Test

[Impressions] Lego Dimensions

Par Corentin le

Depuis l’énorme succès de Skylanders qui ne cesse d’être une poule aux œufs d’or pour Activision, la course aux figurines est lancée entre tous ceux qui possèdent un catalogue de licences suffisant. Ainsi, Disney et Nintendo ont également sorti leurs produits pour s’emparer d’une part de ce gros gâteau, respectivement avec Disney Infinity et les amiibos.

Cependant, aucun de ces produits n’a réellement cherché à pousser la réflexion de la figurine au sein d’un système de jeu. Certes, tous ces jouets interagissent avec le jeu vidéo, mais, in fine, ils ne font rien d’autre que de débloquer du contenu déjà présent dans les données du programme. Les inputs du joueur par le biais des figurines sont ainsi réduits à sa plus simple forme : poser et enlever la figurine de son socle. Autant dire qu’en termes de game design, on se pose vraiment là.

C’est dans cette optique que j’ai malgré tout décidé d’aller voir Lego Dimensions, le jeu « à figurine » de l’entreprise aux briques multicolores, et ce, durant mon séjour à l’E3. Je dois bien dire que j’ai été bluffé. Le titre parvient à faire ce que tous ses concurrents n’avaient pas réussi ou essayé de faire : intégrer les figurines au sein même du game design. À ce titre, Lego Dimensions est, et de loin, le plus malin et le mieux pensé des jeux de la catégorie « jouets vidéo ».

Tout commence normalement dans une partie de Lego Dimensions. Le gameplay est on ne peut plus connu et quiconque aura déjà joué à une partie de Lego-quelque-chose dans sa vie retrouvera ses marques immédiatement. On contrôle ainsi un personnage parmi les trois proposés dans le starter pack, en l’occurrence Gandalf, Batman et Cool-Tag, issue de La Grande Aventure Lego. On se déplace dans des environnements à la troisième personne, on peut mettre des coups aux ennemis, des éléments du décor demanderont d’être démontés, d’autres remontés. Il est également possible de passer d’un personnage à l’autre d’une simple pression sur un bouton. Certaines énigmes demandent par ailleurs de l’auto-coopération de deux personnages à l’écran par un seul joueur, mais un ami peut également attraper une manette pour une partie en coopération normale. Du classique, du très classique même, mais du solide.

[nextpage title= »Lego et les couleurs »]

Quant à la partie figurine, évidemment, leur présence ou non sur « le portail » (le socle NFC qui détecte les figurines) va déterminer quels personnages seront à l’écran. Mais, ce n’est pas tout, et c’est bien ce qui rend Lego Dimensions intéressant. Le portail aura différentes fonctions au cours de la partie. Des artefacts qui se situent dans les différents tableaux permettent ainsi de donner une fonction particulière à l’objet qui servira alors à résoudre des énigmes.

Par exemple, un artefact créera la présence de trois points de téléportations de couleurs distinctes dans les environnements. Les emplacements du portail prendront alors la couleur correspondant au portail auquel il mène. Posez une figurine sur une case qui brille en rouge sur le périphérique et le personnage auquel il fait référence se retrouvera téléporté au point de téléportation rouge. Évidemment, cela permet à certains personnages d’atteindre des endroits normalement inaccessibles. De la même manière, un autre artefact changera la taille de vos personnage. Si vous posez une figurine sur la section de droite, le personnage correspondant grandira lui permettant d’atteindre certains lieux ou d’interagir avec de gros éléments. À l’inverse, posez une figurine sur la section de gauche et c’est une version rétrécie du protagoniste qui apparaîtra à l’écran, lui permettant de se faufiler dans de petits passages.

Une autre fonction transformera le portail en un véritable détecteur de métal. Une fois l’artefact activé, les couleurs des cases du portail changeront en fonction de la position du personnage que l’on contrôle par rapport à un objet invisible à l’œil nu. Ainsi, plus le personnage sera proche dudit élément, plus le portail brillera d’une couleur bien particulière. Une véritable boussole de lumière qui ajoute un petit « wow effect » tout à fait sympathique.

Allez, un dernier exemple pour la route : celui de la peinture. Certaines portes resteront fermées et arboreront un symbole coloré. Le joueur attentif comprendra vite qu’il s’agit d’une vue du dessus du portail. Il faudra alors aller activer un artefact pour faire apparaître trois boules de peintures flottantes dans le niveau. Si un personnage reste sur une des boules de peinture, il en prendra la teinte et colorera également la section du portail sur laquelle il se trouve. Il faudra alors s’arranger pour que les personnages et leurs figurines respectives soient au bon endroit pour reproduire parfaitement le symbole et ainsi ouvrir la porte. Étant donné que les personnages n’ont pas tous les mêmes capacités de déplacement, ces énigmes peuvent très vite se révéler très casse-tête. Cependant, elles sont remarquables d’intelligence.

Au fait, vous ai-je seulement parlé des figurines ? Parce que ce sont de vrais Lego. Vous pouvez par exemple tout à fait les démonter si cela vous chante. Les game designers se sont même payé le luxe d’intégrer ça dans le système de jeu. Prenons l’upgrade de la Batmobile comme exemple. Contre un certain nombre de « pièces » trouvées dans le jeu, vous pourrez améliorer votre véhicule. Jusque-là rien de choquant. Sauf qu’au moment de valider, le jeu va vous afficher un fascicule virtuel pour démonter et remonter votre Batmobile afin de faire correspondre la figurine au modèle virtuel qui sera présent dans le jeu. Une fois que le joueur s’est exécuté, il repose la figurine qui est mise à jour. Il est évidemment complètement facultatif de le faire, mais c’est une idée réellement formidable et très « esprit Lego ».

Et autant vous dire qu’avec le catalogue que Lego s’apprête à offrir avec Lego Dimensions, les enfants – et les parents – auront toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Entre Le Magicien D’Oz, Retour vers le futur, Jurassic Park, Batman, Les Simpson, Portal, Scooby Doo et j’en passe, il y aura forcément une licence qui alléchera le joueur. Infaillible. Et puis, sérieusement, qui n’aime pas les Lego, en premier lieu ?

Je suis content d’avoir vécu assez longtemps pour voir un développeur tenter de créer du vrai jeu avec ses figurines. Lego Dimensions ne sera peut-être pas le jeu le plus incroyable de tous les temps, mais il regorge tellement d’idées de game design que j’ose même espérer qu’il inspirera les autres producteurs de ce genre de petites statuettes afin qu’ils se creusent la tête un peu plus pour offrir autre chose que des DLC déguisés. On verra ça à la sortie du jeu, prévu pour le 29 septembre prochain. En attendant, Lego Dimensions aura déjà réussi le petit exploit de se démarquer de tous ses concurrents en haussant le niveau de jeu.