Test

[M-R] Test : Phonejoy, manette Bluetooth pour smartphone

Gadget

Par Membre rédacteur le

Test rédigé par Th3mix, membre testeur du JDG Network.

Dans le monde merveilleux des smartphones, depuis que les nouvelles avancées en terme de puissance le permettent, de plus en plus nombreux sont les utilisateurs prenant goût aux jeux vidéo par émulateur, en allant de la Megadrive jusqu’à la Playstation en passant par la Super Nintendo.

Cependant, il est un fait reconnu de tous : Ces briques à écran manquent désastreusement de commandes ! Qui n’a jamais vociféré de frustration « Damned ! Je voulais le saluer, pas le fusiller ! » au beau milieu d’une partie ? (Allez, je ne suis pas le seul…?) Il faut avouer que les commandes virtuelles, bien que pratiques dans l’immédiat font preuve d’un inconfort tout particulier lors de sessions de jeu requérant l’utilisation de 5 mouvements de différents sticks ainsi que 7 coups de gâchettes et de boutons pour réussir son combo.

Certes, il existe le fameux Xperia Play, mais ce smartphone équipé d’une manette ne brille pas pour sa maniabilité, si l’on fait abstraction de ses capacités.

C’est ainsi qu’un petit groupe sorti de nulle part, appelé sobrement Phonejoy Solutions, nous présente sa solution : la Phonejoy, une manette complète Bluetooth qui se veut compatible avec n’importe quel téléphone Android non rooté (2.2 et plus). Un objectif difficile à tenir, tant l’attente est forte. Voyons donc ce que cette fameuse manette a dans la coque…

Le contenu :

Lors de la réception du colis, difficile d’être autrement que surpris : on se trouve face à l’emballage d’une manette USB… pour PC ! C’est seulement après ouverture du paquet qu’on est soulagé. C’est bien une manette sans-fil que nous avons entre les mains ! Ce quiproquo s’explique tout simplement par le fait que le groupe Phonejoy Solutions utilise des manettes USB Noname pour les reconvertir en manette sans-fil, grâce à l’ajout d’un module Bluetooth et d’une batterie.

Avec elle viennent un câble USB pour la recharge et un support relativement cheap mais bienvenu pour votre smartphone.

Ce petit accessoire se montre particulièrement utile pour qui souhaite ne pas se torturer le cou sur son écran posé à plat sur une table, bon point à ce niveau-là.


La manette :

Le design de la Phonejoy n’est pas sans rappeler celui de la Playstation 2. Si certains crieront à l’hérésie, d’autres salueront ce choix, car la manette de la Playstation 2 est l’une des plus fournies en matière de commandes, et tout amateur d’émulation sait que parfois toutes seront utiles. Ajoutons à cela que la manette bénéficie d’une prise en main remarquable. Cependant tout n’est pas rose, on peut en effet être dérangé par le claquement que produisent les touches, et on peut reprocher l’aspect un peu « bricolage » du port USB.

Mais dans l’ensemble, cette manette respire la solidité et la fiabilité, ce qu’on lui demande en priorité.
Notons aussi que la batterie est capable d’endurer plusieurs jours d’utilisation intensive sans qu’il soit nécessaire de la recharger, ce qui est bon à savoir. De plus, la manette est compatible avec tous les appareils Android 2.2 et plus équipés de Bluetooth, et non rootés, ce qui est vraiment très bon à savoir !

Les préparatifs :

Avant de pouvoir profiter de la Phonejoy, quelques paramétrages sont nécessaires. Tout d’abord, l’application « Bluez IME » disponible sur l’Android Market est requise. Celle-ci aura pour mission de connecter la manette au système Android, qui ne le fait pas nativement. Ensuite, la Phonejoy doit être mise sous tension ; la diode verte se mettra alors à clignoter.

À partir de l’application « Bluez IME », il faut choisir la manette parmi les périphériques Bluetooth disponibles ainsi que le driver de la Phonejoy – logique – puis sélectionner le clavier « Bluez IME ».

Dès lors, la diode verte cessera de clignoter et le code d’accès sera demandé (1234).

Hélas, le travail n’est pas encore terminé pour profiter du joujou, il faut également paramétrer les commandes, car en effet certains émulateurs ne reconnaissent pas les ordres de la manette.

De plus, il est nécessaire d’activer l’acquisition des commandes IME dans l’émulateur pour que celui-ci autorise la Phonejoy à contrôler le jeu.

Enfin, nous y sommes. À table !

La bête sur le terrain :

Dès les premières minutes, il est une chose qui frappe d’emblée : les commandes ne sont sujettes à aucune latence, ou très peu, chose qui peut surprendre compte tenu du fait que nous avons en main une manette Bluetooth (même si les manettes dernière-génération sont équipées de cette technologie). Les touches répondent bien et les sticks sont très agréables à utiliser. Quel plaisir de jouer à un bon Zelda avec une manette Playstation !

Cependant encore une fois, on peut être dérangé par un point, qui parfois peut virer à la frustration. Explication : Les sticks ne sont pas soumis à différents niveaux de sensibilité. C’est soit tout, soit rien. En pratique qu’est ce que ça représente ? Imaginez-vous en train de viser une cible dans un FPS… Vous donnez un léger coup vers le haut, mais le viseur part trop haut. Vous tentez de rétablir le coche par une micro-poussée vers le bas, mais – Damned ! – le fichu viseur a repris sa position initiale.

Un autre exemple, dans un jeu demandant au personnage de sauter sur des plates-formes situées à des positions irrégulières, il sera très difficile de ne pas tomber à côté étant donné que les sticks n’offrent que 8 directions différentes. De mon avis personnel, cela serait causé par la configuration des touches, qui transforme les sticks en simples croix directionnelles, du point de vue de l’émulateur. De ce fait, il en sera de même avec n’importe quelle autre manette, et il ne s’agirait donc pas d’un défaut propre à la Phonejoy. C’est un coup à prendre, pour pouvoir bénéficier du confort. Au final cela enlève bien peu au bien-être que procure l’utilisation d’une véritable manette.

Conclusion :

C’est une agréable surprise que cette manette, bien qu’on puisse lui reprocher des finitions parfois sommaires (port USB) ainsi que des sticks n’offrant pas de niveaux de sensibilité, il faut lui reconnaître une prise en main agréable ainsi qu’un confort à l’utilisation plus que satisfaisant, sans compter qu’elle est compatible avec n’importe quel appareil Android, Samsung et HTC compris ! La Phonejoy est disponible sur le site de son vendeur (http://www.phonejoy.net/index.html) au doux prix de 34.90 dollars, soit environ 25 euros, ce qui est loin d’être excessif. De plus, sachez que le groupe Phonejoy Solutions a en tête de produire une nouvelle manette à leurs couleurs, on peut donc espérer le meilleur.
Mais définitivement, la Phonejoy est un must pour tout gamer sur smartphone qui se respecte.

Site officiel.

Points positifs:
-Sa large compatibilité
-Sa simplicité d’utilisation (une fois configurée)
-Son confort
-Ses 14 boutons et 2 sticks
-Sa rapidité

Points négatifs:
-Son aspect « bricolé »
-Ses sticks parfois – parfois, je répète – peu maniables sur émulateur

Test rédigé par Th3mix, membre testeur du JDG Network.

Dans le monde merveilleux des smartphones, depuis que les nouvelles avancées en terme de puissance le permettent, de plus en plus nombreux sont les utilisateurs prenant goût aux jeux vidéo par émulateur, en allant de la Megadrive jusqu’à la Playstation en passant par la Super Nintendo.

Cependant, il est un fait reconnu de tous : Ces briques à écran manquent désastreusement de commandes ! Qui n’a jamais vociféré de frustration « Damned ! Je voulais le saluer, pas le fusiller ! » au beau milieu d’une partie ? (Allez, je ne suis pas le seul…?) Il faut avouer que les commandes virtuelles, bien que pratiques dans l’immédiat font preuve d’un inconfort tout particulier lors de sessions de jeu requérant l’utilisation de 5 mouvements de différents sticks ainsi que 7 coups de gâchettes et de boutons pour réussir son combo.

Certes, il existe le fameux Xperia Play, mais ce smartphone équipé d’une manette ne brille pas pour sa maniabilité, si l’on fait abstraction de ses capacités.

C’est ainsi qu’un petit groupe sorti de nulle part, appelé sobrement Phonejoy Solutions, nous présente sa solution : la Phonejoy, une manette complète Bluetooth qui se veut compatible avec n’importe quel téléphone Android non rooté (2.2 et plus). Un objectif difficile à tenir, tant l’attente est forte. Voyons donc ce que cette fameuse manette a dans la coque…

Le contenu :

Lors de la réception du colis, difficile d’être autrement que surpris : on se trouve face à l’emballage d’une manette USB… pour PC ! C’est seulement après ouverture du paquet qu’on est soulagé. C’est bien une manette sans-fil que nous avons entre les mains ! Ce quiproquo s’explique tout simplement par le fait que le groupe Phonejoy Solutions utilise des manettes USB Noname pour les reconvertir en manette sans-fil, grâce à l’ajout d’un module Bluetooth et d’une batterie.

Avec elle viennent un câble USB pour la recharge et un support relativement cheap mais bienvenu pour votre smartphone.

Ce petit accessoire se montre particulièrement utile pour qui souhaite ne pas se torturer le cou sur son écran posé à plat sur une table, bon point à ce niveau-là.


La manette :

Le design de la Phonejoy n’est pas sans rappeler celui de la Playstation 2. Si certains crieront à l’hérésie, d’autres salueront ce choix, car la manette de la Playstation 2 est l’une des plus fournies en matière de commandes, et tout amateur d’émulation sait que parfois toutes seront utiles. Ajoutons à cela que la manette bénéficie d’une prise en main remarquable. Cependant tout n’est pas rose, on peut en effet être dérangé par le claquement que produisent les touches, et on peut reprocher l’aspect un peu « bricolage » du port USB.

Mais dans l’ensemble, cette manette respire la solidité et la fiabilité, ce qu’on lui demande en priorité.
Notons aussi que la batterie est capable d’endurer plusieurs jours d’utilisation intensive sans qu’il soit nécessaire de la recharger, ce qui est bon à savoir. De plus, la manette est compatible avec tous les appareils Android 2.2 et plus équipés de Bluetooth, et non rootés, ce qui est vraiment très bon à savoir !

Les préparatifs :

Avant de pouvoir profiter de la Phonejoy, quelques paramétrages sont nécessaires. Tout d’abord, l’application « Bluez IME » disponible sur l’Android Market est requise. Celle-ci aura pour mission de connecter la manette au système Android, qui ne le fait pas nativement. Ensuite, la Phonejoy doit être mise sous tension ; la diode verte se mettra alors à clignoter.

À partir de l’application « Bluez IME », il faut choisir la manette parmi les périphériques Bluetooth disponibles ainsi que le driver de la Phonejoy – logique – puis sélectionner le clavier « Bluez IME ».

Dès lors, la diode verte cessera de clignoter et le code d’accès sera demandé (1234).

Hélas, le travail n’est pas encore terminé pour profiter du joujou, il faut également paramétrer les commandes, car en effet certains émulateurs ne reconnaissent pas les ordres de la manette.

De plus, il est nécessaire d’activer l’acquisition des commandes IME dans l’émulateur pour que celui-ci autorise la Phonejoy à contrôler le jeu.

Enfin, nous y sommes. À table !

La bête sur le terrain :

Dès les premières minutes, il est une chose qui frappe d’emblée : les commandes ne sont sujettes à aucune latence, ou très peu, chose qui peut surprendre compte tenu du fait que nous avons en main une manette Bluetooth (même si les manettes dernière-génération sont équipées de cette technologie). Les touches répondent bien et les sticks sont très agréables à utiliser. Quel plaisir de jouer à un bon Zelda avec une manette Playstation !

Cependant encore une fois, on peut être dérangé par un point, qui parfois peut virer à la frustration. Explication : Les sticks ne sont pas soumis à différents niveaux de sensibilité. C’est soit tout, soit rien. En pratique qu’est ce que ça représente ? Imaginez-vous en train de viser une cible dans un FPS… Vous donnez un léger coup vers le haut, mais le viseur part trop haut. Vous tentez de rétablir le coche par une micro-poussée vers le bas, mais – Damned ! – le fichu viseur a repris sa position initiale.

Un autre exemple, dans un jeu demandant au personnage de sauter sur des plates-formes situées à des positions irrégulières, il sera très difficile de ne pas tomber à côté étant donné que les sticks n’offrent que 8 directions différentes. De mon avis personnel, cela serait causé par la configuration des touches, qui transforme les sticks en simples croix directionnelles, du point de vue de l’émulateur. De ce fait, il en sera de même avec n’importe quelle autre manette, et il ne s’agirait donc pas d’un défaut propre à la Phonejoy. C’est un coup à prendre, pour pouvoir bénéficier du confort. Au final cela enlève bien peu au bien-être que procure l’utilisation d’une véritable manette.

Conclusion :

C’est une agréable surprise que cette manette, bien qu’on puisse lui reprocher des finitions parfois sommaires (port USB) ainsi que des sticks n’offrant pas de niveaux de sensibilité, il faut lui reconnaître une prise en main agréable ainsi qu’un confort à l’utilisation plus que satisfaisant, sans compter qu’elle est compatible avec n’importe quel appareil Android, Samsung et HTC compris ! La Phonejoy est disponible sur le site de son vendeur (http://www.phonejoy.net/index.html) au doux prix de 34.90 dollars, soit environ 25 euros, ce qui est loin d’être excessif. De plus, sachez que le groupe Phonejoy Solutions a en tête de produire une nouvelle manette à leurs couleurs, on peut donc espérer le meilleur.
Mais définitivement, la Phonejoy est un must pour tout gamer sur smartphone qui se respecte.

Site officiel.

Points positifs:
-Sa large compatibilité
-Sa simplicité d’utilisation (une fois configurée)
-Son confort
-Ses 14 boutons et 2 sticks
-Sa rapidité

Points négatifs:
-Son aspect « bricolé »
-Ses sticks parfois – parfois, je répète – peu maniables sur émulateur

Source: Source