Test

Test flash : God of War Collection Volume 2

Par Rédacteur Invité le

Rien ne se perd, tout se recycle. Ce LEITMOTIV, Sony est actuellement en train de l'appliquer à la lettre, en proposant pour cette rentrée 2011 une...

Rien ne se perd, tout se recycle. Ce LEITMOTIV, Sony est actuellement en train de l’appliquer à la lettre, en proposant pour cette rentrée 2011 une pléthore de remakes HD de ses blockbusters ayant fait leurs preuves par le passé. Alors, doit-on s’en plaindre ou s’en réjouir ?



Injustement mis en retrait en comparaison de leurs pendants sortis sur Playstation 2, les 2 épisodes de la série God of War déclinés sur PSP (Chains of Olympus et Ghost of Sparta), et développés par Ready At Dawn Studios, n’ont en fait rien à envier à leurs grands frères. Bridés sur le plan graphique du fait des limites imposées par la PSP, ils ont eu pour leur retour (mérité) sur Playstation 3 à une couche de maquillage HD, leur permettant de s’en sortir honorablement une fois lancés sur grand écran. Inutile de se le cacher : si le résultat est fluide, il peine toutefois à véritablement impressionner. Logique implacable, ces 2 épisodes datant de 2008 et 2010, ils ont en leur temps réussi à pousser la portable de Sony dans ses derniers retranchements.

Clôturons la question graphique, pour s’attaquer au contenu de ces 2 épisodes. Bardés de scénarios malheureusement en déça de ceux affublés à la trilogie God of War “de salon”, ils arrivent tout de même à tirer leur épingle du jeu grâce au rythme soutenu qu’ils arrivent à imposer sans le moindre mal. Ainsi, impossible de dire que Ready At Dawn Studios n’a pas respecté à la lettre les codes posés par SCE Santa Monica Studios : les 2 épisodes se dévorent sans temps mort, et s’ils ne tente que trop rarement de nouvelles choses, ils ont au moins le mérite de vous en offrir pour votre argent, alternant batailles de mêlée, phases de plates-formes et combats à mort contre des boss toujours aussi imposants à l’écran. Pour résumer : si ce Volume 2 est un tantinet moins bon que son prédécesseur, il se laisse toutefois manger sans faim. A condition d’aimer l’action non-stop, évidemment…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Très fluide, à défaut d’éblouir sur le plan graphique
Le concept maîtrisé

Les –
Limité graphiquement (et pour cause)
Le scénario de Ghost of Sparta, très léger

Rien ne se perd, tout se recycle. Ce LEITMOTIV, Sony est actuellement en train de l’appliquer à la lettre, en proposant pour cette rentrée 2011 une pléthore de remakes HD de ses blockbusters ayant fait leurs preuves par le passé. Alors, doit-on s’en plaindre ou s’en réjouir ?



Injustement mis en retrait en comparaison de leurs pendants sortis sur Playstation 2, les 2 épisodes de la série God of War déclinés sur PSP (Chains of Olympus et Ghost of Sparta), et développés par Ready At Dawn Studios, n’ont en fait rien à envier à leurs grands frères. Bridés sur le plan graphique du fait des limites imposées par la PSP, ils ont eu pour leur retour (mérité) sur Playstation 3 à une couche de maquillage HD, leur permettant de s’en sortir honorablement une fois lancés sur grand écran. Inutile de se le cacher : si le résultat est fluide, il peine toutefois à véritablement impressionner. Logique implacable, ces 2 épisodes datant de 2008 et 2010, ils ont en leur temps réussi à pousser la portable de Sony dans ses derniers retranchements.

Clôturons la question graphique, pour s’attaquer au contenu de ces 2 épisodes. Bardés de scénarios malheureusement en déça de ceux affublés à la trilogie God of War “de salon”, ils arrivent tout de même à tirer leur épingle du jeu grâce au rythme soutenu qu’ils arrivent à imposer sans le moindre mal. Ainsi, impossible de dire que Ready At Dawn Studios n’a pas respecté à la lettre les codes posés par SCE Santa Monica Studios : les 2 épisodes se dévorent sans temps mort, et s’ils ne tente que trop rarement de nouvelles choses, ils ont au moins le mérite de vous en offrir pour votre argent, alternant batailles de mêlée, phases de plates-formes et combats à mort contre des boss toujours aussi imposants à l’écran. Pour résumer : si ce Volume 2 est un tantinet moins bon que son prédécesseur, il se laisse toutefois manger sans faim. A condition d’aimer l’action non-stop, évidemment…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Très fluide, à défaut d’éblouir sur le plan graphique
Le concept maîtrisé

Les –
Limité graphiquement (et pour cause)
Le scénario de Ghost of Sparta, très léger