Test

[Test] Samsung Galaxy S20 Ultra, tout en grand, même le prix

Android

Par Anh Phan le

Cette année, la nouvelle gamme Galaxy S20 de Samsung se dote du S20 Ultra, une version boostée aux hormones avec un impressionnant écran de 6,9 pouces et un tout nouveau bloc photo avec un capteur de 108 Mégapixels.

Comme prévu, c’est au début du mois de février, juste avant le MWC 2020, qui n’a finalement pas eu lieu, que Samsung avait officialisé ses nouveaux smartphones premium, les Galaxy S20. Et comme ce fut déjà le cas l’année dernière, le cru 2020 se décline en trois modèles, avec les Samsung Galaxy S20, Galaxy S20+ et Galaxy S20 Ultra.

Dans ce test, on s’intéresse au Samsung Galaxy S20 Ultra, le plus cher et le plus avancé des Galaxy S20 de cette année. En effet, il arrive un impressionnant écran de 6,9 pouces qui est encore plus grand que celui du Galaxy Note10+ de la rentrée dernière. Mais ce n’est pas tout, si le Note10+ reprenait le bloc photo du S10+ avec quelques améliorations, le S20 Ultra arrive avec un tout nouveau bloc photo dont le capteur principal propose une résolution de 108 Mégapixels. Maintenant, avec toutes les innovations embarquées, le Galaxy S20 Ultra ne révolutionnera pas le monde des smartphones mais il pousse toujours un peu plus les limites de ce que peut proposer Samsung sur le segment des smartphones premium. On l’a testé depuis près de deux semaines et autant le dire tout de suite, c’est une réussite.

Caractéristiques et Packaging

Pour rappel sur les caractéristiques, le nouveau Samsung Galaxy S20 Ultra vous propose :

 Galaxy S20 Ultra
Écran- Dynamic AMOLED de 6,9 pouces
- Ecran plat au format 20:9
- Définition 1440x3200 (Quad HD+)
- Densité 511ppp
- HDR10+
- 120Hz
- 240Hz Touch Sensor
- Gorilla Glass 6
- Poinçon au centre
Design- Contour en aluminium
- Dos en verre
- IP68
SoC et GPU- Exynos 990 (Max. 2,73GHz + 2,6GHz + 2,0 GHz)
- GPU Mali-G76 MP12
- Gravure en 7 nm
Mémoire- 12Go ou 16Go de RAM
- 128Go ou 512Go de stockage
- Port mémoire Micro-SD jusqu'à 1To
Coloris- Cosmic Grey
- Cosmic Black
Appareil photo- Capteur principal de 108 MP
- Technologie nona-binning (9 pixels en 1) 12,4 MP
- Ouverture f/1.8 et Stabilisation Optiqe
- Autofocus Dual Pixel
- Capteur téléphoto 4x de 48 MP
- Technologie quad-binning (4 pixels en 1) 12MP
- Ouverture F/3.5 et Stabilisation Optique
- Capteur ultra grand-angle de 12 MP
- FoV 123° et Ouverture F/2.2
- Capteur TOF Depth Vision
- Photo HDR automatique
- Night Mode sur 30 images
- Hybrid Optic Zoom 10x
- Space Zoom 100x (numérique)

- Capture vidéo 8K à 30fps
- Photo 8K Snap de 33MP
- Capture vidéo UltraHD à 60fps
- Ralentis jusqu'à 960fps en 1080p
- Stabilisation vidéo optique jusqu'en 4K
- Stabilisation vidéo numérique en 8K
- Mode Vidéo Action-Cam super stabilisé 1080p
- Night Hyperlapse

- Mode Single Shot
Photo (AI Best Moment, Ultra Wide Shot, Live Focus, AI Filter, Smart Crop)
Vidéo (Forward et Backward Vidéos, Vidéo Originale)

- Capteur frontal de 40 MP
- Technologie quad-binning (4 pixels en 1)
- Objectif Grand-Angle
- Ouverture f/2.2
- Smart Autofocus
- Reconnaissance des visages 2D
- HDR automatique
- Capture vidéo frontal en UltraHD à 60fps
- Video Chat optimisé Google Duo
Audio- Haut-parleur stéréo AKG
- Dolby Atmos
- pas de prise jack 3,5mm
Batterie- 5000 mAh
- Super Fast Charging 25W
- Super Fast Charging 2.0 45W en option
- Port USB-C
- Fast Wireless Charging 2.0
- Wireless Powershare
Connectivité- Lecteur d'empreintes ultrasonique sous l'écran
- Bluetooth 5.0
- WiFi 6
- 2x nano-SIM
- 5G sub-6
Logiciel- Android 10
- One UI 2.1
Taille et Poids- 166,9 x 76 x 8,8 mm
- 220g
PrixS20 Ultra 5G 128Go/12Go : 1359 €
S20 Ultra 5G 512Go/16Go : N/A
Date de disponibilité13 mars 2020

Côté packaging, on retrouve la boîte en carton rectangulaire noire et comme d’habitude, on a droit à un câble USB-C vers USB-C et non plus USB-A, un chargeur USB de 25W, un adaptateur USB-C vers USB-A, des écouteurs/kits mains-libres intra-auriculaires AKG et des notices d’utilisation pour une première prise en main. Rien de bien original en soi.

Pour son prix, comptez 1359€ pour la version 128Go avec 12Go de RAM. Une version 512Go avec 16Go est bien prévue mais on n’a pas de date pour l’instant.

Design

Avec un écran qui recouvre l’intégralité de la surface avant, il est difficile de révolutionner le genre. La plus grosse différence avec les S10 de l’année dernière, c’est l’adoption du poinçon au centre de l’écran pour la caméra frontale, comme sur les Note10. De notre côté, on préfère, peut-être plus par habitude qu’autre chose. Avec un écran de 6,9 pouces, le Galaxy S20 Ultra est désormais le plus grand des Galaxy S et Note. Mais là où Samsung fait fort, c’est que le S20 Ultra n’est pas si différent en terme de taille par rapport à un iPhone 11 Pro Max par exemple. L’encombrement est finalement assez similaire parce que le S20 Ultra est un smartphone au format 20:9, donc tout en longueur.

Si on retrouve le contour en métal et le dos en verre, on aurait aimé que Samsung prenne plus de risques comme cela avait été le cas avec le Note10+ et son dos hypnotisant avec une multitude de couleurs. On se retrouve sur le S20 Ultra avec une couleur grise ou noire relativement basique et limite ennuyante. Après, c’est sobre et élégant, mais tellement ennuyant. Rendez nous l’Aura Glow des Galaxy Note10 ! Parce que cela reste un Galaxy S, on retrouve des coins plus arrondis et donc ce côté plus grand public. Côté bloc photo, Samsung n’a pas cherché à faire discret avec un impressionnant mais tout de même imposant bloc photo. Il fait quasiment un quart de la surface arrière du smartphone et surtout, il est épais, ce qui rend le smartphone bancale quand il est posé à plat sur une table. Un étui est quasi obligatoire si vous cherchez à effacer l’épaisseur du bloc photo.

Le Samsung Galaxy S20 Ultra est un smartphone XL et se revendique comme tel. L’utiliser à une main reste quelque peu compliquée mais cela n’est pas impossible, surtout que Samsung a intégré dans son OneUI quelques options pour faciliter l’usage à une main. Dans tous les cas, à une main, la paume de la main appuie par erreur sur le bas de l’écran. Et pour le poids, le Galaxy S20 Ultra ne fait clairement pas partie des plus légers avec ses 220g. Maintenant, c’est toujours moins qu’un iPhone 11 Pro Max mais 24g de plus qu’un Galaxy Note 10+ ou 14g de plus qu’un OnePlus 7T Pro par exemple. Dans une poche, ça se sent tout de suite, mais plus que le poids, c’est surtout la longueur du smartphone qui se fait ressentir. On aurait bien aimé pouvoir le plier (voir le test du Samsung Galaxy Z Flip ICI).

Comme sur les Galaxy S10+ ou Galaxy Note10+, le capteur d’empreintes est de type ultra-sonique et se situe sous l’écran. Ainsi, contrairement à ceux proposés par Huawei, Oppo ou OnePlus, il n’a pas besoin de lumière pour fonctionner. De plus, il peut fonctionner même si on a les doigts mouillés. C’est une nouvelle version et si cela reste moins rapide qu’un vrai capteur physique, le capteur du S20 Ultra est plus rapide et précis que ce qu’on avait avec les S10+/Note10+. Du coup, moins de caprice et plus d’efficacité, et c’est tout ce qu’on demandait depuis le S10. Et enfin, point important, le bouton de mise sous tension et/ou de veille ainsi que les boutons de volume sont maintenant tous sur la tranche droite, ce qui est bien pour les droitiers et moins pour les gauchers.

Ecran et Audio

Avec un écran de 6,9 pouces, on est de plus en plus proche d’une tablette. On vous rappelle qu’un iPad mini, c’est un écran de 7,9 pouces, et qu’il n’y avait pas encore si longtemps, on avait des tablettes de 7 pouces… Toujours est-il qu’on retrouve une dalle Dynamic AMOLED mais cette année, Samsung a décidé de faire l’impasse sur les écrans incurvés. Les Galaxy S20 proposent donc un écran plat. Pourquoi ? Tout simplement parce que les technologies d’écrans ont tellement évoluées que les bords d’écran sont maintenant relativement fins et qu’il n’est plus nécessaire de « simuler » l’écran « infini » avec des bords incurvés. Si les écrans sont plats, les bords sont toujours incurvés, tout comme le dos, toujours bien incurvé, un peu pour rappeler et garder un lien de parenté avec les précédents Galaxy S. On notera enfin que les écrans sont encore plus longs puisqu’ils sont tous au format 20:9 contre 19,5:9 sur les récents Galaxy Note10.

Les bords d’écran sont très fins, la définition est toujours Quad HD+, les dalles sont certifiés HDR10+ et la grande nouveauté que beaucoup attendaient, le Galaxy S20 Ultra (et les autres S20 également) propose tous un taux de rafraîchissement de 120Hz (comme l’Asus ROG Phone II, 90Hz sur les OnePlus 7T et 7/7T Pro ou les Pixel 4) et ce n’est pas tout puisque le Galaxy S20 Ultra propose un capteur tactile de 240Hz, ce qui permet de diminuer le temps de réponse sur chaque appui sur l’écran et donc d’être plus performant sur des jeux comme Call of Duty Mobile par exemple. On y reviendra plus tard mais la batterie de 5000mAh n’est pas là sans justification et on se doute qu’un écran 120Hz consomme plus qu’un écran 60Hz.

En terme de finesse d’affichage, si tout se joue au niveau des chiffres, je vous défie de trouver une différence à l’oeil nu pour tout ce qui est finesse d’affichage au niveau des textes et autres. Les noirs sont très profonds et les couleurs vous sautent aux yeux. Pour être très sensible aux couleurs à cause de ma passion autour de la photo, il n’y a aucun problème de ce côté là. Samsung s’en sort encore une fois avec les honneurs au niveau des couleurs. La colorimétrie est maitrisée. Les angles de visions sont très bons et la luminosité excellente. Du coup, je n’ai eu aucun problème de visibilité en plein soleil et que du bonheur au quotidien et lors du visionnage de contenus multimédias.

Pour revenir au taux de rafraîchissement de 120Hz, il ne fonctionne pour l’instant qu’avec la définition Full HD+. Samsung nous a bien dit qu’une mise à jour arrivera pour activer le Quad HD+ en 120Hz mais vu la consommation énergétique, ce n’est peut-être pas la meilleure des idées. Il serait bien que Samsung détecte quand on a davantage besoin des 120Hz et quand on a plus besoin de la définition Quad HD+. Le principal intérêt d’un écran 120Hz, c’est la fluidité globale et comme on passe nos journées à scroller des pages ou des timelines, l’intérêt se voit assez rapidement sur les pages web, Twitter ou encore Instagram. Après, pour être honnête, ce n’est pas une obligation non plus et revenir sur des smartphones avec de « simples » écrans 60Hz ne pose pas vraiment de soucis. Il faut vraiment être un nerd de l’écran pour sentir une gène.

Samsung vous propose enfin des haut-parleurs stéréos et avec le support du Dolby Atmos, le tout peut simuler du son à 360°. Évidemment, on parle de hauts-parleurs et des usages qui en découlent, vous ne pourrez pas alimenter une salle de cinéma non plus, n’est-ce pas ? Il fallait s’y attendre, le Galaxy S20 Ultra ne propose plus de port jack 3,5mm. On est dans l’ère du sans-fil et si ça pourra encore gêner certains, il faut reconnaître que c’est de moins en moins une priorité pour beaucoup. Toujours est-il que le Samsung Galaxy S20 Ultra est livré avec des écouteurs AKG d’excellente qualité. Rien à redire.

5G, One UI, Performances et Autonomie

Avant d’attaquer les performances, parlons de 5G. Et ça va être simple puisqu’on n’a pas de 5G en France encore. Du coup, on n’a pas pu tester et comme on n’appartient pas à des gros groupes intégrant SFR, Free ou encore Orange, il va falloir patienter. L’avantage tout de même du Galaxy S20 Ultra, c’est qu’il ne sera disponible qu’en version 5G, avec bien évidemment la compatibilité 4G, donc on n’aura pas de choix à faire et on pourra tester la 5G dès qu’elle sera disponible, où si on est à l’étranger.

Côté Android, pas de surprise en soi, on retrouve bien évidemment la surcouche OneUI qu’on trouve toujours agréable et super complète. L’apport du 120Hz est plus qu’appréciable au quotidien. L’expérience est globalement assez proche d’Android Stock avec quelques petites optimisations et ajouts. On notera, typiquement, la possibilité de pouvoir garder certaines applications en mémoire pour une ouverture plus rapide, ou juste pour qu’elles ne s’arrêtent jamais. On pense par exemple aux applications de musiques comme Spotify. Du coup, on avait un peu peur pour l’autonomie mais il n’y a pas eu d’impact au quotidien. Il y a quelques nouvelles fonctions comme l’ajout de Spotify aux alarmes mais rien de vraiment transcendant non plus. Et enfin, on retrouve DeX qui peut fonctionner aussi bien seul que sur un PC ou un Mac. À quand un laptop dédié à DeX et avec juste un écran, un clavier, un trackpad et une batterie monstre sur lequel il ne pourra fonctionner qu’avec un smartphone doté d’une fonction type DeX ?

Du côté des performances, le Galaxy S20 Ultra dans sa version Européenne propose un SoC Exynos 990. En terme de performances et d’après les benchmarks, il n’y a pas trop de surprises, c’est un SoC haut de gamme et comme depuis quelques années, la puissance de ces SoC dépassent nos besoins donc en dehors de benchmarks, cela ne changera pas forcément notre quotidien. Evidemment, j’ai essayé tous les jeux récents comme Asphalt 9, Brawl Stars, Call of Duty Mobile, Shadowgun Wars ou encore PUBG Mobile et il n’y a pas grand chose à dire, c’était fluide. En revanche, d’après les retours faits avec la version Snapdragon 865, on regrette que Samsung n’ait pas choisi de nous proposer cette version (même la Corée a abandonné l’Exynos alors…).

Le Galaxy S20 Ultra propose une batterie de 5000mAh, ce qui peut sembler énorme, mais vu la diagonale d’écran de 6,9 pouces, déjà, puis le taux de rafraichissement de 120Hz et le SoC Exynos, qui consomme visiblement plus que son compère chez Qualcomm, c’est finalement un minimum pour proposer un smartphone capable de tenir une journée complète. Si on a eu quelques frayeurs sur l’autonomie les premiers jours, le S20 Ultra s’est calé sur mes habitudes et plus encore depuis la mise à jour, ce qui me permet de tenir aisément une journée entière. Dans mes usages, je tourne entre 4h et 5h d’écran par jour et avant la mise à jour, j’arrivais en fin de journée autour des 20%. Ce n’est clairement pas le meilleur mais il y a pire. On retrouve la recharge rapide ainsi que la recharge sans-fil compatible Qi et PMA. Pour la recharge rapide, c’est celle qu’on avait avec le Galaxy Note10+, à savoir la possibilité de recharger son smartphone de 0 à 100% en un peu plus d’une heure.

Je vous rappelle qu’Android apprend de vos usages (une semaine en général) et si les benchmarks peuvent donner une sorte de classement entre différents smartphones, ils ne sont pas forcément représentatifs de la réalité. Voici donc plusieurs captures avec ce que j’en ai fait. Cela vous permet de mieux apprécier les usages.

Que donne le Galaxy S20 Ultra en photo ?

On arrive à la photo et c’est là que le Galaxy S20 Ultra se distingue non seulement des autres concurrents mais également des autres S20. Le bloc photo est tout nouveau et ce, que cela soit au niveau des caractéristiques que de son imposant design au dos. On retrouve ainsi un capteur principal de 108 Mégapixels avec la technologie nona-binning qui permet de fusionner 9 pixels en 1 et donc des photos en sortie de 12,4 Mégapixels. A cela s’ajoute un zoom télescopique 4x optique similaire à ce qu’on connaissait sur les Huawei P30 Pro ou Oppo Reno Zoom 10x. Avec le capteur de 108 Mégapixels, de l’Intelligence Artificielle, et le zoom téléscopique, le Galaxy S20 Ultra propose un zoom hybride 10x et un zoom numérique allant jusqu’à 100x et un palier à x30 plutôt exploitable. On notera aussi un appareil photo frontal avec un capteur de 40 Mégapixels et donc la technologie quad-binning qui permet de fusionner 4 pixels en 1 et donc de donner en sortie des selfies de 10 Mégapixels.

Avec ce nouveau bloc photo, Samsung a quelque peu revu son application photo afin de la simplifier au quotidien et proposer une expérience utilisateur relativement proche de ce que propose l’application photo des iPhone, mais tout en gardant de nombreuses options à portée de main. On notera par exemple une excellente interface pour zoomer facilement de 0,6x à 100x. On retrouve toutes les fonctions logicielles des Galaxy S10 comme une meilleure IA pour la reconnaissance des scènes, une meilleure détection des yeux fermés ou encore le mode HDR, le Live Focus, et l’indispensable mode Nuit qui aura la particularité de fonctionner même avec l’ultra grand-angle, ce n’est pas le cas sur les iPhone 11 par exemple. On notera surtout un nouveau mode qui n’est pas celui auquel on y pensera tout le temps mais qui peut s’avérer pratique. On parle du mode Single Take. En gros, en un seul clic, le smartphone prend pas moins de 5 styles de photos (AI Best Moment, Ultra Wide Shot, Live Focus, AI Filter, Smart Crop) et 4 styles de vidéos jusqu’à 10 secondes (Forward et Backward Video, Forward Video, Backward Video, Video Originale). Du coup, on capture, en une seule prise, différents type de contenu d’un instant présent qu’on pourra facilement partager sur les réseaux sociaux. Pratique quand on y pense !

Ce qui nous intéresse en premier reste ce nouveau capteur de 108 Mégapixels qui permet de prendre des photos aussi bien en 12 Mégapixels qu’en 108 Mégapixels. Dans la pratique, prendre des photos en 108 Mégapixels n’a pas trop de sens à part si on le fait pour une certaine raison. Les photos sont volumineuses mais il est indéniable qu’elles apportent un niveau de détails assez impressionnant quand on rogne sur la photo. On notera un petit temps de chargement à chaque prise de vue donc on esquivera les rafales. Avec un tel capteur, on remarquera qu’il propose une taille physique déjà plus grand que le reste des capteurs. Aussi, on se retrouve avec un bokeh naturel des plus flatteurs. Et c’est là qu’on réalise que les objectifs d’un smartphone arrivent à une certaine limite dès lors qu’on travaille sur de très hautes résolutions. En effet, quand on prend une photo en 108 Mégapixels, la séparation entre le plan net et le bokeh n’est pas assez marqué comme sur un vrai réflex. Aussi, on aura cette impression de flou autour du plan de netteté (là où se fait la mise au point). On pense que le grand public ne fera pas forcément attention mais un œil averti le voit tout de suite.

Sur les photos ci-dessous, la photo originale en 108 Mégapixels fait 12000×9000 pour un poids d’une trentaine de mégaoctets. Du coup, je vous propose une version retaillée en 3000×2250 (environ) et j’ai rogné sur une zone avec la même taille sur la photo originale :

Le Samsung Galaxy S20 Ultra est un de ces rares smartphones capables de zoomer très loin. En effet avec un zoom périscope de 4x, le S20 Ultra est capable de zoomer en hybride jusqu’à 100x. On préfère vous avertir de suite, si le 100x reste une prouesse technique, le résultat est inexploitable dans la réalité. Cela pourra servir par exemple à lire un panneau au loin mais pas plus. En revanche, le zoom hybride 10x est plus que convaincant avec des résultats impressionnants et tout à fait exploitable. Le Zoom 30x est un peu entre les deux avec des résultats exploitables mais au prix d’un certain manque de netteté et de contraste, mais cela reste impressionnant dans la mesure où l’on parle d’un smartphone ! D’ailleurs, juste pour le fun, j’ai trouvé que rogner dans une photo zoomée en 30x permet d’avoir un résultat un peu plus convaincant que le zoom 100x, ce qui est assez logique dans la mesure où le zoom 100x est purement numérique. Alors oui, on sait que certains sont tombés sur Samsung et ce zoom 100x qui est plus marketing qu’autre chose, certains sont même allé à qualifier le bloc photo de « raté », ce qui est stupide dans la mesure où ils font abstraction des performances du S20 Ultra jusqu’au 30x et qu’aucun smartphone n’en est vraiment capable. Pour vous donner une idée, la qualité d’une photo en 30x sur le S20 Ultra est meilleure qu’un iPhone 11 Pro en 10x… Bref !

Des exemples de photos avec les différents zooms :

Mais du coup, ce qui nous intéresse ici reste la qualité de la photo en général et on peut rassurer tout le monde, le S20 Ultra s’en sort très bien. Les couleurs restent un poil trop chaudes par rapport à la normale et donc contrastées par défaut. Comme souvent chez le constructeur coréen, c’est légèrement sous-exposé, ce qui a tendance à faire perdre des détails dans les zones sombres. Il y a eu une mise à jour du firmware qui a pu régler quelques soucis d’autofocus. En effet, il faut savoir que le S20 Ultra ne bénéficie pas d’un autofocus Dual Pixel comme les S20 et S20+ et ce, à cause de son nouveau capteur. Du coup, l’autofocus avait tendance à patiner. La mise à jour a réglé ce comportement mais il reste des moments où le S20 Ultra va rester dans le flou, surtout quand la mise au point doit se faire sur un sujet près du smartphone. C’est d’ailleurs un soucis qui peut être lié également au fait que l’objectif du capteur principal reste en retrait par rapport à ce que peut demander le capteur de 108 Mégapixels. Du coup, sur des photos assez proches, la zone de mise au point est parfaitement nette, l’arrière-plan avec un bokeh naturel plutôt agréable et un entre-deux pas forcément net mais pas forcément flou. Ceci est clairement dû à un objectif optimisé pour des capteurs plus petits mais pour celui-là. Un petit mot enfin sur l’ultra grand-angle qui est de bonne qualité, ce n’est pas aussi net qu’avec le Mate30 Pro de Huawei mais c’est bien mieux que l’iPhone 11. On notera enfin que le mode Nuit du S20 Ultra est capable d’utiliser l’ultra grand-angle, ce qui n’est pas le cas des iPhone 11 par exemple.

Dans les conditions de faible luminosité, Samsung propose depuis le S10+ un mode Nuit. Ce dernier a été revu pour pouvoir prendre encore plus de photos afin de les combiner (30 photos contre 14 sur le Galaxy Note10+). Si les hautes lumières sont bien contenus et les détails présentes, on aurait aimé que Samsung s’y attardent encore un peu plus pour mieux optimiser le rendu et peut-être rendre des photos plus détaillés encore. A vrai dire, il y a des moments, il y avait aucune différence entre une photo en mode automatique et une photo en mode Nuit. En mode automatique, le Galaxy S20 Ultra reconnaît bien les scènes de nuit et privilégie un joli rendu des détails mais avec une balance des blancs qui est largement perfectible. On ne demande pas forcément le côté jour des Pixel mais peut-être un entre deux comme l’iPhone 11 Pro d’Apple. C’est un choix.

Mieux que des mots, des exemples concrets :

Enfin, en façade, le Galaxy S20 Ultra ne se contente pas d’un simple capteur de 10 Mégapixels comme les S20 et S20+ mais propose un impressionnant capteur de 40 Mégapixels avec la fameuse technologie quad-bining qui permet de fusionner 4 pixels en 1 et donc d’avoir plus d’informations. Dans la réalité, cela se traduit par des photos plus détaillées. Avec toutes ces informations, on aurait aimé des photos plus impressionnantes, c’est mieux que la concurrence ou même les S20 et S20+ mais pas flagrants.

Vidéo

Pour la vidéo, les nouveaux Galaxy S20 sont maintenant capables d’enregistrer des vidéos allant jusqu’en 4K à 60fps et en 8K à 24fps. Attention, à cette résolution, il n’y aura qu’une stabilisation numérique et autant le dire de suite, ce n’est pas vraiment génial en terme de stabilité. Alors oui, 8K, ce n’est pas de la Full HD ou même de la 4K, mais on aurait aimé  une meilleure maitrise autour du « Rolling Shutter », par exemple. Après, pour les plans fixes, les vidéos 8K impressionneront par les détails qui fourmillent, surtout dans de bonnes conditions de luminosité. D’ailleurs, à partir de ces vidéos 8K, il vous sera possible d’extraire des photos 8K de 33 Mégapixels. La qualité dépendra de votre stabilisation à ce moment précis. Donc au final, si on veut filmer en 8K, on se limitera à des plans fixes.

A côté, on retrouve bien évidemment l’enregistrement de vidéos en 4K à 60fps et des ralentis allant jusqu’à 960fps en 720p et 240fps en Full HD. On notera la présence de la stabilisation optique sur ces résolutions plus classiques. Le Galaxy S20 Ultra propose toujours un mode vidéo Action-Cam super stabilisé en 1080p. Dans tous les cas, comme pour la photo, l’autofocus reste un poil lent, comparé à la concurrence, mais aussi aux S20 et S20+. Samsung intègre toujours un petit éditeur vidéo pour monter très rapidement vos vidéos. À noter que si vous voulez en faire plus, Adobe Rush est optimisé pour le smartphone de Samsung.

Où l’acheter ?

Le Samsung Galaxy S20 Ultra est disponible au prix officiel de 1359 euros.

Galerie Photo

Notre avis

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le Samsung Galaxy S20 Ultra se situe au même niveau que les Galaxy S20 et Galaxy S20+. En terme d’usage, si on met de côté l’impressionnant zoom du S20 Ultra et bien évidemment les différentes tailles d’écrans, les trois S20 proposent la même expérience utilisateur. Aussi, dans la réalité, peu feront vraiment la différence entre un S20+ et un S20 Ultra par exemple.

Avec des caractéristiques au top, le Galaxy S20 Ultra est bien évidemment un smartphone réussi et se destine vraiment aux plus technophiles avec son nouveau bloc photo. D’ailleurs, si ce dernier fait en soi jeu égal avec tous les smartphones premium du marché dont les nouveaux S20 et S20+, ce qui nous a surtout séduit, c’est surtout la promesse d’une technologie qui ne demande qu’à être maitrisée et mieux optimisée.

Oui, le Galaxy S20 Ultra est cher, trop même pour certains, mais c’est le prix à payer pour certaines innovations qui ne seront pas forcément visibles de prime abord mais qui s’annoncent prometteuses. Maintenant, en tant que consommateur, et à ce prix, on est en droit d'attendre plus de maitrise, surtout de la part de Samsung.

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Quel écran !
  • Performances
  • Polyvalence du bloc photo
  • Encore des bugs en photo
  • Autofocus perfectible
  • Autonomie décevante
  • Prix