Test

[Test] Rain – “Sympa, mais je vais attendre qu’il soit offert avec le PSN+” [PS3]

Notre avis
6 / 10

Par Corentin le

Japan Studio nous propose de marcher sous la pluie avec Rain, une petite production simili-indé, disponible sur le PSN.

RainPS30

 

Vous évoluerez dans un milieu urbain et nocturne.
Vous évoluerez dans un milieu urbain et nocturne.

Soyons clairs dès le début. Rain, c’est un bon petit jeu rempli de bonnes intentions. Vous savez ? C’est ce genre de jeu qui a une bonne idée, une seule, et qui arrive à la décliner suffisamment pour en faire un titre convainquant. Ce sont des jeux à pitch. Par exemple Fez est un bon jeu à pitch, VVVVVV aussi. Leurs concepts respectifs peuvent tenir sur un timbre-poste. Sauf que ces jeux à pitch, qui offrent une expérience plaisante, ne coûtent pas grand-chose. On les obtient au détour d’un bundle en général, ou sur un coup de tête pendant une solde Steam.

Échapper au Diable sera votre principale préoccupation.
Échapper au Diable sera votre principale préoccupation.

Rain fait partie de ces jeux-là. Son concept est très simple : vous êtes invisible, seule la pluie révèle votre silhouette translucide et il pleut tout le temps. Voilà. Simple comme bonjour. En vous servant de cette spécificité inhérente à votre personnage, vous devrez échapper aux différents ennemis, invisibles eux aussi, qui en veulent à vos fesses. Dont le Diable qui veut vous capturer, vous et la jeune fille après laquelle vous courrez.

Quelques variations de gameplay apparaîtront au fil du jeu. Si vous marchez dans la boue, vous serez visible au sec, il faudra vous laver les pieds dans une flaque d’eau pour vous en débarrasser. Toutefois, ces mêmes flaques d’eau feront du bruit et trahiront votre présence si vous courez dedans. De la même manière, porter un objet, même au sec, vous fera repérer tout de suite. Fort de son concept initial et de quelques actions contextuelles, vous serez amené à résoudre quelques énigmes sympathiques, pas très compliquées, dénuées de frustration.

Très vite, vous progresserez accompagné de la jeune fille que vous poursuiviez au début du jeu.
Très vite, vous progresserez accompagné de la jeune fille que vous poursuiviez au début du jeu.

Le jeu dure 3 à 4 heures et c’est court. On y reviendra pas en plus, bien que le jeu vous le propose pour retrouver des souvenirs cachés çà et là. Ils apporteront des explications sur le scénario un peu alambiqué — juste comme il faut — du soft. En même temps, plus long, ça aurait été trop long. Le concept du jeu arrivant au bout de ce qu’il a à offrir. Le problème, c’est que le prix du jeu, lui, n’est pas si petit. Les 13 euros que vous devrez débourser sont excessifs. Ce prix est certainement justifié par la réalisation chiadée et agréable du titre, mais finalement on en profite que 4 petites heures.

Rain, c’est typiquement le jeu dont les joueurs PS3 diront : “Ça a l’air sympa, mais je vais attendre qu’il soit offert avec le PSN +.” Et on ne peut absolument pas leur donner tort. Rain est joli, bien pensé, son histoire est mignonne et ses musiques — avec la chouette utilisation du Clair de Lune de Debussy — apaisantes. Mais le jeu, avec ses prétentions de jeu indépendant, ne peut être vraiment traité comme tel. Pas quand c’est Sony et Japan Studio qui sont derrière. Et surtout pas à 13 euros. Bref, c’est un peu court jeune homme.

Rain, c’est sur le PSN de la PS3, ça sort aujourd’hui et ça coûte 13 euros.

Japan Studio nous propose de marcher sous la pluie avec Rain, une petite production simili-indé, disponible sur le PSN.

RainPS30

 

Vous évoluerez dans un milieu urbain et nocturne.
Vous évoluerez dans un milieu urbain et nocturne.

Soyons clairs dès le début. Rain, c’est un bon petit jeu rempli de bonnes intentions. Vous savez ? C’est ce genre de jeu qui a une bonne idée, une seule, et qui arrive à la décliner suffisamment pour en faire un titre convainquant. Ce sont des jeux à pitch. Par exemple Fez est un bon jeu à pitch, VVVVVV aussi. Leurs concepts respectifs peuvent tenir sur un timbre-poste. Sauf que ces jeux à pitch, qui offrent une expérience plaisante, ne coûtent pas grand-chose. On les obtient au détour d’un bundle en général, ou sur un coup de tête pendant une solde Steam.

Échapper au Diable sera votre principale préoccupation.
Échapper au Diable sera votre principale préoccupation.

Rain fait partie de ces jeux-là. Son concept est très simple : vous êtes invisible, seule la pluie révèle votre silhouette translucide et il pleut tout le temps. Voilà. Simple comme bonjour. En vous servant de cette spécificité inhérente à votre personnage, vous devrez échapper aux différents ennemis, invisibles eux aussi, qui en veulent à vos fesses. Dont le Diable qui veut vous capturer, vous et la jeune fille après laquelle vous courrez.

Quelques variations de gameplay apparaîtront au fil du jeu. Si vous marchez dans la boue, vous serez visible au sec, il faudra vous laver les pieds dans une flaque d’eau pour vous en débarrasser. Toutefois, ces mêmes flaques d’eau feront du bruit et trahiront votre présence si vous courez dedans. De la même manière, porter un objet, même au sec, vous fera repérer tout de suite. Fort de son concept initial et de quelques actions contextuelles, vous serez amené à résoudre quelques énigmes sympathiques, pas très compliquées, dénuées de frustration.

Très vite, vous progresserez accompagné de la jeune fille que vous poursuiviez au début du jeu.
Très vite, vous progresserez accompagné de la jeune fille que vous poursuiviez au début du jeu.

Le jeu dure 3 à 4 heures et c’est court. On y reviendra pas en plus, bien que le jeu vous le propose pour retrouver des souvenirs cachés çà et là. Ils apporteront des explications sur le scénario un peu alambiqué — juste comme il faut — du soft. En même temps, plus long, ça aurait été trop long. Le concept du jeu arrivant au bout de ce qu’il a à offrir. Le problème, c’est que le prix du jeu, lui, n’est pas si petit. Les 13 euros que vous devrez débourser sont excessifs. Ce prix est certainement justifié par la réalisation chiadée et agréable du titre, mais finalement on en profite que 4 petites heures.

Rain, c’est typiquement le jeu dont les joueurs PS3 diront : “Ça a l’air sympa, mais je vais attendre qu’il soit offert avec le PSN +.” Et on ne peut absolument pas leur donner tort. Rain est joli, bien pensé, son histoire est mignonne et ses musiques — avec la chouette utilisation du Clair de Lune de Debussy — apaisantes. Mais le jeu, avec ses prétentions de jeu indépendant, ne peut être vraiment traité comme tel. Pas quand c’est Sony et Japan Studio qui sont derrière. Et surtout pas à 13 euros. Bref, c’est un peu court jeune homme.

Rain, c’est sur le PSN de la PS3, ça sort aujourd’hui et ça coûte 13 euros.

Notre avis

Maigrichon

6 / 10