Test

[Test] Ma copine a absolument voulu tester « L’Aventure Layton et la conspiration des millionnaires »

Jeux Vidéo

Par Mathieu le

Voilà un jeu que les possesseurs de Nintendo DS et 3DS connaissent bien. C’est en 2008, il y a près de dix ans déjà, que le professeur Herschel Layton est apparu dans une première aventure soignée nommée « L’étrange Village ». Après sept périples dont un dernier aux côtés de Phoenix Wright, notre héros s’est laissé le temps de nous faire oublier sa présence. Cela fait plus de trois ans que nous n’avions plus de ses nouvelles, certains fans commençant à trouver le temps effroyablement long.

C’était sans compter sur la venue dans le monde des énigmes de la fille du professeur Layton, la jeune Katrielle. Et dans ce nouvel épisode, également sorti en juillet dernier sur iOS et Android, c’est bien elle qui devra réussir à déjouer « La conspiration des millionnaires ».

Avec une telle introduction, vous pensez très certainement et fort logiquement que « Mathieu a donc testé ce jeu ». Je répondrais que, malheureusement, je n’ai même pas eu le droit d’y penser. Mélanie, après m’avoir joué un sale tour pour Planet Coaster, a récidivé. Cette fois, et depuis l’annonce de la sortie du jeu, c’était des « Je peux faire le nouveau Layton ? » qui rythmait mes soirées. Il ne faisait clairement pas partie de mes priorités, avouons-le. Mais si tel avait été le cas, c’était peine perdue, de toute façon.

N’arrivant pas à mettre la main sur le jeu, j’ai quand même pu lui soutirer son avis entre deux sessions :

La nouvelle équipe pour cet épisode

« Alors, il y a des différences par rapport aux autres opus ? »

Disons que celui-ci est orienté pour les débutants. Au lieu de résoudre une grande affaire, on en résout plusieurs petites. Et ça c’est mieux je trouve car on perd moins le fil et on s’intéresse un peu plus à ce qu’on fait. Le sentiment de lassitude ne fait pas son apparition, à contrario des anciens Layton. Du coup, quand on quitte le jeu un petit moment et qu’on y revient, on arrive plus facilement à se remettre dedans. Je ne me rappelle plus si c’était possible avant, mais dans cette version, on débloque une partie d’un dessin à chaque énigme résolue. Et c’est en formant la totalité du dessin qu’on va pouvoir finaliser une affaire. Et ça donne un challenge supplémentaire.

« Et l’histoire de La conspiration des millionnaires, elle est comment ? »

Elle est plutôt sympathique. On n’est pas en face du scénario de l’année non plus. Mais disons que les personnages aident beaucoup à rendre le récit attachant. Ce sont de vraies caricatures, avec des traits souvent grossiers, mais ils sont drôles. Ils aident à rendre l’histoire plus passionnante qu’elle n’est vraiment. Mais au-delà de la trame de base, c’est surtout la finalité des affaires qu’on se doit de résoudre qui est intéressante. La police de Scotland Yard fait appel à nous pour résoudre des énigmes. Le reste importe finalement peu.

[nextpage title= »Alors, Mélanie, on l’achète ? »]

« Les personnages justement. Le fait qu’il n’y ait plus le Professeur Layton, ça n’est pas un problème ? »

Non. C’est très intéressant d’incarner cette femme [Katrielle Layton, sa fille]. J’apprécie de pouvoir m’identifier à elle, c’est bien que les femmes aient aussi les premiers rôles parfois. Ça prouve que les filles aussi peuvent devenir de brillantes détectives. Et puis, Katrielle est plus dynamique et drôle que son père. Elle est très féminine, aime prendre soin d’elle. Dans le jeu, elle est assistée d’Oliver. C’est un peu le même concept que dans les précédents opus avec Luke pour le professeur Layton. Disons qu’Oliver apporte lui une certaine dose de romantisme à l’épisode. On sent qu’il y a des sentiments amoureux derrière ce duo, et j’ai trouvé ça touchant. Il y a également Sherl. C’est un chien qui parle et il arrive peu de temps après l’arrivée de Katrielle à Londres [la ville où le jeu se déroule]. Il est venu pour l’aider dans sa quête mais on ne sait pas trop comment et surtout pourquoi certaines personnes peuvent l’entendre parler. C’est une énigme de plus qu’on va devoir résoudre, mais à la fin.

Les énigmes paraissent plus simples

« Tu penses que le jeu est pour quel type de joueurs et joueuses ? »

Sincèrement, on sent quand même que c’est un épisode plus facile que les autres. Mais attention, il y a tout de même certaines énigmes qui sont assez compliquées à résoudre. Mais disons que certaines paraissent vraiment logiques et on fait finalement peu d’efforts pour en venir à bout. Par contre, c’est un peu dommage mais certains défis ont une base similaire à d’autres et c’est simplement le contenu qui change. On aurait peut-être aimé plus de diversité. Dans la finalité, je pense que « L’aventure Layon » correspondra plus à de jeunes joueurs. Peut-être à partir de douze ans. Attention néanmoins, je trouve que ça parle beaucoup. Souvent trop. Et ce n’est pas toujours intéressant et pertinent. Alors pour les plus jeunes, c’est une bonne chose, car ça peut leur permettre d’apprendre à lire, mais quand on est plus vieux, c’est un peu verbeux.

« Et techniquement, tu en penses quoi ? »

C’est vraiment très joli. Ça reprend la marque de fabrique des prédécesseurs avec un style très dessin animé qui est toujours un plaisir pour nos yeux. J’aime beaucoup la modélisation des personnages qui sont souvent aisément reconnaissables grâce à un aspect caricatural très présent. Certains sont d’ailleurs des hommages directs à de vrais stars. Par exemple, on rencontre à un moment un réalisateur qui s’appelle Luc Bandson. Sherl aussi (le chien de Katrielle), c’est pour Sherlock Holmes. Artistiquement, c’est vraiment beau et au-dessus de ce qu’on voit souvent sur 3DS. La bande originale aussi est enivrante. Et j’apprécie également beaucoup les doublages français !

Notre avis

Dans la droite lignée des épisodes précédents, cette « Aventure Layton : La conspiration des millionnaires » a plu à Mélanie. Elle apprécie que ce nouvel opus mette en avant une femme, qui a beaucoup à revendre, et que les affaires soient un peu plus simples, ce qui peut permettre aux plus jeunes de s’y aventurer. Toujours aussi beau, elle regrette néanmoins la répétitivité de certaines énigmes et les longs dialogues sans intérêt. Mais cela reste une aventure agréable à traverser, seul(e) ou accompagné(e).