Test

[Test] Nioh : la Team Ninja sabre la campagne [PS4]

Notre avis
8 / 10

Par killy le

Dépassant allègrement le record de retard de The Last Guardian et Final Fantasy XV réunis, Nioh est passé par de nombreux stades avant d’arriver orné de ses kote et de ses do luisants. Désormais armé et très dangereux, il avance dans l’univers concurrentiel du jeu dur à en chialer en essayant de faire trembler le ténébreux Dark Souls. C’est du moins ce que l’on croit.

ss_k_17

Projet basé lors de son lancement sur une histoire abandonnée de Kurosawa, laissée de côté depuis, Nioh dépeignait déjà à ses débuts le destin d’un étranger sur le sol sacré japonais. Samouraï par procuration, ce dernier se nomme aujourd’hui William Adams et bénéficie du soutien inespéré d’esprits bénéfiques dans sa quête. Une aventure pas très fine, racontée avec le sens de la narration labellisé Team Ninja, c’est à dire proche d’une certaine vision du nanar. Le bon vieux Bill arpente donc les montagnes et vallées d’un Japon à la frontière de l’époque Edo, traversé de mythes et de légendes où les yokai font partie de la faune. Au gré de quelques petits points sur une carte du monde parcheminée, le joueur avance de mission en mission, de quête principale en quêtes secondaires – pas bien passionnantes mais toujours différentes – dans un fonctionnement en niveaux. Dès cet instant, le parallèle avec Dark Souls prend un coup de naginata dans l’aile. Et ce n’est que le début.

nioh

En tant qu’enfant à problèmes, Nioh s’est trouvé face au besoin de dénicher rapidement une figure parentale forte pour ne pas finir en pension. Celle-ci s’est présentée sous les traits de la série des Souls de Miyazaki, fiancée à Onimusha. Des inspirations qui se remarquent dès les premières minutes de jeu avec un système similaire d’ « âmes » à collecter, des petits temples comme autant de feux de camp, et les joies de l’invasion de guerriers aux teintes rougeâtres. Précis et implacable, Nioh réutilise également ce rapport de force entre observation et apprentissage, résumé par le « git gud » (sois bon) de Dark Souls. Mais malgré tous ces liens qui forment une belle pelote d’opportunisme, le jeu de la Team Ninja se détache vite de cette logique commerciale pour s’aiguiser.

nioh 2