Test

[Test] Mario et Luigi : Dream Team Bros – J’aime pas vraiment le tour par tour, mais ça, j’aime bien [3DS]

Par Corentin le

Le RPG au tour par tour classique, je trouve ça un peu ennuyeux. Mais dans Mario et Luigi: Dream Team Bros. on ne s’ennuie jamais ; pendant 30 heures.

MLDTB2

On en est au 4e épisode, mais la recette prend toujours. Selon moi, pour deux raisons principales. La première, c’est que le monde de Mario et Luigi est adorable, drôle et ne se prend pas au sérieux. Les deux plombiers arrivent en vacances sur l’île Koussinos, qui est entièrement basée sur le thème du sommeil. Et l’on se rend très vite compte que le père Luigi a un sommeil si profond qu’il est capable, à certains endroits, d’ouvrir un portail vers ses rêves. Dans lequel Mario va évidemment s’empresser de s’engouffrer.

Et que ce soit dans le monde onirique en 2D, dont les magnifiques arrières-plans psychédéliques colleraient très bien avec un album des Beatles, ou dans le monde réel en 3D, vu de trois quarts, aux décors colorés et mignons, le jeu est très beau de bout en bout. Il faut noter le travail tout particulier sur les sprites des personnages, qui ont des animations chiadées qui les rendent très expressifs. Le jeu se basant beaucoup sur un univers cartoon et sur les gags visuels, le choix d’AlphaDream de coller à des sprites 2D, au détriment d’une modélisation en 3D des personnages, a été judicieux. Et en plus de ça, nous sommes devant une des 3D relief les mieux gérées de la ludothèque 3DS.

MLDTB3

La seconde raison pour laquelle la recette prend toujours, c’est ce système de jeu qui ne vieillit pas et garde les combats si dynamiques, malgré le tour par tour. Aucune révolution par rapport aux épisodes précédents, mais on s’en fiche et on en redemande. Tous les combats se basent sur le postulat suivant : si vous jouez bien vous serez capable de ne pas prendre un seul dégât durant tout le jeu.

Contrairement aux combats au tour par tour classique, on ne reste pas inactif pendant les phases défensives. Il est possible d’esquiver et même de contre-attaquer (en sautant sur l’ennemi, ou en mettant un coup de marteau bien placé). Le jeu demande toujours d’être sur le qui-vive pour placer ses attaques de manière optimisée. Ça consiste la plupart du temps à appuyer sur un bouton au bon moment ou à réaliser des actions plus complexes lors des « attaques frères », qui consomment des PB (l’équivalent de la magie) et qui, si bien exécutées, feront des dégâts en masse à vos ennemis. Précisons enfin que dans le monde réel, vous combattez en duo, et dans le monde des rêves, Mario se bat seul, avec un Luigi démultiplié en assistance.

On continue d’être émerveillé dans les phases en 2D où Luigi subira de nombreuses transformations pour aider Mario dans son exploration. Il pourra ainsi agir sur le vent, le temps, la gravité… Les surprises sont si nombreuses et les variations de gameplay tellement bien distillées jusqu’à la toute fin du jeu, qu’on ne se lasse jamais.

MLDTB4

Mario et Luigi: Dream Team Bros. parle peut-être de sommeil, mais la 3DS ne vous tombera jamais des mains. On pourra toujours lui trouver quelques menus défauts en cherchant bien ou en le comparant aux autres épisodes de la série. Mais dans l’ensemble, ça n’a pas vraiment de sens : ce titre est d’excellente facture et on ne peut pas se sentir trompé en l’achetant. Bref, j’aime pas vraiment le tour par tour, mais ça j’aime bien.

C’est disponible sur 3DS à partir d’aujourd’hui et ça vaut 35 euros environ.

Le RPG au tour par tour classique, je trouve ça un peu ennuyeux. Mais dans Mario et Luigi: Dream Team Bros. on ne s’ennuie jamais ; pendant 30 heures.

MLDTB2

On en est au 4e épisode, mais la recette prend toujours. Selon moi, pour deux raisons principales. La première, c’est que le monde de Mario et Luigi est adorable, drôle et ne se prend pas au sérieux. Les deux plombiers arrivent en vacances sur l’île Koussinos, qui est entièrement basée sur le thème du sommeil. Et l’on se rend très vite compte que le père Luigi a un sommeil si profond qu’il est capable, à certains endroits, d’ouvrir un portail vers ses rêves. Dans lequel Mario va évidemment s’empresser de s’engouffrer.

Et que ce soit dans le monde onirique en 2D, dont les magnifiques arrières-plans psychédéliques colleraient très bien avec un album des Beatles, ou dans le monde réel en 3D, vu de trois quarts, aux décors colorés et mignons, le jeu est très beau de bout en bout. Il faut noter le travail tout particulier sur les sprites des personnages, qui ont des animations chiadées qui les rendent très expressifs. Le jeu se basant beaucoup sur un univers cartoon et sur les gags visuels, le choix d’AlphaDream de coller à des sprites 2D, au détriment d’une modélisation en 3D des personnages, a été judicieux. Et en plus de ça, nous sommes devant une des 3D relief les mieux gérées de la ludothèque 3DS.

MLDTB3

La seconde raison pour laquelle la recette prend toujours, c’est ce système de jeu qui ne vieillit pas et garde les combats si dynamiques, malgré le tour par tour. Aucune révolution par rapport aux épisodes précédents, mais on s’en fiche et on en redemande. Tous les combats se basent sur le postulat suivant : si vous jouez bien vous serez capable de ne pas prendre un seul dégât durant tout le jeu.

Contrairement aux combats au tour par tour classique, on ne reste pas inactif pendant les phases défensives. Il est possible d’esquiver et même de contre-attaquer (en sautant sur l’ennemi, ou en mettant un coup de marteau bien placé). Le jeu demande toujours d’être sur le qui-vive pour placer ses attaques de manière optimisée. Ça consiste la plupart du temps à appuyer sur un bouton au bon moment ou à réaliser des actions plus complexes lors des « attaques frères », qui consomment des PB (l’équivalent de la magie) et qui, si bien exécutées, feront des dégâts en masse à vos ennemis. Précisons enfin que dans le monde réel, vous combattez en duo, et dans le monde des rêves, Mario se bat seul, avec un Luigi démultiplié en assistance.

On continue d’être émerveillé dans les phases en 2D où Luigi subira de nombreuses transformations pour aider Mario dans son exploration. Il pourra ainsi agir sur le vent, le temps, la gravité… Les surprises sont si nombreuses et les variations de gameplay tellement bien distillées jusqu’à la toute fin du jeu, qu’on ne se lasse jamais.

MLDTB4

Mario et Luigi: Dream Team Bros. parle peut-être de sommeil, mais la 3DS ne vous tombera jamais des mains. On pourra toujours lui trouver quelques menus défauts en cherchant bien ou en le comparant aux autres épisodes de la série. Mais dans l’ensemble, ça n’a pas vraiment de sens : ce titre est d’excellente facture et on ne peut pas se sentir trompé en l’achetant. Bref, j’aime pas vraiment le tour par tour, mais ça j’aime bien.

C’est disponible sur 3DS à partir d’aujourd’hui et ça vaut 35 euros environ.

Notre avis

Adorable

8 / 10