Test

[Test] Surface Pro 7 de Microsoft : le 2-en-1 qui aurait pu être parfait

Ordinateurs

Par Elisa le

Produit phare mi-tablette, mi-ordinateur de Microsoft, la Surface Pro s’est vue attribuée de nombreuses améliorations depuis son premier modèle. La septième version, la Surface Pro 7, présente, sur le papier, de belles et nouvelles caractéristiques qu’on a pu tester.

Depuis sa première présentation en 2012, la Surface de Microsoft, qui combine un PC et une tablette, s’est déclinée, re-déclinée et surtout améliorée au fil du temps, la dernière en date étant la Surface Pro 6 sortie en octobre 2018. Dernièrement, la firme de Redmond a présenté sa nouvelle génération d’appareil deux en un et l’a naturellement renommé : Surface Pro 7.

Nous avons testé ce deux en un de 12,3 pouces avec son clavier Signature Type Cover, un accessoire toujours vendu séparément, malheureusement. En revanche, nous n’avons pas pu la tester avec son stylet dédié, lui aussi vendu séparément. Le prix de départ de la tablette étant de 779 euros, et de 1599 euros pour la version que nous avons eu entre les mains, il vous faudra débourser 150 euros pour le clavier Type Cover, ou 180 euros pour le Signature Type Cover, celui que l’on a eu. Cette version du clavier présente un revêtement en Alcantara, un tissu synthétique vraiment agréable au toucher. Cet accessoire se relie à la tablette via le port magnétique et peut être positionné à plat ou légèrement surélevé, ce qui offre un meilleur confort de frappe. Une fois replié sur l’écran de la tablette, il fait office de protection. Les touches, tout comme le trackpad, sont agréables et répondent vite aux commandes.

Bel écran, mais quelques déceptions

La Surface Pro 7 est un appareil deux-en-un qui se trouve être un très bon parti pour une utilisation bureautique ou créative, lorsqu’on fait beaucoup de déplacements et qu’on a besoin d’un ordinateur léger, compact et qu’on peut emporter et utiliser facilement partout. Sur la balance, la tablette pèse 1,09kg avec le clavier et 788g sans, ce qui est relativement léger pour ce produit. Elle dispose d’un bel écran tactile de 12,3 pouces et de résolution 2736 x 1824 (267 PPI). Le châssis à l’arrière est robuste et s’incline jusqu’à environ 170 degrés.

Les reproches qu’on peut faire à cet écran sont que ses bordures sont bien trop larges et sur un produit de ce genre on aurait quand même voulu voir des bordures plus fines pour une expérience plus immersive. De plus, la rotation de l’écran de la tablette pour passer d’un mode paysage à portrait est lente, ce qui a tendance à être énervant. Pareil pour l’amélioration de la luminosité de l’écran, cette dernière ne se fait pas de manière fluide et n’est pas très réactive. Le design de la Surface n’est pas non plus novateur et ne change pas vraiment des générations précédentes.

Par contre, en nouveauté, on note la présence d’un port USB-C sur le côté de la Surface Pro 7, on peut donc désormais y connecter des accessoires ou appareils compatibles. Ce nouveau port vient rejoindre un port USB-A classique, un port jack 3,5mm, un port pour carte micro SD, un port Surface connect (pour le chargeur) et le port magnétique pour le clavier. À l’avant, la Surface intègre une petite caméra à reconnaissance faciale par infrarouges Windows Hello, ainsi qu’un objectif de 5 mégapixels avec qualité vidéo Full HD 1080p à l’avant, indispensable pour tout ce qui est vidéo conférence, et avec le mode de flou d’arrière-plan disponible dans les paramètres des vidéos-conférences. Pour ce qui est de la reconnaissance faciale effectuée par la Surface Pro 7, elle n’est pas toujours fiable et on a rencontré quelques accrocs lors de l’utilisation : on l’a configuré avec un visage très légèrement maquillé, et une fois démaquillé, elle ne reconnaissait pas de suite et il a fallu plusieurs tentatives pour que la Surface se déverrouille. Il faut également être à bonne distance et être bien en face de l’écran, sans quoi il ne détecte pas tout de suite notre visage.

À l’arrière, la Surface Pro 7 bénéficie d’un capteur photo avec un objectif de 8 mégapixels. On a aussi deux haut-parleurs stéréo 1,6 W avec Dolby Audio à l’avant de chaque côté et deux micros. On a aussi évidemment deux boutons sur la tranche du haut : celui pour le verrouillage et l’autre pour le volume.

Les performances de la Surface Pro 7

En terme de performances, la Surface Pro 7 existe en plusieurs configurations : la première propose, pour 779 euros, un processeur Intel Core i3 avec 4Go de RAM et 128 Go de stockage, ce qui n’est pas très confortable. La version que nous avons en main possède quant à elle un processeur quadruple cœur Intel Core 10e génération i7, couplé à 16 Go de RAM et 256 Go de stockage. Cette configuration est plus confortable et largement suffisante pour une utilisation bureautique ou créative, à la limite du possible bien évidemment. Par cela, on entend que ce deux-en-un a ses limites : on n’a eu aucun souci à utiliser les applications tableau blanc par exemple ou autres sites créatifs comme Canva, mais la Surface serait moins rapide et fluide si on utilise des logiciels ou applications de montage beaucoup plus gourmands en performances. De plus, on a remarqué que, de temps en temps, quand plusieurs fenêtres et applications étaient ouvertes en simultanée, l’appareil de Microsoft a montré un petit manque de fluidité et de rapidité.

Qu’en est-il de l’autonomie ?

Microsoft annonce que l’autonomie de la batterie de sa Surface Pro 7 peut aller jusqu’à 10,5 heures “en utilisation normale”. Nous l’avons testé en utilisant Netflix sous Chrome, en regardant des vidéos sur YouTube, en faisant du traitement de texte et de la navigation web, ainsi que l’application Tableau blanc. La batterie de la Surface n’aura pas atteint les 10,5 heures affirmées par Microsoft, mais plutôt les 8,5/9 heures, ce qui reste quand même confortable. Pour ce qui est de la recharge, avec son bloc d’alimentation, la Surface Pro 7 atteint les 100% en environ 2 heures.

Où acheter la Surface Pro 7 de Microsoft ?

La Surface Pro 7 est disponible en France à partir de 779 euros. On rappelle également que son clavier est vendu séparément à partie de 150 euros.

Notre avis

Dans l'ensemble, Microsoft nous livre ici un deux-en-un réussi et vraiment efficace. Pour ceux qui recherchent ce type d'appareil, avec de bonnes performances dignes de vrais PC portables (autonomie, processeur), la Surface Pro 7 semble être le bon choix. Cependant, elle est vendue comme une tablette et est donc dépourvue de son clavier qu'il faudra l'acheter séparément.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • Bel écran
  • Ultra légère et maniable
  • Un port USB-C
  • Clavier vendu séparément
  • Reconnaissance faciale pas toujours efficace
  • Bordures trop larges