Test

Test MontBlanc Summit 2 : un aperçu de luxe pour le Snapdragon Wear 3100

Android

Par Camille Suard le

Pour inaugurer le nouveau processeur de Qualcomm Snapdragon Wear 3100 consacré aux futures montres sous Google Wear OS, c’est la haut de gamme Summit 2 de MontBlanc qui a été choisie. Avec son style très élégant et le plein de fonctionnalités, voyons ce que cette smartwatch a à nous offrir, du haut de ses 980 euros.

Cet été Google a annoncé un important changement dans l’univers des montres connectées. Fini Android Wear, les smartwatches bénéficieront désormais du logiciel Wear OS et d’un nouveau processeur dédié, le Snapdragon Wear 3100 de Qualcomm. La luxueuse MontBlanc Summit 2 est la première à profiter de ces deux évolutions simultanément. Cela va-t-il donner un second souffle sur le marché des montres connectées Android, pour enfin rivaliser avec l’Apple Watch ? Début de réponse dans notre test !

[nextpage title= »Design et écran »]

Design et écran

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la marque, MontBlanc est un fabricant allemand spécialisé dans un bon nombre d’accessoires de luxes, dont les montres. En 2017, la Summit faisait son petit effet en tant que smartwatch au style raffiné. Son héritière, baptisée simplement Summit 2, reprend ces lignes élégantes qui rappellent les montres traditionnelles. Son boîtier unisexe se veut cependant plus compact avec ses 42 mm et existe en acier DLC noir, acier inoxydable, acier bicolore et titane Grade 2. Pour ce test, nous avons reçu celle avec le boîtier en acier et deux bracelets de 22 mm en cuir de couleur noir ou rouge, sachant qu’il existe 11 coloris différents. Ces derniers sont faciles à changer, il suffit de les clipser entre les branches du cadran. Le système de fermoir déployant permet de serrer le bracelet, mais je dois avouer que j’ai rencontré des difficultés la première fois pour le fermer. Mes petits poignets n’ont sans doute pas arrangé l’affaire ! Une fois le coup de main pris, c’est plus évident et une telle solution sera toujours meilleure qu’un traditionnel système de trou : l’angoisse pour les petits gabarits tels que moi.

La montre est un beau bijou, elle respire la qualité. Mais est-elle agréable à porter ? Avec son imposant cadran de 14,3 mm d’épaisseur et ses 62 grammes, difficile de l’oublier. Je pense qu’elle convient mieux à des bras plus forts. Malgré les apparences, impossible de tourner le cadran pour faciliter la navigation comme sur la Galaxy Watch de Samsung. Notons que son boîtier est parfaitement étanche jusqu’à 5 ATM, de quoi en faire un compagnon idéal pour la natation. Évidemment, on vous conseille de passer à un bracelet en silicone pour toutes les activités sportives.

L’écran Amoled de 1,2 pouce a une définition plus que suffisante de 390 x 390 pixels. Il est protégé par un verre en saphir capable de résister aux rayures. La marque propose une sélection de fond d’écran assez variée dont certains très classiques reprenant le style des montres mécaniques.

[nextpage title= »Fonctionnalités »]

Fonctionnalités

Nous retrouvons les fonctionnalités habituelles de ce type de produit : un cardiofréquencemètre, des capteurs de mouvements pour suivre les activités, un altimètre, une connexion Wi-Fi, une puce Bluetooth 4.2, GPS et même NFC pour le paiement sans contact Google Pay. Même si le prix se justifie surtout pour les matériaux luxueux utilisés, on aurait pu s’attendre à une puce 4G. La Summit 2 est surtout la toute première montre à intégrer la puce Snapdragon Wear 3100, couplée à 1 Go de RAM et 8 Go d’espace de stockage. Cette dernière promet sur le papier de meilleures performances : faire tourner la dernière version optimisée de Wear OS et améliorer la durée de vie de la batterie.

Avec la nouvelle mouture de son système d’exploitation pour smartwatches, Google offre la possibilité de synchroniser la montre avec les smartphones Android, mais aussi iOS. Bonne nouvelle également, Wear OS permet de répondre directement à vos mails et messages en provenance de diverses applications de messagerie : un émoji, des réponses automatiques, un texte dicté par votre voix grâce au micro intégré ou tout simplement en utilisant le mini clavier tactile. Je n’irai pas jusqu’à dire que j’utiliserai ce dernier pour répondre à tous mes messages et rédiger de gros pavés, mais cela reste assez correct pour un usage ponctuel.

Les menus sont faciles d’accès, la navigation intuitive et ce, dès l’écran d’accueil. Comme sur les smartphones Android, un geste vers le bas affiche les raccourcis et les paramètres. En effectuant le geste inverse, les notifications apparaissent. Glissez votre doigt vers la droite, et ce sont des widgets, un peu comme sur iOS, qui se présentent : Google Assistant, l’agenda, la météo, etc. Il est bien entendu possible de personnaliser cet écran. Enfin, à droite se trouvent Google Fit et toutes les informations liées à vos activités : nombre de pas, calories brûlées, kilomètres effectués, fréquence cardiaque. C’est également ici que vous trouverez un accès aux entraînements et objectifs. Pour vous motiver à bouger dans la journée, la montre use des mécanismes de gamification en vous accordant des points après chaque petit effort.

De très nombreux exercices ont été intégrés avec Google Fit : la marche à pied, la course à pied, le vélo, la musculation, mais aussi des activités plus inattendues comme le curling, le kick-boxing, la luge ou encore… la marche avec poussette. Bref, vous trouverez forcément votre bonheur pour enregistrer vos activités !

MontBlanc a pensé également à son public cible : les hommes et femmes d’affaires. Les applications Travel Info et TimeShifter pourront les aider dans leurs voyages comme par exemple gérer le jet lag. Côté assistance on retrouve bien évidemment Google Assistant, mais aussi un traducteur vocal disponible dans plusieurs langues. L’essai n’a pas été, cependant, très concluant : il aura fallu s’y prendre à plusieurs reprises pour que la montre reconnaisse ma voix.

[nextpage title= »Applications »]

Applications

Une fois l’application Wear OS installée sur votre smartphone, il suffit d’appareiller ce dernier avec la Summit grâce à une connexion Bluetooth. Sur cette appli, vous pouvez modifier les cadrans, gérer l’affichage de vos agendas, paramétrer Google Assistant et choisir vos préférences pour les notifications. Il est possible notamment de mettre le téléphone en silencieux dès que vous portez la montre ; une option pratique pour éviter de recevoir en doublons les alertes et laisser un peu de côté son téléphone. Dans les paramètres avancés, d’autres configurations bienvenues répondent à l’appel, notamment pour optimiser la batterie : laisser ou non l’écran actif en permanence, connaître la consommation de chaque application et la durée de vie restante de la montre. Vous décidez également ici si vous souhaitez ou non réveiller l’écran lorsque vous inclinez celui-ci. La plupart de ces options sont aussi accessibles depuis la montre.

Pour retrouver les données récoltées par les capteurs de la montre, rendez-vous sur l’application Google Fit sur votre smartphone. Si vous avez bien lié votre compte Google à l’appli Fit sur votre montre, vous aurez bel et bien accès à toutes les données et suivi de vos objectifs avec en plus, une précision appréciable.

[nextpage title= »Autonomie, où l’acheter ? »]

Autonomie

L’autonomie est un point crucial, souvent fâcheux, des montres connectées. Avec sa batterie de 340 mAh et l’optimisation du Snapdragon Wear 3100, la Summit réussit à tenir une journée bien remplie et même davantage : en désactivant l’écran allumé en permanence et une utilisation modérée (lecture des notifications, quelques réponses envoyées, consultation de l’agenda, surveillance du cardio, mais sans activités et entraînements sportifs) et laissée de côté toute la nuit, elle a tenu presque trois jours. Après cela, elle bascule sur le mode “montre” pour continuer à lire l’heure, avant de tirer sa révérence 4 ou 5 jours plus tard. Alors oui, la montre semble en effet profiter d’une meilleure gestion de la consommation d’énergie que ce qu’on connaît jusqu’à présent sur les montres dépendantes de l’OS de Google. Bien évidemment, on rêverait que ce soit 5 jours avec la partie connectée : voir juste l’heure n’a pas tellement d’intérêt sur un tel produit… Notons que la Galaxy Watch de Samsung, qui fonctionne avec son propre processeur et OS, permet de tenir trois journées complètes, si vous ne la sollicitez pas pour le sport.

Où l’achetez ?

La MontBlanc Summit 2 est disponible dès à présent sur la boutique en ligne officielle. Comptez 980 euros pour la version en acier (bicolore, noir ou inoxydable), 1080 euros pour celle en titane et 1210 euros pour le modèle en acier avec bracelet en maille milanaise.

[nextpage title= »Galerie photos et conclusion »]

Galerie photos

 

Notre avis

Grâce aux apports de Wear OS et du Snapdragon Wear 3100, l’expérience d’une montre connectée sous Android se rapproche un peu plus de ce que permet la plus populaire des smartwatches : l’Apple Watch. Une navigation un peu plus claire, une autonomie améliorée, de nombreuses fonctionnalités pratiques, une communication entre montre et smartphone plus simple… Google semble enfin vouloir s’imposer dans un marché monopolisé par Apple. Si tout ceci est annonciateur de bonnes nouvelles, la Summit 2, superbe montre de luxe, reste peu accessible et, sans puce 4G, part avec un handicap de taille face à Apple et même Samsung et sa Galaxy Watch. Oui, ces produits ont des publics différents compte tenu du prix, on vous l’accorde. Mais nul doute que le jour où ces montres gagneront en indépendance, elles auront un argument plus fort à faire valoir. Petit budget ? Un peu de patience, ces nouveautés vont débarquer dans les mois qui arrivent sur des montres plus accessibles.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • Un très beau bijou
  • L'autonomie améliorée
  • Le plein de fonctionnalités
  • Un prix inaccessible pour beaucoup
  • Pas de puce 4G