Test

Test : Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver

Par Rédacteur Invité le

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me fait toujours sourire de voir Mario et Sonic collés sur la même jaquette. Sans doute des vieux relents de joueur old-school, qui sait… Enfin, la hache de guerre entre le plombier le hérisson étant définitivement enterrée (quoique…), on les retrouve une nouvelle fois réunie pour […]

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me fait toujours sourire de voir Mario et Sonic collés sur la même jaquette. Sans doute des vieux relents de joueur old-school, qui sait… Enfin, la hache de guerre entre le plombier le hérisson étant définitivement enterrée (quoique…), on les retrouve une nouvelle fois réunie pour s’éclater aux jeux olympiques. J.O. d’hiver pour le coup…

test_MSJOH_2

Vu les ventes faramineuses du premier épisode (10 millions d’exemplaires écoulés, Wii et DS confondues), difficile d’imaginer que SEGA et Nintendo allait laisser le filon des jeux olympiques façon arcade se tarir. Et c’est donc tout logiquement qu’on a cette fois droit à un Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver toujours aussi accessible, toujours aussi axé sur le multi, et qui parallèlement ne se prive pas pour réutiliser la même recette déjà étrennée il y a quelques temps de cela. Comprenez que le jeu renferme son lot d’épreuves classiques et de mini-jeux, qui soufflent malheureusement de façon alternative le chaud et le froid, précisions-le. Car parmi toutes les épreuves présentes, on notera que certaines brillent par leur efficacité (les épreuves nécessitant la Wii Balance Board pour ne citer qu’elles), alors que d’autres auraient certainement mieux fait de rester au vestiaire (et là, on pense plus particulièrement aux épreuves de patinage, réduites à de simples épreuves où il faut agiter sa Wiimote en suivant un timing précis…). Toujours est-il que la Wii Balance Board ne pourra de toutes manières n’être utilisé qu’en mode solo. Mouais.

Du coup, il va vous falloir chopper les subtilités du gameplay via la Wiimote. Et justement, parlons-en du gameplay. Beaucoup moins physique que celui de Mario & Sonic aux Jeux Olympiques (on aura tous eu des crampes à la fin de certaines épreuves…), il affiche désormais une finesse et demande un tant soit peu de doigté (oh oui…), vous obligeant à incliner votre Wiimote avec précision pour espérer mener votre perso jusqu’à la ligne d’arrivée (dans le cas où il y a une lignée d’arrivée hein). De plus, les tutoriels expliquant à chaque fois la prise en main des épreuves permettront à la branche casual de ne pas se perdre. Pratique ! (oui, parce qu’on parle quand même misant sur la convivialité avant tout…) Pour ne rien gâcher, les développeurs ont eu la bonne idée d’inclure des épreuves “rêve” qui rapelleront sans problème les épreuves déjantées de Mario Kart, où plusieurs joueurs peuvent s’affronter en même temps, en s’envoyant les classiques carapaces, bombes, et j’en passe, en pleine tronche. En un mot comme en cent : jouissif. Bon, et puis forcément, vous vous doutez que SEGA n’a pas lésiné sur le casting. Aussi, on retrouve 20 personnages (10 du côté Nintendo, 10 du côté SEGA), ce qui offre un panachage équilibré, permettant à tous les styles de joueurs d’y trouver son compte, du bourrin adepte de Donkey Kong et de ses grosses mains au fan de vitesse pure, qui se fera un plaisir de sélectionner le troupeau de hérisson disponible…

Sans être parfait, Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver s’affiche mine de rien comme LE jeu à posséder pour égayer les longues soirées d’hiver entre potes. Parce qu’il est convivial, qu’il affiche un casting bien senti, et que son panachage d’épreuves, même s’il n’est pas parfait, saura vous offrir un bon lot de fun. Et c’est bien là ce qu’on demande…

Le verdict ?

Que signifie cette pastille ?

Les +
Fun à plusieurs
Casting béton
Très accessible

Les –
Pas forcément fluide en splitté
Des épreuves ratées
Des temps de chargement trop nombreux

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me fait toujours sourire de voir Mario et Sonic collés sur la même jaquette. Sans doute des vieux relents de joueur old-school, qui sait… Enfin, la hache de guerre entre le plombier le hérisson étant définitivement enterrée (quoique…), on les retrouve une nouvelle fois réunie pour s’éclater aux jeux olympiques. J.O. d’hiver pour le coup…

test_MSJOH_2

Vu les ventes faramineuses du premier épisode (10 millions d’exemplaires écoulés, Wii et DS confondues), difficile d’imaginer que SEGA et Nintendo allait laisser le filon des jeux olympiques façon arcade se tarir. Et c’est donc tout logiquement qu’on a cette fois droit à un Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver toujours aussi accessible, toujours aussi axé sur le multi, et qui parallèlement ne se prive pas pour réutiliser la même recette déjà étrennée il y a quelques temps de cela. Comprenez que le jeu renferme son lot d’épreuves classiques et de mini-jeux, qui soufflent malheureusement de façon alternative le chaud et le froid, précisions-le. Car parmi toutes les épreuves présentes, on notera que certaines brillent par leur efficacité (les épreuves nécessitant la Wii Balance Board pour ne citer qu’elles), alors que d’autres auraient certainement mieux fait de rester au vestiaire (et là, on pense plus particulièrement aux épreuves de patinage, réduites à de simples épreuves où il faut agiter sa Wiimote en suivant un timing précis…). Toujours est-il que la Wii Balance Board ne pourra de toutes manières n’être utilisé qu’en mode solo. Mouais.

Du coup, il va vous falloir chopper les subtilités du gameplay via la Wiimote. Et justement, parlons-en du gameplay. Beaucoup moins physique que celui de Mario & Sonic aux Jeux Olympiques (on aura tous eu des crampes à la fin de certaines épreuves…), il affiche désormais une finesse et demande un tant soit peu de doigté (oh oui…), vous obligeant à incliner votre Wiimote avec précision pour espérer mener votre perso jusqu’à la ligne d’arrivée (dans le cas où il y a une lignée d’arrivée hein). De plus, les tutoriels expliquant à chaque fois la prise en main des épreuves permettront à la branche casual de ne pas se perdre. Pratique ! (oui, parce qu’on parle quand même misant sur la convivialité avant tout…) Pour ne rien gâcher, les développeurs ont eu la bonne idée d’inclure des épreuves “rêve” qui rapelleront sans problème les épreuves déjantées de Mario Kart, où plusieurs joueurs peuvent s’affronter en même temps, en s’envoyant les classiques carapaces, bombes, et j’en passe, en pleine tronche. En un mot comme en cent : jouissif. Bon, et puis forcément, vous vous doutez que SEGA n’a pas lésiné sur le casting. Aussi, on retrouve 20 personnages (10 du côté Nintendo, 10 du côté SEGA), ce qui offre un panachage équilibré, permettant à tous les styles de joueurs d’y trouver son compte, du bourrin adepte de Donkey Kong et de ses grosses mains au fan de vitesse pure, qui se fera un plaisir de sélectionner le troupeau de hérisson disponible…

Sans être parfait, Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d’Hiver s’affiche mine de rien comme LE jeu à posséder pour égayer les longues soirées d’hiver entre potes. Parce qu’il est convivial, qu’il affiche un casting bien senti, et que son panachage d’épreuves, même s’il n’est pas parfait, saura vous offrir un bon lot de fun. Et c’est bien là ce qu’on demande…

Le verdict ?

Que signifie cette pastille ?

Les +
Fun à plusieurs
Casting béton
Très accessible

Les –
Pas forcément fluide en splitté
Des épreuves ratées
Des temps de chargement trop nombreux