Test

Test Battlefield 2042 : le futur, ce n’est pas encore pour tout de suite

Jeux Vidéo

Par Antoine Gautherie le

Ça y est : après des mois de teasing incessant, Battlefield 2042 est enfin dans les bacs. Après avoir eu un premier avant-goût bancal, mais pas dénué d’intérêt à l’occasion de la bêta fermée, nous avons désormais pu nous frotter à la version release avec le patch day one tant attendu. La guerre totale à la sauce futuriste tiendra-t-elle toutes ses promesses ? Voici notre avis.

Battlefield 2042 EA
© EA / Dice

Battlefield, c’est un jeu à part dans le paysage vidéoludique. Très peu de titres sont capables de proposer des phases d’action multijoueur à si grande échelle et de générer autant de séquences épiques, d’ailleurs baptisées Battlefield moments par la communauté; pas étonnant que la franchise ait rassemblé une cohorte de fans intégraux qui attendent l’opus suivant comme le messie. Et ce nouvel épisode ne fait pas exception à la règle, d’autant plus que DICE a fait monter la hype pendant plusieurs mois avec une campagne de promotion extrêmement dense.

Nous voilà donc propulsés au beau milieu de ce champ de bataille futuriste, avec trois modes différents. Le premier, Guerre Totale, rassemble deux modes de jeu qui font partie de l’ADN de la franchise : Conquête et Percée. À ce niveau-là, les joueurs de la première heure savent déjà à quoi s’attendre et retrouveront rapidement leurs repères, malgré quelques petites modifications au niveau du système de secteurs.

De nouveaux modes amusants et pleins de promesses

Pour trouver des nouveautés au niveau des modes de jeu, il faut commencer par regarder du côté d’Hazard Zone. Il s’agit d’un tout nouveau concept basé sur un affrontement entre trois factions : deux escouades de joueurs s’affrontent pour récupérer différents objectifs disséminés sur la carte. L’ensemble s’est révélé un brin chaotique lors de nos tests; mais la donne pourrait changer avec un groupe de joueur bien plus coordonné. On sent une dimension tactique très intéressante dans ce mode Hazard Zone, et si les joueurs se montrent réceptifs, il pourrait bien devenir l’un des futurs standard de Battlefield.

Mais la nouveauté la plus intéressante est certainement le mode Portal, qui pousse la composante “bac à sable” de Battlefield à un niveau jamais atteint. Le concept est simple : grâce à un outil assez complet, les joueurs peuvent créer tous les modes de jeu qui leur passent par la tête. Un team deathmatch 1942 vs 2042 ? Servez-vous. Une extraction de VIP avec seulement des armes de poing ? C’est possible. Un mode complètement arcade où seuls les explosifs sont autorisés et où les soldats sprintent comme Usain Bolt ? Faites-vous plaisir. Vous l’aurez compris : de la plus sérieuse à la plus loufoque, chacun pourra créer sa propre expérience Battlefield taillée sur mesure. Ajoutez à cela de nouvelles cartes, de nouveaux véhicules, des tas de possibilités de personnalisation, et vous obtenez un buffet plutôt convaincant qui donne envie de goûter à tout.

Le concept de Portal regorge de possibilités, et nous avons vraiment apprécié l’intégration d’une plateforme de scripting visuel.

Des maps visuellement assez moyennes…

Mais ne tournons pas autour du pot : à la seconde où l’assiette arrive à table, on ne peut s’empêcher d’être un peu déçu. Orbital, la première map présentée début octobre, nous avait pourtant fait forte impression; mais plus on parcourt ses collines verdoyantes, plus la magie initiale s’estompe. Visuellement parlant, l’ensemble est loin d’être hideux, mais manque cruellement de détail en dehors des fameux “clusters“. Et cette critique concerne la majorité des maps, avec une mention spéciale à la carte Sablier, plutôt pauvre visuellement. Il y a évidemment des exceptions, mais l’ensemble est assez quelconque et pas exactement au niveau que l’on attendait d’un blockbuster de ce calibre.

Malheureusement, il ne s’agit pas que de la qualité des textures et de la lumière; dans l’ensemble, le parti-pris de DICE au niveau du level design fonctionne assez mal. Le développeur a ainsi intégré de nombreuses zones moins denses et très ouvertes, qui étaient censées être des territoires sous haute tension. En théorie, cela aurait dû générer de nombreuses escarmouches pour ponctuer les grands affrontements; dans la pratique, on se retrouve avec des sections sans intérêt et systématiquement désertes. Leur seul impact est de rallonger inutilement les temps de trajet entre les points chauds et de donner à manger aux snipers.

Renewal, regorge de bonnes idées et de concepts intéressants; dommage qu’elles se concrétisent de façon un peu bancale.

… et un level design très inégal

Et cette philosophie discutable se retrouve là encore sur l’ensemble des cartes, à quelques exceptions près. Résultat : en pratique, les maps sont subdivisées en quelques bastions séparés par d’interminables no man’s land. On perd de nombreuses séquences de combat rapproché, et le rythme des affrontements en souffre grandement; une grande partie de l’intensité caractéristique de la franchise passe de ce fait à la trappe.

Il faut aussi parler de la verticalité omniprésente. Dans 2042, elle est nettement accentuée par le map design et le retour du fameux grappin. Chaque surplomb est désormais un nid de sniper potentiel, et chaque corniche en apparence insignifiante peut abriter un ennemi en embuscade. Intéressant en théorie et dans certaines situations, mais sur des cartes aussi ouvertes, cette verticalité change entièrement la façon d’aborder les combats. Mention spéciale à l’aéroglisseur complètement bugé, qui est capable d’escalader les murs en plus d’être beaucoup trop puissant…

On regrette aussi le fait que ces cartes comportent finalement peu d’éléments destructibles. Certes, certains d’entre eux sont assez spectaculaires, comme l’explosion de la fusée sur Orbital; mais la plupart sont complètement anecdotiques et n’influencent que très peu le cours de la partie. À ce niveau, 2042 fait peine à voir par rapport à d’autres opus comme Battlefield 3, pourtant sorti en… 2011. Au bout du compte, on se retrouve donc avec des cartes globalement très décevantes. Vraiment dommage, car certaines maps comme Orbital et Renewal débordent d’idées intéressantes, mais mal implémentées.

Chacun pour soi et advienne que pourra

L’autre souci de ces maps, c’est que leurs dispositions actuelles ont tendance à encourager le deathmatch à grande échelle plutôt que la coopération. On adresse également cette dernière critique au système de spécialiste. À l’origine, ces dix personnages complémentaires devaient chacun représenter un archétype de gameplay avec son rôle bien à lui. Mais cette complémentarité est entièrement ruinée par un autre choix de design discutable; contrairement à ce que leur nom laisse penser, les spécialistes peuvent tous utiliser n’importe quel équipement indépendamment de leur “classe”.

Résultat : tout le monde se rue sur les mêmes équipements. Les gadgets de support comme les trousses de munitions sont très souvent abandonnés au profit d’ alternatives plus dynamiques et moins axées sur la coopération; on peut déjà affirmer que vous croiserez plus de grappins ou de tourelles que de trousses de soin dans Battlefield 2042, surtout en mode Conquest. Et si l’homogénéisation des rôles n’était pas suffisante pour tuer le sentiment d’appartenance à un groupe, c’est le système de score qui se charge d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil; désormais, tirer sur l’ennemi est quasiment la seule façon de marquer des points, ce qui dessert forcément le teamplay. Un changement de philosophie assez net qui pourra satisfaire certains joueurs, mais probablement regrettable pour ceux qui cherchent une “vraie” simulation de champ de bataille.

Des régressions incompréhensibles

Et il n’y a pas que la segmentation des rôles qui fera pester les vieux de la vieille. Cela nous amène au dernier point, le plus important de notre critique. Ce Battlefield n’a de futuriste que le nom; au niveau du gameplay, il s’agit malheureusement d’une régression claire et nette à bien des égards. Une fois l’excitation de la découverte retombée, on compte un nombre sidérant de mécaniques pourtant importantes qui ont évolué dans le mauvais sens, voire purement et simplement disparu. Cela commence par les déplacements. Terminés, le lean façon Rainbow Six, la course accroupie, la nage sous l’eau ou même la construction de barricades; autant d’éléments qui auraient pourtant été d’un grand secours sur ces cartes extrêmement ouvertes.

Même constat pour le gunplay; DICE s’est éloigné de la formule de Battlefield V, pour le meilleur et pour le pire. Une décision curieuse dans la mesure où ce dernier commençait à se rapprocher du juste milieu idéal. On passe d’un gunplay relativement nuancé à des mécaniques beaucoup plus “arcade”, avec un time-to-kill qui nous a semblé nettement plus important que dans les épisodes précédents .

Il est difficile de dire si les ennemis sont simplement plus résistants, ou si c’est la faute des rafales qui semblent bien plus aléatoires qu’auparavant. Mais dans l’ensemble, le constat est le même : les combats semblent moins précis et viscéraux. Contrairement à certains joueurs qui ont vraiment apprécié cette évolution, nous avons trouvé que cela nuisait grandement à l’immersion.

Ces régressions (subjectives) dans le jeu en équipe et le maniement des armes ne sont que la pointe d’un gigantesque iceberg de fonctionnalités portées disparues. DICE a-t-il fait le choix assumé de s’en débarrasser pour moderniser son concept, ou est-ce là un autre aspect du jeu qui n’as pas été terminé et reviendra par la suite? Difficile à dire. En tout cas, si vous souhaitez une liste complète (et extrêmement longue) de tous les éléments manquants, vous pouvez toujours consulter ce topic Reddit assez éloquent. Tout n’est pas à jeter dans Battlefield 2042, et il est tout de même possible de concrétiser quelques “Battlefield Moments” mémorables, mais au final, il manque bien trop de saveur pour qu’on ait envie d’en reprendre une plâtrée.

Notre avis

Très enthousiasmés par ce Battlefield 2042, nous avons vraiment tenté de nous laisser séduire. Le jeu n’est pas dénué d’intérêt, loin de là; DICE a posé quelques bases intéressantes, notamment avec les nouveaux modes Hazard Zone et surtout Portal. On trouve aussi de nouvelles mécaniques intéressantes, comme la tornade sur Orbital. Mais au bout du compte on sort de cette session Battlefield 2042 assez déçu et pas aussi diverti qu’on s’y attendait.

En poussant encore plus loin ses combats épiques à grande échelle, DICE a certainement rendu le jeu plus divertissant pour les néophytes ou les joueurs de FPS occasionnels. Mais du même coup, le studio a aussi dynamité des fondations pourtant assez solides, ce que les vétérans de Battlefield auront certainement du mal à accepter. Et malheureusment, les nouveautés ne suffisent pas à compenser ces régressions en pagaille, surtout au niveau du gameplay. Et ce ne sont pas les innombrables bugs (même après le patch day one) et soucis d'optimisation qui les feront changer d'avis. Vraiment paradoxal pour un jeu de combat qui s'est construit une identité futuriste...

4 / 10
Les plus
Les moins
  • Le mode Hazard Zone et ses escarmouches à haute intensité
  • Le mode Portal qui laisse libre cours à l'imagination
  • La personnalisation des armes à la volée
  • Les batailles à 128 joueurs qui font leur petit effet
  • Des nouvelles mécaniques clivantes, mais globalement intéressantes
  • Des régressions en pagaille malgré son titre futuriste
  • Visuellement correct, mais on attendait mieux
  • L'absence quasi-totale d'optimisation
  • Un map design globalement décevant
  • Le superbe sound design porté disparu
  • Un gunplay vraiment étrange
  • L'équilibrage incompréhensible en l'état
  • La coopération trop souvent sacrifiée
  • Un nouveau jeu en précommande sorti prématurément

12 Commentaires

  1. Olorin

    25 novembre 2021 at 3:16

    EA et Dice on vendu de la nostalgie avec Portal tout en supprimant toutes les fonctionnalités des anciens jeux. C’est complétement contradictoire et illogique. Comme si les dev n’avaient joués aux jeux précèdent de la licence…
    Même dans leur notation de version (actuellement la 0.2.2 le 25/11) ils ne considèrent même pas être à la V1. On est toujours sur une béta quoi…La V1 sortira en même temps que le passe de combat, en début 2022, et même là il continuera de manquer plein de trucs tellement la liste est longue.
    Une honte pour la marque, une arnaque pour les fans.

  2. utaku

    25 novembre 2021 at 15:34

    Votre article est correct. Ce Battlefield est insipide, le gameplay désastreux, les maps une horreur, bref une très grosse déception pour les fans. ça me rappelle tristement la sortie de cyberpunk.

    J’essaie d’y jouer mais au bout d’une heure, plus aucune envie de jouer dans bugland en passant mon temps à courir dans des maps immenses et pour me faire sniper par un campeur grappin…

    EA remboursez SVP !

  3. Anar Chie

    25 novembre 2021 at 15:40

    C’est une honte de sortir un battlefield aussi nul. Remboursez !

  4. Rolle

    25 novembre 2021 at 15:43

    Une armée de clones qui se bat dans un désert digital. Totalement à côté de la plaque ce BTF.
    Je retourne sur le V. Jeu à vendre pas cher…

  5. Mike po

    25 novembre 2021 at 15:49

    Un jeu que je ne recommande vraiment pas tellement il est dénué d’intérêt ! On s’ennuie grave. Je vais le revendre à bon marché.

  6. battlefailed

    25 novembre 2021 at 16:45

    J’ai acheté le jeu à cause de jeu vidéo point com qui leur a mis un 18… j’aurais du attendre des avis plus lucide ce jeu est une insulte
    Encore une masterclass en quenelle de la part de EA

  7. Dave202

    25 novembre 2021 at 18:13

    Comment EA peut sortir une daube pareille. C’est une insulte pour les fan de BTF. On s’ennuie effectivement grave sur ces maps interminables.

  8. Antoine

    25 novembre 2021 at 18:18

    Impossible de penser qu’on est dans BTF ! Ça ressemble à MAG mais en plus nul et avec des bugs. Le truc c’est qu’on est 10 ans plus tard… Quelle est la politique de remboursement ?

  9. Leinad

    25 novembre 2021 at 20:25

    BF2042, COF Vanguard, que des navets…
    OK BF va s’améliorer avec le temps (mais trop tard pour la première release), Vanguard est déjà une risée tout public…
    Les machines sont là, mais existe-il encore de bons développeurs et une boîte non cotée en bourse qui va fracasser tout le monde? Ici on ne parle que de profit profit profit avant même que le jeu ne soit développé (idem COF etc…).
    Bon vite je retourne sur BF1 et surtout BF5

  10. broy

    25 novembre 2021 at 20:30

    je suis très sincèrement déçus par le jeu. le gameplay et trop louche en jeu il y d énorme latence dans les map 128 c’est injouable. le pilotage des véhicules en immersion et franchement décevante j ai l’impression de rien voir franchement BF3 reste le top .

    j’ai lâché 90 euros pour cela je suis juste déçus car je pense ne pas jouer très souvent après tous cela

  11. Gameur de 52 ans

    26 novembre 2021 at 17:12

    vraiment fan de battlefield depuis le début, les combats ne sont en rien intéressant, plus aucun effet de groupe, le graphisme n’a aucun réalisme, la conduite des engins d’une nullité sans pareil, quasi aucune destruction de bâtiment, une honte, je vais être obligé de repasser sur call of Duty par désespoir

  12. BF lover

    29 novembre 2021 at 19:49

    Je vais seulement parler du mode percée qui à la base, est une excellente idée. Le jeu est tout bonnement infecte et de loin le pire de la franchise. Voilà où l’excès et la complaisance mène, trop de joueurs sur de trop grandes maps avec trop de véhicules. Vouloir en metttre plein la vue c’est bien, savoir le faire c’est mieux. En l’état, le jeu est tout bonnement injouable si vous aimez le gunfight, les escarmouches à pieds sont trop peu nombreuses et comptez presque 5/6 morts par écrasement/missile/aeroglisseur/helicoptère avant de pouvoir tirer (Notez que je sais à quoi m’attendre en jouant à BF, mais là c’est un excès). les maps immenses sont tout justes bonnes pour le sniper sous réserve que vous aimiez ça. Exit l’amusement et la prise de point si vous n’êtes pas accompagnés par des joueurs au volant d’engins. Je ne vais même pas parler des trop nombreux bugs présents évidemment. Enfin pour la percée, certains points sont juste une plaisanterie, 2 escaliers pour y accéder, 64 joueurs pour les défendre. Je vous laisse imaginer la faisabilité du truc.
    La qualité du jeu vidéo régresse parce qu’il faut sortir vite et BF2042 sonne la fin de ce qui semblait à mes yeux être la meilleure licence grand public des jeux de guerre. Si n’êtes pas possesseur de ce jeu, fuyez vite et loin. Ce n’est pas les “nombreux patchs” à venir qui vont y changer grand chose ne vous faîtes pas avoir. Le fond du problème c’est la conception et la vision de ce jeu, et ça, ce n’est pas un patch qui le fera changer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *