Test

Test : casque Wesc Bongo

Audio

Par Gregori Pujol le

Classique parmi les classiques, le Wesc Bongo est une véritable institution. Décliné en une infinité de tons et de motifs, les diverses discussions à son sujet le présentent avant tout comme un bel objet avant d’être un bon casque. Mais, si tant de gens semblent subjugués par cet accessoire, le son doit forcément en être une des raisons, non ? Ou tout du moins ne doit pas handicaper l’argument du design et le laisser naviguer seul. Vérifions cela tout de suite sans oublier de bien présenter la bête.

Présentation

Ah, Wesc. Collectif Suédois de gentils riders insouciants devenus chef de file d’une révolution dans le paysage audio nomade. Le mouvement était prêt, cela depuis des années. Il attendait son heure, laissant les mastodontes Allemands, Japonais et Américains continuer à se partager seuls un gâteau encore bien maigre. Grandissant, certes, mais majoritairement laissé à une frange audiophile. Puis en un instant tout s’est emballé. Monster, Skullcandy, Wesc, chacun dans l’optique non pas de conquérir un marché, mais de le réinventer, d’y apposer l’empreinte du design, de capter une cible infiniment plus large et versatile.

L’école scandinave n’avait déjà plus rien à prouver en la matière, son expérience centenaire nous assurait une réussite totale, à base de design rétro, de lignes épurées, de légèreté. We are the Superlative Conspiracy ouvrait ainsi sa ligne de casque audio, le succès fut extrêmement rapide, la marque devenant une véritable icône de la tendance rétro du casque, laissant Monster dans une sphère plus futuriste et financièrement plus élitiste.

Si ce succès immense des casques (en témoignent les espaces entiers dans les grandes enseignes) semble être à première vue la conséquence d’un intérêt purement audio pour le parent pauvre des enceintes, il est finalement bien plus simple que cela. Le casque n’est plus un vecteur audio, c’est un accessoire de mode, au même titre qu’une montre ou qu’un sac à main. Et si mettre 70 euros dans un casque peut paraitre délirant pour la masse, l’investir dans un objet de mode l’est déjà beaucoup moins.

Je simplifie bien sûr, car l’argument du son est toujours mis en avant, mais d’une façon différente, souvent très évasive, basée sur l’approbation de tel ou tel DJ ou rider. Ne développant pas ses propres drivers, la marque pioche allègrement dans le closed-market. Lequel dans ce cas ? Wesc ne le précise pas ouvertement, ne communiquant jamais vraiment sur ce point, laissant la rumeur publique et son lot d’énormités faire le reste.

La plus tenace ? Les Wesc seraient entièrement développés, la partie son j’entends, par les Allemands de Sennheiser. Allant d’une simple affirmation de forums au titre de « un site l’a dit donc c’est vrai » jusqu’à certaines, plus grave si avérées, impliquant directement des patrons de magasins Wesc, d’expérience plus doués en chaussures qu’en audio.

En définitive, vérifier toutes les rumeurs est simple, contacter Sennheiser France. La marque, très accessible au passage m’informe, sans ambiguïté, que Sennheiser ne vend aucun de ses drivers ou membranes, en particulier à une marque concurrente. Cette rumeur est-elle donc montée de toutes pièces par quelques internautes ou placée furtivement par quelques vendeurs de la marque en gage de garantie ? Difficilement vérifiable, mais au moins si vous l’entendez à nouveau vous saurez à quoi vous en tenir.

Dernier point enfin, et non des moindres, le peu de tests disponibles sur ce type de casque, quand ce n’est une pure et simple absence. Ainsi donc, et malgré ma grande volonté, je n’ai trouvé que bien peu de tests, que ce soit un Anglais ou en Français, de ce fameux Bongo. Bien sûr, mon odieux esprit Parisien ne considère comme test que ce qui se fait sur un site sérieux (pas nécessairement un grand site), avec une écoute un minimum détaillée, un peu d’analyse et forcément une comparaison, même implicite, avec ce qui se fait dans cette gamme de prix.

Et en la matière, les casques design sont aux casques ce que le skyblog est au blog, à savoir un gigantesque salon de coiffure où tout le monde montre fièrement son dernier achat en le qualifiant de génialissime. Une simple requête vidéo du type « review Wesc bongo » vous amènera vers des sommets insoupçonnés du genre, ne serait-ce que la première qui enterre probablement les autres, où un joyeux cocaïnomane fluorescent vous fera vivre ce que je n’hésiterais pas à qualifier de plus grand test de l’histoire.

J’arrêterai ici de soliloquer, le mieux est encore d’entrer dans le vif du sujet. Voyons enfin ce que ce phénomène a dans le ventre.

Caractéristiques

• Diamètre du driver : 40mm
• Sensibilité : 120db/mW
• Réponse en fréquence (annoncée) : 20-20 001 KHz
• Impédance : 33 Ohms
• Poids : 147gr

Rien d’extraordinaire sur le papier, si ce n’est la sensibilité très élevée du driver. En revanche l’utilisation de 20 001 Hz et non 20Khz relève clairement de l’argument commercial. Puisque l’oreille humaine entend jusqu’à 20KHz (et encore cela n’est qu’une moyenne), déclarons que notre driver fait encore mieux a dû se dire la marque. Bref, très discutable.

Fabrication

Un des points forts de ce casque. Bien qu’il soit dans sa quasi-intégralité à base de plastique, l’aspect est particulièrement robuste. L’arceau et les points de torsion en métal assurent une résistance conséquente dans la durée. Il n’y a à vrai dire pas de réel reproche, un démontage en règle permet de s’en rendre compte.

Le câble enfin est un peu deçà. Bien qu’il soit en partie détachable (au-delà de d’une première section indissociable d’environ 50cm) sa qualité n’est pas extraordinaire. S’il se révèle à la fois souple et épais, les connexions Jack sont un peu fines. Il reste dans la moyenne de sa tranche de prix, inutile de faire des reproches là-dessus. Ce casque est livré avec deux types de câbles : un classique et une télécommande/micro pour iPhone et BlackBerry.

Confort

Le confort dépend généralement de trois choses : le poids, les coussinets et le niveau de serrage du casque. Si le premier point est là encore dans la moyenne, les deux derniers plombent largement le confort.

En effet, le serrage clairement trop important à long terme conjugué à des coussinets (dont la matière m’échappe) loin d’être des modèles de douceurs rend l’utilisation du casque assez désagréable au bout d’une heure, moins encore pour les grosses têtes.

Isolation

Un serrage important est bien souvent synonyme d’une bonne isolation, le fameux hd25 en est un exemple. Mais, là encore, les coussinets veillaient. Car non contents d’être désagréables, ils sont également très peu isolants, en résulte une utilisation peu adaptée (le mot est faible) aux transports en commun. Reste la bonne vieille méthode du volume à fond, mais n’importe quelle oreillette en est capable.

Le son

Comme à mon habitude, ce test s’est effectué avec un Cowon S9 (sur lequel je baserais mes observations), ainsi qu’un hifiman hm801 et un omnia 7.

Deadmau5 : HR 8938 Cephei

Le niveau de basses est correct, pas envahissant comme on aurait pu le penser. La qualité de ces dernières n’est pas mauvaise, bien qu’elles demeurent un peu trainantes. On note un manque d’aération sur ce style. Les instruments ne se bousculent pas ici, et pourtant le Bongo ne les sépare pas correctement, ce qui n’augure rien de bon pour les morceaux plus complexes.

Nightwish : Wish i had an angel

Jamais agressif, il y a néanmoins quelque chose qui cloche. Le niveau de détails est correct, mais ce casque ne sait pas organiser l’espace, la séparation des instruments est incroyablement confuse. Même constat que précédemment sur les basses, plutôt agréables à défaut d’être vraiment bonnes. Le reste du spectre laisse franchement à désirer, les voix sont sibilantes et les cymbales catastrophiques.

Diablo swing orchestra : stratospheric serenade

Congestionnée sur la première partie, la fin planante rattrape un peu le reste, l’impression d’espace est plus importante. Reste qu’une fois que les instruments reviennent en nombre l’ensemble n’est pas convaincant, le mixage est pourtant facile.

IAM : petit frère

Structure assez simple, le Bongo est à l’aise. Pas de défaut particulier, l’ensemble est équilibré, les basses ne bavent pas et l’étouffement des aigus ne se fait que peu ressentir. Beaucoup de casques font mieux, mais il reste dans la moyenne.

UB40 : Kingston Town

Encore un morceau à priori facile. Ce n’est effectivement pas désagréable, mais la comparaison avec des casques de cette gamme est rarement flatteuse. L’espace reste trop étriqué et la voix très plate. La ligne de basse aurait mérité plus de finesse ici.

Mastodon : Sleeping giant

De la guitare très grasse et une sonorité lourde, ce casque n’aime pas le style, bien trop complexe. L’ensemble est congestionné au possible, les instruments se rentrent dedans et les aigus proches de la saturation.

Howard Shore : Twilight and shadow

S’il fait le travail sur les voix masculines, les voix féminines ne sont pas sa tasse de thé, à la fois sifflantes et brumeuses. Il y a pire, mais il y a bien mieux.

Michael Jackson : Beat it

Plutôt bon, espace sonore encore un peu juste, mais assez peu de reproches, excepté le solo de Van Halen très peu convaincant. Un défaut récurrent, les aigus sont clairement en retrait.

Ost Eureka seven : Eureka

Sans grande surprise, le piano n’est pas fait pour lui, bien trop sifflant, le driver montre clairement ses limites sur ce type de musique. Ce morceau est plat, sans espace, un bon petit massacre.

Prodigy : Omen

Ce casque commence à se montrer prévisible. Sans défaut insurmontable, il lui faudrait éliminer les trois quarts de la concurrence pour surnager. Il lui manque soit un meilleur impact, soit une meilleure immersion, soit plus de tranchant.

Rammstein : Feuer Frei

La scène est totalement projetée vers l’avant, embarquant guitares, chanteur, la table de jardin et toute la famille avec elle. Pas grand-chose à sauver ici, car rien ne colle, ni l’énergie ni les détails. Les basses surnagent légèrement malgré tout.

Analyse

Retrouvons notre calme et soufflons un peu. Tout d’abord, commençons par les points positifs.

S’il faut reconnaitre une chose à ce casque, c’est bien sa sonorité peu agressive, difficile de le trouver strident. Certes il est bien souvent sibilant sur les voix, mais ce caractère le rend plus désagréable que réellement agressif.

Second point, les basses, même si loin des meilleurs de ce prix sont très honnêtes. À la fois bien contenues, mais présentes. Parfois un peu trainantes en revanche, débordants légèrement sur le reste du spectre.

À côté de cela, les défauts sont légion, à commencer par la qualité des médiums et des aigus. Les médiums, relativement bien dosés n’en restent pas moins à la limite du déplorable, la faute à un driver clairement en deçà des standards de ce prix. Les voix d’hommes, encore supportables, mais si peu définies n’éclipsent pas le rendu effarant des voix féminines.

Pour les aigus, l’affaire est légèrement différente. Car ceux-ci ne sont pas nécessairement atroces bien que très granuleux, ils sont surtout très atténués, ce qui est le lot de bien des casques du genre malheureusement.

Le parti pris ici en matière de représentation sonore est clairement de placer l’écoute vers l’avant. La recette fonctionnerait si un soupçon de détails et une bien meilleure séparation des instruments avaient été ajoutés. À part sur quelques styles simples et aérés, ce casque n’est jamais à son aise sur ce point.

Le constat général peut sembler dur, mais il s’est pourtant fait uniquement en comparaison de casque de cette gamme, dont aucun ne dépassait les 70 euros. Un casque Design comme le SHL9560, pourtant deux fois moins cher, lui met une véritable raclée à tous les niveaux. Un porta pro, même si d’une sonorité colorée et très lourde fera généralement bien mieux. Bref, le driver est manifestement un point délaissé par ma marque, mais sa sonorité rassurante (sans réelle orientation) a manifestement des adeptes, je ne cacherais que ce dernier point reste un mystère pour moi. Justifier l’achat de ce casque par son design est recevable, mais avancer le son comme argument est difficile à avaler. Pour la moitié de son prix pourquoi pas, mais pas pour 70 euros.

Reste une bouée de secours pour lui, les nouvelles marques émergentes souvent pas plus regardantes sur le son. Je ne suis pas obtus à ce sujet, une marque comme AIAIAI m’a agréablement surpris là où je m’attendais au pire.

Conclusion

Une chose est sûre, les Suédois de Wesc connaissent le design et savent exploiter le filon qu’ils ont en partie créé. Mais, là où certains s’appuient sur un développement ou un suivi total de leurs produits, Wesc semble porter moins d’importance à ses drivers qu’à la forme de ses boites. Un excellent accessoire de mode, mais un mauvais casque pour son prix (environ 70 euros).

Test réalisé par Guillaume F. aka Le Masseur Aveugle.

Classique parmi les classiques, le Wesc Bongo est une véritable institution. Décliné en une infinité de tons et de motifs, les diverses discussions à son sujet le présentent avant tout comme un bel objet avant d’être un bon casque. Mais, si tant de gens semblent subjugués par cet accessoire, le son doit forcément en être une des raisons, non ? Ou tout du moins ne doit pas handicaper l’argument du design et le laisser naviguer seul. Vérifions cela tout de suite sans oublier de bien présenter la bête.

Présentation

Ah, Wesc. Collectif Suédois de gentils riders insouciants devenus chef de file d’une révolution dans le paysage audio nomade. Le mouvement était prêt, cela depuis des années. Il attendait son heure, laissant les mastodontes Allemands, Japonais et Américains continuer à se partager seuls un gâteau encore bien maigre. Grandissant, certes, mais majoritairement laissé à une frange audiophile. Puis en un instant tout s’est emballé. Monster, Skullcandy, Wesc, chacun dans l’optique non pas de conquérir un marché, mais de le réinventer, d’y apposer l’empreinte du design, de capter une cible infiniment plus large et versatile.

L’école scandinave n’avait déjà plus rien à prouver en la matière, son expérience centenaire nous assurait une réussite totale, à base de design rétro, de lignes épurées, de légèreté. We are the Superlative Conspiracy ouvrait ainsi sa ligne de casque audio, le succès fut extrêmement rapide, la marque devenant une véritable icône de la tendance rétro du casque, laissant Monster dans une sphère plus futuriste et financièrement plus élitiste.

Si ce succès immense des casques (en témoignent les espaces entiers dans les grandes enseignes) semble être à première vue la conséquence d’un intérêt purement audio pour le parent pauvre des enceintes, il est finalement bien plus simple que cela. Le casque n’est plus un vecteur audio, c’est un accessoire de mode, au même titre qu’une montre ou qu’un sac à main. Et si mettre 70 euros dans un casque peut paraitre délirant pour la masse, l’investir dans un objet de mode l’est déjà beaucoup moins.

Je simplifie bien sûr, car l’argument du son est toujours mis en avant, mais d’une façon différente, souvent très évasive, basée sur l’approbation de tel ou tel DJ ou rider. Ne développant pas ses propres drivers, la marque pioche allègrement dans le closed-market. Lequel dans ce cas ? Wesc ne le précise pas ouvertement, ne communiquant jamais vraiment sur ce point, laissant la rumeur publique et son lot d’énormités faire le reste.

La plus tenace ? Les Wesc seraient entièrement développés, la partie son j’entends, par les Allemands de Sennheiser. Allant d’une simple affirmation de forums au titre de « un site l’a dit donc c’est vrai » jusqu’à certaines, plus grave si avérées, impliquant directement des patrons de magasins Wesc, d’expérience plus doués en chaussures qu’en audio.

En définitive, vérifier toutes les rumeurs est simple, contacter Sennheiser France. La marque, très accessible au passage m’informe, sans ambiguïté, que Sennheiser ne vend aucun de ses drivers ou membranes, en particulier à une marque concurrente. Cette rumeur est-elle donc montée de toutes pièces par quelques internautes ou placée furtivement par quelques vendeurs de la marque en gage de garantie ? Difficilement vérifiable, mais au moins si vous l’entendez à nouveau vous saurez à quoi vous en tenir.

Dernier point enfin, et non des moindres, le peu de tests disponibles sur ce type de casque, quand ce n’est une pure et simple absence. Ainsi donc, et malgré ma grande volonté, je n’ai trouvé que bien peu de tests, que ce soit un Anglais ou en Français, de ce fameux Bongo. Bien sûr, mon odieux esprit Parisien ne considère comme test que ce qui se fait sur un site sérieux (pas nécessairement un grand site), avec une écoute un minimum détaillée, un peu d’analyse et forcément une comparaison, même implicite, avec ce qui se fait dans cette gamme de prix.

Et en la matière, les casques design sont aux casques ce que le skyblog est au blog, à savoir un gigantesque salon de coiffure où tout le monde montre fièrement son dernier achat en le qualifiant de génialissime. Une simple requête vidéo du type « review Wesc bongo » vous amènera vers des sommets insoupçonnés du genre, ne serait-ce que la première qui enterre probablement les autres, où un joyeux cocaïnomane fluorescent vous fera vivre ce que je n’hésiterais pas à qualifier de plus grand test de l’histoire.

J’arrêterai ici de soliloquer, le mieux est encore d’entrer dans le vif du sujet. Voyons enfin ce que ce phénomène a dans le ventre.

Caractéristiques

• Diamètre du driver : 40mm
• Sensibilité : 120db/mW
• Réponse en fréquence (annoncée) : 20-20 001 KHz
• Impédance : 33 Ohms
• Poids : 147gr

Rien d’extraordinaire sur le papier, si ce n’est la sensibilité très élevée du driver. En revanche l’utilisation de 20 001 Hz et non 20Khz relève clairement de l’argument commercial. Puisque l’oreille humaine entend jusqu’à 20KHz (et encore cela n’est qu’une moyenne), déclarons que notre driver fait encore mieux a dû se dire la marque. Bref, très discutable.

Fabrication

Un des points forts de ce casque. Bien qu’il soit dans sa quasi-intégralité à base de plastique, l’aspect est particulièrement robuste. L’arceau et les points de torsion en métal assurent une résistance conséquente dans la durée. Il n’y a à vrai dire pas de réel reproche, un démontage en règle permet de s’en rendre compte.

Le câble enfin est un peu deçà. Bien qu’il soit en partie détachable (au-delà de d’une première section indissociable d’environ 50cm) sa qualité n’est pas extraordinaire. S’il se révèle à la fois souple et épais, les connexions Jack sont un peu fines. Il reste dans la moyenne de sa tranche de prix, inutile de faire des reproches là-dessus. Ce casque est livré avec deux types de câbles : un classique et une télécommande/micro pour iPhone et BlackBerry.

Confort

Le confort dépend généralement de trois choses : le poids, les coussinets et le niveau de serrage du casque. Si le premier point est là encore dans la moyenne, les deux derniers plombent largement le confort.

En effet, le serrage clairement trop important à long terme conjugué à des coussinets (dont la matière m’échappe) loin d’être des modèles de douceurs rend l’utilisation du casque assez désagréable au bout d’une heure, moins encore pour les grosses têtes.

Isolation

Un serrage important est bien souvent synonyme d’une bonne isolation, le fameux hd25 en est un exemple. Mais, là encore, les coussinets veillaient. Car non contents d’être désagréables, ils sont également très peu isolants, en résulte une utilisation peu adaptée (le mot est faible) aux transports en commun. Reste la bonne vieille méthode du volume à fond, mais n’importe quelle oreillette en est capable.

Le son

Comme à mon habitude, ce test s’est effectué avec un Cowon S9 (sur lequel je baserais mes observations), ainsi qu’un hifiman hm801 et un omnia 7.

Deadmau5 : HR 8938 Cephei

Le niveau de basses est correct, pas envahissant comme on aurait pu le penser. La qualité de ces dernières n’est pas mauvaise, bien qu’elles demeurent un peu trainantes. On note un manque d’aération sur ce style. Les instruments ne se bousculent pas ici, et pourtant le Bongo ne les sépare pas correctement, ce qui n’augure rien de bon pour les morceaux plus complexes.

Nightwish : Wish i had an angel

Jamais agressif, il y a néanmoins quelque chose qui cloche. Le niveau de détails est correct, mais ce casque ne sait pas organiser l’espace, la séparation des instruments est incroyablement confuse. Même constat que précédemment sur les basses, plutôt agréables à défaut d’être vraiment bonnes. Le reste du spectre laisse franchement à désirer, les voix sont sibilantes et les cymbales catastrophiques.

Diablo swing orchestra : stratospheric serenade

Congestionnée sur la première partie, la fin planante rattrape un peu le reste, l’impression d’espace est plus importante. Reste qu’une fois que les instruments reviennent en nombre l’ensemble n’est pas convaincant, le mixage est pourtant facile.

IAM : petit frère

Structure assez simple, le Bongo est à l’aise. Pas de défaut particulier, l’ensemble est équilibré, les basses ne bavent pas et l’étouffement des aigus ne se fait que peu ressentir. Beaucoup de casques font mieux, mais il reste dans la moyenne.

UB40 : Kingston Town

Encore un morceau à priori facile. Ce n’est effectivement pas désagréable, mais la comparaison avec des casques de cette gamme est rarement flatteuse. L’espace reste trop étriqué et la voix très plate. La ligne de basse aurait mérité plus de finesse ici.

Mastodon : Sleeping giant

De la guitare très grasse et une sonorité lourde, ce casque n’aime pas le style, bien trop complexe. L’ensemble est congestionné au possible, les instruments se rentrent dedans et les aigus proches de la saturation.

Howard Shore : Twilight and shadow

S’il fait le travail sur les voix masculines, les voix féminines ne sont pas sa tasse de thé, à la fois sifflantes et brumeuses. Il y a pire, mais il y a bien mieux.

Michael Jackson : Beat it

Plutôt bon, espace sonore encore un peu juste, mais assez peu de reproches, excepté le solo de Van Halen très peu convaincant. Un défaut récurrent, les aigus sont clairement en retrait.

Ost Eureka seven : Eureka

Sans grande surprise, le piano n’est pas fait pour lui, bien trop sifflant, le driver montre clairement ses limites sur ce type de musique. Ce morceau est plat, sans espace, un bon petit massacre.

Prodigy : Omen

Ce casque commence à se montrer prévisible. Sans défaut insurmontable, il lui faudrait éliminer les trois quarts de la concurrence pour surnager. Il lui manque soit un meilleur impact, soit une meilleure immersion, soit plus de tranchant.

Rammstein : Feuer Frei

La scène est totalement projetée vers l’avant, embarquant guitares, chanteur, la table de jardin et toute la famille avec elle. Pas grand-chose à sauver ici, car rien ne colle, ni l’énergie ni les détails. Les basses surnagent légèrement malgré tout.

Analyse

Retrouvons notre calme et soufflons un peu. Tout d’abord, commençons par les points positifs.

S’il faut reconnaitre une chose à ce casque, c’est bien sa sonorité peu agressive, difficile de le trouver strident. Certes il est bien souvent sibilant sur les voix, mais ce caractère le rend plus désagréable que réellement agressif.

Second point, les basses, même si loin des meilleurs de ce prix sont très honnêtes. À la fois bien contenues, mais présentes. Parfois un peu trainantes en revanche, débordants légèrement sur le reste du spectre.

À côté de cela, les défauts sont légion, à commencer par la qualité des médiums et des aigus. Les médiums, relativement bien dosés n’en restent pas moins à la limite du déplorable, la faute à un driver clairement en deçà des standards de ce prix. Les voix d’hommes, encore supportables, mais si peu définies n’éclipsent pas le rendu effarant des voix féminines.

Pour les aigus, l’affaire est légèrement différente. Car ceux-ci ne sont pas nécessairement atroces bien que très granuleux, ils sont surtout très atténués, ce qui est le lot de bien des casques du genre malheureusement.

Le parti pris ici en matière de représentation sonore est clairement de placer l’écoute vers l’avant. La recette fonctionnerait si un soupçon de détails et une bien meilleure séparation des instruments avaient été ajoutés. À part sur quelques styles simples et aérés, ce casque n’est jamais à son aise sur ce point.

Le constat général peut sembler dur, mais il s’est pourtant fait uniquement en comparaison de casque de cette gamme, dont aucun ne dépassait les 70 euros. Un casque Design comme le SHL9560, pourtant deux fois moins cher, lui met une véritable raclée à tous les niveaux. Un porta pro, même si d’une sonorité colorée et très lourde fera généralement bien mieux. Bref, le driver est manifestement un point délaissé par ma marque, mais sa sonorité rassurante (sans réelle orientation) a manifestement des adeptes, je ne cacherais que ce dernier point reste un mystère pour moi. Justifier l’achat de ce casque par son design est recevable, mais avancer le son comme argument est difficile à avaler. Pour la moitié de son prix pourquoi pas, mais pas pour 70 euros.

Reste une bouée de secours pour lui, les nouvelles marques émergentes souvent pas plus regardantes sur le son. Je ne suis pas obtus à ce sujet, une marque comme AIAIAI m’a agréablement surpris là où je m’attendais au pire.

Conclusion

Une chose est sûre, les Suédois de Wesc connaissent le design et savent exploiter le filon qu’ils ont en partie créé. Mais, là où certains s’appuient sur un développement ou un suivi total de leurs produits, Wesc semble porter moins d’importance à ses drivers qu’à la forme de ses boites. Un excellent accessoire de mode, mais un mauvais casque pour son prix (environ 70 euros).

Test réalisé par Guillaume F. aka Le Masseur Aveugle.

71 réponses à “Test : casque Wesc Bongo”

    • t’as eu le courage de laisser un com expliquant ton manque de motivation… Euh si tu veux pas lire tu peux zapper! Pense à ceux qui testent les produits et prennent le tps de rédiger un article soigné. OK c’est par le dernier smartphone mais je comprends pas là.

    • Mais comme il est garantit un an on peu ainsi le changer selon son humeur ( pour 70 euro ) j’en ai un 4 différents au cour de l’année mais depuis 6 mois le derniers tien très bien la route 🙂

      • Certes, mais tout le monde n’a pas le temps de prendre le temps de le changer.
        Quand j’achète un produit, je veux le garder & qu’il me fasse longtemps.

        Bose les amis, Bose…

  1. “les Suédois de Wesc connaissent le design”

    en effet il conaissent. mais alors vraiment que ça. 😛
    Bon c’est quand que le JDG nous fait des test de 6 casques de 200-400 euros, mélangeant casque hifi et studio !

  2. Test très intéressant. Et on appréciera le côté éclectique des pistes testées avec le casque ! Ça donne une idée du rendu pour une utilisation plus personnelle.
    J’ai hâte d’en lire de nouveaux aussi complets ! 😉

  3. Cependant, j’admet c’est un test très complet !
    Mais s’il vous plait, tester autre chose la prochaine fois 🙁

  4. Mouai jsuis pas un grand fan de cette marque , par contre petit correction dans les caractéristique du produit :
    La sensibilité c’est en dB/m/W et la réponse en fréquence c’est 20- 20 001 Hz et pas kHz sinon ça ferait une réponse en fréquence de 1 Hz .
    Je voulais savoir , quelqu’un connait il une bonne marque de casque ? ( qui peut faire bluetooth si possible ) pour moi une bonne marque c’est dans le genre Harman/Kardon & co

  5. Ais un peu de respect pour le travail fait…

    Si l’article ne t’intéresse pas, ne le lis pas,
    ne fais pas de réflexions inutiles et vexantes 😐

  6. J’ai lu le test. merci !
    Cependant, j’aimerai voir d’autre marque que wesc skull candy ou monster être tester.
    Il doit avoir des review de partout de ce casque, alors j’admets que j’aimerais lire autre chose.
    Cependant test très intéressant. Je sais pourquoi je ne l’achèterai pas 😉

  7. Bon test, mais bon, on le savait déjà que c’était de la merde..
    Et puis ils ne sont pas résistant, sa se casse à l’endroit ou il y a le fer, mes amis en on fait les frais..
    Puis bon, comment une marque vestimentaires ” fashion ” pourait faire un casque de qualité ?

  8. Je ne reproche rien au travail fournir bien au contraire c’est très bien fait , je fais une juste une petit remarque sans aucune méchanceté . Et c’est d’ailleurs grâce à ce test que le casque ne me dis franchement rien , d’ou ma question .

  9. “impliquant directement des patrons de magasins Wesc, d’expérience plus doués en chaussures qu’en audio”
    Vous savez cela fait qu’une semaine qu’ils ont créés leur première collection de chaussure donc bon…

    Personnellement je l’ai en jaune (je l’ai eu version “Karoline” à noel dernier, il a tenue 6 mois, s’en sont suivis 3 oboes, et là je reviens au Bongo), et c’est le seul casque que j’ai essayé dont le son me satisfait. Je ne suis pas du tout calé en audio donc je ne pourrais pas dire pourquoi, mais je c’est le casque avec lequel écouter de la musique me plait le plus. Sinon j’aime bien les Urbanears, mais je les trouves trops petits, et les coussinets sont encore plus inconfortables!

  10. Bien d’accord avec ce test : +++ pour le style / — pour le son.
    J’ai acheté un Wesc il y a 1 an & demi, ce p’tit accessoire au son fort moyen ne m’a fait que 1 an. De plus c’était un blanc : il se salit super vite, faux contacts, bouts qui se tordent & j’en passent.
    De plus il était désagréable à porter, il me serrer à fond les ballon la tête…

    PASSEZ VOTRE CHEMIN SUR CE PRODUIT ! (et oui un p’tit coup de gueule de temps à autre ne fait pas de mal !)

    Depuis j’ai un super Bose acheté au même prix d’occasion, et ca c’est le jour & la nuit 🙂

  11. Pkoi tester autre chose ? Ce test est fort intéressant … pkoi ? parce que sous forme de “branchitude” on vous vend de la mer.. par wagons . Qui plus est de la M…. qui affecte vos sens , comme l’ouïe en l ‘occurrence . On retrouve le même processus dans l ‘alimentation par exemple ou les vêtement etc etc . Un casque se teste facilement . Essayez le … Essayez en plusieurs avec vos musiques préférées et faîtes confiance à vos oreilles .Soyez curieux . Ne vous laissez pas embobiner par le marketing . Vos oreilles sont des outils extrêmement précieux et sophistiqués donc prenez en le plus grand soin .
    Ca ne vous couteras pas bcp plus chèr au final . 8)

  12. J’ai deux wesc dont un haut de gamme en panne…
    Clair qu’il vaut mieux acheter leurs fringues,et se tourner vers des marques reconnues…
    J’ai une petite tête mais le bongo me fait mal au bout de 10 minutes…
    Bref,juste bon pour un ping-pong…

  13. Ok Greg. ne le prend pas mal. Ton test est très développe et bien construit. Cependant j’irai plutôt sur audiofanzine, avec des test de produit qui me correspondent un peu plus.
    Merci tout de même pour ce test sympathique, j’admets que mon premier post est inutile. Mais je suis fatigué de cette “effet de mode”, du son “tout accessible”, une acculturation
    de la musique et des moyens d’écoute bon marché/commerciale.

    Certe ca fait vendre, mais n’ayez pas peur de nous tester plus souvent des produits dit “professionnels” . Moi en tout cas ça me ferait plaisir 😉

  14. Esteban. Tout a fait d’accord avec toi.
    d’autant plus que concernant l’ouïe, il est hyper facile de souffrir d’hyperacousie/acouphene et tout le tralala avec ce type de casque très fermé( et surtout a fort volume).
    Bref du made in china encore une fois.

  15. Si on lit le test les transducteurs ne valent pas plus d’un euro.
    Si en plus le serre-tête broie le crâne, si l’isolation est inexistante, ce serai vraiment con de se l’offrir juste pour avoir la grosse tête.
    Car même si Wesc est une marque de chaussures dif icile de prendre son pied avec une pareille godasse

  16. Je dois l’avouer, je suis très fan de la marque ( vêtement uniquement) car les casques audio, effectivement, tout le monde autour de moi en porte. Alors quand ils me voient habillé en WeSC (des fois de la téte au pied), ils me demandent pourquoi je n’en prend pas ( je suis sur des Beat by dre intra sur un Cowon J3, et j’en suis complètement déçu pour information).

    Avant que la mode des casque skull & co arrive, je m’étais acheté ( y’a 3 ans a peu prés) mon premier casque WeSC. Le bag bip strect Armstrong; pour moi c’est le seul type de casque qui est correct de la firme ( 130£ a l’époque) Et il marche toujours !

    Bref merci d’avoir pris la peine de lire mon “déballage de life”

    🙂

  17. Je suis assez d’accord avec les commentaires ici… Le casque est cette très joli, mais le son n’est vraiment pas bon… L’isolation du casque nous pousse a mettre le son au plus bas dans les transport en commun, tous le monde entant ce que vous écoutez comme si vous diffusiez a partir d’un haut parleur de téléphone (exit les musiques un peu honteuses que l’ont ecoute en cachette…). Sans parler du fait que le casque la hé au bout de 2/3 mois pour la plupart des gens… Dans le même esprit j’ai opté pour un Urban ears qui offre un large choix de couleur, et est de vraiment meilleur qualité :mrgreen:

  18. WESC c”est comme les Monster Beat by DRE, c’est de la merde pour fashion victime.
    En gros pour faire simple ce sont des casques qui ont un design sympas mais des performance sonore très très très, voir trop, bancale pour en faire un bon casque.
    Sans parler du prix excessivement haut pour se que c’est…des casque bas de gamme qui ont une apparence haut de gamme…

  19. Très bon test Guillaume, comme d’hab (dès la 2e ligne on sait qui l’a écrit^^) Par contre je crois que tu t’es gravement trahi: « Bref, le driver est manifestement un point délaissé par MA marque » :mrgreen:

  20. Moi j’ai eu un Oboe Wesc et franchement j’ai jamais était déçu, le son est acceptable et puis niveau “serrage” de tête ça s’estompe assez rapidement.

    Après j’ai dû faire changer le casque au moins 5 fois en un an mais le “SAV” est tellement rapide que ça me gênais pas trop. J’arrivais dans le magasin, je leur disait “Mon casque marche plus”, un vendeur vérifiais, il m’en donnais un autre identique et je repartais. ça me prenais une heure à tout cassé.

  21. Passer de ce casque a un B&W P5, on voit de suite la différence, la qualité du son chez Wesc est nulle, pour ma part….

    • @ cellatom : LOL, c’est pas la vraiment la même gamme de prix non plus xD, merci de comparer ce qui est comparable ..

  22. Il est très serrant, c’est un fait.
    Et cela fait très mal derrière les oreilles quand on est porteur de lunettes!
    Je l’ai en blanc et je ne l’ai pas mis bien longtemps.
    Trop douloureux, salissant et pas très solide.
    Le câble se dénude chez moi… Pas top!

  23. @lebellium : Une coquille il faut croire, je vois pas comment mon esprit à pu se retrouver à écrire ça ^^.
    @psycho : oui le K du Khz est une erreur, mais la sensibilité est bien en milliwatt. Une sensibilité en dB par mètre par watt ne voudrait rien dire.
    POur ce qui est du test en général, ceux qui me connaissent savent que je ne teste pas que ce genre de casque loin de là (plutot l’inverse d’ailleurs). Mais sauf erreur, le nombre de test sur ce casque ne sont justement pas nombreux et le mot est faible, problème récurrents sur les casques design d’ailleurs.

  24. Un produit taillé pour la masse qui ont éduqué leur oreille avec des écouteurs ipod et des musiques en qualité radio.

  25. Je suis tout à fait d’accord avec le test, pr en avoir acheté 3 par foli du detail, j’ai était deçu a force d’utilisation. Peu confortable au bout dun petit moment (oreille qui chauffe), mais cest surtout la qualité jai ressui a casser le cable jack conducteur dun de mes casque en moin de 3j. Et pr les autres casques toutes mes rallonges se sont cassées. Donc si jai un conseil a vous donner. M’était le design de coté et allé chercher dans du bose ou du sheinser.

  26. Ce test confirme ce que je pensais de ce casque… 😐

    Mais vu qu’on parle de tests audio, allez vous tester des appareils “haut de gamme” ? Je pense à des Sleek Audio 7, ou des Westone 4… 😛

  27. Merci pour ce test 🙂

    Mes intras étants décédés la semaine dernière, j’ai fait un tour de magasins pour tester différents modèles de casques dans cette gamme de prix. Je n’ai pas accroché au son des Wesc, celui-ci compris, et question confort, bof bof (je porte des lunettes, donc avec les branches c’est toujours un peu casse-c*******). J’ai fini par repartir avec un portaPro, qui me convient parfaitement et ne me quitte plus.

    Moralité : lisez les tests, mais si vous en avez la possibilité, allez vous faire votre propre idée, avec votre matos 😀

  28. Enfin un test sur ce casque

    Pour ma part, je le possède depuis plus d’un an.
    1er achat d’un casque et j’en suis assez content.
    + : prix (70€ neuf) acheté 55€ sur ebay et de la couleur que je voulais
    + : bon son, je veux dire après modif de mon équaliseur sur mon ipod mais suffisant pour ma part, utilisation musicale et séries. Bonnes basses et graves
    – : le casque n’a pas une bonne isolation, coussinets pas super, il fait mal lorsqu’on le porte trop longtemps mais après il faut s’y habituer et ça passe
    – : cordon fragile

    Enfin tout ceci est mon simple avis, coté prix et qualité ça me va comme ça

  29. Merci pour ce test, je regarde toujours les tests de casque avec grand intérêt.
    Par contre, pour des gens comme moi qui ne s’y connaissent pas vraiment, il est intéressant d’avoir des tests comparatifs par gamme de prix. C’est à dire tester 3 casques entre 100 et 200 euros par exemple et obtenir un résultat donnant les qualités et défauts de chacun. Un peu comme cela a été fait avec les amplis portable : https://www.journaldugeek.com/2010/03/12/test-comparatif-de-dac-portables-headamp-vs-hrt-vs-devilsound-vs-musical-fidelity/
    Bon j’en demande beaucoup, surtout que ce n’est pas la seule occupation du JDG, mais si vous pouviez garder ça dans un coin de la tête :mrgreen:

  30. C’est un casque qui cible avant tout un public adolescent. Je vous assure qu’ado, j’écoutais ma musique avec une bien moins bonne qualité que sur des Wesc. Cela ne m’a pas empêché de devenir un audiophile (pauvre) aujourd’hui. L’oreille cela s’éduque avec le temps.

    Je crois que ces marques (Wesc, Skullcandy) sont des étapes obligées vers un progrès. Après, il y a eu les Monster qui ont tout de même plus de qualité niveau son. Espérons maintenant que des marques plus soigneuses se lancent elle aussi dans un design jeune et fun.

  31. Personne ne l’as encore dit mais je me lance, ce message s’adresse à tous les fans de la langue de Shakespeare 😉

    WESC se prononce “wi esse si” et pas “wésque”

    Merci pour mes oreilles 😛

  32. Je me souviens de ma grande désillusion à la fnac :
    “tiens ce casque, tout le monde le veut et il a un look sympa, il doit avoir un pur son”
    je branche mon iphone lance une musique au hazard, laisse passer 3s et abandonne définitivement l’idée d’acquérir un jour ce casque tant il était inconfortable et tant le son était à chier pour ce prix.
    A la place ‘ai prix un AKG K422, pour 35€ je crois, qui lui est de bien meilleur facture, confortable, un son qui tape, le meilleur rapport son/prix de ce niveau de gamme je pense. Si vous avez un petit budget je vous le conseille.

  33. Merci pour cet article et pour ce test.
    Les avis divergent en ce qui le concerne, mais pour ma part je le trouve vraiment bon !
    @iskull : merci pour Shakespeare 🙂

  34. Merci de confirmer que l’engouement n’est pas justifié. Mais peut-être se mettront-ils un jour à proposer des produits un peu plus aboutis et toujours esthétiques comme Skullcandy et son Aviator (http://eu.skullcandy.com/aviator/). Sinon, chez nos amis suédois, il y a toujours Jays mais pour leurs intras, un peu moins mode donc.

  35. “Mais, si tant de gens semblent subjugués par cet accessoire, le son doit forcément en être une des raisons, non ?”

    En regle general l achat d un casque pour une personne lambda se fait ainsi:
    -Ah tiens il me faut un nouveau cas que je vais suivre quel mode les gros sur les oreilles ou les petits dans les conduis auditif.
    -Ca y est j ai choisi dans quelq magasin a coté de moi je peux aller voir
    -Tiens j ai vu plein de gens avec cette marque dans le metro/bus/rue et il est stylé.
    – Ah des caracteristiques techniques, ouais enfin bon j y comprend rien.

    Au final ceux qui s en tire bien sont ceux qui achete un senheisser ou koss qui sont en regle general de bon casque au niveau qualité prix. (mention spécial pour ceux qui achete un beats a 350 euros pour le brancher sur un blackberry).

  36. Votre élitisme et rejet de la masse est un peu inquiétant, m’enfin.
    Pour le JDG, je vous conseille de tester les Urbanears Plattan :]

  37. De mon point de vue, ce test était un peu joué d’avance… t’écoutes Nightwish, Michael Jackson ou Rammstein, alors que c’est en effet un accessoire où le look dégagé est aussi important que l’écoute, plus orienté fluokids/hipsters. Si tu fais le test avec un kid qui écoute du MGMT, Cold War Kids, Klaxons, il le trouvera très bien ce casque..

    • Parce que tu penses qu’ils se sont cassé le cul à confectionner le casque idéal en ciblant la musique écouté par leur public cible ? S’ils pouvaient vraiment faire cela, leur casque serait génial !

  38. mon comm précédent peut paraitre incisif, ça n’enlève rien à la qualité du test d’analyse sonore du casque hein 😉

  39. pour moi le meilleur rapport qualite/prix est le Koss Porta Pro (moins de 30 euros ) , le son est clair / cristallin , de bonnes basses et aigus ( rien a voir avec des monster beats xD) , mais la finition est moins mise en avant que la qualite du son et les cordons sont tres fragiles .

  40. désolé pas eu le courage de lire tous les comm :
    @Psycho : les bonnes marques de casque pour rester dans des prix “raisonnables” sont pour moi Sennheiser, AKG, KOSS…. Après faut lire les tests,
    personnellement je possède un AKG K450 depuis bientôt 2 ans et … pfiou il tape ! ^^

  41. Un de mes amis l’avait et je confirme, le son n’est pas terrible et la qualité globale vraiment décevante. Il l’a renvoyé au sav une première fois parce que le fil n’a pas tenu le coup (faux contact), et à la deuxième fois (même problème) il me l’a donné pour s’en débarrasser. Etant bricolo j’ai récupéré le câble d’un vieux casque pour voir si je pouvais faire quelque chose avec, mais je l’ai laissé tomber au bout de deux jours à cause de l’inconfort physique et sonore.

    Très bon test en tout cas.

  42. Niveau design le Bongo donne envie,mais j’ai opté pour le Maraca,qui est plus chère, certes mais niveau audio ce n’est pas la merde que vous décrivez ici,a moins que j’ai vraiment des goûts de merde et une ouïe douteuse…mais merde je fais de la MASSE! BRÛLEZ MOI!!!

    Quoiqu’il en soit,jolie article pour des gens qui ne font que traduire des billets de Gizmodo et Kotaku habituellement. 😉

  43. Oh les casques que les 3/4 des gens (enfin, des djeunz fashion quoi…) portent dans le tram, branché à un iPod Nano bien entendu, le couple parfait si l’objectif premier est que les passagers en profitent autant que l’utilisateur…

  44. he bien moi ca fais 2 ans que je l’ai !!! le son est toujours aussi bon, j’ai peut être le fil qui commence a s’user un peu car je l’utilise tout le temps .. mais je suis contente du produit !!! je n’entend pas le son autour ( même dans les transports en commun )
    Apres je ne suis pas DJ … juste , je juge le produit pour la qualité dont jai besoin et le confort ^^ … donc moi j’ai rien a redire dessus 🙂

  45. Le jour ou les gens comprendront que ces casques sont fait pour les riders, et que c’est les seul qui ne bougent pas quand on pratique snowboard, skateboard etc… 😉

  46. Je trouve le test absolument pas objectif… On sent clairement que tu es contre ce casque pour des raisons commerciales. C’est dommage car tu va décourager des gens pour l’achat alors que c’est un bon produit. Je lis aussi que de nombreux autre te suive dans cette idée

    Perso je suis pas du tout branché mode, au contraire… j’ai donc découvert ce casque par l’intermédiaire d’un pote et non de son renom. Et je le trouve tout simplement génial. Le son est chaud et propre. Je dirais pas détaillé mais la qualité est présente pour les 70euros investit. Ce casque est tout simplement fait pour les musiques underground: hardcore, drum and bass, techno. Les basses sont elles pour le coup bien précise. C’est sympa d’écouter du reggae avec pour la chaleur naturelle du casque ajouté a la chaleur de la musique.

    Bref je comprend pas les 3/4 des avis ça fait 3 ans que je l’ai et je le maltraite énormément: je m’endors dessus, le cable reste coincé dans une porte et est violament tiré, ect… ET BAH LE CASQUE IL BRONCHE PAS! J’ai peut être eu le seul de qualité… va savoir, apres je suis dans une école d’audiovisuel pour faire ingé son et de nombreux pote voulant faire se métier on également validé ce casque.

  47. Bonsoir,

    J’ai été aussi touché par cet ” effet de mode ” Wesc, en effet j’ai un wesc Bongo & un Alp Horn. Depuis j’ai évolué et mes deux casques ont de sacrés problèmes au niveau des cordons et des faux contacts.

    Je cherche désormais un autre casque, et justement Wesc en a sortit un dernier, le ” Bassoon ” je l’ai essayé plus d’une fois, le son sur celui ci est bien retranscrit, mais je cherche quand même un test ” pro ” pour me faire un réel idée.
    Avez vous des liens ou autres ?

  48. moi c’est les conssinés qui me pose problème ils se barrent (d’ailleurs j’en recherche 😉 )très souvent sinon niveau son rien a dire 😀

  49. Sauf que quand tu rides avec ton casque, si il est pas serré, il se barre.
    Et au niveau sonore, tu te concentres pas non plus sur la qualité de tes médiums ou tes aiguës.

  50. je ne suis pas tout a fait d’accord sur certain points comme le côté confort qui et je trouve très bon pour ma pare . je pense que se casque et adapté a des riders comme moi car il tien très bien a la tête et évite les risque de le faire tomber .Pour le côté son assez bon mais au bout d’un ans d’utilisation les basses commence a déconné et mes ralonges commence a faire des faut contacte . mais tout de même un a bon casque et son + qui me fera en racheter un c’est bien sa solidité éxellente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *