Test

Impressions : The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D

Par Rédacteur Invité le

L’un des jeux les plus attendus sur 3DS (tu m’étonnes…) était évidemment jouable lors de l’évènement organisé hier par Nintendo. Plus de 12 ans après sa sortie sur Nintendo 64, ce volet de la saga Zelda conserve encore une place de choix dans le coeur des fans. Et pour cause… Les mauvaises langues pourront dire […]

L’un des jeux les plus attendus sur 3DS (tu m’étonnes…) était évidemment jouable lors de l’évènement organisé hier par Nintendo. Plus de 12 ans après sa sortie sur Nintendo 64, ce volet de la saga Zelda conserve encore une place de choix dans le coeur des fans. Et pour cause…

the-legend-of-zelda-ocarina-of-time-nintendo-3ds-1294740527-012

Les mauvaises langues pourront dire qu’elles n’ont pas attendu la 3DS pour être en mesure de jouer à une sorte de remake HD de The Legend of Zelda : Ocarina of Time. Le jeu étant affichable d’une manière plutôt remarquable depuis des années déjà en utilisant un “simple” émulateur Nintendo 64… Oui mais voilà, quand on est fan, on aime bien souvent disposer entre les mains d’un produit estampillé d’un sceau officiel (le fameux “seal of quality”, dans cet exemple). Et puis, il faut avouer que l’idée de jouer tranquillement dans son lit, dans son canapé, voir dans les transports en commun à un tel titre à de quoi donner l’envie. Quoiqu’il en soit, s’il est inutile de s’attarder ici à étaler les qualités intrinsèques du jeu (dites vous simplement qu’il demeure LA référence des épisodes de Zelda en 3D, encore et toujours 2011), il est toutefois utile de lister les améliorations apportées par cette adaptation. En commençant par l’apport indéniable offert par le second écran de la 3DS, désormais utilisé pour afficher la carte du monde, mais également pour vous permettre d’accéder à votre inventaire, et d’utiliser vos armes annexes (qui a parlé du lance-pierres ?) Impossible aussi de ne pas évoquer la réalisation graphique du soft, correcte, sans être véritablement éblouissante, puisque Nintendo s’est contenté si je puis dire de lisser les textures de son bébé et de gommer l’imbuvable effet de brouillard dont étaient victimes la plupart des productions ayant atteries sur Nintendo 64. Dommage, on aurait espéré qu’un jeu de cette trempe ait droit à un peu plus d’attention… Pour brosser les fans dans le sens du poil, on pourra toujours dire que l’effet 3D conféré par la 3DS est parallèlement plutôt plaisant, et je vous mentirais si je ne vous disais pas que je me suis rapidement pris au jeu. Même si Nintendo avait prévu le coup et ne dévoilant que 3 zones de son soft, afin de titiller les gamers que nous sommes, et de leur donner une raison de plus d’accepter le rendez-vous posé pour le 25 mars prochain…

L’un des jeux les plus attendus sur 3DS (tu m’étonnes…) était évidemment jouable lors de l’évènement organisé hier par Nintendo. Plus de 12 ans après sa sortie sur Nintendo 64, ce volet de la saga Zelda conserve encore une place de choix dans le coeur des fans. Et pour cause…

the-legend-of-zelda-ocarina-of-time-nintendo-3ds-1294740527-012

Les mauvaises langues pourront dire qu’elles n’ont pas attendu la 3DS pour être en mesure de jouer à une sorte de remake HD de The Legend of Zelda : Ocarina of Time. Le jeu étant affichable d’une manière plutôt remarquable depuis des années déjà en utilisant un “simple” émulateur Nintendo 64… Oui mais voilà, quand on est fan, on aime bien souvent disposer entre les mains d’un produit estampillé d’un sceau officiel (le fameux “seal of quality”, dans cet exemple). Et puis, il faut avouer que l’idée de jouer tranquillement dans son lit, dans son canapé, voir dans les transports en commun à un tel titre à de quoi donner l’envie. Quoiqu’il en soit, s’il est inutile de s’attarder ici à étaler les qualités intrinsèques du jeu (dites vous simplement qu’il demeure LA référence des épisodes de Zelda en 3D, encore et toujours 2011), il est toutefois utile de lister les améliorations apportées par cette adaptation. En commençant par l’apport indéniable offert par le second écran de la 3DS, désormais utilisé pour afficher la carte du monde, mais également pour vous permettre d’accéder à votre inventaire, et d’utiliser vos armes annexes (qui a parlé du lance-pierres ?) Impossible aussi de ne pas évoquer la réalisation graphique du soft, correcte, sans être véritablement éblouissante, puisque Nintendo s’est contenté si je puis dire de lisser les textures de son bébé et de gommer l’imbuvable effet de brouillard dont étaient victimes la plupart des productions ayant atteries sur Nintendo 64. Dommage, on aurait espéré qu’un jeu de cette trempe ait droit à un peu plus d’attention… Pour brosser les fans dans le sens du poil, on pourra toujours dire que l’effet 3D conféré par la 3DS est parallèlement plutôt plaisant, et je vous mentirais si je ne vous disais pas que je me suis rapidement pris au jeu. Même si Nintendo avait prévu le coup et ne dévoilant que 3 zones de son soft, afin de titiller les gamers que nous sommes, et de leur donner une raison de plus d’accepter le rendez-vous posé pour le 25 mars prochain…