Test

[Impressions] Chronicle : RuneScape Legends – Sado-maso cherche bon jeu de cartes

Par Fabio le

En allant découvrir ce Chronicle : RuneScape Legends, je pensais trouver un énième clone d’Hearthstone, auréolé en plus d’un nom plus générique que générique. Et puis en fait, non. Pas du tout.

chronicle 5

Alors certes, le nom du jeu ne changera pas et ne marquera pas les mémoires, mais pour le reste, le concept, la mécanique, Chronicle a de quoi rafraîchir le paysage déjà bien standardisé du jeu de cartes free-to-play. À la première partie pourtant, j’avoue ne pas avoir compris grand-chose au système de jeu que les développeurs me vendaient pourtant comme « facile à prendre en main ». Les cartes me semblaient familières, avec des invocations de monstres dotés de points d’attaque et de résistance, mais ce n’était pas comme d’habitude ; il y avait ce plateau de jeu et ces deux héros qui combattaient côte à côte contre leurs propres cartes. Mais au bout de trois parties, ça allait déjà mieux ; et après cinq, je me suis dit que la mécanique de jeu mise en place par Jagex (le studio qui chapeaute aussi le MMO RuneScape) était sacrément maligne.

chronicle 8

Chronicle est un jeu de cartes dans lequel, comme souvent, le joueur est représenté par un héros. Comme dans un Hearthstone, on choisira un avatar parmi les classiques mage, vampire, voleur ou encore guerrier. L’objectif de ce héros, qui possède un certain montant de points de vie, une certaine puissance d’attaque et un sac d’or, est de vaincre le héros adverse.

Mais avant de se mesurer l’un à l’autre, les deux héros devront emmagasiner le maximum d’expérience. Cette phase de progression représente les 95% d’une partie, qui dure généralement une dizaine de minutes. Comme des pions dans un jeu de plateau, les deux héros vont avancer côte à côte à travers 5 environnements (un désert, une plaine, un volcan, etc.). Chaque environnement comporte 4 points de passage, qui seront autant d’occasion de jouer une carte. À chaque étape donc, vous allez choisir 4 cartes à jouer, dans un ordre précis, et leur effet sera résolu quand votre héros atteindra chaque point de passage. Par exemple, si vous jouez quatre cartes de monstres, cela signifie que votre avatar, à chaque point de passage, combattra un de ces monstres (pas pour le plaisir, mais pour devenir plus expérimenté). Mais vous pouvez jouer aussi quatre sortilèges pour agresser l’adversaire et le ralentir dans son évolution.

chronicle1

Si vous avez suivi et que vous savez bien compter, vous avez donc compris que vous aurez 20 cartes à jouer et cinq niveaux pour faire évoluer votre héros et/ou affaiblir l’adversaire avant le combat final, situé sur le cinquième plateau.