Test

Impressions : Rayman Origins

Par Rédacteur Invité le

Longtemps laissée sur le bord de la route par ses géniteurs, Rayman, l’ex-mascote d’Ubisoft qui fit pourtant les belles années de la firme il n’y a pas si longtemps que ça semble bien décidé à signer son retour d’ici peu. Et d’après ce que nous avons pu en voir, le retour pourrait même être magistral !

Autant vous le dire tout de suite : nous avons eu l’occasion de nous essayer à la version Playstation 3 du soft, à travers 3 niveaux, aux concepts à chaque fois différents. Dire que les level designers ont réalisé du bon boulot sur cette production semblerait presque couler de source tant la créativité transpire du titre. Jouable à 4 joueurs simultanément (et c’est d’ailleurs la configuration qui nous a été proposé de tester), le jeu vous propose de camper Rayman et 3 de ses « relations proches », à travers un jeu de plates-formes 2 rudement bien réalisé graphiquement parlant, et diablement fun, pour le peu que nous avons pu en voir. C’est bel et bien une impression de fun immédiat qui se dégage du titre, renforcée par le fait que les 4 personnages évoluant à l’écran sont en mesure de se coller des claques et de se pousser dans le vide. Vous l’aurez deviné, les phases de jeu tendent parfois à virer au brouillon organisé, comparable à celui d’un New Super Mario Bros. Rien que ça.

Aussi, les 3 niveaux testés dégageaient à chaque fois un charisme différent. Alors que le premier avait décidé de nous la jouer classique en enchaînant les plates-formes suspendues dans les airs et les ennemis ne demandant qu’à encaisser une ou deux torgnoles bien placées, le second avait fait le pari du scrolling vertical évoluant à vos trousses, et vous obligeant à sauter de plate-forme en plate-forme sans laisser transpirer la moindre erreur de gameplay, sous peine de vous voir dévorer par un monstre à la gueule énorme. Le dernier quant à lui vous plaçait dans un décor envahi par les chauves-souris, que vous pouviez éloigner en sonnant des cloches disséminées aux 4 coins du niveaux, et dont la résonance vous conférait une invincibilité temporaire. Intelligent, léché, Rayman Origins fait sans doute parti de ces jeux sur lesquels il faudra compter sur le moyen terme. A croire qu’Ubisoft pourrait bien offrir à son ancienne égérie sans bras ni jambes une seconde jeunesse !

Longtemps laissée sur le bord de la route par ses géniteurs, Rayman, l’ex-mascote d’Ubisoft qui fit pourtant les belles années de la firme il n’y a pas si longtemps que ça semble bien décidé à signer son retour d’ici peu. Et d’après ce que nous avons pu en voir, le retour pourrait même être magistral !

Autant vous le dire tout de suite : nous avons eu l’occasion de nous essayer à la version Playstation 3 du soft, à travers 3 niveaux, aux concepts à chaque fois différents. Dire que les level designers ont réalisé du bon boulot sur cette production semblerait presque couler de source tant la créativité transpire du titre. Jouable à 4 joueurs simultanément (et c’est d’ailleurs la configuration qui nous a été proposé de tester), le jeu vous propose de camper Rayman et 3 de ses « relations proches », à travers un jeu de plates-formes 2 rudement bien réalisé graphiquement parlant, et diablement fun, pour le peu que nous avons pu en voir. C’est bel et bien une impression de fun immédiat qui se dégage du titre, renforcée par le fait que les 4 personnages évoluant à l’écran sont en mesure de se coller des claques et de se pousser dans le vide. Vous l’aurez deviné, les phases de jeu tendent parfois à virer au brouillon organisé, comparable à celui d’un New Super Mario Bros. Rien que ça.

Aussi, les 3 niveaux testés dégageaient à chaque fois un charisme différent. Alors que le premier avait décidé de nous la jouer classique en enchaînant les plates-formes suspendues dans les airs et les ennemis ne demandant qu’à encaisser une ou deux torgnoles bien placées, le second avait fait le pari du scrolling vertical évoluant à vos trousses, et vous obligeant à sauter de plate-forme en plate-forme sans laisser transpirer la moindre erreur de gameplay, sous peine de vous voir dévorer par un monstre à la gueule énorme. Le dernier quant à lui vous plaçait dans un décor envahi par les chauves-souris, que vous pouviez éloigner en sonnant des cloches disséminées aux 4 coins du niveaux, et dont la résonance vous conférait une invincibilité temporaire. Intelligent, léché, Rayman Origins fait sans doute parti de ces jeux sur lesquels il faudra compter sur le moyen terme. A croire qu’Ubisoft pourrait bien offrir à son ancienne égérie sans bras ni jambes une seconde jeunesse !