Test

Test : casque Bower & Wilkins P5

Audio

Par max le

Audio-Technica est le seul constructeur à s’être vraiment lancé dans le casque haut de gamme portable, celui qui sonne bien et qui fait pétiller l’œil de l’audiophile. On ne parle pas ici d’un HD25, qui aussi bon soit il est sacrément moche, on parle presque de “fashion statements”. Et comme d’habitude avec ce genre de produit, quelque chose a très probablement été sacrifié. Chez Audio-Technica, les ESW9 et ESW10 ont marqué les esprits par leur qualité sonore, mais surtout par leur manque d’isolation. Un bon casque de bibliothèque et de TGV, ce serait un comble, espérons que Bower & Wilkins aura trouvé un dosage plus adéquat avec son P5.

_1070410

Packaging

On le sait, B&W soigne les apparences. On a donc le droit à un bel emballage, une boîte qu’on aurait presque envie de réutiliser.

_1070399

Sont fournis un câble (puisque détachable), une adaptateur 6,35mm et une housse souple.
D’un point de vue pratique, l’adaptateur n’est finalement pas si utile puisqu’un tel casque ne bénéficie pas vraiment de l’association avec un ampli. En revanche la housse, aussi souple et fine soit-elle, est indispensable pour ne pas rayer l’aluminium de votre précieux joujou.

Il semblerait également qu’un câble iPhone doté d’une télécommande micro soit fourni dans le package définitif.

_1070400

Remarques sur le casque

On aime ou on n’aime pas, mais l’aspect du P5 dégage réellement un sentiment de luxe. L’aluminium brossé et le cuir lui confèrent un côté « techno-confort » et dès la première prise en main on peut constater l’excellente qualité de fabrication, ce n’est clairement pas le genre de casque dont une oreille se met à pivoter quand on le soulève par l’autre. Ça respire la solidité, aucun jeu ne se fait sentir.

_1070402

B&W a également réussi un tour de force en proposant un produit esthétique et bien fini tout en respectant les contraintes d’un casque nomade. Vous n’aurez pas l’air d’un extraterrestre dans la rue, le P5 est aussi petit que n’importe quel casque nomade décent et ses oreillettes pivotent pour être rangées à plat dans une sacoche (car soyons honnêtes, ce casque n’est pas destiné aux sacs Eastpack…). Ce casque propose un compromis relativement réussi entre appui sur les oreilles (pour l’isolation et la tenue) et confort et ce, en partie grâce aux fantastiques pads en peau de cul de je ne sais quel animal exotique. Bref, vous l’aurez compris, là où on esw9 tombe de la tête dès qu’on la penche, le P5 est bel et bien un vrai casque nomade confortable.

_1070401

Il n’y a en fait qu’un seul vrai reproche à faire au P5 : son câble. Avoir sur un tel casque un câble qui garde les plis et fait aussi cheap, ce n’est pas vraiment rassurant. Je suis convaincu qu’il ne posera pas de problème de fiabilité, mais son aspect seul suffit à me donner des aigreurs d’estomac. Pour ceux qui souhaitent le changer, B&W s’est montré magnanime en adoptant un standard on ne peut plus répandu : le jack 3.5mm. Il conviendra simplement de s’assurer que le nouveau connecteur rentre dans le logement prévu dans l’oreillette. Il conviendra également de s’exercer un petit peu au débranchement du câble auparavant, la manipulation demandant un petit peu de dextérité.

Isolation

Là encore, le compromis effectué par la marque est probant. Les confortables pads supra-auraux offrent une remarquable isolation pour un casque d’une telle conception. Sans approcher le HD25, le P5 propose tout de même un niveau d’isolation au dessus du lot et tout à fait envisageable pour aller braver le métro. Bravo Bower & Wilkins.

_1070408

Le son

Jusqu’ici tout se passe bien, forcément on se dit que quelque chose va clocher avec le son.
Ce qui frappe au premier abord, c’est la lourdeur que prend le son avec ce casque. Le grave pourtant relativement modéré traîne trop et est épaulé par un bas medium un peu en avant. On a vu plus convainquant pour restituer des musiques énergiques. Relativement convaincant sur du trip hop me direz-vous, mais peu acceptable pour le prix.

_1070405

Passé ce désagréable défaut, B&W nous livre là un casque de bonne facture. Connaissant leur style en hifi j’avais un peu peur d’un aigu un peu trop agressif, il n’en est rien, il est même plus doux. Et le medium semble avoir été particulièrement soigné, c’est d’ailleurs là le plus important avec un casque nomade.

_1070403

Au vu de ces défauts et qualités, on pourra regretter son manque de clarté, mais dans un contexte nomade il est également important de modérer ceux-ci. Il vaut mieux pencher pour un excès de « chaleur » qu’une clarté exacerbée, sous peine de perdre de l’isolation.
Je retiendrais de ce casque une certaine « mollesse » qui le confine à des genres relativement feutrés (jazz, hip-hop, trip hop…). À choisir en connaissance de cause.

_1070404

Pour les heureux possesseurs d’Earsonics sm2, l’équilibre sonore des deux casques est relativement proche, en particulier cette certaine mollesse dans le bas medium dont nombreux se sont plaint. En revanche, le P5 pêche par son manque de largeur dans la scène sonore, même par rapport aux sm2. La rançon de l’isolation probablement.

Conclusion

_1070409

Vous l’aurez compris : beau produit, bon produit, sonorité un peu décevante.

Maintenant, plaçons-nous dans l’esprit d’une personne intéressée par ce genre de casque. L’apparence est sans aucun doute le principal intérêt de ce casque et pour peu que son possesseur ne soit pas intransigeant sur le son ou simplement n’est pas branché musiques énergiques, le B&W P5 remplira son rôle à merveille. Un bel accessoire à acheter en connaissance de cause surtout à 300 euros !

Audio-Technica est le seul constructeur à s’être vraiment lancé dans le casque haut de gamme portable, celui qui sonne bien et qui fait pétiller l’œil de l’audiophile. On ne parle pas ici d’un HD25, qui aussi bon soit il est sacrément moche, on parle presque de “fashion statements”. Et comme d’habitude avec ce genre de produit, quelque chose a très probablement été sacrifié. Chez Audio-Technica, les ESW9 et ESW10 ont marqué les esprits par leur qualité sonore, mais surtout par leur manque d’isolation. Un bon casque de bibliothèque et de TGV, ce serait un comble, espérons que Bower & Wilkins aura trouvé un dosage plus adéquat avec son P5.

_1070410

Packaging

On le sait, B&W soigne les apparences. On a donc le droit à un bel emballage, une boîte qu’on aurait presque envie de réutiliser.

_1070399

Sont fournis un câble (puisque détachable), une adaptateur 6,35mm et une housse souple.
D’un point de vue pratique, l’adaptateur n’est finalement pas si utile puisqu’un tel casque ne bénéficie pas vraiment de l’association avec un ampli. En revanche la housse, aussi souple et fine soit-elle, est indispensable pour ne pas rayer l’aluminium de votre précieux joujou.

Il semblerait également qu’un câble iPhone doté d’une télécommande micro soit fourni dans le package définitif.

_1070400

Remarques sur le casque

On aime ou on n’aime pas, mais l’aspect du P5 dégage réellement un sentiment de luxe. L’aluminium brossé et le cuir lui confèrent un côté « techno-confort » et dès la première prise en main on peut constater l’excellente qualité de fabrication, ce n’est clairement pas le genre de casque dont une oreille se met à pivoter quand on le soulève par l’autre. Ça respire la solidité, aucun jeu ne se fait sentir.

_1070402

B&W a également réussi un tour de force en proposant un produit esthétique et bien fini tout en respectant les contraintes d’un casque nomade. Vous n’aurez pas l’air d’un extraterrestre dans la rue, le P5 est aussi petit que n’importe quel casque nomade décent et ses oreillettes pivotent pour être rangées à plat dans une sacoche (car soyons honnêtes, ce casque n’est pas destiné aux sacs Eastpack…). Ce casque propose un compromis relativement réussi entre appui sur les oreilles (pour l’isolation et la tenue) et confort et ce, en partie grâce aux fantastiques pads en peau de cul de je ne sais quel animal exotique. Bref, vous l’aurez compris, là où on esw9 tombe de la tête dès qu’on la penche, le P5 est bel et bien un vrai casque nomade confortable.

_1070401

Il n’y a en fait qu’un seul vrai reproche à faire au P5 : son câble. Avoir sur un tel casque un câble qui garde les plis et fait aussi cheap, ce n’est pas vraiment rassurant. Je suis convaincu qu’il ne posera pas de problème de fiabilité, mais son aspect seul suffit à me donner des aigreurs d’estomac. Pour ceux qui souhaitent le changer, B&W s’est montré magnanime en adoptant un standard on ne peut plus répandu : le jack 3.5mm. Il conviendra simplement de s’assurer que le nouveau connecteur rentre dans le logement prévu dans l’oreillette. Il conviendra également de s’exercer un petit peu au débranchement du câble auparavant, la manipulation demandant un petit peu de dextérité.

Isolation

Là encore, le compromis effectué par la marque est probant. Les confortables pads supra-auraux offrent une remarquable isolation pour un casque d’une telle conception. Sans approcher le HD25, le P5 propose tout de même un niveau d’isolation au dessus du lot et tout à fait envisageable pour aller braver le métro. Bravo Bower & Wilkins.

_1070408

Le son

Jusqu’ici tout se passe bien, forcément on se dit que quelque chose va clocher avec le son.
Ce qui frappe au premier abord, c’est la lourdeur que prend le son avec ce casque. Le grave pourtant relativement modéré traîne trop et est épaulé par un bas medium un peu en avant. On a vu plus convainquant pour restituer des musiques énergiques. Relativement convaincant sur du trip hop me direz-vous, mais peu acceptable pour le prix.

_1070405

Passé ce désagréable défaut, B&W nous livre là un casque de bonne facture. Connaissant leur style en hifi j’avais un peu peur d’un aigu un peu trop agressif, il n’en est rien, il est même plus doux. Et le medium semble avoir été particulièrement soigné, c’est d’ailleurs là le plus important avec un casque nomade.

_1070403

Au vu de ces défauts et qualités, on pourra regretter son manque de clarté, mais dans un contexte nomade il est également important de modérer ceux-ci. Il vaut mieux pencher pour un excès de « chaleur » qu’une clarté exacerbée, sous peine de perdre de l’isolation.
Je retiendrais de ce casque une certaine « mollesse » qui le confine à des genres relativement feutrés (jazz, hip-hop, trip hop…). À choisir en connaissance de cause.

_1070404

Pour les heureux possesseurs d’Earsonics sm2, l’équilibre sonore des deux casques est relativement proche, en particulier cette certaine mollesse dans le bas medium dont nombreux se sont plaint. En revanche, le P5 pêche par son manque de largeur dans la scène sonore, même par rapport aux sm2. La rançon de l’isolation probablement.

Conclusion

_1070409

Vous l’aurez compris : beau produit, bon produit, sonorité un peu décevante.

Maintenant, plaçons-nous dans l’esprit d’une personne intéressée par ce genre de casque. L’apparence est sans aucun doute le principal intérêt de ce casque et pour peu que son possesseur ne soit pas intransigeant sur le son ou simplement n’est pas branché musiques énergiques, le B&W P5 remplira son rôle à merveille. Un bel accessoire à acheter en connaissance de cause surtout à 300 euros !

29 réponses à “Test : casque Bower & Wilkins P5”

  1. 300 euros alors que le câble ne se détache pas c’est bien dommage. Si le câble s’abîme c’est tout le casque qui part à la poubelle, donc 300 euros dans le vent 🙁

  2. J’ai 17 ans, un sac eastpack ( 8) ), et un budget de 300€ pour un casque. Un bon casque.
    Celui ci me fait furieusement envie, je ne recherche pas un son parfait, juste un très bon son, du confort, de la beauté et une bonne isolation, autant de l’intérieur (bruits ambiants) que de l’extérieur (j’ai pas envie de tout les passagers du train entende ce que j’écoute, question de respect.)
    Mes gouts musicaux sont ultra variés, ça va du Lady GaGa au Mozart (je sais que c’est étrange, mais j’suis comme ça.)
    j’hésite entre celui ci, ou le célèbre Studio de Monster signé Dr.Dre. Donc, en tant que connaisseur, que me conseillez vous ? Ô grand et puissant … Max (vous êtes nouveau non ?) =)

    • @arno : Le Monster est sacrément typé “black music” (et pourtant ça constitue 80% de ma musique), faut être sûr d’aimer ça ou ne pas avoir de préférences trop marquées en ce qui concerne l’équilibre sonore.
      Tu dis ne pas avoir des exigences démentes au niveau du son, tu te retrouves donc avec deux casques à la qualité sonore très correcte et au confort super, il te reste à faire ton choix sur l’apparence et l’encombrement, là je ne peux pas t’aider…

      Merci Farid pour ton retour, c’est toujours sympa d’avoir plusieurs sons de cloche. Reste que j’ai laissé le p5 se roder (malgré mon absolue non croyance en ce phénomène) largement assez longtemps, le grave me parait toujours mollasson. C’est un casque à écouter du Pink floyd :p

      Sinon pour les remarques demandant si je suis nouveau, oui et non. J’ai déjà publié quelques tests ici (klipsch s2, s4 et des creative) et ai longuement sévi sur générationmp3 où j’ai fait pleiiiiin de mes tests. Je file un coup de main quand j’en ai le temps depuis que j’ai rejoint le JdG, et jusqu’ici du temps j’en ai pas eu beaucoup beaucoup 😉

  3. “L’apparence est sans aucun doute le principal intérêt de ce casque” << ok, pas la peine d'en dire plus 😡
    Comme Hugo Hamon, pour moi un câble détachable est indispensable pour un casque audio, et tout spécialement dans cette gamme de prix. C'est le câble qui m'a laché sur mes 3 derniers casques, aujourd'hui je n'investis plus sans ce pré-requis.

  4. marrant les -1 sur le premier commentaire… c’est pourtant vrai ce qu’il dit. Le câble doit être détachable, et a ce prix là on est en droit de s’attendre à en avoir un deuxième fourni avec (genre un torsadé court et un lisse plus long).

  5. arg c con, ma quête d’un casque ayant un design sympa et un bon son n’est pas prête de s’achever on dirait 🙁

  6. Étant possesseur du p5 depuis un bon moi j’aimerai apporter ma Pierre a l’édifice. Tout d’abord je te rejoin sur un point important le câble du p5 est effecivement très cheap voir un peu trop je trouve. Cependant il est bel et bien détachable ce qui permet d’en trouver un plus a son goût. Après en ce qui concerne le son je ne suis me suis pas particulièrement arrêté aux basses trainantes je trouve au contraire que la dose est plutôt bien jaugée contrairement au monstre DRE ou encore au quietcomfort 15 de bose que j’ai eu la chance d’avoir sans forcément Vouloir les garder. Le médium est plutôt très bien géré et l’aigü doux et bien mesuré aussi. Effectivement au début des écoutes la spatialisation et la clarté de la scène sonore semblait un peu limitée, j’ai également pensé que cela était dû a la conservation de l’isolement sonore, mais apres un bon moi d’utilisation et donc une bonne période de rodage, la scène s’est aérée et l’écoute s’est nettement améliorée. Voilà pour mon retour. Bien entendu toute écouté est subjective mais le M6 me semble un bon compromis isolation écouté et encombrement. Manque tout de même des câbles dignes de ce nom et tout serait impec. Je rappel que je fais régulièrement des ecoutes comparatives avec mon AKG 240mkII monitor qui reste un bon casque studio neutre . Voila j’espère ne pas avoir été trop long et a peu près clair.

  7. “ouch 300€ ,je préfère garder mon skullcandy 😉 ”

    AHAHAHAHAA, c’est un fake rassure moi?! Parce que comparer un B&W à un Skullcandy, ça devient limite indécent…
    Cependant, si tu ne tiens pas à mettre ce prix là dans un casque, je comprends tout à fait. Mais ne redis jamais ça, certaines personnes risqueraient de te taper sur les doigts, car ce casque se classe quand même dans la catégorie “haut de gamme” des casques nomades, contrairement aux Skullcandy qui sont plutôt fashion/cheap et qui ne disposent pas d’une qualité sonore comparable à celle du P5… 8)

  8. Connaissant bien la marque Bower & Wilkins (je possède des DM7 entre-autres), je peux dire qu’ils sont intransigeants sur la qualité des composants (tansducteurs, filtres, bobines, cablage, connectique).
    On peut donc supposer que la qualité des transducteurs est au rendez-vous.
    Concernant, le cordon, peut-être donne-t-il l’impression d’être un peu cheap, mais cela m’étonnerai qu’ils soient de mauvaise qualité. Car la marque n’uilise que du câblage haut de gamme pour ces enceintes, je les vois mal câbler leur casque en …fil de fer.
    Ce casque devrai être de bonne qualité ce qui ne garanti pas pour autant une écoute de qualité elle aussi.
    Cependant Bower & Wilkins est une marque qui a fait sa réputation justement parce qu’elle a su conjuguer qualité d’écoute et de fabrication.
    Il me tarde de tester ce casque pour voir s’ils sont aussi forts dans le domaine du casque que dans celui des enceintes acoustiques.

  9. quelqu’un peux m’expliquer c’est quoi un casque détachable??? C’est des intras qu’il y a dedans? Je vois pas comment on utilise ce truc, merci d’éclairer ma lanterne 🙁

  10. @gabsnake – c’est le câble qui est détachable du casque. Quoique, finalement, il n’y a pas de raison: c’est peut-être le casque qu’on peut détacher du câble après tout.

    🙂

  11. Je connais bien Max, c’est un ancien de generation mp3. La grande majorité des personnes influentes de ce site ont d’ailleurs migré vers le JDG.

    Très bon test sinon, du bel ouvrage, comme d’habitude. 🙂

  12. Le câble peut paraître cheap mais il est en realité trs solide. Je l utilise depuis 3 mois et jamais le moindre soucis. C’est le casque que je préfère et j’en ai ou j’en ai eu pas mal (Sm2, Esw9,um2,um3x,hd25…). Je trouve qu’il allie parfaitement confort, qualité de fabrication, qualité audio… J’ai des gouts assez hétéroclites et j’en suis pleinement satisfait quelque soit le style musicale.
    Aux personnes interessees vous pouvez éventuellement les commander sur le store Apple. Au pire vous avez 15 jours pour les retourner.

  13. Je trouve que le prix doit correspondre à la qualité du produit moi personnellement je le trouve un petit peu trop grand comme casque ,mais sinon je le trouve stylé 😉

  14. Je l’ai testé, et sincèrement, moi qui taffe dans la musique, je n’échangerais mon Circum pour rien au monde.

  15. Pour avoir testé, je suis surpris de ton avis Max sur le son. En effet, je trouve qu’on rentre vraiment dans la musique, qui reste toutefois assez neutre et on distingue tous les instruments. Bon après, je m’étonne grandement pour le fil que tu n’ais pas souligné le système d’aimants qui permet de virer l’oreillette pour glisser le fil à l’intérieur… avec ça, il n’y a absolument AUCUN RISQUE même si on aurait apprécié un fil de nylon à ce prix.
    Selon moi, ce système et ce qui est le plus intéressant sur ce casque.

    Cordialement, Meka-Jasbat

  16. Pardon mais je pense que la personne qui a fait le test de ce casque (max) est un peu sourd ou n’y connais pas grand chose au son ou il a eu un casque défectueux. J’ai lu cet article et j’avais décidé de pas l’acheter mais heureusement le casque était en demo à la fnac. La seule chose que l’on peut lui reprocher c’est qu’il ne soit pas 100% neutre mais tout le reste Dynamisme, musicalité, basse est au rendez-vous. Le son est tres claire et en meme temps il n’est pas fatiguant. A essayer absolument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *