Test

Test : Football Manager 2009 (PC)

Par Rédacteur Invité le

La référence du genre nous revient comme tous les ans à la même période pour un nouveau volet, cette fois agrémenté d’un moteur 3D qui faisait cruellement défaut à la série. Et à part ça ? Bienvenue dans l’enfer du football ! Qu’on se le dise, ici, pas de bling-bling, le jeu de Sports Interactive […]

La référence du genre nous revient comme tous les ans à la même période pour un nouveau volet, cette fois agrémenté d’un moteur 3D qui faisait cruellement défaut à la série. Et à part ça ? Bienvenue dans l’enfer du football !

Qu’on se le dise, ici, pas de bling-bling, le jeu de Sports Interactive joue clairement dans une autre cour. Et à la différence d’un LFP Manager 09 assez accessible, qui ne demandera que quelques heures tout au plus pour être maîtrisé, amadouer Football Manager reste une épreuve lourde et difficile, la faute à des tableaux, il faut bien le dire, très austères. Aussi difficile que jouissive en fait, tant une fois bien en main, les rouages du jeu procurent une véritable sensation de maîtrise. Car ici, il vous faudra mettre les mains dans le cambouis régulièrement, en allant recruter vos futures graines de champions, en gérant les entraînements d’une main de maître, en vous pliant, et c’est une nouveauté appréciable, aux conférences de presse, vous obligeant à répondre à des hordes de journalistes qui n’hésitent pas à appuyer là ou ça fait mal… Et plus généralement, en gérant tout ce qui attrait à la vie d’un entraîneur. Une vie cette année rendue encore un peu plus immersive, de par des budgets collant encore un peu plus à la réalité ou par des notations encore plus précises des joueurs. On pourra par contre s’appuyer cette fois un peu plus sur son adjoint, lui déléguant quelques tâches ingrates.

Mais la grande nouveauté de ce cru 2009 se trouve indéniablement dans l’implantation d’un moteur 3D (trop ?) minimaliste qui nous ramène facilement 10 ans en arrière, au niveau d’un Actu Soccer. On se rassurera comme on peut en attendant de pied ferme les patchs correctifs, qui effaceront sans doute les bugs de collisions, pour ne citer qu’eux… Qu’importe, le résultat est efficace (même si passer de LFP à FM sur ce point pourra paraître assez douloureux pour les yeux…), et permet une visualisation bien plus facilitée que par le passé. De plus, libre à vous d’afficher quelques tableaux indicatifs en marge du terrain, vous permettant ainsi de suivre d’un œil les performances de vos joueurs. Pas convaincu ? Bien, le moteur 2D est toujours présent…

Classique donc, c’est le terme pour désigner cette mouture apportant quelques nouveautés appréciables, tout en conservant son côté austère, et son réalisme exacerbé. On aime ou on aime pas, mais sachez que vous avez une fois de plus la référence du genre devant les yeux…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Le moteur 3D
  • Les conférences de presse
  • Une base de donnée impressionnante
  • De la gestion de haut vol
  • Les –

  • Le moteur 3D…
  • Des menus toujours aussi ternes
  • La référence du genre nous revient comme tous les ans à la même période pour un nouveau volet, cette fois agrémenté d’un moteur 3D qui faisait cruellement défaut à la série. Et à part ça ? Bienvenue dans l’enfer du football !

    Qu’on se le dise, ici, pas de bling-bling, le jeu de Sports Interactive joue clairement dans une autre cour. Et à la différence d’un LFP Manager 09 assez accessible, qui ne demandera que quelques heures tout au plus pour être maîtrisé, amadouer Football Manager reste une épreuve lourde et difficile, la faute à des tableaux, il faut bien le dire, très austères. Aussi difficile que jouissive en fait, tant une fois bien en main, les rouages du jeu procurent une véritable sensation de maîtrise. Car ici, il vous faudra mettre les mains dans le cambouis régulièrement, en allant recruter vos futures graines de champions, en gérant les entraînements d’une main de maître, en vous pliant, et c’est une nouveauté appréciable, aux conférences de presse, vous obligeant à répondre à des hordes de journalistes qui n’hésitent pas à appuyer là ou ça fait mal… Et plus généralement, en gérant tout ce qui attrait à la vie d’un entraîneur. Une vie cette année rendue encore un peu plus immersive, de par des budgets collant encore un peu plus à la réalité ou par des notations encore plus précises des joueurs. On pourra par contre s’appuyer cette fois un peu plus sur son adjoint, lui déléguant quelques tâches ingrates.

    Mais la grande nouveauté de ce cru 2009 se trouve indéniablement dans l’implantation d’un moteur 3D (trop ?) minimaliste qui nous ramène facilement 10 ans en arrière, au niveau d’un Actu Soccer. On se rassurera comme on peut en attendant de pied ferme les patchs correctifs, qui effaceront sans doute les bugs de collisions, pour ne citer qu’eux… Qu’importe, le résultat est efficace (même si passer de LFP à FM sur ce point pourra paraître assez douloureux pour les yeux…), et permet une visualisation bien plus facilitée que par le passé. De plus, libre à vous d’afficher quelques tableaux indicatifs en marge du terrain, vous permettant ainsi de suivre d’un œil les performances de vos joueurs. Pas convaincu ? Bien, le moteur 2D est toujours présent…

    Classique donc, c’est le terme pour désigner cette mouture apportant quelques nouveautés appréciables, tout en conservant son côté austère, et son réalisme exacerbé. On aime ou on aime pas, mais sachez que vous avez une fois de plus la référence du genre devant les yeux…

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Le moteur 3D
  • Les conférences de presse
  • Une base de donnée impressionnante
  • De la gestion de haut vol
  • Les –

  • Le moteur 3D…
  • Des menus toujours aussi ternes