Test

[Impressions] Endless Space 2 : Le 4X de retour en orbite [PC]

Par Henri le

Le 4X a beau être un genre de niche, il tente sans cesse d’améliorer sa formule. C’est aujourd’hui le cas de la série Endless Space, dont le second opus promet d’être encore plus immersif.

endless-space-2-vodyani-invasion-artwork

Sorti en 2012, Endless Space avait réussi à se faire une place dans le milieu pourtant disputé des jeux de stratégie 4X (pour « eXplore, eXpand, eXploit and eXterminate »). L’équipe d’Amplitude avait choisi de rendre cet univers plus lisible, et de modérer la présence de chiffres et de statistiques si inhérente au genre. Une décision axée sur l’accessibilité, qui avait plu à une bonne partie des joueurs, pas mécontents de lâcher un peu Civilization V ou Sins of a Solar Empire. Et d’après ce que nous avons pu voir, on peut légitimement penser que le studio a choisi de continuer dans cette voie.

Le principe du jeu n’a évidemment pas changé. Vous incarnez toujours le leader d’une race galactique qui devra guider les siens dans l’immensité d’une galaxie calculée aléatoirement. Il s’agira d’explorer différents systèmes solaires, puis de coloniser des planètes habitables afin d’y développer vos technologies. Vous pourrez ainsi assurer la survie de vos concitoyens, quitte à rentrer en guerre avec les autres espèces qui vous entourent.

endless-space-2-galaxy-view

4 X plus beau ?

Ce second épisode a bénéficié d’un beau travail au niveau des graphismes, qui sont désormais nettement plus fins. Les textures ont été retravaillées, et certains nouveaux modèles 3D sont particulièrement inspirés. L’exploration spatiale n’en est que plus agréable, d’autant plus qu’elle n’est pas parasitée par un nombre trop important d’informations à l’écran. À la place, les développeurs ont décidé d’intégrer une option très utile qui permet d’accéder à toutes les données en temps réel lorsque l’on appuie sur la barre espace. Un bon moyen de séduire les puristes, avides de chiffres, et de ménager les néophytes.

endless-space-2-curiosities

Mention spéciale pour les illustrations des différentes espèces, qui ont fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des graphistes. Vous n’aurez aucun mal à trouver une ou deux races (parmi les huit présentes) qui vous conviennent parfaitement. Certaines sont malgré tout moins inspirées que d’autres — on pense aux Lumeris —, mais c’est avant tout une histoire de gout. Sachez d’ailleurs que quatre nouvelles factions seront jouables, et en remplacent donc autant d’anciennes.