Test

[Impressions] Crossing Souls

Par Corentin le

Les années 80, au moins sur la scène du jeu indépendant, c’est très à la mode. Et pour cela, on peut remercier Dennaton Games avec Hotline Miami qui a participé à remettre au goût du jour cette période particulière pour un grand nombre de joueurs. Mais si Hotline Miami mettait en avant l’aspect quelque peu étouffant des « années fric » telles qu’on les appelait chez nous, Crossing Souls cherche plutôt à vous attendrir avec des phases animées dignes de ce qui était diffusé le samedi matin sur les télévisions du monde entier.

Un gros trip façon Denver le dernier dinosaure, mais en plus glauque et en version jeu d’aventure en vue du dessus. Voilà ce que vous propose Crossing Souls, cette drôle de création sortie de l’imaginaire et de la nostalgie de Fourattic, une équipe de développeurs majoritairement espagnole. Dans Crossing Souls on incarne une bande de gosses, façon Goonies, qui après avoir trouvé un artefact permettant de voir et d’interagir avec les morts, va se mettre le monde des adultes à dos pour déjouer un complot qui les dépasse complètement et qui implique la CIA et l’armée américaine. On sent qu’E.T. est également passé par là.

Ce ne sont pas moins de 5 protagonistes que vous pourrez contrôler. Ils ont tous leur petite particularité et le joueur aura besoin de régulièrement changer de l’un à l’autre — d’une simple pression sur une gâchette — pour venir à bout des différentes énigmes, ennemis, ou obstacles qui se dresseront sur le chemin de la troupe. Ainsi, si l’enfant balaise du groupe est celui qui pourra pousser des caisses, il ne sera certainement pas celui qui pourra s’y hisser. Des affrontements ont parfois lieu et il est tout à fait possible d’y laisser un personnage. Toutefois, pas de panique, une fois la menace écartée, chaque personnage tombé au combat revient en jeu avec 1 point de vie.

De plus, il arrivera qu’un des personnages passe carrément dans le plan des morts et puisse interagir directement avec eux, ou atteindre des lieux impossibles à atteindre depuis le plan des vivants. Pour les autres, ils devront faire avec ce fameux artefact. Une fois activé, la vision du joueur change et toutes les entités spectrales apparaissent à l’écran.

[nextpage title= »Des morts encore bien vivants »]

Ces ectoplasmes qui ont souvent été humains et bien vivants à un moment donné, dévoileront un lore parfois amusant, mais souvent très glauque. Enfermés dans leurs lubies, ils ressasseront souvent les raisons de leurs morts, penseront parfois qu’ils sont encore vivants, ou relèveront carrément de l’anachronisme quand, par exemple, la fine équipe croisera des soldats morts durant la guerre de Sécession.

Ajoutez à cela des filtres façon magnétoscope, des cinématiques animées bluffantes de réalisme, ainsi que des musiques extrêmement typées de l’époque (dans le style de ce que peut produire Carpenter Brut, par exemple) et vous obtenez un jeu avec une ambiance très particulière, à la frontière du joyeux et du glauque, à la limite du convivial et du grave, bref, quelque chose d’unique en son genre.

Pour en finir avec les hommages, certaines phases un peu plus arcade donneront quelques parenthèses rafraîchissantes du point de vue du gameplay. Une séquence qui nous a été présentée peut se résumer en une phase de course poursuite à vélo dans laquelle il fallait se placer verticalement pour éviter les obstacles arrivant sur vous et annoncé au dernier moment par une icône à l’écran. Ça vous rappelle Battletoads ou Aladdin ? C’est fait exprès. Les développeurs m’ont promis d’autres phases de ce genre durant une aventure qui s’annonce déjà riche en rebondissements.

Crossing Souls s’annonce comme un vibrant hommage au cinéma et à la télévision des années 80. Avec toutes ces références qui résonneront avec force dans l’esprit des joueurs de plus de 30 ans, le titre attendrira à coup sûr son public, d’autant qu’il le retranscrit avec brio. L’aspect sombre n’est également pas pour me déplaire avec des notes rappelant certains passages assez graves de certains jeux, comme Earthbound. En tout cas, les bases et l’univers sont là, j’attends avec impatience d’en savoir plus sur l’histoire et croise les doigts pour qu’elle suive. Un jeu à surveiller de près quand il sortira l’année prochaine, sur PC, Mac, PS4 et PS Vita.

Notre avis

Crossing Souls s’annonce comme un vibrant hommage au cinéma et à la télévision des années 80. Avec toutes ces références qui résonneront avec force dans l’esprit des joueurs de plus de 30 ans, le titre attendrira à coup sûr son public, d’autant qu’il le retranscrit avec brio. L’aspect sombre n’est également pas pour me déplaire avec des notes rappelant certains passages assez graves de certains jeux, comme Earthbound. En tout cas, les bases et l’univers sont là, j’attends avec impatience d’en savoir plus sur l’histoire et croise les doigts pour qu’elle suive. Un jeu à surveiller de près quand il sortira l’année prochaine, sur PC, Mac, PS4 et PS Vita.