Test

[Test] Samsung Galaxy Z Flip : cette fois, c’est la bonne

Android

Par Anh Phan le

Disponible depuis le 14 février 2020 et officialisé lors de l’Unpacked 2020 juste avant les Galaxy S20, le Samsung Galaxy Z Flip est le second smartphone pliant du constructeur coréen et on le teste depuis. Spoiler Alert : C’est dans le titre !

Comme l’année dernière avec le Galaxy Fold qui avait été annoncé juste avant l’annonce des nouveaux Galaxy S10, c’est à San Francisco que Samsung a officialisé son nouveau smartphone pliant, le Galaxy Z Flip, et ce, juste avant l’annonce de ses nouveaux Galaxy S20.

Après le lancement du Galaxy Fold quelque peu chaotique pour Samsung, la firme coréenne a bien appris de ses erreurs et vu l’accueil du Galaxy Z Flip, Samsung semble tenir le premier smartphone pliant à succès. Alors oui, cela reste un smartphone premium mais par rapport au Fold, c’est plus de 500 euros de moins et croisons les doigts pour un prix aux alentours de 1000 euros dans les prochaines années.

Dans tous les cas, si l’annonce a surpris quelque peu les acteurs du marché, la disponibilité du Galaxy Z Flip en a surpris plus d’un puisque le smartphone est en effet disponible depuis la semaine dernière et ce, dans le monde. Si les stocks ne sont pas les plus conséquents, surtout face aux stocks prochains des Galaxy S, le public semble dire OUI au Galaxy Z Flip.

On le teste donc depuis la Saint-Valentin et si on était quelque peu réservé sur le format (on préfère le principe de la tablette qu’on replie), inutile de vous dire que le Samsung Galaxy Z Flip a fait l’unanimité à la Rédaction. C’est le smartphone pliant que Samsung aurait peut-être dû sortir en premier.

Le Samsung Galaxy Z Flip au meilleurs prix

Les Caractéristiques et le Packaging du smartphone

Pour rappel sur les caractéristiques, le nouveau Samsung Galaxy Z Flip vous propose :

 Galaxy Z Flip
Écran- Ecran pliable Ultra Thin Glass
- Ecran Infinity-O
- Dynamic AMOLED de 6,7 pouces
- Définition 1080x2636
- Format 22:9
- Densité 511ppp
- HDR10+
- Poinçon au centre

- Ecran externe Super AMOLED
- Diagonale de de 1,06 pouces
- Définition de 300x116
- Always On Display
- Gorilla Glass 6
Design- Contour en Aluminium Serie 7000
- Dos en verre Gorilla Glass 6
SoC et GPU- Qualcomm Snapdragon 855+
- Adreno 640
- Gravure en 7 nm
Mémoire- 8 Go de RAM
- 256 Go de mémoire interne
Coloris- Mirror Black
- Mirror Purple
Appareil photo- Capteur principal de 12 MP
- FoV 77° et Ouverture f/1.8
- Autofocus Dual Pixel
- Capteur ultra grand-angle de 12 MP
- FoV 123° et Ouverture F/2.2
- Photo HDR automatique
- Mode Single Take
- Capture vidéo UltraHD à 60fps
- Ralentis jusqu'à 960fps en 720p
- Stabilisation optique
- Mode Vidéo Action-Cam super stabilisé

- Capteur frontal de 10 MP
- FoV 80° et Ouverture f/2.4
- Autofocus Dual Pixel
- Reconnaissance des visages 2D
- HDR automatique
- Contrôle par mouvement et vocale
- TouchFlottante
- Capture vidéo frontal en UltraHD à 30fps
Audio- Haut-parleur mono
- Dolby Atmos
- Pas de prise jack
Batterie- 3300 mAh
- Charge Rapide 15W
- Port USB-C
- Charge sans-fil 9W
- Wireless Powershare
Connectivité- USB-C
- Lecteur d'empreintes ultrasonique sur le côté
- Bluetooth 5.0
- NFC
- GPS, GLONASS, A-GPS
- WiFi 5
- 1x nano-SIM
- 1x eSIM
- 4G LTE Cat.16
- Accéléromètre, gyroscope, magnétomètre, podomètre
Logiciel- Android 10
- One UI 2.1
Taille et Poids- Dimensions ouvert : 167,3 x 73,6 x 7,2 mm
- Dimensions fermé : 87,4 x 73,6 x 17,3 mm
- Poids : 183g
Prix1509 €
Date de disponibilité14 Février 2020

Au niveau des caractéristiques purement techniques, le Galaxy Z Flip peut se résumer en quelque sorte à un Galaxy S10+, Note 10+ ou Fold mais avec un écran pliable et un design à clapet. Comme ce fut le cas avec le Galaxy Fold, le Galaxy Z Flip embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 855+ (855 sur le Fold) et il n’y aura pas de version Exynos. A cause du nouveau design et de la taille, un seul port nano-SiM et pas de port mémoire MicroSD. On notera qu’il est bien Dual-SIM grâce à une eSIM, comme sur le Galaxy Fold.

Par ailleurs, alors que le Galaxy Fold était également disponible en version 5G, le Galaxy Z Flip ne sera pas disponible en version 5G. Si on trouve cela quelque peu dommage en tant que technophile, les premiers réseaux 5G n’arriveront pas avant septembre en France. D’ailleurs, pour être honnête, la 5G ne sera disponible vraiment partout qu’à partir de 2021 donc on a le temps pour un prochain Z Flip 5G.

Et enfin, vu son prix de 1509 euros, il n’y aura pas de Galaxy Buds+ dans le packaging comme sur le Galaxy Fold. De même, on se contentera de 256Go de mémoire interne (512Go sur le Fold), ce qui est largement suffisant, tout comme pour les 8Go de RAM. Le Samsung Galaxy Z Flip est disponible en version noire ou violette. Pour ce qui est du packaging, c’est du classique avec un chargeur USB, un câble USB-C, des écouteurs AKG USB-C et un adaptateur USB-C vers USB-A pour transférer le contenu de votre ancien smartphone vers le Galaxy Z Flip par exemple. Et enfin, conscient que les accessoiristes ne se sont peut-être pas encore organisés, Samsung intègre dans la boîte une coque de protection en deux pièces (charnière oblige).

Design et Prise en Main

Côté design, on l’aura remarqué depuis la prise en main ICI, le Samsung Galaxy Z Flip propose un design à clapet avec les grandes lignes du Galaxy Fold (en test ICI). Si le Motorola RAZR a joué la carte de la nostalgie en reprenant le design du RAZR de 2004, Samsung a préféré rester dans l’ère du temps. Avant de l’avoir, j’étais sans doute un des plus sceptiques, tout simplement parce que je préfère le principe de la tablette qui se replie. Une fois en main, c’est tout le contraire qui s’est passé, j’ai tout de suite vu l’intérêt d’avoir un smartphone qui se replie pour prendre moins de place en main ou dans une poche.

Le niveau de finition est toujours excellent avec un dos en verre très réussi mais comme d’habitude, ce dos est capable de prendre toutes les traces du monde. La charnière est la même en soi que celle du Galaxy Fold mais Samsung l’a quelque peu retravaillé pour y intégrer des micro-brosses afin d’éviter toutes poussières. Seul le temps nous le dira mais pour avoir testé le Galaxy Fold depuis septembre dernier, je suis assez confiant. Après, si on s’amuse à faire comme les youtubeurs américains, on pourra facilement mettre à mal la charnière mais dans un usage normal, il ne devrait pas avoir de soucis.

Comme ce fut le cas pour le Galaxy Fold, le Galaxy Z Flip est un smartphone fin et tout ce qu’il y a de plus normal quand il est déplié. Quand le Z Flip est totalement déplié, on ne fera pas de différence avec un smartphone classique. Pour l’avoir utiliser dans les transports en commun par exemple, personne n’a noté que j’avais un smartphone pliant alors que c’est toujours le cas avec le Galaxy Fold. En revanche, il reste épais une fois replié mais comme il prend moins de place que le Galaxy Fold, c’est bien plus supportable dans la poche, surtout avec un poids de 183g, ce qui fait tout de même presque 50g de moins qu’un iPhone 11 Pro Max par exemple. Samsung en a profité pour améliorer la pliure de manière à ce que l’espace entre les deux écrans est encore plus petit par rapport au Galaxy Fold.

Une fois fermé, le Samsung Galaxy Z Flip propose un design qui n’est pas sans rappeler la Nintendo GameBoy Advance SP, ou encore un poudrier par exemple. La prise en main est donc aisée et on peut même ouvrir le smartphone à une main mais clairement, ce n’est pas prévu à la base et c’est un peu dur pour les petites mains. En parlant de dépliage, le Galaxy Z Flip se déplie et peut garder le dépliage de 0° jusqu’à environ 120°/130°. Après cet angle, le smartphone se déplie automatiquement jusqu’à 180°. L’avantage donc, c’est que le Galaxy Z Flip peut tenir par lui-même sur une surface plane comme une table et c’est exactement ce que Samsung a prévu pour le coup. Mais ce n’est pas tout, avec ces positions pliées possibles, c’est même plus simple pour prendre des photos de selfie par exemple.

Avec le Galaxy Z Flip, pas de capteur d’empreintes sous l’écran, c’est un capteur physique et il se situe sur le bouton de veille et/ou de verrouillage. D’ailleurs, à ce sujet, Samsung a bien écouté les utilisateurs de Fold et a fusionné le capteur d’empreintes avec le bouton de veille !

Les écrans, la pliure et le son

Le Samsung Galaxy Z Flip propose deux écrans, un minuscule petit écran extérieur Super AMOLED et Gorilla Glass 6 de 1,06 pouces qui servira avant tout aux notifications et autres petites actions. S’il peut servir de retour écran pour se prendre en photo en selfie avec le smartphone fermé, il reste vraiment trop petit pour être vraiment utile à quoique ce soit. Ce n’était pas le cas avec le Galaxy Fold ou plus récemment le Motorola RAZR mais avec une taille plus compacte, le choix de Samsung semble logique avec les usages. Il faudra donc déplier le smartphone pour vraiment l’utiliser. On notera tout de même le mode « Always On » qui permet d’avoir quelques informations (heure, temps de charge, etc.) en continu quand le smartphone est fermé. Maintenant, en toute honnêteté, on aurait aimé que Samsung intègre un écran externe vraiment utilisable, un peu comme sur le Motorola RAZR. Là, c’est vraiment le minimum de chez minimum alors qu’on aurait pu avoir quelque chose de plus efficace pour vraiment lire les notifications par exemple.

Du côté de l’écran principal, il est bien évidemment pliable et propose un écran Infinity-O Dynamic AMOLED de 6,7 pouces avec une définition Full HD+ au format 22:9 (21,9:9 pour les plus maniaques). Pour ceux qui se le demandent, le Galaxy Z Flip propose à peu de choses près la même densité de pixels que le Galaxy Fold. Avec un tel format, on retrouve le même problème qu’avec les Xperia 1 ou Xperia 5 de Sony par exemple. Ainsi, en mode paysage, comme les vidéos sont encore souvent en 16:9, on retrouve d’imposantes barres noires sur les côtés. Sinon, cela ne l’aura échappé à personne, le Galaxy Z Flip bien un écran UTG pour Ultra Thin Glass et donc en verre. L’UTG est une forme de verre qui ne casse pas comme celui d’une coupe de champagne et on vous rappelle que scientifiquement, le verre est un gel et non une matière solide ! Et donc, c’est bien un écran pliable en verre et cela se sent tout de suite quand on pose se doigts dessus. Même si ça reste fragile, vu l’épaisseur, c’est plus plus dur en terme de ressenti et on sent tout de suite que le Galaxy Z Flip est différent du Galaxy Fold. Après, il faut aussi ajouter qu’il est recouvert en plus d’une fine de couche de plastique pour protéger le tout, et oui, ce plastique se raye mais il est aussi remplaçable. A titre de comparaison, parce que l’écran est protégé quand il est refermé, l’écran de notre Galaxy Fold qu’on utilise depuis septembre dernier n’a pas une seule rayure ou autres. L’écran intérieur est nickel et il est pourtant passer par 3 utilisateurs différents. Maintenant, une petite précision tout de même, le verre reste très fin et on n’est pas du niveau de résistance qu’un même écran classique sur le Galaxy Note10+ par exemple donc celui du Galaxy Z Flip demande toujours de faire attention. En revanche, j’ai pu jouer tranquillement à Call of Duty Mobile avec tout ce que cela implique et j’étais bien plus rassuré qu ‘avec le Galaxy Fold.

Concernant la pliure sur l’écran principal, oui, elle est toujours belle est bien visible. Elle est un peu plus discrète que celle du Galaxy Fold mais toujours là. Si on ne la voit pas toujours à l’utilisation, on la sent bien physiquement quand on passe son doigt dessus. Et c’est d’autant plus fréquent avec cette pliure à l’horizontale alors qu’on avait tendance à l’esquiver sur le Fold. Maintenant, pour être honnête, quand on est en face de l’écran, on ne la voit plus et au fil du temps, on l’intègre comme les encoches par exemple si bien qu’on ne la voit plus au quotidien. C’est sans doute le prix, pour l’instant, à payer pour avoir un véritable écran pliable et non un écran flexible comme celui du Motorola RAZR.

En dehors  de cette pliure, l’écran principal est vraiment bon. On retrouve la technologie HDR10+ et si la définition n’est pas aussi bonne que sur un des Galaxy S20 ou même le Galaxy Note10+, elle reste très satisfaisante pour une première génération d’écran AMOLED pliable. En terme de finesse d’affichage, je vous défie de trouver une différence à l’oeil nu au niveau des textes et autres. Les noirs sont très profonds et les couleurs sont contrastées. Pour être très sensible aux couleurs à cause de ma passion photo, il n’y a eu aucun problème de ce côté là. Samsung s’en sort avec les honneurs au niveau des couleurs. La colorimétrie est maitrisée. Les angles de visions sont bons et je n’ai eu aucun problème de visibilité en plein soleil. Il reste enfin le soucis des bords d’écrans que certains trouvent épais, surtout quand on le compare aux derniers smartphones classiques. Ils sont effectivement plus épais, c’est indéniable mais on retrouve tout de même une diagonale affichable de 6,7 pouces et surtout, on comprend que ces bords d’écrans sont là pour protéger l’écran principale lors de la fermeture du smartphone.

Cela n’aura échappé à personne, comme c’est déjà le cas depuis les récents smartphones premium de Samsung, le Galaxy Z Flip n’a plus de port jack, c’est dans l’ère du temps et pour peu que vous soyez déjà passés au sans-fil, ça ne vous manquera pas. A côté du support du Dolby Atmos, le Galaxy Z Flip propose un seul haut-parleur mono situé au niveau de la tranche inférieur du smarpthone. Il fait l’affaire et suffira pour du contenu multimédia court. Si vous en voulez plus, cela passera forcément par des écouteurs, un casque ou une enceinte externe.

One UI, Performances et Autonomie

A l’instar des derniers Galaxy, on retrouve la surcouche One UI 2.1 sur Android 10. Rien à signaler, ça marche toujours très bien. On retrouve cette expérience utilisateur qui me va parfaitement, très proche d’Android Stock.

Du côté des performances, le Galaxy Z Flip propose un SoC Qualcomm Snapdragon 855+. Même si ce n’est plus le nouveau haut de gamme de Qualcomm qui a annoncé le Snapdrgon 865 entre temps, le Snapdragon 855+ reste une bête de course. Evidemment, j’ai essayé tous les jeux récents comme Call of Duty Mobile, Brawl Stars (j’adooooore), Fortnite ou encore Shadowgun Wars et il n’y a pas grand chose à dire si ce n’était parfaitement fluide avec tous les détails à fond, surtout que les éditeurs travaillent maintenant main dans la main avec Samsung. On notera toujours la présence de la technologie On Device AI qui permet de comprendre les applications en mémoire et donc de fermer certaines ou alors de réduire les performances en fonction des usages et éviter des surconsommation énergétiques inutiles. Voilà quelques benchmarks avec des résultats assez classiques en soi, sauf pour 3D Mark, bizarrement…

Le Galaxy Z Flip arrive avec une batterie de 3300mAh. On retrouve également la recharge rapide ainsi que la recharge sans-fil compatible Qi et PMA (PowerMat). Mais ce n’est pas tout puisqu’on retrouve aussi la recharge inversée, PowerShare. Si c’est toujours amusant de pouvoir recharger le smartphone d’un ami, la recharge inversée prend tout son sens avec les accessoires Galaxy que Samsung propose comme les Galaxy Buds+ par exemple. Pratique.

Sinon, en terme d’autonomie et à notre grande surprise, le Samsung Galaxy Z Flip assure pleinement une journée et ce, quelque soit vos usages. Depuis la semaine dernière que je l’ai en test, je n’ai jamais eu à me plaindre et à paniquer d’une éventuelle autonomie trop courte. Après, il ne rivalisera pas avec les ténors comme l’iPhone 11 Pro Max d’Apple ou encore le Huawei Mate 30 Pro mais il assure une journée entière et c’est déjà pas mal.

Je vous rappelle qu’Android apprend de vos usages (une semaine en général) et si les benchmarks peuvent donner une sorte de classement entre différents smartphones, ils ne sont pas forcément représentatifs de la réalité. Voici donc plusieurs captures en fin de journée avec ce que j’en ai fait. Cela vous permet de mieux apprécier les usages :

Que donne le Galaxy Z Flip en photo et vidéo ?

La photo reste bien évidemment un des gros points fort d’un smartphone premium chez Samsung. Le Galaxy Z Flip ne déroge pas à la règle. Pour faire simple, au dos, le Galaxy Z Flip reprend le bloc photo des Samsung Galaxy S10 et Note10 mais sans le téléphoto et sans le capteur ToF Depth Vision du Galaxy Note10+ par exemple. On notera également que sur l’appareil photo principal, Samsung a abandonné définitivement la technologie de double ouverture « Dual Aperture » des Galaxy S10 et Note10.

Techniquement parlant, le Galaxy Z Flip propose au dos un appareil photo principal et grand angle avec un capteur de 12 Mégapixels et un appareil photo avec un ultra grand angle (FOV de 123° et F/2,2) avec un capteur de 12 Mégapixels. En façade, on a droit à un appareil photo grand angle avec un capteur de 10 Mégapixels. Si on attendra vraiment l’arrivée des nouveaux Samsung Galaxy S20 pour tester le nouveau mode Single Take, il est disponible sur le Galaxy Z Flip. En gros, ce mode permet de prendre en une seule fois une photo normale, une photo en ultra grand-angle et différents formats de vidéos (Boomerang, ralentis, etc.), ce qui vous permettra d’avoir le choix pour partager un moment T.

En général, comme pour les Galaxy S10 et Note10, on retrouve la signature de Samsung avec des photos qui ont cette tendance à proposer une température de couleur un peu plus chaude et une légère sous-exposition par rapport à la concurrence. Ce ne sont pas des défauts en soi mais une approche différente qui s’avère utile dans certaines conditions et pas dans d’autres. Tout est question de goûts. Mais dans l’absolu, en condition de bonne luminosité, il n’y a de souci à se faire, l’autofocus est d’une rapidité exemplaire et il est peu probable que le Galaxy Z Flip se rate. On regrette la perte du téléphoto mais soyons honnête, on peut très bien s’en passer et on préfère le choix de garder l’ultra grand-angle, contrairement à Google avec ses Pixel 4.

Dans les conditions de faible luminosité, Samsung propose depuis l’année dernière un mode Nuit et si ça correspond à une exposition longue en mixant plusieurs photos, on aurait aimé que Samsung s’y attardent un peu plus pour mieux optimiser le rendu comme le proposent Google ou Huawei. Il semblerait que Samsung ait revu ses algorithmes mais ils sont pour l’instant réservé aux nouveaux Galaxy S20. En mode automatique, le Galaxy Z Flip reconnaît bien les scènes de nuit et privilégie des couleurs proches de la réalité avec un joli rendu des détails mais le tout reste moins lumineux que certains de ses concurrents. C’est un choix. Maintenant, on retrouve cette tendance à proposer plus de détails par rapport à la concurrence.

Concernant la vidéo, le Samsung Galaxy Z Flip reprend ce que proposait les récents Galaxy S10 et Note 10 et fait donc partie des meilleurs videophones actuellement sur le marché. La stabilisation fonctionne bien et on retrouve le mode action-cam avec une stabilisation assez proche de la technologie HyperSmooth des dernières GoPro Hero8 Black. Les vidéos en sortie sont riches en détails et proposent une bonne dynamique, on regrettera juste le crop de la vidéo qui fait perdre de la focale sur le capteur principal. A noter en revanche qu’avec l’ultra grand-angle, il faudra des conditions de lumières optimales puisque l’objectif est en soi moins lumineux que l’objectif principal.

Mieux que des mots, des exemples :

Le Samsung Galaxy Z Flip au meilleurs prix

Galerie

 

Notre avis

Comme ce fut le cas avec le Galaxy Fold, le Samsung Galaxy Z Flip fait partie de ces nouveaux appareils d’un nouveau genre qu’on ne pensait pas revoir si vite. On en est, mine de rien, déjà au troisième smartphone pliant dans l’ère des smartphones. Comme toutes innovations et malgré les améliorations apportées, on reste tout de même méfiant sur la durabilité de l’appareil, non pas à cause du principe même du Galaxy Z Flip mais plutôt à cause de notre ignorance et à notre manque de recul pour savoir si un tel écran ou si la charnière résistera dans le temps.

Si le prix du Galaxy Z Flip en fait toujours un smartphone premium, il est bien plus grand public que ne l’était le Galaxy Fold sur le principe. L’effet Wouah est bel et bien là et à notre grande surprise, toutes les personnes qui l'ont eu entre les mains arrivaient à imaginer vivre avec, ce qui n’était pas le cas du Galaxy Fold. Plus accessible maintenant, le Galaxy Z Flip fait partie de ces smartphones qu’on peut acheter sur un coup de tête pour se faire plaisir (à condition d’avoir les sous bien évidemment). En terme d'usage, le Galaxy Z Flip ne révolutionnera pas vos usages mais il soulagera grandement vos poches. Il a encore des défauts comme un écran externe perfectible ou un bloc photo qui pourrait être plus polyvalent mais dans l’état, il est déjà plus que satisfaisant, et le design à clapet rattrape ces quelques défauts.

Vivement les prochaines générations.

9 / 10
Les plus
Les moins
  • Ecran pliable
  • Le concept de téléphone à clapet
  • Finition
  • Position pliée de 0° à 120°
  • Photo et Selfie
  • Effet Wouah
  • Pas de téléphoto
  • Autonomie perfectible
  • La pliure toujours visible
  • Ecran externe très limité