Test

Impressions : Samsung Galaxy S

Smartphone

Par Anh Phan le

Après son officialisation en mars dernier ICI, la marque coréenne a profité d’un événement à Zürich pour lancer le Galaxy S en Europe. Il sera disponible d’ici la fin du mois pour le Vieux Continent.
Pour rappel, le Galaxy S vous propose la 3G/3G+, un processeur Samsung ARM Cortex A8 à 1Ghz accompagné de 1Go de RAM, un écran tactile Super AMOLED de 4″ (800 x 480 pixels), une capacité de 8Go ou 16Go, un port mémoire microSD, un APN de 5 Mégapixels avec prise de vidéo en 720p @30fps, le WiFi 802.11 b/g/n, le Bluetooth 3.0, un accéléromètre, un GPS compatible A-GPS et une batterie de 1 500 mAh. Annoncé sous Android 2.1 avec l’interface TouchWiz et l’application Samsung Hub, ses dimensions sont de 122×64x10mm pour 118g.

Je l’ai donc eu en main et la première chose qui surprend, c’est la taille de l’écran. 4″, c’est grand. Du coup, mon Nexus One m’est apparu assez petit. A vrai dire, j’ai eu la même sensation quand j’ai découvert pour la première fois mon Nexus One par rapport au HTC Hero, c’est vous dire …

samsung-galaxy-s-live-01

On continue sur l’écran parce que mine de rien, c’est un écran Super AMOLED. A pleine luminosité, l’écran AMOLED du Nexus One ne s’en sort pas trop mal, même si le Galaxy S présente quand même un meilleur contraste . Par contre, à 1/3 de luminosité, le Nexus One devient tout fade alors que l’écran de Samsung garde tout son constraste, c’est vraiment saisissant.

Pour ce qui est de l’aspect physique, même si le Galaxy S est du genre grand (comme un HTC HD2 par exemple), il se glisse sans trop de problème dans une poche et surprise, il n’est pas lourd, ce qui ne déformera pas vos poches. Par contre, je n’ai pas trop aimé le dos glossy du smartphone, mais c’est la touche Samsung alors bon … D’ailleurs, en parlant de touche Samsung, c’est agréable de ne pas retrouver justement le design si typique à la marque coréenne et qu’on retrouve sur le Samsung Wave par exemple. Cependant, tout n’est pas parfait et quand on voit le téléphone de loin, on a limite l’impression de voir un iPhone 😛 , ce qui traduira peut-être un manque d’originalité. C’est encore plus marquant quand les deux touches sensitives autour du bouton Home sont éteintes et qu’on est sur la page d’application de Touch Wiz 3.0 qui ne reprend pas le cube inauguré avec le Nexus One mais une présentation type … iPhone justement.

Pour ce qui est justement de l’interface, Touch Wiz 3.0 n’est pas désagréable et même si ça change d’Android dans sa version 2.1 de base, la navigation est plutôt agréable et surtout, très fluide. On récupère le multi-touch, et même un nouveau widget “Daily Briefing” qui intègre en fait plusieurs mini-widgets qui vous évitera d’avoir trop plein de widgets à l’écran. On notera d’autres fonctions très intéressantes comme le WiFi Tethering (alors que ce n’était que Android 2.1), l’intégration de la technologie Swype, l’intégration des réseaux sociaux, ThinkFree Office, un clavier plus pratique ou encore l’alarme progressif (l’écran s’allume progressivement pour vous accompagner lors de votre réveil).

Sur le plan multimédia, je n’ai pas testé l’audio mais d’après un de nos confrères journalistes, le son était plutôt bon. De même que pour l’appareil photo, on regrettera juste le manque d’un flash d’appoint. Par contre, j’ai été impressionné par la capture vidéo en 720p à 30fps et je ne demande qu’à tester un peu plus. A noter que la mise au point se faisait par toucher sur l’écran tactile.
Pour revenir sur le multi-touch, il m’est apparu plus précis que celui du Nexus One et limite similaire à celui de l’iPhone. Bref, je crois que j’ai à peu près tout dit sur une prise en main d’une quinzaine de minutes. Je vous en dirai plus lors d’un test prochain.

Après son officialisation en mars dernier ICI, la marque coréenne a profité d’un événement à Zürich pour lancer le Galaxy S en Europe. Il sera disponible d’ici la fin du mois pour le Vieux Continent.
Pour rappel, le Galaxy S vous propose la 3G/3G+, un processeur Samsung ARM Cortex A8 à 1Ghz accompagné de 1Go de RAM, un écran tactile Super AMOLED de 4″ (800 x 480 pixels), une capacité de 8Go ou 16Go, un port mémoire microSD, un APN de 5 Mégapixels avec prise de vidéo en 720p @30fps, le WiFi 802.11 b/g/n, le Bluetooth 3.0, un accéléromètre, un GPS compatible A-GPS et une batterie de 1 500 mAh. Annoncé sous Android 2.1 avec l’interface TouchWiz et l’application Samsung Hub, ses dimensions sont de 122×64x10mm pour 118g.

Je l’ai donc eu en main et la première chose qui surprend, c’est la taille de l’écran. 4″, c’est grand. Du coup, mon Nexus One m’est apparu assez petit. A vrai dire, j’ai eu la même sensation quand j’ai découvert pour la première fois mon Nexus One par rapport au HTC Hero, c’est vous dire …

samsung-galaxy-s-live-01

On continue sur l’écran parce que mine de rien, c’est un écran Super AMOLED. A pleine luminosité, l’écran AMOLED du Nexus One ne s’en sort pas trop mal, même si le Galaxy S présente quand même un meilleur contraste . Par contre, à 1/3 de luminosité, le Nexus One devient tout fade alors que l’écran de Samsung garde tout son constraste, c’est vraiment saisissant.

Pour ce qui est de l’aspect physique, même si le Galaxy S est du genre grand (comme un HTC HD2 par exemple), il se glisse sans trop de problème dans une poche et surprise, il n’est pas lourd, ce qui ne déformera pas vos poches. Par contre, je n’ai pas trop aimé le dos glossy du smartphone, mais c’est la touche Samsung alors bon … D’ailleurs, en parlant de touche Samsung, c’est agréable de ne pas retrouver justement le design si typique à la marque coréenne et qu’on retrouve sur le Samsung Wave par exemple. Cependant, tout n’est pas parfait et quand on voit le téléphone de loin, on a limite l’impression de voir un iPhone 😛 , ce qui traduira peut-être un manque d’originalité. C’est encore plus marquant quand les deux touches sensitives autour du bouton Home sont éteintes et qu’on est sur la page d’application de Touch Wiz 3.0 qui ne reprend pas le cube inauguré avec le Nexus One mais une présentation type … iPhone justement.

Pour ce qui est justement de l’interface, Touch Wiz 3.0 n’est pas désagréable et même si ça change d’Android dans sa version 2.1 de base, la navigation est plutôt agréable et surtout, très fluide. On récupère le multi-touch, et même un nouveau widget “Daily Briefing” qui intègre en fait plusieurs mini-widgets qui vous évitera d’avoir trop plein de widgets à l’écran. On notera d’autres fonctions très intéressantes comme le WiFi Tethering (alors que ce n’était que Android 2.1), l’intégration de la technologie Swype, l’intégration des réseaux sociaux, ThinkFree Office, un clavier plus pratique ou encore l’alarme progressif (l’écran s’allume progressivement pour vous accompagner lors de votre réveil).

Sur le plan multimédia, je n’ai pas testé l’audio mais d’après un de nos confrères journalistes, le son était plutôt bon. De même que pour l’appareil photo, on regrettera juste le manque d’un flash d’appoint. Par contre, j’ai été impressionné par la capture vidéo en 720p à 30fps et je ne demande qu’à tester un peu plus. A noter que la mise au point se faisait par toucher sur l’écran tactile.
Pour revenir sur le multi-touch, il m’est apparu plus précis que celui du Nexus One et limite similaire à celui de l’iPhone. Bref, je crois que j’ai à peu près tout dit sur une prise en main d’une quinzaine de minutes. Je vous en dirai plus lors d’un test prochain.