Test

[Test] RoWrite, le carnet papier connecté qui peine à convaincre

Notre avis
4 / 10
Gadget

Par Amandine Jonniaux le

Faire passer le bloc-notes dans l’ère du numérique, en permettant aux amoureux de l’écriture manuscrite de profiter du confort de l’écriture papier, tout en bénéficiant d’une numérisation automatique sur smartphone ou tablette. L’idée n’est pas nouvelle, et c’est d’ailleurs la promesse de RoWrite, le carnet connecté imaginé par la marque chinoise Royole. Aussi prometteur soit-il, l’appareil commercialisé depuis avril dernier peut-il vraiment rivaliser avec la concurrence de plus en plus efficace des tablettes à stylet ? 

Crédits JDG

Pour un appareil sorti il y a seulement quelques mois, il faut bien admettre que le design du RoWrite ne fait pas sensation. L’appareil se compose d’une tablette connectée noire, servant de support au bloc-note, et d’un stylo. Le tout est protégé par un étui sobre mais relativement volumineux de 220x285x20 mm. Avec 860g à la pesée, le carnet connecté affiche un poids conséquent, surtout pour ses quelques 20 pages et son format A5. 

Pensé aussi bien pour la prise de note que le dessin, le RoWrite propose deux modes d’utilisation. Il est ainsi possible de prendre des notes directement sur le carnet, puis de les synchroniser sur tablette ou smartphone via l’application dédiée, ou bien de dessiner sur papier pour voir le résultat s’afficher instantanément à l’écran, un peu à la manière d’une tablette graphique. En haut à gauche de l’appareil, un premier bouton permet d’allumer la tablette, tandis que les boutons A et B servent respectivement à synchroniser les notes sur l’application, et à changer de page (virtuelle) lors de la prise de note. On pouvait difficilement faire plus simple au niveau de l’ergonomie