Test

Test flash : Hunted : The Demon’s Forge

Par Rédacteur Invité le

Propulsé par la fine équipe d’InXile Entertainment, Hunted : The Demon’s Forge se veut être un jeu d’action mettant en avant les pérégrinations d’un duo on ne peut plus improbable, composé d’une donzelle aussi dangereuse arc en main que sexy dans la combinaison de cuir, et d’une montagne de muscle jamais à court d’arguments lorsqu’il s’agit de cogner. Vaste programme…



Melting-pot du genre du jeu d’action, Hunted : The Demon’s Forge vous proposera donc le temps de quelques heures de rivaliser de réactivité (rapport aux combats que vous devrez mener, au corps à corps ou aidé de votre arbalète/arc) et d’ingéniosité pour mettre au jour les (quelques) énigmes qui viendront tenter de ralentir votre progression. Mais vous l’aurez compris : ici, ce n’est pas en vous creusant la cervelle que vous allez pouvoir arriver à vos fins. Si le jeu emprunte un tant soit peu au genre du RPG, vous permettant d’apprendre de nouvelles compétences au fil de votre progression, il se révèle en fait être une sorte de hack n’ slash franchement linéaire, ne laissant qu’une part minime aux prises de risque et à l’exploration brute. Ainsi, il vous faudra constamment suivre les directives qui vous seront données, vous aidant d’une sorte de fil d’ariane dessinant (illuminant, en réalité, à la manière de la fonction similaire implantée dans la série Fable de Molyneux) le chemin qu’il vous faudra prendre. A coté de ça ? Et bien, tout est dit, ou presque : si le fait de diriger vos héros, entre lesquels vous allez pouvoir switcher à volonté, vous adaptant ainsi aux différentes situations se confrontant à vous, en coopération avec un ami pourra se révéler plaisant, en solo, se retrouver à assumer une réalisation graphique à la ramasse couplée à une linéarité pesante, devrait rapidement vous faire abdiquer. Mention spéciale au doublage des protagonistes principaux, arborant des tons très « second degré » (même si nous n’avons pas été convaincus par le caractère volontaire de la chose). Prometteur sur le papier, Hunted : The Demon’s Forge traîne donc au final trop de casseroles pour nous convaincre. Et c’est bien dommage.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une coop efficace
Les éléments RPG bien implantés

Les –
Loin d’être convaincant graphiquement parlant
Le fait d’être constamment guidé
Doublage digne d’un film de série Z

Propulsé par la fine équipe d’InXile Entertainment, Hunted : The Demon’s Forge se veut être un jeu d’action mettant en avant les pérégrinations d’un duo on ne peut plus improbable, composé d’une donzelle aussi dangereuse arc en main que sexy dans la combinaison de cuir, et d’une montagne de muscle jamais à court d’arguments lorsqu’il s’agit de cogner. Vaste programme…



Melting-pot du genre du jeu d’action, Hunted : The Demon’s Forge vous proposera donc le temps de quelques heures de rivaliser de réactivité (rapport aux combats que vous devrez mener, au corps à corps ou aidé de votre arbalète/arc) et d’ingéniosité pour mettre au jour les (quelques) énigmes qui viendront tenter de ralentir votre progression. Mais vous l’aurez compris : ici, ce n’est pas en vous creusant la cervelle que vous allez pouvoir arriver à vos fins. Si le jeu emprunte un tant soit peu au genre du RPG, vous permettant d’apprendre de nouvelles compétences au fil de votre progression, il se révèle en fait être une sorte de hack n’ slash franchement linéaire, ne laissant qu’une part minime aux prises de risque et à l’exploration brute. Ainsi, il vous faudra constamment suivre les directives qui vous seront données, vous aidant d’une sorte de fil d’ariane dessinant (illuminant, en réalité, à la manière de la fonction similaire implantée dans la série Fable de Molyneux) le chemin qu’il vous faudra prendre. A coté de ça ? Et bien, tout est dit, ou presque : si le fait de diriger vos héros, entre lesquels vous allez pouvoir switcher à volonté, vous adaptant ainsi aux différentes situations se confrontant à vous, en coopération avec un ami pourra se révéler plaisant, en solo, se retrouver à assumer une réalisation graphique à la ramasse couplée à une linéarité pesante, devrait rapidement vous faire abdiquer. Mention spéciale au doublage des protagonistes principaux, arborant des tons très « second degré » (même si nous n’avons pas été convaincus par le caractère volontaire de la chose). Prometteur sur le papier, Hunted : The Demon’s Forge traîne donc au final trop de casseroles pour nous convaincre. Et c’est bien dommage.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une coop efficace
Les éléments RPG bien implantés

Les –
Loin d’être convaincant graphiquement parlant
Le fait d’être constamment guidé
Doublage digne d’un film de série Z