Test

Impressions : Nintendogs + Cats

Par François le

Si il y a bien UN jeu iconique du succès de la Nintendo DS, c’est bien Nintendogs… Du coup, chez Nintendo, on essaye de refaire le même coup une seconde fois, avec toutefois une vraie nouveauté… L’apparition des chats ! Les boules de poils ont elles fait craquer la rédaction ? La réponse… C’est dans […]

Si il y a bien UN jeu iconique du succès de la Nintendo DS, c’est bien Nintendogs… Du coup, chez Nintendo, on essaye de refaire le même coup une seconde fois, avec toutefois une vraie nouveauté… L’apparition des chats ! Les boules de poils ont elles fait craquer la rédaction ? La réponse… C’est dans la suite !

-21234-photo-crop-p161648da1d0169025c324c86bd782038-nintendogs-cats-3ds

Autant vous le dire tout de suite, Nintendogs + Cats est loin de faire souffler un vent de révolution. Plutôt des évolutions, dans le but de rendre le titre plus immersif. Par exemple, il utilisera la camera située au dessus l’écran pour faire un peu de reconnaissance faciale. Si le titre ne vous reconnait pas, le chiot (et le chaton) feront entendre leurs voix. Sinon, le chiot viendra vous faire un coup de langue ! Autre nouveauté, l’ajout d’une fonction AR (Réalité Augmentée) vous permettant de faire apparaître votre chiot/chaton virtuel dans la vraie vie (enfin, celle que l’on voit au travers des deux capteurs situés sur le capot de la 3DS hein). Un peu comme le système AR Cards, et avec les même défauts de fluidité par moment. Le mode veille de la 3DS est également utilisé, via le podomètre intégré. Le titre prendra en compte vos déplacements (si la cartouche du jeu est dans la console bien entendu) et comptabilisera cela comme une promenade… Visuellement le titre est plaisant sans plus, si les animaux virtuels gagnent en crédibilité avec l’effet 3D et la myriade de poils, les décors sont toujours aussi vides et tristes. Ce qui est plutôt dommage pour un titre enjoué ! Moi qui n’avait déjà pas forçément très accroché au précédent opus, celui-ci m’a laissé de marbre. Par contre, comme prévu, Ben est devenu fou comme une lycéenne un jour de soldes devant la version virtuel de son toutou (un bouledogue français), et je sens qu’il va du coup pouvoir emmener virtuellement son chien partout. Un placebo au vrai quoi…

Si il y a bien UN jeu iconique du succès de la Nintendo DS, c’est bien Nintendogs… Du coup, chez Nintendo, on essaye de refaire le même coup une seconde fois, avec toutefois une vraie nouveauté… L’apparition des chats ! Les boules de poils ont elles fait craquer la rédaction ? La réponse… C’est dans la suite !

-21234-photo-crop-p161648da1d0169025c324c86bd782038-nintendogs-cats-3ds

Autant vous le dire tout de suite, Nintendogs + Cats est loin de faire souffler un vent de révolution. Plutôt des évolutions, dans le but de rendre le titre plus immersif. Par exemple, il utilisera la camera située au dessus l’écran pour faire un peu de reconnaissance faciale. Si le titre ne vous reconnait pas, le chiot (et le chaton) feront entendre leurs voix. Sinon, le chiot viendra vous faire un coup de langue ! Autre nouveauté, l’ajout d’une fonction AR (Réalité Augmentée) vous permettant de faire apparaître votre chiot/chaton virtuel dans la vraie vie (enfin, celle que l’on voit au travers des deux capteurs situés sur le capot de la 3DS hein). Un peu comme le système AR Cards, et avec les même défauts de fluidité par moment. Le mode veille de la 3DS est également utilisé, via le podomètre intégré. Le titre prendra en compte vos déplacements (si la cartouche du jeu est dans la console bien entendu) et comptabilisera cela comme une promenade… Visuellement le titre est plaisant sans plus, si les animaux virtuels gagnent en crédibilité avec l’effet 3D et la myriade de poils, les décors sont toujours aussi vides et tristes. Ce qui est plutôt dommage pour un titre enjoué ! Moi qui n’avait déjà pas forçément très accroché au précédent opus, celui-ci m’a laissé de marbre. Par contre, comme prévu, Ben est devenu fou comme une lycéenne un jour de soldes devant la version virtuel de son toutou (un bouledogue français), et je sens qu’il va du coup pouvoir emmener virtuellement son chien partout. Un placebo au vrai quoi…