Test

[En direct de l’E3] Mini-impressions : Far Cry 4 (ou comment venir à bout d’un village ennemi à dos d’éléphant)

Par Fabio le

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via...

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur Far Cry 4.

FC4_screen_paganmin_pen_e3_140609_8pmPST_1402224699

Je vais maintenant vous raconter comment j’ai abattu un hélicoptère avec une mitraillette dans une main et les rênes de mon éléphant dans l’autre.

Alors, d’abord, j’ai commencé par choisir un éléphant. Je l’ai appelé Pierre-Henri. Parce que je trouvais que ça sonnait bien pour un éléphant et qu’en plus, en réarrangeant et changeant 6 lettres, ça faisait “Éléphant”. La coïncidence était trop belle.

J’ai ensuite grimpé dessus et, tel Hannibal (celui qui avait des éléphants), j’ai chargé la porte de la forteresse que je devais libérer. BOUM, la porte vole en éclat et je me suis mis à tirer au fusil à pompe sur tout ce qui bouge. Sauf que le seul problème de l’éléphant, c’est que vous êtes aussi imposant que visible. En plus, le fusil à pompe, ce n’est pas génial pour tirer de haut. Bref, je suis mort.

On recommence. Je prends un autre éléphant. Dans un souci de souligner le caractère individuel de chaque éléphant du jeu, je décide de l’appeler Henri-Pierre et ce pour les raisons sus-citées. Suivant l’exemple de Pierre-Henri, Henri-Pierre défonce la porte avec autant de grâce que son confrère. C’est à ce moment-là que je décide de descendre de mon pachyderme pour ne pas répéter les erreurs du passé.

Et c’est parti pour la partie de cache-cache dans ce petit bastion népalais. Enfin, je suppute que c’était au Népal. Ça canarde, ça ramasse les armes des morts, les alarmes sont déclenchées, les renforts s’apprêtent et viennent me menacer avec une jeep possédant une mitraillette lourde à l’arrière. Je vous passe les détails, je les ai tous tués. Oh, je ne dis pas que c’était facile. J’ai même dû utiliser de nombreuses seringues d’adrénaline pour ne pas tomber au combat. Pour cela, il faut maintenir le bouton indiqué à l’écran et le maintenir suffisamment longtemps sans qu’un ennemi ne vous achève.

Il n’y avait plus personne dans la base, juste l’hélicoptère qui me tirait dessus depuis les hauteurs. Tentant de me rapprocher un peu des cieux, je m’empresse d’aller chercher Henri-Pierre qui était parti se désaltérer et je me suis mis à tirer comme un dément sur l’hélicoptère qui crachait le feu de ses balles sur moi. Ce fut un succès. L’engin s’écrasa lamentablement sous la puissance du duo que nous formions, moi et Henri-Pierre.

Forts de cette victoire, nous sommes partis fêter ça dans la mare, non loin, mais la fin de la démo nous en a empêchés.

Notez que c’était la façon bourrine de procéder. Mais j’aurais très bien pu me la jouer furtive. Mais je vous avoue que ça aurait été beaucoup moins drôle à raconter.

Far Cry 4, c’est prévu sur PC, Xbox One, PS4, Xbox 360 et PS3 pour le 20 novembre prochain.

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur Far Cry 4.

FC4_screen_paganmin_pen_e3_140609_8pmPST_1402224699

Je vais maintenant vous raconter comment j’ai abattu un hélicoptère avec une mitraillette dans une main et les rênes de mon éléphant dans l’autre.

Alors, d’abord, j’ai commencé par choisir un éléphant. Je l’ai appelé Pierre-Henri. Parce que je trouvais que ça sonnait bien pour un éléphant et qu’en plus, en réarrangeant et changeant 6 lettres, ça faisait “Éléphant”. La coïncidence était trop belle.

J’ai ensuite grimpé dessus et, tel Hannibal (celui qui avait des éléphants), j’ai chargé la porte de la forteresse que je devais libérer. BOUM, la porte vole en éclat et je me suis mis à tirer au fusil à pompe sur tout ce qui bouge. Sauf que le seul problème de l’éléphant, c’est que vous êtes aussi imposant que visible. En plus, le fusil à pompe, ce n’est pas génial pour tirer de haut. Bref, je suis mort.

On recommence. Je prends un autre éléphant. Dans un souci de souligner le caractère individuel de chaque éléphant du jeu, je décide de l’appeler Henri-Pierre et ce pour les raisons sus-citées. Suivant l’exemple de Pierre-Henri, Henri-Pierre défonce la porte avec autant de grâce que son confrère. C’est à ce moment-là que je décide de descendre de mon pachyderme pour ne pas répéter les erreurs du passé.

Et c’est parti pour la partie de cache-cache dans ce petit bastion népalais. Enfin, je suppute que c’était au Népal. Ça canarde, ça ramasse les armes des morts, les alarmes sont déclenchées, les renforts s’apprêtent et viennent me menacer avec une jeep possédant une mitraillette lourde à l’arrière. Je vous passe les détails, je les ai tous tués. Oh, je ne dis pas que c’était facile. J’ai même dû utiliser de nombreuses seringues d’adrénaline pour ne pas tomber au combat. Pour cela, il faut maintenir le bouton indiqué à l’écran et le maintenir suffisamment longtemps sans qu’un ennemi ne vous achève.

Il n’y avait plus personne dans la base, juste l’hélicoptère qui me tirait dessus depuis les hauteurs. Tentant de me rapprocher un peu des cieux, je m’empresse d’aller chercher Henri-Pierre qui était parti se désaltérer et je me suis mis à tirer comme un dément sur l’hélicoptère qui crachait le feu de ses balles sur moi. Ce fut un succès. L’engin s’écrasa lamentablement sous la puissance du duo que nous formions, moi et Henri-Pierre.

Forts de cette victoire, nous sommes partis fêter ça dans la mare, non loin, mais la fin de la démo nous en a empêchés.

Notez que c’était la façon bourrine de procéder. Mais j’aurais très bien pu me la jouer furtive. Mais je vous avoue que ça aurait été beaucoup moins drôle à raconter.

Far Cry 4, c’est prévu sur PC, Xbox One, PS4, Xbox 360 et PS3 pour le 20 novembre prochain.