Test

[MiniTest] BioShock : Infinite – Tombeau Sous-marin Episode 2 [PC]

Par Fabio le

Les disputes idiotes se concluent généralement par une chaleureuse réconciliation. Cet adage est valable en amour comme avec le dernier BioShock de Ken Levine. Il y...

Les disputes idiotes se concluent généralement par une chaleureuse réconciliation. Cet adage est valable en amour comme avec le dernier BioShock de Ken Levine.

BioShockInfinite 2014-04-01 16-01-52-03

Il y a des signes qui ne trompent pas. À l’heure où j’ai terminé l’épisode 2 du DLC Tombeau Sous-marin, je me suis remémoré avec nostalgie et bonheur le tout premier BioShock. En partie car la longue cinématique de conclusion (comme dans BioShock : Infinite) remet bien en perspective les évènements de toute la série, et aussi parce que, tristesse, cet épisode 2 conclue l’aventure BioShock de Ken Lévine.

BioShockInfinite 2014-04-01 16-00-21-42Je ne vais pas ici parler de scénario, à chacun de le découvrir. Ce que je peux dire en revanche, c’est que les équipes d’Irrational Games nous proposent un épisode bien plus abouti que le premier (notre test), et ce, dans presque tous les domaines. À commencer par la mécanique de jeu, qui sanctionne ici bien plus durement les tireurs sans foi ni loi.

Comme il l’avait dit, Irrational Games a développé un épisode qui lorgne du côté de l’infiltration, car notre Elizabeth, que l’on incarne ici, n’a ni la puissance d’un Booker, ni les moyens pour se la jouer pistolero. Les munitions des pistolets et fusils à pompe sont plutôt du genre li-mi-té.

BioShockInfinite 2014-04-04 11-45-02-54On appréciera d’autant plus la nouvelle arbalète qui peut être équipée de flèches tranquillisantes, de flèches sonores ou de flèches fumigènes (les premières attirent au point d’impact tous les chrosomes alentours quand les secondes les endorment). Mais, là aussi, les munitions ne courrent pas les rues. Vous devrez donc vous faufiler dans le dos des ennemis pour les assommer, et ainsi économiser vos balles, ou vous servir des nouveaux plasmides pour avancer sans perdre des plumes (un plasmide bouclier qui recycle les balles adverses ou un plasmide d’invisibilité temporaire).

BioShockInfinite 2014-04-04 12-27-07-13Au rang des jolis moments, on notera la première scène en plein Paris (assez cliché, certes). Edith Piaf dans les oreilles, on se baignera dans le soleil parisien (ça arrive, si), en regardant ce petit garçon qui danse autour d’un kiosque ou ce petit café plein de vie dans lequel discute la bonne société… jusqu’à ce que le décor s’obscurcisse subitement à la vue de Sally, la petite fille que l’on recherchait dans le premier épisode.

Restons mesuré, Tombeau Sous-marin reste un DLC, à qui il manque quelque lieu emblématique ou des personnages secondaires plus développés, mais on a là un contenu de qualité, long de trois à cinq heures selon que vous exploriez tous les recoins. Cette conclusion nous réconcilie en tout cas avec la série. Et nous donne presque envie de relancer le premier épisode à l’aune de toutes les zones d’ombres qu’on aura éclairées depuis.

BioShock Infinite: Tombeau sous-marin – Épisode 2 (testé sur PC) peut être acheté en tant que partie intégrante du Season Pass : BioShock Infinite disponible au prix de 19,99 euros (qui comprend les deux épisodes de Tombeau donc, ainsi que le contenu de Carnage céleste et le pack spécial Early Bird Special) ou seul, pour 14,99 euros.

Les disputes idiotes se concluent généralement par une chaleureuse réconciliation. Cet adage est valable en amour comme avec le dernier BioShock de Ken Levine.

BioShockInfinite 2014-04-01 16-01-52-03

Il y a des signes qui ne trompent pas. À l’heure où j’ai terminé l’épisode 2 du DLC Tombeau Sous-marin, je me suis remémoré avec nostalgie et bonheur le tout premier BioShock. En partie car la longue cinématique de conclusion (comme dans BioShock : Infinite) remet bien en perspective les évènements de toute la série, et aussi parce que, tristesse, cet épisode 2 conclue l’aventure BioShock de Ken Lévine.

BioShockInfinite 2014-04-01 16-00-21-42Je ne vais pas ici parler de scénario, à chacun de le découvrir. Ce que je peux dire en revanche, c’est que les équipes d’Irrational Games nous proposent un épisode bien plus abouti que le premier (notre test), et ce, dans presque tous les domaines. À commencer par la mécanique de jeu, qui sanctionne ici bien plus durement les tireurs sans foi ni loi.

Comme il l’avait dit, Irrational Games a développé un épisode qui lorgne du côté de l’infiltration, car notre Elizabeth, que l’on incarne ici, n’a ni la puissance d’un Booker, ni les moyens pour se la jouer pistolero. Les munitions des pistolets et fusils à pompe sont plutôt du genre li-mi-té.

BioShockInfinite 2014-04-04 11-45-02-54On appréciera d’autant plus la nouvelle arbalète qui peut être équipée de flèches tranquillisantes, de flèches sonores ou de flèches fumigènes (les premières attirent au point d’impact tous les chrosomes alentours quand les secondes les endorment). Mais, là aussi, les munitions ne courrent pas les rues. Vous devrez donc vous faufiler dans le dos des ennemis pour les assommer, et ainsi économiser vos balles, ou vous servir des nouveaux plasmides pour avancer sans perdre des plumes (un plasmide bouclier qui recycle les balles adverses ou un plasmide d’invisibilité temporaire).

BioShockInfinite 2014-04-04 12-27-07-13Au rang des jolis moments, on notera la première scène en plein Paris (assez cliché, certes). Edith Piaf dans les oreilles, on se baignera dans le soleil parisien (ça arrive, si), en regardant ce petit garçon qui danse autour d’un kiosque ou ce petit café plein de vie dans lequel discute la bonne société… jusqu’à ce que le décor s’obscurcisse subitement à la vue de Sally, la petite fille que l’on recherchait dans le premier épisode.

Restons mesuré, Tombeau Sous-marin reste un DLC, à qui il manque quelque lieu emblématique ou des personnages secondaires plus développés, mais on a là un contenu de qualité, long de trois à cinq heures selon que vous exploriez tous les recoins. Cette conclusion nous réconcilie en tout cas avec la série. Et nous donne presque envie de relancer le premier épisode à l’aune de toutes les zones d’ombres qu’on aura éclairées depuis.

BioShock Infinite: Tombeau sous-marin – Épisode 2 (testé sur PC) peut être acheté en tant que partie intégrante du Season Pass : BioShock Infinite disponible au prix de 19,99 euros (qui comprend les deux épisodes de Tombeau donc, ainsi que le contenu de Carnage céleste et le pack spécial Early Bird Special) ou seul, pour 14,99 euros.