Test

Test : Nokia E61

Tests et Impressions

Par lordgonz le

Nokia e61

Le Nokia E61 est le « blackberry » killer de la marque Finlandaise. Sorti depuis début 2006, il en possède le format ainsi qu’un clavier Azerty, Wifi et des possibilités très intéressantes. Voici un petit test basé sur plus de trois semaines d’utilisation au quotidien. Lisez tout ça dans la suite…

Au premier abord, le E61 me paraissait gros comparé à mon Nokia 6680. Mais finalement, la forme de ce large Smartphone se révèle idéale et fort pratique. Il tient bien dans la main, le boitier est composé d’un mélange de plastique et des matières métallisées dont la finition est excellente.

Voici un listing des caractéristiques clefs de l’engin :

– Bluetooth 1.2
– Slot cartes mémoires miniSD (fourni avec carte 64 Mo)
– Wifi 802.11g avec assistant « EasyWifi »
– 3G / EDGE / Quadribande
– Clavier Azerty (Qwerty en dehors de la France)
– Compatibilité Push Mail (Blackberry & solutions concurrentes) ainsi qu’une touche et un voyant dédiés aux mails
– Reconnaissance vocale sans apprentissage
– Compatibilité VoIP
– Symbian OS S60 3rd Edition
– Capacités bureautique (Word, Excel, Powerpoint, PDF, Zip) embarquées
– Etc… la liste est assez longue

Et j’en profite pour un extrait du site Nokia.fr (les spécifications complètes sont ici):

Général
* Quadri-bande réseaux GSM 850/900/1800/1900 et WCDMA 2100 (3G) (3GPP version 4) en Europe, Afrique, Asie-Pacifique et dans les régions d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud où ces réseaux sont accessibles
* Commutation automatique entre bandes
* Codecs de voix : AMR, FR et EFR, NB-AMR
Taille

* Poids : 144 g (batterie Nokia BP-5L comprise)
* Dimensions : 117 mm x 69,7 mm x 14 mm, 108 cc
* Forme : monobloc
Fonctions de la mémoire
* Jusqu’à 75 Mo de mémoire utilisateur fixe
* Mémoire extensible : Carte MiniSD de 64 Mo, emplacement Hot Swap pour insertion et extraction aisées de la carte MMC

Je décrivais la finition il y a un instant, et on peut aussi s’attarder sur le « système d’exploitation » du Nokia E61. En effet, Symbian OS S60 3rd Edition est réellement magique. Certes il arrive que le logiciel « plante » mais cela reste peu fréquent. L’interface est très pratique et simple à utiliser : les personnes à qui j’ai prêté le Nokia (sous un œil très protecteur 😉 ) ont très vite compris le fonctionnement.

L’écran dit de veille présente un résumé des informations essentielles telles que les deux derniers SMS reçus (c’est paramétrable), les rendez-vous à venir et le nombre de tâches qui courent. Une barre sous la date affiche comme de coutume si le Bluetooth, le Wifi, l’infrarouge sont actifs. Cet emplacement sert aussi pour indiquer que le réveil est actif, qu’il y a des messages non lus ou des appels en absence. Dernière information qu’elle peut afficher : l’utilisation ou non de la VoIP. Tout cela reste similaire à ce que l’on connaît déjà chez Nokia, mais en plus large et en très lisible.

Le menu est à l’image de l’écran de veille : simple et clair. Les (nombreuses) applications sont regroupées par thème : Bureau, multimédia, connectivité, Outils… mais peuvent-être réorganisées par l’utilisateur.

Les programmes supplémentaires que j’ai eu avec mon Nokia étaient : – un jeu de Golf en 3 dimensions – Worldmate (logiciel avec les fuseaux horaires, la météo et les devises mises à jour par GPRS ou par Wifi) – Acrobat Reader – Une suite compatible Office Au niveau utilisation, j’ai apprécié (et j’apprécie encore) la reconnaissance vocale sans apprentissage. C’est un pas en avant extraordinaire : plus besoin d’enregistrer le nom de chaque contact. On appuie sur le bouton dédié, on dicte le nom normalement, le téléphone le répète (avec une voix qui, certes, est plutôt robotique) puis compose le numéro ou active la fonction / lance l’application.

Les gens sont effrayés par la taille du Nokia, personnellement cela ne m’a pas gêné : il est très fin et sa largeur donne une lisibilité incroyable à son écran. Le clavier intégral (mis à part les accents) m’a servi durant un voyage en Italie pour rédiger un petit journal dans l’avion – en mode « Hors Connexion » – et dans les aéroports. On peut saisir de deux façons différente : utiliser un seul doigt pour couvrir le clavier, ou saisir le téléphone de chaque côté et taper comme on le ferait sur un Qtek 9000. L’éclairage du clavier et de l’écran sont régis par un capteur de luminosité dont l’ajustement est équilibré.

Toujours au niveau du clavier, pour saisir les numéros, vous observerez que les chiffres ressortent en bleu sur le clavier. Ce choix, pratique en plein jour, l’est moins dans des conditions de lumière faible car l’éclairage du clavier entier est bleu : cela rend ardu la distinction des numéros. Sur tous les autres plans, se servir du clavier est vraiment un plaisir. J’avais lu des remarques concernant le bouton d’alimentation (en haut à droite de l’écran) et des gens qui le trouvaient trop sensible mais je n’ai pas eu ce problème.

La flèche quadri-directionnelle est agréable à l’emploi et permet de d’utiliser la majeure partie des fonctions de cet imposant Smartphone d’une main. C’est donc très pratique au quotidien.

Le son délivré par le haut-parleur interne est très clair, on entend bien ses correspondants en ligne. Il en va de même pour le haut parleur externe qui est d’ailleurs encore plus performant quand le téléphone est posé sur une surface plane : le son est diffusé d’une façon légèrement différente.

Concernant le WiFi, le Bluetooth et l’infrarouge, tout fonctionne très bien et la fonction « Wlan » est intégrée dans toutes les applications utilisant des connexions de données. On peut donc à tout moment (selon les réglages) choisir entre WiFi et GPRS par exemple. Il faut noter que la couverture WiFi varie selon les réglages d’alimentation. Chez moi, la borne WiFi est à proximité immédiate donc je suis resté en mode économie d’énergie, ce qui assure au téléphone une autonomie de 3 jours en utilisation normale. 3 jours peuvent sembler peu mais il faut se rappeler que l’écran est d’une taille considérable.

Pour aborder rapidement l’utilisation d’applications additionnelles (telles que le GPS), l’installation est aisée : j’ai utilisé TomTom Mobile 6.0 grâce à ma carte miniSD de 1 Go. Très vite j’ai aussi installé Windows Live Messenger dont la similarité avec la version PC est frappante. J’ai bien évidemment installé GMail dès le jour de sa sortie ce qui nous donne ceci :

Il ne faut pas oublier que GMail fonctionne aussi à merveille via le navigateur « Web » du Nokia E61 en utilisant l’adresse dédiée aux périphériques portables.

Dernier point que je souhaite aborder : la VoIP. J’ai eu la chance d’avoir un compte Free mis à ma disposition pour cela. Il est en effet possible de paramétrer le E61 avec des comptes VoIP (aussi appelée ToIP) . VoIP, cela veut dire Voice Over IP. En clair, on peut téléphoner via Internet, un peu comme Skype. Mais l’intérêt c’est qu’en combinant un système VoIP tel le Nokia et un abonnement Free est que l’on peut appeler en France et vers 28 destinations gratuitement, de partout dans le monde. Il suffit d’avoir une autorisation d’accès sur un réseau Wi-Fi ! Testé depuis l’Italie, ce système fonctionne à merveille.
En bref, un plaisir à utiliser au quotidien, une petite synchro Nokia PC Suite le soir via Bluetooth pour tout avoir en copie sur Outlook. Parfait pour avoir un téléphone qui vous permet de garder la main sur vos emails ainsi que sur votre agenda.
PS : ça tient très bien dans une poche de veste 😉

Si selon vous il manque quelque détail que ça soit, un (gentil) commentaire et cela sera ajouté avec plaisir si l’info est importante.
Ajouté suite aux demandes :

3 défauts :
– Pas d’appareil photo numérique. Apparemment Nokia prévoit une version future avec APN
– durée de vie de la batterie de 2 à 3 jour (en comptant des appels, du wifi et de synchro bluetooth)
– quelques fonctions avancées moins faciles à configurer (normal, il y a le paquet d’options)
3 qualités :
– excellente prise en main et plus généralement très bien conçu / fini.
– perso un écran aussi grand ça te fait un engin lisible et utilisable comme un réel PDA. J’utilisais mon 6680 comme agenda mais avec le E61, c’est un niveau au dessus.
– Le wifi, le bluetooth, l’infrarouge…il fait tout. Oh et puis c’est un Nokia donc quand tu as entré des données, d’un téléphone à l’autre (quand tu changes) , tu gardes tout intact. j’ai fait ainsi du Nokia 7650 au 6600 puis du 6600 au 6680 et enfin du 6680 au E61. Magique

Accessoires sympa (non testés) :

La station d’accueil USB
La protection Silicone

Autres sites concernant le E61 :

Le Typepad E61
E61.fr

Nokia e61

Le Nokia E61 est le « blackberry » killer de la marque Finlandaise. Sorti depuis début 2006, il en possède le format ainsi qu’un clavier Azerty, Wifi et des possibilités très intéressantes. Voici un petit test basé sur plus de trois semaines d’utilisation au quotidien. Lisez tout ça dans la suite…

Au premier abord, le E61 me paraissait gros comparé à mon Nokia 6680. Mais finalement, la forme de ce large Smartphone se révèle idéale et fort pratique. Il tient bien dans la main, le boitier est composé d’un mélange de plastique et des matières métallisées dont la finition est excellente.

Voici un listing des caractéristiques clefs de l’engin :

– Bluetooth 1.2
– Slot cartes mémoires miniSD (fourni avec carte 64 Mo)
– Wifi 802.11g avec assistant « EasyWifi »
– 3G / EDGE / Quadribande
– Clavier Azerty (Qwerty en dehors de la France)
– Compatibilité Push Mail (Blackberry & solutions concurrentes) ainsi qu’une touche et un voyant dédiés aux mails
– Reconnaissance vocale sans apprentissage
– Compatibilité VoIP
– Symbian OS S60 3rd Edition
– Capacités bureautique (Word, Excel, Powerpoint, PDF, Zip) embarquées
– Etc… la liste est assez longue

Et j’en profite pour un extrait du site Nokia.fr (les spécifications complètes sont ici):

Général
* Quadri-bande réseaux GSM 850/900/1800/1900 et WCDMA 2100 (3G) (3GPP version 4) en Europe, Afrique, Asie-Pacifique et dans les régions d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud où ces réseaux sont accessibles
* Commutation automatique entre bandes
* Codecs de voix : AMR, FR et EFR, NB-AMR
Taille

* Poids : 144 g (batterie Nokia BP-5L comprise)
* Dimensions : 117 mm x 69,7 mm x 14 mm, 108 cc
* Forme : monobloc
Fonctions de la mémoire
* Jusqu’à 75 Mo de mémoire utilisateur fixe
* Mémoire extensible : Carte MiniSD de 64 Mo, emplacement Hot Swap pour insertion et extraction aisées de la carte MMC

Je décrivais la finition il y a un instant, et on peut aussi s’attarder sur le « système d’exploitation » du Nokia E61. En effet, Symbian OS S60 3rd Edition est réellement magique. Certes il arrive que le logiciel « plante » mais cela reste peu fréquent. L’interface est très pratique et simple à utiliser : les personnes à qui j’ai prêté le Nokia (sous un œil très protecteur 😉 ) ont très vite compris le fonctionnement.

L’écran dit de veille présente un résumé des informations essentielles telles que les deux derniers SMS reçus (c’est paramétrable), les rendez-vous à venir et le nombre de tâches qui courent. Une barre sous la date affiche comme de coutume si le Bluetooth, le Wifi, l’infrarouge sont actifs. Cet emplacement sert aussi pour indiquer que le réveil est actif, qu’il y a des messages non lus ou des appels en absence. Dernière information qu’elle peut afficher : l’utilisation ou non de la VoIP. Tout cela reste similaire à ce que l’on connaît déjà chez Nokia, mais en plus large et en très lisible.

Le menu est à l’image de l’écran de veille : simple et clair. Les (nombreuses) applications sont regroupées par thème : Bureau, multimédia, connectivité, Outils… mais peuvent-être réorganisées par l’utilisateur.

Les programmes supplémentaires que j’ai eu avec mon Nokia étaient : – un jeu de Golf en 3 dimensions – Worldmate (logiciel avec les fuseaux horaires, la météo et les devises mises à jour par GPRS ou par Wifi) – Acrobat Reader – Une suite compatible Office Au niveau utilisation, j’ai apprécié (et j’apprécie encore) la reconnaissance vocale sans apprentissage. C’est un pas en avant extraordinaire : plus besoin d’enregistrer le nom de chaque contact. On appuie sur le bouton dédié, on dicte le nom normalement, le téléphone le répète (avec une voix qui, certes, est plutôt robotique) puis compose le numéro ou active la fonction / lance l’application.

Les gens sont effrayés par la taille du Nokia, personnellement cela ne m’a pas gêné : il est très fin et sa largeur donne une lisibilité incroyable à son écran. Le clavier intégral (mis à part les accents) m’a servi durant un voyage en Italie pour rédiger un petit journal dans l’avion – en mode « Hors Connexion » – et dans les aéroports. On peut saisir de deux façons différente : utiliser un seul doigt pour couvrir le clavier, ou saisir le téléphone de chaque côté et taper comme on le ferait sur un Qtek 9000. L’éclairage du clavier et de l’écran sont régis par un capteur de luminosité dont l’ajustement est équilibré.

Toujours au niveau du clavier, pour saisir les numéros, vous observerez que les chiffres ressortent en bleu sur le clavier. Ce choix, pratique en plein jour, l’est moins dans des conditions de lumière faible car l’éclairage du clavier entier est bleu : cela rend ardu la distinction des numéros. Sur tous les autres plans, se servir du clavier est vraiment un plaisir. J’avais lu des remarques concernant le bouton d’alimentation (en haut à droite de l’écran) et des gens qui le trouvaient trop sensible mais je n’ai pas eu ce problème.

La flèche quadri-directionnelle est agréable à l’emploi et permet de d’utiliser la majeure partie des fonctions de cet imposant Smartphone d’une main. C’est donc très pratique au quotidien.

Le son délivré par le haut-parleur interne est très clair, on entend bien ses correspondants en ligne. Il en va de même pour le haut parleur externe qui est d’ailleurs encore plus performant quand le téléphone est posé sur une surface plane : le son est diffusé d’une façon légèrement différente.

Concernant le WiFi, le Bluetooth et l’infrarouge, tout fonctionne très bien et la fonction « Wlan » est intégrée dans toutes les applications utilisant des connexions de données. On peut donc à tout moment (selon les réglages) choisir entre WiFi et GPRS par exemple. Il faut noter que la couverture WiFi varie selon les réglages d’alimentation. Chez moi, la borne WiFi est à proximité immédiate donc je suis resté en mode économie d’énergie, ce qui assure au téléphone une autonomie de 3 jours en utilisation normale. 3 jours peuvent sembler peu mais il faut se rappeler que l’écran est d’une taille considérable.

Pour aborder rapidement l’utilisation d’applications additionnelles (telles que le GPS), l’installation est aisée : j’ai utilisé TomTom Mobile 6.0 grâce à ma carte miniSD de 1 Go. Très vite j’ai aussi installé Windows Live Messenger dont la similarité avec la version PC est frappante. J’ai bien évidemment installé GMail dès le jour de sa sortie ce qui nous donne ceci :

Il ne faut pas oublier que GMail fonctionne aussi à merveille via le navigateur « Web » du Nokia E61 en utilisant l’adresse dédiée aux périphériques portables.

Dernier point que je souhaite aborder : la VoIP. J’ai eu la chance d’avoir un compte Free mis à ma disposition pour cela. Il est en effet possible de paramétrer le E61 avec des comptes VoIP (aussi appelée ToIP) . VoIP, cela veut dire Voice Over IP. En clair, on peut téléphoner via Internet, un peu comme Skype. Mais l’intérêt c’est qu’en combinant un système VoIP tel le Nokia et un abonnement Free est que l’on peut appeler en France et vers 28 destinations gratuitement, de partout dans le monde. Il suffit d’avoir une autorisation d’accès sur un réseau Wi-Fi ! Testé depuis l’Italie, ce système fonctionne à merveille.
En bref, un plaisir à utiliser au quotidien, une petite synchro Nokia PC Suite le soir via Bluetooth pour tout avoir en copie sur Outlook. Parfait pour avoir un téléphone qui vous permet de garder la main sur vos emails ainsi que sur votre agenda.
PS : ça tient très bien dans une poche de veste 😉

Si selon vous il manque quelque détail que ça soit, un (gentil) commentaire et cela sera ajouté avec plaisir si l’info est importante.
Ajouté suite aux demandes :

3 défauts :
– Pas d’appareil photo numérique. Apparemment Nokia prévoit une version future avec APN
– durée de vie de la batterie de 2 à 3 jour (en comptant des appels, du wifi et de synchro bluetooth)
– quelques fonctions avancées moins faciles à configurer (normal, il y a le paquet d’options)
3 qualités :
– excellente prise en main et plus généralement très bien conçu / fini.
– perso un écran aussi grand ça te fait un engin lisible et utilisable comme un réel PDA. J’utilisais mon 6680 comme agenda mais avec le E61, c’est un niveau au dessus.
– Le wifi, le bluetooth, l’infrarouge…il fait tout. Oh et puis c’est un Nokia donc quand tu as entré des données, d’un téléphone à l’autre (quand tu changes) , tu gardes tout intact. j’ai fait ainsi du Nokia 7650 au 6600 puis du 6600 au 6680 et enfin du 6680 au E61. Magique

Accessoires sympa (non testés) :

La station d’accueil USB
La protection Silicone

Autres sites concernant le E61 :

Le Typepad E61
E61.fr