Test

Impressions – Street of Rage 4 : La rue dans les brancards

Jeux-Video

Par Jules le

Depuis deux ans, les éditeurs et développeurs semblent plus lorgner sur le passé que vers l’avenir. Ou alors tout le monde s’est d’un coup découvert une passion vers la nécromancie. Quoi qu’il en soit, les vieilles gloires vidéoludiques ont la côte et font petit à petit leur retour sur la génération actuelle de machines.  

Et ce n’est pas DotEmu qui va nous dire le contraire. Le studio français biclassé éditeur s’est associé aux Canadiens de Guard Crush Games et à LizardCube (le remake de Wonderboy III : The Dragon’s Trap c’est eux) pour déterrer et ressusciter une saga que l’on n’avait pas vue depuis près de 24 ans. Tels des scientifiques un peu fous, mais complètement passionnés, tout ce beau monde a décidé de renvoyer les combattants de Street of Rage dans la rue pour qu’ils distribuent des beignes par grappe de 40 dans un quatrième épisode flambant neuf.

Droit dans ses chopes

Attention, on parle là d’une suite en bonne et due forme, avec on l’espère ce qu’il faut de nouveautés et d’hommages. Pas d’un simple remaster ou remake.

On ne sait pas encore sur quelle plateforme, ni quand sortira Street of Rage 4”, nous explique-t-on chez DotEmu tandis que s’installe la première build jouable. “On ne veut pas donner d’estimation de sortie, car on veut prendre le temps de faire les choses bien”.

Cette première session de gameplay, longue d’une dizaine de minutes et forte de trois tableaux nous offre le contrôle de deux personnages bien connus des amateurs de la licence, Axel et Blaze. L’un frappe fort, l’autre frappe vite. Pas d’inquiétude, le roaster sera plus conséquent lors de la sortie du jeu. “On se veut généreux”, nous rassure-t-on. Et aussi bien sûr le nombre de combattants que de niveaux. “L’idée, c’est de ne pas proposer un énième Beat’ em All qui se boucle en 45 minutes”.

Blaze Rascal

Après avoir retourné la démo dans tous les sens pendant une grosse demi-heure, force est de constater que DotEmu et ses acolytes vont dans le bon sens. Bon, il manquait quand même la plupart des coups spéciaux, les armes à ramasser, la musique, et les bruitages (tout a été remplacé par les sons et les pistes d’origine), mais que voulez-vous, il s’agit de la toute build jouable.

Quoi qu’il en soit, Street of Rage 4 se place comme un Beat’em All plus lent et un poil plus stratégique. L’absence de course ou de dash force ainsi le joueur à mieux se placer pour distribuer des châtaignes à la volée. Les combos sont de retour, et ils ne viennent pas les mains vides puisqu’ils amènent la possibilité de regagner un peu de vie si l’on enchaîne les coups sans se faire toucher.

 

On compte également sur la présence d’un “rebond” des adversaires. Il est ainsi possible à deux joueurs de se faire des passes avec un punk, ou de maraver ledit punk dans un coin de l’écran sans que ce dernier n’atterrisse sur ses pieds.

L’art est comme la bagarre, il est toujours beau

Cette démo de Street of Rage 4 a surtout été l’occasion de constater la qualité du boulot abattu par Ben Fiquet de LizardCube concernant l’ambiance visuelle. Laisser les gros pixels qui constituent pourtant l’identité visuelle de la saga au profit d’une direction artistique entièrement dessinée à la main était un pari risqué.

Et Ben Fiquet l’a réussi haut la main. Que ce soit les sprites, les animations ou les décors, tout bénéficie d’un soin impressionnant. C’est beau, et on a envie d’en voir plus, ne serait-ce que pour les petites saynètes qui se déroulent en fond. Malgré quelques éléments au premier plan qui peuvent parfois cacher le joueur, l’action reste très lisible, plus que pour Cuphead en tout cas.

Chaque élément se détache du décor, ce qui est particulièrement pratique lorsque l’on affronte des vagues d’ennemis. Les animations sont fluides et colorées, ce qui ne manque pas de dynamiser une action légèrement plus lente que les épisodes précédents. Bref, tout ça sent bien bon.

Notre avis

Bien que la démo n’ait duré que 10 minutes, il ne nous a pas fallu plus de temps pour que nos doutes s’envolent : Street of Rage est entre de bonnes mains. DotEmu, LizardCube et Guard Crush Games s’évertuent à respecter l’héritage laissé par les trois épisodes précédents et à leur rendre hommage, tout en amenant quelques menues nouveautés pour rendre l’expérience agréable aussi bien pour les jeunes pousses que les vieux de la vieille. On vous conseille de garder Street of Rage 4 dans un coin de votre radar. En tout cas, il est sur le nôtre.

Street of Rage 4 sortira un jour (on l'espère) et au moins sur PC.