Test

[Impressions] Rainbow Six Siege : PvE, PvP… On y a rejoué, on a aimé et on vous dit pourquoi

Une tension constante

Par Henri le

Mais le plus intéressant reste tout de même le mode PvP (testé sur une autre map), qui fait s’affronter deux équipes de cinq joueurs. Chaque clan doit composer une équipe avec des éléments offensifs et défensifs. Pas question donc de voir cinq tanks débouler sur la carte. Et c’est mieux comme ça. Ubisoft a d’ailleurs tenu à ce que les équipes ne dépassent pas ce nombre, car cela détériorait l’expérience multi, ce qui nous semble assez juste.

R63

Le fait de jouer contre de véritables joueurs est bien plus gratifiant, même si attendre toute une partie lors d’une mort précoce peut se révéler frustrant. On avance à tâtons, et on comprend que la communication est encore plus importante que contre l’IA. Cela laisse d’ailleurs présager quelques beaux moments entre les meilleures pros gamers.

R62

C’est également ce qui nous inquiète. La nécessité de jouer en équipe et de se parler risque d’exclure les milliers de solitaires, et de rendre les parties en « pick-up » plus que bordéliques. Il faudra donc mettre en place un matchmaking vraiment précis. Les classes sont bien distinctes, mais partagent un tronc commun au niveau du champ d’action, ce qui devrait permettre d’éviter l’écueil d’un Evolve, où on pouvait attendre longtemps avant de trouver un médecin. Il reste donc des interrogations que seules les longues heures de jeu pourront résoudre. Mais Ubisoft a déjà bien travaillé depuis l’alpha, et on peut croire à leur bonne volonté concernant la saga.

Malgré une réalisation graphique plutôt banale, Rainbow Six Siege tient en haleine tout au long des parties. Lorsqu’il est pratiqué avec des équipes qui communiquent, il propose des oppositions vraiment intéressantes, où chaque participant se retrouve sur le fil du rasoir. On espère que les parties en solo « à la volée » ne souffriront pas trop de la comparaison avec ces dernières. Ne manque plus que quelques équilibrages sur le PvE ainsi qu’un solide matchmaking pour que ce Rainbow Six signe le retour du vrai FPS tactique sur nos consoles new-gen.