cinéma.

Le voyage dans le temps est un vieux fantasme, qui a attisé l’imagination de bien des artistes. Le 7e art s’en est bien évidemment emparé et a livré des œuvres inspirées, qui ont marqué des générations de spectateurs. Encore aujourd’hui, nombreux sont les films et séries à jouer avec cette notion pour nous faire voyager à travers les époques… Et parfois nous y perdre ! Trois théories concernant ces excursions temporelles se détachent et fédèrent une grande partie des longs-métrages de science-fiction de ces dernières décennies. Voici une petite synthèse pour vous aider à y voir plus clair.

La chronologie dynamique

Il s’agit d’une des théories les plus utilisées au cinéma. Et à bien des égards, elle nous parait plus réaliste et naturelle. Elle stipule que l’altération des événements du passé aura un impact définitif sur le présent que l’on a quitté. Scénaristiquement parlant, elle ouvre la porte à de nombreuses idées puisqu’elle matérialise un rêve que tout le monde a déjà fait : revenir en arrière pour faire le bon choix. De plus elle s’adapte à de nombreux genres cinématographiques : drame, romance, comédie… Tout est possible.

Elle offre ainsi l’éventualité d’éliminer une menace en amont afin de ne plus être inquiété lors du retour dans le présent ou encore de faire le bon choix pour accéder à la réussite ou à l’amour.

Elle peut néanmoins mener à un paradoxe étonnant, voire dangereux pour le personnage principal. Souvent nommé « le paradoxe du grand-père », il laisse entendre que cette utilisation de la courbe temporelle peut poser problème avec un exemple simple. Si je tue mon grand-père avant qu’il ait eu des enfants, je n’ai pas pu venir au monde. Mais comment ai-je donc pu faire le voyage pour l’assassiner ? Plusieurs réponses peuvent être apportées à ce paradoxe, en utilisant notamment la notion de boucle temporelle, mais elle fascine encore bien des amateurs.

Cette théorie a fait les beaux jours de Robert Zemeckis puisqu’elle pose à elle seule les bases de la saga culte Retour vers le Futur. Le jeune Marty McFly n’aura de cesse de voyager dans le temps avec le docteur Emmett Brown pour résoudre des paradoxes temporels causés par ses propres interventions ! Et pour un exemple bien de chez nous, on peut aussi évoquer Les Visiteurs. Dans le film de Jean-Marie Poiré, Godefroy de Montmirail tue par erreur son futur beau-père, ce qui l’empêche de se marier à Frénégonde. Accompagné de son fidèle écuyer (pas très apprêté, certes, mais reniflant bien les pistes) il va boire une potion pour revenir quelques instants avant le drame… Quitte à se perdre dans les couloirs du temps !

La chronologie fixe

Le voyage dans le temps se déroulant sur une timeline fixe se base sur un postulat simple : Le futur ne peut pas vraiment être changé ou modifié. Cette théorie se base en partie sur le principe de cohérence de Novikov, développé dans les années 80. Cette dernière stipule qu’il n’existe qu’une seule ligne de temps et qu’elle ne peut se multiplier.

Quand bien même des personnes pourraient voyager dans le passé, le futur qu’ils ont laissé ne peut pas être changé. Les actions qu’ils effectueront dans le passé font déjà partie de l’histoire. Se débarrasser d’un dictateur sanguinaire alors qu’il est encore enfant (et/ou le remplacer par un autre bambin) n’affectera pas son existence puisque l’enfant remplacé (ou même un autre) deviendra un dictateur à sa place. Bien que plus pessimiste, cette théorie reste assez fascinante puisqu’elle ne s’expose pas à un paradoxe comme celle de la timeline dynamique.

(Attention, des spoilers sur des films anciens se trouvent ci-dessous)

L’exemple cinématographique le plus probant est probablement la saga Terminator. Dans le premier opus, un robot surpuissant est envoyé dans le passé pour tuer le fils de Sarah Connor (John) car ce dernier deviendra plus tard le chef de la résistance humaine dans la guerre contre ces derniers.

On se rend pourtant compte que s’il avait réussi sa mission, un autre homme aurait pris la place de John Connor à la tête des troupes humaines. La célèbre suite montre comment John, Sarah et le T-800 détruisent Cyberdyne et pourtant… Le Jugement Dernier a tout de même lieu dans le troisième épisode. Cette vision proche des religions abrahamiques laisse entendre que l’homme ne peut échapper à son destin.

La chronologie multiple

La troisième théorie se base sur le principe de « multivers » et laisse encore plus de place à l’imagination. Elle détache le voyageur temporel de sa timeline fixe ou dynamique puisque ce dernier change littéralement d’univers. Il retrouve donc une autre version (ancienne ou futuriste) de lui-même… À moins qu’il ne soit déjà décédé dans celle-ci ! Selon les œuvres, ses alter ego lui ressembleront parfaitement ou auront pris une voie totalement différente.

Dans une timeline parallèle, le voyageur peut faire littéralement ce qu’il veut puisque seule la nouvelle timeline sera affectée. Si vous décidez de tuer tous vos aïeux dans cette dernière, cela ne créera aucun paradoxe. Juste une nouvelle histoire dans laquelle vous n’existerez jamais.

Les scénaristes aiment utiliser la physique quantique insuffler du réalisme à ces voyages dans l’espace/temps. Ce fut le cas dans l’ Interstellar de Christopher Nolan mais également dans l’excellent épisode « A Rickle in time » de la série Rick & Morty.

Le superbe film d’animation Spider Man : New Generation cultive aussi cette idée. On y découvre la vie de Miles Morales, un adolescent afro-américain devenu Spider-Man après avoir été piqué par une araignée. En utilisant un accélérateur de particules, son ennemi ouvre des portails sur d’autres univers, où une flopée d’autres Spider-Man va surgir. Un vieux Peter Parker, Spider-Gwen, Spider-Cochon et même une version manga vont alors se rencontrer.

Comment ne pas évoquer le récent Avengers : Endgame, qui continue de battre des records depuis sa sortie ? Nous vous avons spécialement concocté un dossier pour l’occasion afin d’y voir plus clair.

**Attention Spoilers**

Dans ce dernier, les Avengers restants remontent dans le passé à la recherche des gemmes d’infinité, ce qui ouvre la porte vers une nouvelle timeline (sans la pierre du temps). Si par hasard le Hulk du présent avait tué celui du passé, il n’aurait pas disparu, il aurait simplement créé une dimension où il est mort. Cependant, le traitement du personnage de Captain America remet en cause la théorie du voyage dans le temps adopté par les frères Russo selon certains fans…

Un court extrait du prochain Spider-Man : Far From Home montre un dialogue entre Peter Parker et Quentin Beck, alias Mysterio. Il lui explique qu’il ne vient pas de la même Terre (il viendrait de la 833 et Peter de la 616) mais que leurs deux planètes « partagent des constantes physiques identiques ». Reste à savoir s’il dit vrai.

Ces quelques théories ont déjà de quoi nous faire tourner les méninges, mais il en existe encore de nombreuses autres. Quelle est celle qui vous parait la plus réaliste ?

7 réponses à “Voyage dans le temps : les trois théories les plus populaires au cinéma”

  1. Où placez-vous les voyages dans le temps d’Hermione et d’Harry Potter dans prisonnier d’Azkaban ?

    On est sur une timeline hyper fixe où tout est inéluctable pour reprendre une célèbre expression

    C’est une quatrième voie, ou elle est identique à celle de Terminator ?

  2. C’est une 4e théorie qui n’est pas traitée ici mais qui dit que tout ce que tu feras lors de ton voyage dans le temps aura déjà été fait, et donc par conséquent rien ne peut être modifié puisque c’est déjà passé.

  3. C’est plutôt la deuxième théorie. En général tout ce qui touche aux boucles temporels, se base une chronologie fixe: les faits sont inéluctable.

    Tout comme le film Triangle ou l’excellent Prédestination, que je conseille fortement aux amateurs de films traitant du voyage temporel.

  4. interstellar est basé sur la relativité, pas sur la mecaQ 🙂
    Les paradoxes temporels ne sont pas issus de la mecaQ mais de la relativityé générale.

    De plus, les scénaristes introduisent parfois des interprétations de la mecaQ mais jamais vraiment la mecaQ elle même 🙂

    de meme les timeline ne sont pas des théories, ce sont des essais d’explications des résultats d une ou plusieurs théories nuance 😉

  5. à propos de la chronologie fixe, j’avais adoré « le maître des montagnes », 15ième album de Thorgal

  6. Et il me semble que 2 autres albums de Thorgal illustrent 2 autres théorie de voyage dans le temps, l’album 3 illustres la chronologie dynamique et l’album 21 la chronologie multiple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *