Test

Test : MySims Kingdom (DS)

Par yannick le

La licence la plus prolifique de l’histoire continue tranquillement son petit bonhomme de chemin, et n’hésite plus à décliner un concept éculé, mais toujours aussi apprécié. Voici donc le deuxième épisode du spin off MySims, sous-titré Kingdom, expérimentant une nouvelle fois la formule mélangeant une pincée des Sims avec une grosse dose d’Animal Crossing… Après […]

La licence la plus prolifique de l’histoire continue tranquillement son petit bonhomme de chemin, et n’hésite plus à décliner un concept éculé, mais toujours aussi apprécié. Voici donc le deuxième épisode du spin off MySims, sous-titré Kingdom, expérimentant une nouvelle fois la formule mélangeant une pincée des Sims avec une grosse dose d’Animal Crossing…

Après avoir créé un personnage à l’aide d’un éditeur clairement “cheap” vis à vis de ce à quoi les Sims avaient habitués, vous voilà prêt à revenir dans votre bonne vieille ville, après de bien longues vacances. Mais la poisse légendaire des héros de jeu vidéo va bien vite vous frapper, et votre première nuit sur place va coïncider avec le saccage du village par un énigmatique vandale. Ceci va avoir le don de mettre la pression au maire qui ne peut pas décevoir son bon roi avec une circonscription sans dessus dessous. Votre mission : remettre de l’ordre dans la bourgade. Vous allez ainsi proposer votre aide aux habitants afin de réparer les désagréments engendrés par le mystérieux vandale nocturne. Pour cela, vous disposez d’un extracteur d’essences, offert par le Dr. F, et qui permet d’extraire l’essence de la majorité des objets qui vous entourent, afin d’en créer d’autre. Il va vous falloir combiner ces essences par deux dans un shaker, remuer la mixture (en frottant au stylet ou de façon automatique) pour obtenir des éléments décoratifs de la ville (barrière, parterre de fleurs, etc). Plusieurs résultats sont d’ailleurs possibles avec les mêmes ingrédients… même si on cherche encore la logique de toutes ces associations…

A côté de ça, il est également possible de gérer l’intérieur de votre maison et de celles que vous ferez construire. Les commerçants auront ainsi de nombreux meubles à vous proposer moyennant finance. Et pour vous faire un petit pécule, rien de mieux que des mini jeux rémunérés ! Préparez vous à des parties de tennis, des safaris photo, du saut à ski et bien d’autres épreuves. Seules problèmes, peu d’entre elles sortent vraiment du lot, et on se retrouve ainsi avec une batterie d’épreuves toutes plus simplistes les unes que les autres, souvent moches et mal foutues. Et malgré la possibilité de refaire ces activités en multijoueur, l’intérêt demeure bien souvent absent !

Pourtant, c’est certainement cette partie du titre qui vous divertira le plus (c’est dire l’intêt du titre…), car, bien que l’on vous invite à rentrer en contact avec les PNJ, ces derniers disposent d’un charisme de crustacé et proposent des missions soporifiques à aller réaliser à l’autre bout du village. Ceci vous demandera donc des aller retours incessants à la vitesse d’un escargot handicapé, tout en supportant les musiques ô combien horripilantes. Là ou Animal Crossing proposait une vraie communauté vivante, accueillante et attachante, MySims offre des personnages statiques devant ou à l’intérieur de leur maison, ne communiquant pas entre eux et attendant simplement que vous veniez aux nouvelles pour, au final, vous aligner deux phrases d’une niaiserie affligeante.

Si Richard III de Shakespeare avait été un gamer, sa célèbre réplique « My kingdom for a horse ! » aurait pu être « MySims Kingdom for a good game ! ». Conseillons donc aux joueurs de se relancer dans une partie d’Animal Crossing ou de choisir la version Wii de MySims Kingdom qui semble beaucoup plus aboutie et ludique.


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Les mini-jeux compatibles multijoueur
  • Le concept de création de nouveaux objets à partir d’essences…mais juste le concept
  • Les –

  • Univers peu dynamique
  • Personnages sans charisme
  • Niaiserie ambiante
  • Musiques horripilantes
  • La licence la plus prolifique de l’histoire continue tranquillement son petit bonhomme de chemin, et n’hésite plus à décliner un concept éculé, mais toujours aussi apprécié. Voici donc le deuxième épisode du spin off MySims, sous-titré Kingdom, expérimentant une nouvelle fois la formule mélangeant une pincée des Sims avec une grosse dose d’Animal Crossing…

    Après avoir créé un personnage à l’aide d’un éditeur clairement “cheap” vis à vis de ce à quoi les Sims avaient habitués, vous voilà prêt à revenir dans votre bonne vieille ville, après de bien longues vacances. Mais la poisse légendaire des héros de jeu vidéo va bien vite vous frapper, et votre première nuit sur place va coïncider avec le saccage du village par un énigmatique vandale. Ceci va avoir le don de mettre la pression au maire qui ne peut pas décevoir son bon roi avec une circonscription sans dessus dessous. Votre mission : remettre de l’ordre dans la bourgade. Vous allez ainsi proposer votre aide aux habitants afin de réparer les désagréments engendrés par le mystérieux vandale nocturne. Pour cela, vous disposez d’un extracteur d’essences, offert par le Dr. F, et qui permet d’extraire l’essence de la majorité des objets qui vous entourent, afin d’en créer d’autre. Il va vous falloir combiner ces essences par deux dans un shaker, remuer la mixture (en frottant au stylet ou de façon automatique) pour obtenir des éléments décoratifs de la ville (barrière, parterre de fleurs, etc). Plusieurs résultats sont d’ailleurs possibles avec les mêmes ingrédients… même si on cherche encore la logique de toutes ces associations…

    A côté de ça, il est également possible de gérer l’intérieur de votre maison et de celles que vous ferez construire. Les commerçants auront ainsi de nombreux meubles à vous proposer moyennant finance. Et pour vous faire un petit pécule, rien de mieux que des mini jeux rémunérés ! Préparez vous à des parties de tennis, des safaris photo, du saut à ski et bien d’autres épreuves. Seules problèmes, peu d’entre elles sortent vraiment du lot, et on se retrouve ainsi avec une batterie d’épreuves toutes plus simplistes les unes que les autres, souvent moches et mal foutues. Et malgré la possibilité de refaire ces activités en multijoueur, l’intérêt demeure bien souvent absent !

    Pourtant, c’est certainement cette partie du titre qui vous divertira le plus (c’est dire l’intêt du titre…), car, bien que l’on vous invite à rentrer en contact avec les PNJ, ces derniers disposent d’un charisme de crustacé et proposent des missions soporifiques à aller réaliser à l’autre bout du village. Ceci vous demandera donc des aller retours incessants à la vitesse d’un escargot handicapé, tout en supportant les musiques ô combien horripilantes. Là ou Animal Crossing proposait une vraie communauté vivante, accueillante et attachante, MySims offre des personnages statiques devant ou à l’intérieur de leur maison, ne communiquant pas entre eux et attendant simplement que vous veniez aux nouvelles pour, au final, vous aligner deux phrases d’une niaiserie affligeante.

    Si Richard III de Shakespeare avait été un gamer, sa célèbre réplique « My kingdom for a horse ! » aurait pu être « MySims Kingdom for a good game ! ». Conseillons donc aux joueurs de se relancer dans une partie d’Animal Crossing ou de choisir la version Wii de MySims Kingdom qui semble beaucoup plus aboutie et ludique.


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Les mini-jeux compatibles multijoueur
  • Le concept de création de nouveaux objets à partir d’essences…mais juste le concept
  • Les –

  • Univers peu dynamique
  • Personnages sans charisme
  • Niaiserie ambiante
  • Musiques horripilantes