Test

Impressions : Fist of the North Star : Ken’s Rage

Par Rédacteur Invité le

Inutile de s’exciter (et pourtant, il y aurait de quoi vu la licence) : Fist of the North Star : Ken’s Rage n’est rien d’autre qu’un reskin de la série Dynasty Warriors, apportant évidemment son petit lot de modifications, mais reprenant (malheureusement) le squelette de la-dite série. Hum…

fist-of-the-north-star-playstation-3-ps3-127

Nombreux sont les fans d’Hokuto (de cuisine) No Ken. Pourtant, rares ont été les jeux à lui rendre hommage de façon digne (mis à part cet excellent jeu de baston 2D sorti il y a quelques années maintenant). Mais à part ça, on ne peut pas franchement dire que ce fut la joie. Et malheureusement, ce n’est pas le dernier soft de Tecmo Koei qui risque de faire remonter le niveau. En fait, ce Fist of the North Star : Ken’s Rage, même s’il devrait faire frissonner n’importe quel amateur de la série lors des premières minutes de jeu passées à coller des « atatatatatata » et faire décapiter ou faire exploser ses adversaires, une fois les principaux coups effectués une bonne dizaine de fois, et bien, comment dire… On se retrouve en fait dans le même cas qu’avec n’importe quel Dynasty Warriors : soit on prend son pied et on éclate des ennemis par vague de sang cent, soit on pose le pad et on passe à autre chose. Car les développeurs ne se sont pas franchement foulés lors de la réalisation du jeu, et s’il est un peu plus beau, plus fluide qu’un Dynasty Warriors classique (dénué des temps de chargement incessants aussi) et épaulé par des voix Japonaises au top, il en conserve par contre le gameplay raide comme un coup de trique, les bugs fréquents, et la répétitivité. Du coup, le jeu devrait en toute logique se classer dans la catégorie des jeux hypra moyens, mais quand même très attachants (pour les fans), qui pourront passer des heures à alterner entre les persos jouables pour faire monter leur XP et leur débloquer de nouveaux coups. Ceux pour qui la technique des doigts dans le bide en vue de faire imploser son adversaire n’est rien d’autre qu’une totale inconnue ne devrait pas avoir de mal à passer leur chemin.

Inutile de s’exciter (et pourtant, il y aurait de quoi vu la licence) : Fist of the North Star : Ken’s Rage n’est rien d’autre qu’un reskin de la série Dynasty Warriors, apportant évidemment son petit lot de modifications, mais reprenant (malheureusement) le squelette de la-dite série. Hum…

fist-of-the-north-star-playstation-3-ps3-127

Nombreux sont les fans d’Hokuto (de cuisine) No Ken. Pourtant, rares ont été les jeux à lui rendre hommage de façon digne (mis à part cet excellent jeu de baston 2D sorti il y a quelques années maintenant). Mais à part ça, on ne peut pas franchement dire que ce fut la joie. Et malheureusement, ce n’est pas le dernier soft de Tecmo Koei qui risque de faire remonter le niveau. En fait, ce Fist of the North Star : Ken’s Rage, même s’il devrait faire frissonner n’importe quel amateur de la série lors des premières minutes de jeu passées à coller des « atatatatatata » et faire décapiter ou faire exploser ses adversaires, une fois les principaux coups effectués une bonne dizaine de fois, et bien, comment dire… On se retrouve en fait dans le même cas qu’avec n’importe quel Dynasty Warriors : soit on prend son pied et on éclate des ennemis par vague de sang cent, soit on pose le pad et on passe à autre chose. Car les développeurs ne se sont pas franchement foulés lors de la réalisation du jeu, et s’il est un peu plus beau, plus fluide qu’un Dynasty Warriors classique (dénué des temps de chargement incessants aussi) et épaulé par des voix Japonaises au top, il en conserve par contre le gameplay raide comme un coup de trique, les bugs fréquents, et la répétitivité. Du coup, le jeu devrait en toute logique se classer dans la catégorie des jeux hypra moyens, mais quand même très attachants (pour les fans), qui pourront passer des heures à alterner entre les persos jouables pour faire monter leur XP et leur débloquer de nouveaux coups. Ceux pour qui la technique des doigts dans le bide en vue de faire imploser son adversaire n’est rien d’autre qu’une totale inconnue ne devrait pas avoir de mal à passer leur chemin.