Test

[Test] Forza Motorsport 7 : le meilleur opus de la série ? [XBO, PC]

Jeux Vidéo

Par Nerces le

Alors qu’il s’agit du titre phare du line-up de la Xbox One X, Microsoft a choisi de commercialiser Forza Motorsport 7 sur PC / Xbox One dès le 3 octobre. Nous ne nous sommes évidemment pas fait prier pour prendre en main la bête et « tant pis » s’il faudra faire une petite mise à jour à la sortie de la console 4K de Microsoft… Ça sera l’occasion d’enfoncer encore un peu plus le clou, car oui, tuons d’entrée le suspens, le jeu de Turn 10 est une tuerie, ni plus ni moins.

N’allons pas jouer les étonnés, depuis son premier Forza Motosport, Turn 10 ne s’est jamais vraiment planté et il n’y avait donc aucune raison pour que le septième opus fasse exception à la règle. Ou plutôt si, il y en avait une de raison. En effet, de manière assez surprenante, Microsoft avait profité de l’E3 2017 pour mettre l’accent sur l’aspect esthétique de son jeu. Bien sûr, l’arrivée prochaine de la Xbox One X et le passage au « tout-4K » (à prononcer en faisant attention aux mauvais jeux de mots) était une excellente occasion de parler graphismes, mais le fait est qu’en dehors des superlatifs liés à la beauté du jeu, on était un peu restés sur notre faim.

Heureusement, Turn 10 a ensuite changé de stratégie et la campagne marketing a davantage tourné autour des améliorations liées à l’expérience de jeu. Le studio a commencé à parler du nouveau mode carrière. Sur le principe, on reste dans les pas de Forza Motorsport 6, mais avec une certaine influence de Forza Horizon 3 : il est possible de changer beaucoup plus souvent de style de conduite grâce aux différentes compétitions proposées. L’idée est aussi de permettre au joueur de s’identifier encore un peu plus à son avatar avec de nombreux choix cosmétiques (combinaisons, gants…) et un système d’expérience là encore inspiré de Forza Horizon 3 et qui vient offrir un choix de trois récompenses à chaque niveau.

Ces options de personnalisation du Driveatar ne sont pas désagréables, mais ce n’est pas ça qui fait un bon jeu de caisses. Sur ce plan là, Forza Motorsport 7 n’innove pratiquement pas en reprenant la majorité des fonctionnalités de son prédécesseur. L’excellent gameplay de Forza Motorsport 6 est donc toujours de mise, ce qui n’est évidemment pas pour nous déplaire. On retrouve un système intelligent qui pousse le joueur à évoluer petit à petit en désactivant progressivement les différentes aides de jeu. Les puristes de la simulation prendront un malin plaisir à critiquer ces assistances qui sont pourtant le gage d’une grande accessibilité : le néophyte évolue avec son jeu et gagne tranquillement en assurance.

[nextpage title= »4K et passage à la caisse »]
Des aides de jeu qui permettent donc d’appréhender plus doucement l’aspect simulation du jeu. Cela dit, pour les joueurs expérimentés, il est donc tout à fait possible de démarrer « a minima », sans aucune assistance. Dans ce cas de figure, Forza Motorsport 7 n’a pas à rougir de la comparaison avec les plus pointues des franchises automobiles, Asseto Corsa, Project Cars et rFactor. La gestion de la météo aurait même tendance à le placer un cran au-dessus de ces merveilles de la simulation : conduire alors que la météo dynamique fait des siennes est une expérience difficilement descriptible. Le ruissellement sur le pare-brise, la prise en compte de la physique de l’eau, la gestion des anfractuosités de la route… Un bonheur de chaque instant magnifié par la réalisation graphique.

Vous vous doutiez qu’après notre évocation du « tout-4K », il fallait un aparté technique. En effet, non content d’être le plus beau des Forza Motorsport, ce septième opus n’est rien de moins que le plus beau jeu de caisses du moment. La modélisation des bagnoles, le dessin des circuits ou les multiples effets graphiques sont autant de claques que l’on prend en 3840×2160… pourvu que votre PC ait les reins solides. La version Xbox One X devrait être du même niveau et conserver, elle aussi, l’exemplarité de l’animation. En toutes circonstances, nous avons effectivement pu compter sur du 60 ips. Allez, pour le principe et montrer à Turn 10 qu’il y a toujours moyen de progresser : sur Forza 8, boostez le son des camions et virez-moi ces doublages français qui font insulte à votre travail.

Forza Motorsport 7, disponible dès le 3 octobre sur Xbox One et PC
Les visuels qui illustrent ce test sont des visuels éditeur.

Notre avis

Les esprits chagrins auront à cœur de vous prouver que Forza Motorsport 7 n’est qu’une vulgaire mise à jour du précédent opus auquel on aurait greffé tous les contenus additionnels et qui aurait également subit un petit lifting. Ne les écoutez pas. Certes, il n’est pas question de révolutionner la franchise, mais Turn 10 n’a jamais tenté de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Alors oui, le studio aurait sans doute pu être un peu plus inventif et on peut toujours en demander plus à une société du calibre de Microsoft. Seulement, force est de reconnaître qu’en l’état, Forza Motorsport 7 est simplement le meilleur opus de la série. Le nombre de véhicules et de parcours disponibles est hallucinant et de multiples aides à la conduite peuvent être activées / désactivées afin de trouver « simulation à son pied ». Enfin, impossible de passer sous silence l’expérience 4K, même s’il faudra attendre début novembre pour tester ça sur Xbox One X, la version PC est une merveille graphique : rouler au crépuscule sous une pluie battante en 4K à 60 ips… Quel pied !

9 / 10