Test

Test : amplificateur casque ALO RX

Audio

Par Sylvain le

Le sujet des amplificateurs nomades a déjà été abordé par Laurent et je ne saurais que trop vous conseillez si vous ne connaissez pas ce domaine de vous reportez au plus vite à cet excellent dossier.

Pour ma part, j’ai eu l’opportunité de découvrir récemment le modèle ALO RX.

Cette marque est plus particulièrement connue pour réaliser des câbles audio sans concession. Elle distribue également les fameux IMod dont la présentation et le bien fondé n’est plus à démontrer.

Non satisfaite de ses succès elle propose aujourd’hui l’amplificateur modèle RX destiné à l’audiophile/mélomane exigeant. Cependant saura t’elle convaincre un marché déjà fort achalandé de modèles de prestige aux performances plus qu’honorables ?

Afin d’y répondre je vous propose le test du modèle RX avec comme éléments de comparaison 3 autres références de marques réputées pour leur sérieux et qualité de fabrication à savoir :

  • Ray Samuel Audio modèle P51 Mustang
  • Ibasso P3+ Héron
  • Ray Samuel Audio modèle P51 Shadow

DSC00851

Présentation

Ci-après les spécifications constructeur :

spec-alo

A la prise en main on est de suite interpellé par le rendu visuel, le sens du détail. Sobriété et esthétique sont de mise. Visiblement volonté est affichée de ne pas décevoir sur ce critère. Au niveau encombrement, il est sensiblement équivalent à la taille du lecteur Cowon S9 avec une épaisseur « Slim » d’une dizaine de millimètres pour un poids de 130 grammes. La partie alimentation est soignée, elle est confiée à 2 piles type lithium de 3,7 volts chacune, laissant présager d’une bonne tenue en puissance. Donc exit les sempiternelles démontages pour la recharge des accumulateurs, elle se fait directement en pluggant l’adaptateur fournit avec le chargeur au format type UE ou US, compter environ 5 heures de charge pour une autonomie d’une dizaine d’heures.

Il est équipé d’un gain variable 2 positions, (par défaut en mode low) mais ici contrairement à d’autres modèles concurrents il n’est pas commutable en façade. Et visiblement le constructeur ne motive pas l’utilisateur pour aller titiller ce paramètre ! En effet il vous faudra dévisser les 8 vis type BTR d’un pas type US et la clé spécifique n’est pas fournie, faire glisser la carte du châssis délicatement pour ensuite passer du temps à trouver le petit switch présent au dessous de la layout. Bref remonter ensuite le tout avec le plus grand calme ! La notice stipule qu’une fois le réglage du gain souhaité pour son utilisation, il est préférable de ne pas reproduire cette manipulation, doit on le prendre sur le ton de l’humour ?

Bon vous l’aurez compris si le gain proposé vous satisfait inutile de vous hasardez à démonter, mais je dirais que le jeu en vaut la chandelle, car vous disposerez de réglage vous permettant de piloter des casques à la sensibilité moindre avec en contre partie une réserve de puissance accrue pour les Ears. Alo propose également dans son Kit un jeu de strapp fort utile pour les déplacements afin de coupler le player à l’amplificateur.

D’un point de vue fonctionnel c’est spartiate, toute les entrées/sortie et commandes se situent en face avant ! Un choix surement imposé par le design du circuit ? Pourquoi pas !

La partie réglage du volume est confiée à une gestion numérique solution de plus en plus retenue sur les nouvelles livrées d’amplificateur comme Headamp Pico Slim, ou encore RSA Shadow…pour ne citer qu’eux. A la mise sous tension, afin de préserver notre belle audition, le volume est à niveau bas. Par contre pour ma part je déplore le commutateur de mise sous tension beaucoup trop proche de la commande de volume, ainsi si vous « ratez » cette commande, fortuitement vous rippez et commuter l’ampli sur arrêt, c’est sans conséquence mais désagréable à l’usage !

DSC00850

Protocole de test

  • Lecteur Cowon S9 lecture de fichier type FLAC
  • Mini câble Qable & DIY
  • Casque type IEM EarSonics EM3/EM2-PRO

DSC00856
DSC00859
DSC00857

Dans un premier temps sera décrit le rendu spécifique de l’amplificateur testé sur différents style musicaux pour ensuite conclure sur un comparatif avec les 2 autres références cités précédemment.

L’écoute

D’emblée on est captivé par le côté naturel de la restitution. Le message glisse avec aisance sans accident, l’air circule entre les différents instruments. A bas volume, le relief est saisissant de vérité, preuve d’une sensibilité peu commune. Les sections nécessitant de grande capacité dynamique telles que la batterie sont retranscrites avec des volumes très proches de la sensation ressentie en écoute directe (rarement un ampli de cette gamme est capable de telle prouesse) Les grosses caisses délivrent une sonorité pleine avec un réel rendu de peau accompagnée de la vibration.

Les voix qu’elles soient douceur ou violence passent avec émotion certaine. La scène sonore est magistrale dans les 2 dimensions. Il est étonnant de constater cette capacité à extraire tous les détails d’un enregistrement sur un appareil de cette gamme ! La puissance délivrée est exceptionnelle et je ne parle pas de puissance incontrôlée avec saturation rendant le message inaudible, non j’évoque ici la capacité dynamique

Si je devais émettre des qualificatifs à cet amplificateur, je dirais charnel et émotion. Il fait partie de ce type de matériel qui vous donne envie d’écouter et redécouvrir votre bibliothèque musicale.

Ecoute comparative

A réception de l’amplificateur, j’avais en première instance envisagé de réaliser rapidement une écoute comparative, mais je me suis laissé aller à profiter simplement des bienfaits de l’ALO RX !

Donc maintenant place à la bataille…

Match ALO RX / RSA P51 Mustang

DSC00848

L’amplificateur RSA P51 présente de par son design des similitudes avec l’Alo RX comme son alimentation type batterie rechargeable, et le réglage du gain 3 positions. Mais par contre il est proposé sous des dimensions et poids bien moindre :

rsa-dim

Le P51 est doué de prouesse assez remarquable à rapprocher à son volume et poids. Il est notamment capable de driver des casques type ouvert gourmand en énergie ! Mais soyons clairs tout de même son domaine de prédilection reste les Intras ! Il délivre un son de haute facture également, à comparer avec le RX il semble plus empâté néanmoins à extraire toutes les petites subtilités dans la masse et ceci est dû à un rendu du grave plus auréolé, moins percutant, un trait de caractère d’ailleurs des amplis RSA, bien que les dernières moutures soient moins sensible sur ce critère. Et surtout il ne peut proposer la même image tridimentionnelle que celle déployée par l’ALO RX.

D’ailleurs il serait sympa de réaliser la confrontation entre le RX et le RSA SR71A  qui sur le papier serait un combat à armes plus égales!

Match ALO RX / Ibasso P3+

DSC00845

Ibasso qui commence à se tailler une excellente réputation propose toute une gamme d’amplificateur avec même pour certaines références des DAC intégrés très appréciés des mélomanes de tous horizons. Le modèle P3+ ne déroge pas à la règle. Il se propose sous une taille respectable, mais un poids assez conséquent inhérent à sa force de frappe en terme de puissance, pas moins de 6 piles type AAA sont requises. Cela se ressent donc sur la balance !

ibasso-dim

Ibasso propose un concept fort sympathique, à savoir de disposer d’un panel de chip interchangeable sous forme de Kit à remplacer sur la carte de l’ampli. Cela permet de moduler un peu le rendu sur des paramètres tel que le soundstage, le piqué, la dynamique ou encore la neutralité. Ici Ibasso n’est pas avare car la clé BTR est fournie  !

Au niveau de la signature l’Ibasso propose une écoute naturelle semblable à celle du RX, mais il ne peut cependant rivaliser sur des critères de capacité dynamique. Sur le paramètre de profondeur de scène le P3+ est très en deçà du RX qui lui confère une image moins réaliste et moins vivante.

Match ALO RX / RSA Shadow

DSC00863

L’amplificateur Shadow est le dernier né de la gamme RSA, il est designé pour répondre à une demande croissante d’audiophile qui désirent disposer de très haute qualité de restitution en hyper nomade exclusivement avec des Intras. Mais ne vous y trompez pas cet un amplificateur propose le « mieux du moment », à savoir entre autre contrôle de volume numérique, batterie rehargeable sur PC…

Sa taille de Liliputien étonne et attise la curiosité. Le coupler à un Cowon S9 est dans l’absolue une configuration sans intérêt, voire une hérésie. Elle se justifie ici seulement pour les besoins du test.

shadow-dim

A l’écoute le Shadow RSA ne déçoit pas, on retrouve le son RSA avec bien entendu moins de détails, de profondeur et de puissance que peut procurer un P51. Il sera donc le compagnon idéal des mini player Mp3.

Conclusion

Vous l’aurez aisément compris l’amplificateur ALO RX est de la trempe des matériels qui vous procure de réelles belles émotions, la claque assurée. Il est le grand gagnant de ce comparatif. Il entre selon moi dans une autre catégorie, une nouvelle ère d’amplificateur nomade. Sa signature sonore est très proche de certaines réalisations beaucoup plus onéreuse et désigné pour une utilisation domestique. Et lorsque l’on rapproche ses performances au tarif proposé, inutile de résister, et lorsqu’on y a goûté on ne veut plus s’en séparer !

L’Ibasso P3+ le talonne de très près, mais il lui manque malgré tout de très bons atouts, ce petit plus qui le rendrait incontournable, et ce malgré des performances audio de très bonne facture, il est pénalisé par un design quelque peu dépassé au regard de ses concurrents.

Quant aux RSA, ils sont les témoins du savoir faire reconnu et plébiscité de par le monde pour ce constructeur. Le ratio encombrement/performance audio est sans contestation une des grandes forces de ce constructeur.

DSC00868
DSC00866

Notation

notation

Le sujet des amplificateurs nomades a déjà été abordé par Laurent et je ne saurais que trop vous conseillez si vous ne connaissez pas ce domaine de vous reportez au plus vite à cet excellent dossier.

Pour ma part, j’ai eu l’opportunité de découvrir récemment le modèle ALO RX.

Cette marque est plus particulièrement connue pour réaliser des câbles audio sans concession. Elle distribue également les fameux IMod dont la présentation et le bien fondé n’est plus à démontrer.

Non satisfaite de ses succès elle propose aujourd’hui l’amplificateur modèle RX destiné à l’audiophile/mélomane exigeant. Cependant saura t’elle convaincre un marché déjà fort achalandé de modèles de prestige aux performances plus qu’honorables ?

Afin d’y répondre je vous propose le test du modèle RX avec comme éléments de comparaison 3 autres références de marques réputées pour leur sérieux et qualité de fabrication à savoir :

  • Ray Samuel Audio modèle P51 Mustang
  • Ibasso P3+ Héron
  • Ray Samuel Audio modèle P51 Shadow

DSC00851

Présentation

Ci-après les spécifications constructeur :

spec-alo

A la prise en main on est de suite interpellé par le rendu visuel, le sens du détail. Sobriété et esthétique sont de mise. Visiblement volonté est affichée de ne pas décevoir sur ce critère. Au niveau encombrement, il est sensiblement équivalent à la taille du lecteur Cowon S9 avec une épaisseur « Slim » d’une dizaine de millimètres pour un poids de 130 grammes. La partie alimentation est soignée, elle est confiée à 2 piles type lithium de 3,7 volts chacune, laissant présager d’une bonne tenue en puissance. Donc exit les sempiternelles démontages pour la recharge des accumulateurs, elle se fait directement en pluggant l’adaptateur fournit avec le chargeur au format type UE ou US, compter environ 5 heures de charge pour une autonomie d’une dizaine d’heures.

Il est équipé d’un gain variable 2 positions, (par défaut en mode low) mais ici contrairement à d’autres modèles concurrents il n’est pas commutable en façade. Et visiblement le constructeur ne motive pas l’utilisateur pour aller titiller ce paramètre ! En effet il vous faudra dévisser les 8 vis type BTR d’un pas type US et la clé spécifique n’est pas fournie, faire glisser la carte du châssis délicatement pour ensuite passer du temps à trouver le petit switch présent au dessous de la layout. Bref remonter ensuite le tout avec le plus grand calme ! La notice stipule qu’une fois le réglage du gain souhaité pour son utilisation, il est préférable de ne pas reproduire cette manipulation, doit on le prendre sur le ton de l’humour ?

Bon vous l’aurez compris si le gain proposé vous satisfait inutile de vous hasardez à démonter, mais je dirais que le jeu en vaut la chandelle, car vous disposerez de réglage vous permettant de piloter des casques à la sensibilité moindre avec en contre partie une réserve de puissance accrue pour les Ears. Alo propose également dans son Kit un jeu de strapp fort utile pour les déplacements afin de coupler le player à l’amplificateur.

D’un point de vue fonctionnel c’est spartiate, toute les entrées/sortie et commandes se situent en face avant ! Un choix surement imposé par le design du circuit ? Pourquoi pas !

La partie réglage du volume est confiée à une gestion numérique solution de plus en plus retenue sur les nouvelles livrées d’amplificateur comme Headamp Pico Slim, ou encore RSA Shadow…pour ne citer qu’eux. A la mise sous tension, afin de préserver notre belle audition, le volume est à niveau bas. Par contre pour ma part je déplore le commutateur de mise sous tension beaucoup trop proche de la commande de volume, ainsi si vous « ratez » cette commande, fortuitement vous rippez et commuter l’ampli sur arrêt, c’est sans conséquence mais désagréable à l’usage !

DSC00850

Protocole de test

  • Lecteur Cowon S9 lecture de fichier type FLAC
  • Mini câble Qable & DIY
  • Casque type IEM EarSonics EM3/EM2-PRO

DSC00856
DSC00859
DSC00857

Dans un premier temps sera décrit le rendu spécifique de l’amplificateur testé sur différents style musicaux pour ensuite conclure sur un comparatif avec les 2 autres références cités précédemment.

L’écoute

D’emblée on est captivé par le côté naturel de la restitution. Le message glisse avec aisance sans accident, l’air circule entre les différents instruments. A bas volume, le relief est saisissant de vérité, preuve d’une sensibilité peu commune. Les sections nécessitant de grande capacité dynamique telles que la batterie sont retranscrites avec des volumes très proches de la sensation ressentie en écoute directe (rarement un ampli de cette gamme est capable de telle prouesse) Les grosses caisses délivrent une sonorité pleine avec un réel rendu de peau accompagnée de la vibration.

Les voix qu’elles soient douceur ou violence passent avec émotion certaine. La scène sonore est magistrale dans les 2 dimensions. Il est étonnant de constater cette capacité à extraire tous les détails d’un enregistrement sur un appareil de cette gamme ! La puissance délivrée est exceptionnelle et je ne parle pas de puissance incontrôlée avec saturation rendant le message inaudible, non j’évoque ici la capacité dynamique

Si je devais émettre des qualificatifs à cet amplificateur, je dirais charnel et émotion. Il fait partie de ce type de matériel qui vous donne envie d’écouter et redécouvrir votre bibliothèque musicale.

Ecoute comparative

A réception de l’amplificateur, j’avais en première instance envisagé de réaliser rapidement une écoute comparative, mais je me suis laissé aller à profiter simplement des bienfaits de l’ALO RX !

Donc maintenant place à la bataille…

Match ALO RX / RSA P51 Mustang

DSC00848

L’amplificateur RSA P51 présente de par son design des similitudes avec l’Alo RX comme son alimentation type batterie rechargeable, et le réglage du gain 3 positions. Mais par contre il est proposé sous des dimensions et poids bien moindre :

rsa-dim

Le P51 est doué de prouesse assez remarquable à rapprocher à son volume et poids. Il est notamment capable de driver des casques type ouvert gourmand en énergie ! Mais soyons clairs tout de même son domaine de prédilection reste les Intras ! Il délivre un son de haute facture également, à comparer avec le RX il semble plus empâté néanmoins à extraire toutes les petites subtilités dans la masse et ceci est dû à un rendu du grave plus auréolé, moins percutant, un trait de caractère d’ailleurs des amplis RSA, bien que les dernières moutures soient moins sensible sur ce critère. Et surtout il ne peut proposer la même image tridimentionnelle que celle déployée par l’ALO RX.

D’ailleurs il serait sympa de réaliser la confrontation entre le RX et le RSA SR71A  qui sur le papier serait un combat à armes plus égales!

Match ALO RX / Ibasso P3+

DSC00845

Ibasso qui commence à se tailler une excellente réputation propose toute une gamme d’amplificateur avec même pour certaines références des DAC intégrés très appréciés des mélomanes de tous horizons. Le modèle P3+ ne déroge pas à la règle. Il se propose sous une taille respectable, mais un poids assez conséquent inhérent à sa force de frappe en terme de puissance, pas moins de 6 piles type AAA sont requises. Cela se ressent donc sur la balance !

ibasso-dim

Ibasso propose un concept fort sympathique, à savoir de disposer d’un panel de chip interchangeable sous forme de Kit à remplacer sur la carte de l’ampli. Cela permet de moduler un peu le rendu sur des paramètres tel que le soundstage, le piqué, la dynamique ou encore la neutralité. Ici Ibasso n’est pas avare car la clé BTR est fournie  !

Au niveau de la signature l’Ibasso propose une écoute naturelle semblable à celle du RX, mais il ne peut cependant rivaliser sur des critères de capacité dynamique. Sur le paramètre de profondeur de scène le P3+ est très en deçà du RX qui lui confère une image moins réaliste et moins vivante.

Match ALO RX / RSA Shadow

DSC00863

L’amplificateur Shadow est le dernier né de la gamme RSA, il est designé pour répondre à une demande croissante d’audiophile qui désirent disposer de très haute qualité de restitution en hyper nomade exclusivement avec des Intras. Mais ne vous y trompez pas cet un amplificateur propose le « mieux du moment », à savoir entre autre contrôle de volume numérique, batterie rehargeable sur PC…

Sa taille de Liliputien étonne et attise la curiosité. Le coupler à un Cowon S9 est dans l’absolue une configuration sans intérêt, voire une hérésie. Elle se justifie ici seulement pour les besoins du test.

shadow-dim

A l’écoute le Shadow RSA ne déçoit pas, on retrouve le son RSA avec bien entendu moins de détails, de profondeur et de puissance que peut procurer un P51. Il sera donc le compagnon idéal des mini player Mp3.

Conclusion

Vous l’aurez aisément compris l’amplificateur ALO RX est de la trempe des matériels qui vous procure de réelles belles émotions, la claque assurée. Il est le grand gagnant de ce comparatif. Il entre selon moi dans une autre catégorie, une nouvelle ère d’amplificateur nomade. Sa signature sonore est très proche de certaines réalisations beaucoup plus onéreuse et désigné pour une utilisation domestique. Et lorsque l’on rapproche ses performances au tarif proposé, inutile de résister, et lorsqu’on y a goûté on ne veut plus s’en séparer !

L’Ibasso P3+ le talonne de très près, mais il lui manque malgré tout de très bons atouts, ce petit plus qui le rendrait incontournable, et ce malgré des performances audio de très bonne facture, il est pénalisé par un design quelque peu dépassé au regard de ses concurrents.

Quant aux RSA, ils sont les témoins du savoir faire reconnu et plébiscité de par le monde pour ce constructeur. Le ratio encombrement/performance audio est sans contestation une des grandes forces de ce constructeur.

DSC00868
DSC00866

Notation

notation