Test

Impressions : Castlevania : Lords of the Shadow

Par Rédacteur Invité le

Non, la série Castlevania n’est pas condamnée à rester en 2D. La preuve une fois de plus avec cet épisode Lords of the Shadow qui s’annonce d’ores et déjà comme un grand cru, et qui devrait pouvoir réussir l’exploit de fédérer à sa cause même les plus réticents à l’idée de voir un Belmont évoluer […]

Non, la série Castlevania n’est pas condamnée à rester en 2D. La preuve une fois de plus avec cet épisode Lords of the Shadow qui s’annonce d’ores et déjà comme un grand cru, et qui devrait pouvoir réussir l’exploit de fédérer à sa cause même les plus réticents à l’idée de voir un Belmont évoluer dans un univers ouvert !

castlevania-lords-of-shadow-xbox-360-022

Autant le dire tout de suite : les minutes passées pad en main à découvrir ce Lords of the Shadow furent autant un plaisir qu’une épreuve. Un plaisir parce que le jeu est beau, qu’il dispose d’un univers sombre au possible (piochant dans le gothique, soit-dit en passant) et de possibilités de gameplay énormes. Mais une épreuve aussi donc, du fait que les développeurs n’ont visiblement pas décidé de changer le LEITMOTIV de la série, en conférant au soft une difficulté qui devrait en déstabiliser plus d’un. Enfin, de ce que nous avons pu apercevoir (une bataille entre Gabriel Belmont, un petit nouveau bien plus musclé que les autres membres de sa famille, et une horde de loups assoiffés de sang), le personnage principal se manie sans aucun problème, usant à la fois des classiques fouets, couteaux (au lancer) et que sais-je encore pour arriver à ses fins. Évidemment, plus vous décimerez de “monstres”, plus votre expérience s’accumulera, et plus vous aurez accès à de nouvelles armes, combos, et j’en passe. Une évolution classique, certes, mais très motivante pour les gamers que nous sommes ! Voilà, même s’il est difficile de retranscrire ici la claque que nous nous sommes prises, nous pouvons également vous certifier que l’implication de Kojima dans l’écriture du scénario du jeu se ressent dès l’introduction du jeu, bien plus profonde que les introductions d’un Castlevania plus classique. Serions-nous face à une future bombe ? Tout semble l’indiquer…

Non, la série Castlevania n’est pas condamnée à rester en 2D. La preuve une fois de plus avec cet épisode Lords of the Shadow qui s’annonce d’ores et déjà comme un grand cru, et qui devrait pouvoir réussir l’exploit de fédérer à sa cause même les plus réticents à l’idée de voir un Belmont évoluer dans un univers ouvert !

castlevania-lords-of-shadow-xbox-360-022

Autant le dire tout de suite : les minutes passées pad en main à découvrir ce Lords of the Shadow furent autant un plaisir qu’une épreuve. Un plaisir parce que le jeu est beau, qu’il dispose d’un univers sombre au possible (piochant dans le gothique, soit-dit en passant) et de possibilités de gameplay énormes. Mais une épreuve aussi donc, du fait que les développeurs n’ont visiblement pas décidé de changer le LEITMOTIV de la série, en conférant au soft une difficulté qui devrait en déstabiliser plus d’un. Enfin, de ce que nous avons pu apercevoir (une bataille entre Gabriel Belmont, un petit nouveau bien plus musclé que les autres membres de sa famille, et une horde de loups assoiffés de sang), le personnage principal se manie sans aucun problème, usant à la fois des classiques fouets, couteaux (au lancer) et que sais-je encore pour arriver à ses fins. Évidemment, plus vous décimerez de “monstres”, plus votre expérience s’accumulera, et plus vous aurez accès à de nouvelles armes, combos, et j’en passe. Une évolution classique, certes, mais très motivante pour les gamers que nous sommes ! Voilà, même s’il est difficile de retranscrire ici la claque que nous nous sommes prises, nous pouvons également vous certifier que l’implication de Kojima dans l’écriture du scénario du jeu se ressent dès l’introduction du jeu, bien plus profonde que les introductions d’un Castlevania plus classique. Serions-nous face à une future bombe ? Tout semble l’indiquer…